La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pathologies de laluminium G Lasfargues Médecine et Santé au travail CHU de Tours.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pathologies de laluminium G Lasfargues Médecine et Santé au travail CHU de Tours."— Transcription de la présentation:

1 Pathologies de laluminium G Lasfargues Médecine et Santé au travail CHU de Tours

2 Production de laluminium Fabriqué à partir de bauxite 45 à 60% dalumine, 20 à 30% oxyde de fer, silice Fondue avec cryolithe Réduction en aluminium par électrolyse Cuves à anodes précuites réalisées à partir de coke de pétrole et de brai (16%) par pression et cuisson Cuves à anodes Söderberg à partir de coke de pétrole et de brai (30%) qui cuisent au fur et à mesure de la descente Coulée dans des moules

3 Principales expositions Poussières dalumine, de bauxite Brouillards caustiques HAP ++, composés fluorés Dioxyde de soufre, de carbone Traces de métaux : chrome, nickel Silice amiante

4 Soudage de laluminium Principale technique : soudage sous protection gazeuse Procédés TIG, MIG MAG Soudage MMA Procédés manuels, semi-auto, auto… [Al] atmosphère plus élevées chez les soudeurs / autres circonstances dexposition Dégagement dozone

5 Valeurs limites Atmosphère, VME (ACGIH) = 5 mg.m -3 pour les fumées de soudure et laluminium pulvérulent 2 mg.m -3 pour les sels solubles daluminium 10 mg.m -3 pour laluminium métal Eaux destinées à la consommation [Al] < 0,2 mg/l Ozone VLE = 0,4 mg.m -3, VME = 0,2 mg.m -3

6 Métabolisme Absorption voie pulmonaire en milieu professionnel Sang 80% liés au protéine Accumulation Os++, foie, tissus mous, poumons Elimination Urinaire en cas dexposition professionnelle Biphasique : ½ vie 7h, ½ vie plusieurs mois à années selon lancienneté dexposition

7 Dosages biologiques Al urinaire Fin de poste, fin de semaine exposition récente chez les nouveaux exposé Meilleure corrélation avec niveau dexposition pour les fumées de soudage 5 mg.m -3 [Al] atmosphère [Al] urines 200 g/l Début de poste (près 2 j sans exposition) charge corporelle Al sérique Utile pour apprécier une exposition chronique intense

8 Indices biologiques dexposition [Al] sérique Population générale < 10 g/l [Al] urinaire Population générale < 30 g/l Professionnelle = 200 g/l en fin de poste Interférences Consommation de médicaments anti- acides, de citrates, de coca-cola

9 Risques respiratoires Fumées de soudage Particules fines < 5 m Composition variable en fonction de nombreux paramètres procédé, électrode, nature de lopération, position de soudage, etc. Composition du métal de base, contaminants… Risques liés Aux particules métalliques Aux gaz produits : O 3, NO 2 …

10 Risque de lozone Fonction de la technique de soudage Procédé MIG le plus à risque Production plus faible avec le procédé TIG Effets respiratoires Aigus si [O 3 ] atm. > 0,2 mg.m -3 (=0,1 ppm) Fonction des taux et durées dexposition Irritation bronchique, oculaire Gêne respiratoire, perturbation EFR Œdème pulmonaire (expo massive > 9 ppm) Syndromes obstructifs, altération transfert CO Bronchopathies, emphysème, fibrose Rôle O 3 ou/et expositions associées ?

11 Risques respiratoires Aluminose Pneumopathie interstitielle chronique Décrite dans lindustrie des poudres, puis soudeurs, polisseurs dAl Risque de fibrose, lésions granulomateuses Rôle dexpositions associées (silice, amiante) ?

12 Risques respiratoires Atteinte aiguë bronchique : asthme production électrolytique production de sels dAl (fluorures) Soudage Association à une irritation des voies aériennes, oculaire Nielsen (1993) fabrication de citernes dyspnée asthmatiforme, HBRNS Effet interactif de lexposition professionnelle avec le tabac

13 Aluminium : neurotoxicité Encéphalopathie des dialysés [Al] dans le sang et le cerveau Alzheimer ? Relation avec [Al] dans les eaux de boisson 1 etude, non confirmée sauf pour fortes [Al] Etudes de cytotoxicité cellulaire > 100 ( McLachlan environmetrics 1995; 48 : ) Effet cytotoxiques sur neurones, cellules gliales, astrocytes…

14 Neurotoxicité : troubles cognitifs Chez les sujets en dialyse Lors dexpositions professionnelles Diminution de performance cognitive chez les travailleurs de fonderie (Hosovski 1990) Relation dose-effet entre capacités cognitives et exposition aux poussières dAl chez des mineurs (Rifat 1990) Symptômes liés à la durée dexposition en années chez des soudeurs (Sjögren 1990)

15 Neurotoxicité chez les soudeurs Soudeurs sur Al en Finlande Fonctions cognitives (Hänninen1994, Akila 1999) Soudeurs sur Al / soudeurs sur acier doux performances diminuée pour différents tests de fonction motrice (Sjögren 1996) Tremblement main et temps de réaction altérés chez des soudeurs (Bast-Pettersen 2000)

16 Neurotoxicité chez les soudeurs Comparaison pour différentes expositions professionnelles (Iregren 2001) Production casseroles (G1), fonderie (G2), soudeurs (G3), fabrication de poudre (G4) + groupe témoin de soudeurs sur acier doux Faibles [Al] sang, urines et pas deffet neurologique pour G1, G2 [Al] élevées pour G3, G4 Al urinaire G3 :59 g/g créat. (12 – 139) G4 :24 g/g créat. (4,5 – 162) effets neurologiques seulement chez les soudeurs (perturbation de tests psychométriques et neurophysiologiques)

17 Risque cancérogène Etudes expérimentales Mutagénèse Génotoxicité, aberrations chromosomiques Cancérogénèse Tératogénèse tests le plus souvent négatifs

18 Aluminium et cancer Industrie de production de laluminium groupe 1 du CIRC Polyexpositions

19 Données épidémiologiques Evaluation CIRC 1984, 1987 Excès de cancers poumons, vessie relation entre risque de cancer de vessie et durée dexposition aux particules de carbone émises par les anodes Söderberg Rôle de différentes expositions évoqué HAP (benzo(a)pyrène et autres composés solubles dans le benzène); RDE+ Arylamines, nitro-HAP lors du procédé Södeberg Amiante, silice, métaux…

20 Cancer : études épidemiologiques Cohorte 6455 Tous postes W Poumon vessie 37 7 RR 1,1 (0,9-1,5) RR 2,1 (1-3,7) RDE- poumon Mur,1987 France Cohorte 4123 A.Söderberg Poumon vessie RR 1,0 (0,7-1,3) RR 1,7 (1,1-2,6) Spinelli 1991 Canada Cas- cohorte 338/1138 A. Söderberg A. précuite Poumon poumon OR 1,3 (0,9-1,9) OR 1,4 (0,9-2,2) OR 2,0 (1,4-2,9) OR 1,6 (1,1-2,3) 1-9 ans >20 RDE+ dose cum Armstrong 1994 Canada Cohorte 1137 A. précuite Poumon vessie RR 2,7 (1,6-4,1) RR 1,6 (0,9-2,7) RDE- poumon Ronnen- berg 1995

21 Cancer : études épidemiologiques Cas- cohorte 138/414 A. Söderberg A. précuite vessie OR 2,3 (1,4-4,4) OR 2,8 (1,5-5,5) OR 5,2 (3,1-8,8) OR 2,1 (1,4-3,4) OR 2,8 (1,5-5,6) OR 1,8 (0,5-7,0) 1-9 ans >20 Tremblay, 1995 Canada Tabac non confond. Cohorte 6454 Fonderie primaire et secondaire Rectum naso-sinus Poumon Vessie SIR 213 ( ) SIR 470 ( ) SIR 149 ( ) SIR 87 (52-136) RDE- durée dexpo Selden, 1997 Suède Cohorte 5908 Production Maintenance Poumon vessie hémato SIR 152 ( ) SIR 55 (24-109) SIR 211 ( ) SIR 200 (65-467) SIR 239 (96-492) RDE- poumon électricien Ronnen- berg 1999 Norvège

22 Cancer : études épidemiologiques Cohorte 2133 Production Al Poumon Vessie Psychoses + mal. Dégéner. cerveau SMR 63 (38-98) SMR 177 (71-364) SMR 239 (88-521) Effet travailleur sain, Rôle confond. tabac Moulin, 2000 France


Télécharger ppt "Pathologies de laluminium G Lasfargues Médecine et Santé au travail CHU de Tours."

Présentations similaires


Annonces Google