La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

le cas du service public

Présentations similaires


Présentation au sujet: "le cas du service public"— Transcription de la présentation:

1 le cas du service public
ETAT DES LIEUX DU PAYSAGE AUDIOVISUEL DU BENIN A MOINS DE CINQ ANS DE LA DATE BUTOIR DU 17 JUIN 2015 : le cas du service public      Présentation : Patricia DOSSOU-GBETE CODJIA   Décembre 2010

2 PLAN Introduction 1- Historique de l’ORTB 2- Statut juridique 3- Mission de l’ORTB 4- les radios rurales locales 5- Evolution technologique de la radio et de la télévision 5.a- Taux de numérisation des équipements en Production radio 5.b- Taux de numérisation des équipements en Production TV 5.c- l’ORTB face à la concurrence 6- Programme de couverture intégrale du territoire et innovations 7- Atouts de l’ORTB 8-Quelques actions de l’Etat Conclusion

3 Introduction Conformément aux décisions de la conférence régionale des 15 et 16 juin 2006 à Genève, le 17 juin 2015 est la date butoir fixée pour le passage de la radiodiffusion analogique à la radiodiffusion numérique en bandes IV et V. En décembre 2010 c'est-à-dire à moins de cinq ans de cette échéance à quelle étape de préparation se trouve l’ORTB ? En tant qu’organe audiovisuel du service public, de quels atouts dispose – t-il aujourd’hui?

4 1- Historique Le média audiovisuel du service public du Bénin a connu plusieurs mutations depuis sa création. La Radio, construite par le Gouvernement allemand fut le premier organe créé sous l’appellation de RADIO COTONOU; elle démarrait ses émissions le 07 mars Elle a connu plusieurs dénominations dont la dernière est RADIO BENIN depuis la clôture des travaux de la conférence nationale le 28 février 1990. En 1983 une seconde chaîne a été créée, la STATION REGIONALE de PARAKOU ; puis 11 ans plus tard, en 1994, RADIO BENIN s’est dotée d’une troisième chaîne : ATLANTIC FM.

5 La télévision fut construite en 1972 par le gouvernement français mais pour des raisons multiples la télévision n’a démarré ses émissions qu’en 1978. La fusion de la radio et de la télévision fut consacrée par l’ordonnance N°75-43 du 21 juillet De cette fusion naîtra plus tard l’OFFICE DE RADIODIFFUSION ET TELEVISION DU BENIN (ORTB).

6 2- Statut juridique Les statuts de l’ORTB ont été approuvés par le décret N° du 21 août 1999 ; il le consacre comme un établissement à caractère social, scientifique et culturel doté d’une personnalité morale et de l’autonomie financière. L’ORTB est aussi régi par les dispositions de la loi organique N° du 21 août 1992 relative à la HHAC et de la loi N° du 28 juillet 1994 portant création, organisation et fonctionnement des Offices à caractères social, scientifique et culturel.

7 3- Mission de l’ORTB L’Office a pour mission d’informer, d’éduquer, de divertir les populations sans distinction de race, de religion et d’appartenance politique.

8 4- Les radios rurales locales Face à la multiplicité des langues nationales et compte tenue des difficultés rencontrées dans le choix de celles à retenir pour être parlées à la radio, il est né l’idée de la création des radios de proximité qui prennent en compte la vie quotidienne des populations et leurs préoccupations réelles. Cette idée soumise par le Bénin à l’Organisation Internationale de la Francophonie, OIF (ex Agence de Coopération Culturelle et Technique) en 1991 a reçu un écho favorable.

9 Trois ans plus tard en 1994, quatre radios rurales locales sont créées, puis une cinquième plus tard, dans les localités de Lalo, Ouèssè, Banikoara, Ouaké et Tanguiéta. Elles sont équipées en matériels de production et de diffusion entièrement analogiques avec des émetteurs de radio FM de 100 W, émettant respectivement sur les fréquences de 93.1 MHz, 97.7MHz, MHz, 100 MHz ET 90 MHz. L’ORTB vient en appui par la mise à disposition du personnel et du matériel technique complémentaire. L’OIF continue d’apporter son assistance technique à ces radios ; la dernière fourniture de matériel technique par l’OIF date de mai 2009.

10 5- Evolution technologique de la radio et de la télévision

11 Régie fixe de production Productions extérieures
Taux de numérisation des équipements de Production radio 1994: démarrage de la diffusion en FM Période Reportage Régie de diffusion Régie fixe de production Productions extérieures Post production Avant 1994 0% ▪1994 2001 50% 25% 2004 2010 100%

12 Taux de numérisation des équipements de Production télévision
Période Prise de vue Régie diffusion Régie fixe production Production Extérieure Car de production Post production 100% 0% 50% 2000 25% 2005 80% 2010

13 L’ORTB face à la concurrence La mission de l’ORTB jusque là, mal assurée, se traduit par l’inaccessibilité à la radio et la télévision à une grande partie de la population. En effet les taux de couverture optimistes sont de 60% pour la radio et 40 % pour la télévision. La situation de monopole dont bénéficiait l’ORTB jusqu’au début des années 90 lui a permis, malgré tout, de s’imposer aux consommateurs. Avec la libéralisation de l’espace audiovisuel intervenue à la suite de la conférence nationale, nous avons constaté une floraison de chaînes de radio et de télévision à partir de 1998

14 L’ORTB face à la concurrence
(Suite) Les consommateurs ont ainsi la possibilité de choisir librement et d’exprimer leur adhésion sur la base des contenus de programmes et ou de la qualité technique des émissions ; le public devient de plus en plus exigeant. Tout cela a vite fait de fragiliser la santé financière et économique de l’ORTB. Il lui est devenu très difficile de maintenir ses parts de marché dans cet environnement de plus en plus concurrentiel.

15 L’ORTB face à la concurrence
(Suite et fin) De plus, avec son statut qui fait de lui un établissement du service public à caractère social, scientifique et culturel et   ses ressources allant, s’amenuisant pour des charges toujours croissantes, il est apparu impossible à l’ORTB de mettre en œuvre une vraie politique de développement de ses équipements et de ses infrastructures et une vraie politique de formation et de valorisation de ses ressources humaines.

16 6- Programme de couverture intégrale du territoire et innovations C’est alors que deux événements importants interviennent dans la vie de l’Office : - en 2008 le gouvernement décide de mettre en œuvre un programme de couverture totale et intégrale du territoire par la radio et la télévision nationales. - en 2009 la Direction Générale de L’ORTB, face aux échecs qu’ont connus la majorité des plans de redressement menés de façon isolée, décide de mettre en place un plan stratégique dont la mise en œuvre couvre la période

17 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations(Suite)
Le programme de couverture totale du territoire et le plan stratégique ont été conçus en tenant grand compte de cette échéance de juin 2015 fixée par l’UIT pour l’extinction de la technologie analogique au profit de la technologie numérique pour ce qui concerne la radiodiffusion terrestre en bandes IV et V (bande UH F).

18 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
La réalisation de la couverture totale du territoire par les signaux de la radiodiffusion et la télévision prend en compte essentiellement les volets de la transmission et de la diffusion. Il a permis la construction et l’équipement de 29 centres d’émission, l’équipement des 6 anciens centres, la construction et l’équipement d’une station fixe de montée sur satellite, l’acquisition d’une station mobile de montée sur satellite ainsi que des équipements de production pour renforcer les installations existantes.

19 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations(suite)
La mise en œuvre du programme a commencé en et le centre de Lokossa fut le premier à être achevé et mis en exploitation le 28juillet 2009, quelques jours seulement après la mise en service de la station fixe de montée sur satellite. A ce jour 25 nouveaux centres sur 29 sont mis en exploitation, portant à 35 le nombre total de centres de diffusion actuellement fonctionnels, répartis sur toute l’étendue du territoire national. La couverture totale du territoire par la radio et la télévision déjà réalisée à environ 95% est actuellement en cours d’achèvement.

20 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations(suite)
La grande partie du territoire à couvrir étant la partie septentrionale, le relief très accidenté et très irrégulier a imposé l’option des émetteurs de moyenne puissance (2KW, 1KW) et des émetteurs de petite puissance (100W et 150W). Seulement deux localités, Abomey-Calavi et de Parakou sont équipées d’émetteurs de forte puissance, 5KW.

21 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
Les émetteurs de radio sont analogiques et fonctionnent en Modulation de fréquence. Les émetteurs de télévision sont conçus selon la technologie DIGITAL READY : bien que fonctionnant actuellement en analogique les émetteurs sont convertibles en numérique. 

22 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
Le nombre total d’émetteurs déployés explique aisément toutes les difficultés rencontrées dans l’élaboration du plan de fréquences par une équipe conjointe de l’ORTB et de la Direction Générale des Etudes et de la Réglementation du Ministère de la Communication. La première précaution prise était d’éviter les interférences occasionnées par les reprises de fréquences et par les fréquences trop rapprochées pour des localités très voisines et surtout dans les zones frontalières.

23 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
En ce qui concerne le volet de la transmission, le transport du signal de la télévision avait jusque là été assuré par BENIN Télécom SA alors que les signaux de la radio étaient transportés par les moyens de l’ORTB grâce au système d’émission-réception en cascade qu’offre son réseau d’émetteurs FM. Un risque majeur existait cependant, c’est celui de l’interruption de toute diffusion de programmes en aval d’un émetteur arrêté pour raison de panne.

24 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
Depuis Juillet 2009 les signaux de la télévision ainsi que ceux des trois chaînes de radio de l’ORTB sont transportés par satellite des centres de production vers les centres d’émission. La station mobile de montée sert aux retransmissions en direct, elle permet aussi d’assure la redondance au niveau de la station fixe.

25 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite)
Le plan de développement propose des solutions pour faire de l’ORTB une entreprise audiovisuelle de service public républicaine, intègre et performante, leader par la qualité. Il prépare, dans une certaine mesure, l’ORTB au passage à la radiodiffusion numérique. Il prévoit par exemple pour 2011 la création de deux centres pilotes de radiodiffusion télévisuelle numérique, Cotonou et Parakou.

26 Programme de couverture intégrale du territoire et innovations (suite et fin )
Il propose aussi des mécanismes de gestion des revenus générés par les nouveaux services créés par la mise en œuvre de la technologie numérique. Cette année 2010 des participations aux formations sur la télévision numérique constituent un volet des préparatifs sans oublier le benchmarking qui débutera l’année prochaine c’est-à-dire en 2011 et qui emmènera certains cadres de l’ORTB à se rendre dans des pays déjà avancés dans la préparation de la mutation analogique à numérique en radiodiffusion de terre en bande IV et V.

27 RECAPITULATIF DES EQUIPEMENTS DE DIFFUSION RADIO ET TELEVISION: couverture intégrale du territoire
LOCALITE EMISSIONS RADIO FM EMISSIONS TV DMS FREQUENCES (MHz) PAR (dBW) Heff (m) IMAGE (MHz) 1 Cotonou 92.2 94.7 - 32 91 615.25 743.25 30 101 1997/ - 2 Abomey-calavi 91.7 98.2 104.7 34 210 183.25 215.25 37 239 1978/2009 3 Séhouè 88.9 97.0 101.7 38 156 703.25 519.25 35 166 2009 4 Abomey 95.7 94.0 102.9 279 495.25 289 5 Agouna 88.6 96.2 99.5 29 256 575.25 591.25 189 6 Lokossa 90.3 93.1 99.0 179 175.25 191.25 22 266 7 Pobè 100.8 126 471.25 799.25 136 8 Kétou 87.8 89.7 93.8 199 207.25 209 LEGENDE : PAR : Puissance Apparente Rayonnée Heff : Hauteur effective DMS : Date de Mise en service

28 RECAPITULATIF DES EQUIPEMENTS DE DIFFUSION RADIO ET TELEVISION: couverture intégrale du territoire (Suite) Ketou 87.8 89.7 93.8 38 199 183.25 207.25 35 209 2010 9 Idigny 93.0 98.7 100.0 23 238 775.25 791.25 22 248 2009 10 Dassa-zoumé 105.7 90.0 92.5 36 289 199.25 215.25 299 1995 11 Savalou 98.2 89.4 103.8 270 543.25 567.25 280 12 Bantè 94.4 99.5 106.6 333 191.25 175.25 343 13 Bassila 89.9 92.0 107.0 490 500 14 Aledjo 88.6 98.9 101.9 29 510 607.25 655.25 520 15 Djougou 102.9 554 511.25 679.25 564 16 Natitingou 94.1 102.5 106.7 532 34 542 1994/2010 17 Tanguiéta 88.9 91.7 103.3 304 314 18 Materi 95.4 100.6 300 583.25 839.25 310 LEGENDE : PAR : Puissance Apparente Rayonnée Heff : Hauteur effective DMS : Date de Mise en service

29 RECAPITULATIF DES EQUIPEMENTS DE DIFFUSION RADIO ET TELEVISION: couverture intégrale du territoire (Suite) Materi 89.4 95.4 100.6 38 300 583.25 839.25 35 310 2010 19 Boukoumbé 93.8 104.2 29 236 191.25 207.25 22 246 20 Pendjari 89.1 92.2 97.0 - 559.25 623.25 21 Porga 93.1 96.3 99.6 23 178 607.25 855.25 188 Kouandé 88.4 97.1 104.4 532 183.25 199.25 542 2009 232 Kérou 90.0 98.2 106.5 428 438 24 Banicoara 92.6 102.2 407 215.25 417 25 Madékali 88.1 251 575.25 261 26 Kompa 87.7 164 479.25 174 27 Ségbana 92.0 101.7 450 460 28 Malanville 98.5 103.8 105.6 32 223.25 31 2002 LEGENDE : PAR : Puissance Apparente Rayonnée Heff : Hauteur effective DMS : Date de Mise en service

30 RECAPITULATIF DES EQUIPEMENTS DE DIFFUSION RADIO ET TELEVISION: couverture intégrale du territoire (Suite et fin) Malanville 98.5 103.8 105.6 32 251 191.25 223.25 31 261 2002 29 Kandi 89.8 92.9 96.1 35 460 183.25 207.25 470 1994 30 Bembéréké 87.7 94.0 95.5 38 474 175.25 215.25 484 2009 Nikki 92.0 102.0 515 479.25 751.25 525 Parakou 92.5 93.8 102.5 479 559.25 711.25 37 489 - 1989 /2010 33 Kaboua 104.2 99.5 106.6 276 703.25 735.25 22 286 34 Tchaourou 90.8 95.7 101.7 429 199.25 439 savè 96.2 91.7 103.1 282 727.25 292 LEGENDE : PAR : Puissance Apparente Rayonnée Heff : Hauteur effective DMS : Date de Mise en service

31 BENIN: COUVERTURE RADIO FM & TV

32 6-Les atouts de l’ORTB

33 Les atouts de l’ORTB Ces infrastructures déployées sur toute l’étendue du territoire national représentent un atout non négligeable pour l’ORTB puisqu’elles lui offrent une opportunité, celle de devenir le diffuseur audiovisuel de terre de tout producteur qu’il soit local ou étranger.

34 Les atouts de l’ORTB (suite)
Les émetteurs TV sont conçus selon la technologie DIGITAL READY ; pour les convertir en numérique il suffira d’acquérir un encodeur-modulateur pour chaque émetteur. Désormais un émetteur permettra de diffuser plusieurs programmes ; 6 à 18 en télévision standard et 1 à 3 en télévision Haute définition selon la norme de compression utilisée en production et le type de multiplexage.

35 Les atouts de l’ORTB (suite)
Des dispositions seront prises par l’ORTB pour organiser le multiplexage des programmes prêts à être diffusés. Depuis quelques mois l’ORTB a entrepris des démarches en direction de certains partenaires dans le but de réaliser la coordination des programmes à diffuser ainsi que la gestion des services à valeur ajoutée qu’offre la technologie numérique. L’ORTB veut se donner les moyens d’être un « multiplexeur ».

36 Les atouts de l’ORTB (suite)
Les centres sont équipés d’émetteurs fonctionnant en bandes 4 et 5 (UHF) et d’émetteurs en bande 3 (VHF), seuls les 20 centres équipés en émetteurs UHF seront pris en compte dans le cadre de la mutation de juin L’ORTB pourra donc effectuer une transition en douceur puisque la diffusion des programmes TV se fera simultanément en numérique (bande 4 et 5) et en analogique (bande 3) jusqu’à l’échéance du 17 juin 2020 fixée par l’UIT pour le passage au numérique de la radiodiffusion terrestre en bande 3.

37 7- Quelques actions de l’Etat

38 La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication, Institution de l’Etat, s’est très tôt appropriée cette technologie nouvelle ainsi que les divers processus devant aboutir à sa mise en œuvre. Cette appropriation s’est faite à la faveur de plusieurs formations à l’extérieur et plusieurs échanges avec ses homologues d’autres pays. L’organisation d’ateliers à l’intension d’acteurs potentiels, lui permettent de procéder à une restitution des informations et connaissances capitalisées.

39 Le Ministère de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication très conscient de l’enjeu, est actuellement entrain de prendre des dispositions pour l’élaboration d’une feuille de route devant servir de boussole pour les actions à mener dans le cadre de cette révolution technologique.

40 Conclusion Avec les nouveaux services qui naîtront dans ce nouvel environnement audiovisuel dès juin 2015, les différents textes régissant l’exploitation des services audiovisuels au Bénin devront être profondément revus. Il naîtra une nouvelle collaboration voire une cohabitation public-privé et l’Etat a le devoir, à travers les institutions de réglementation et de régulation, de fixer les normes techniques à adopter et de définir un cadre juridique et réglementaire dans lequel devra évoluer tout opérateur qu’il soit du service public ou du secteur privé, qu’il soit producteur de programmes ou éditeur de services, transporteur de programmes, multiplexeur ou diffuseur.

41 FIN


Télécharger ppt "le cas du service public"

Présentations similaires


Annonces Google