La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La maîtrise de l’énergie Contribution au débat sur la transition énergétique Institut Paul Delouvrier 27 Mai 2013 Colette Lewiner Conseillère énergie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La maîtrise de l’énergie Contribution au débat sur la transition énergétique Institut Paul Delouvrier 27 Mai 2013 Colette Lewiner Conseillère énergie."— Transcription de la présentation:

1 La maîtrise de l’énergie Contribution au débat sur la transition énergétique Institut Paul Delouvrier 27 Mai 2013 Colette Lewiner Conseillère énergie du président de Capgemini

2 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

3 L’évolution du mix énergétique conduirait à:
Suite à l’accident de Fukushima, la transition énergétique est étudiée dans de nombreux pays Mix électrique 2012 et 2025 (à Juin 2012) Suite à l’accident de Fukushima et au développement des gaz de schiste, le mix énergétique européen devrait évoluer vers: Plus de gaz Plus de charbon (dans certains pays) Plus d’EnR: à l’horizon 2025, la part des EnR (hors hydro) progresserait de 18% à 36%* Moins de nucléaire: à l’horizon 2025, la part du nucléaire dans le mix électrique européen devrait décroître de 14% à 11%* En France, le président Hollande a énoncé 3 engagements: Ramener la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % à 50 % en 2025 Accélérer le développement des énergies renouvelables Faire de l’efficacité énergétique dans le bâtiment une priorité Source: ENTSO-E – analyse Capgemini, EEMO14 L’évolution du mix énergétique conduirait à: Une plus grande part d’EnR Des coûts plus élevés Une hausse des températures (plus d’énergie fossiles) Une moindre indépendance énergétique *ENTSO-E

4 L’évolution de la consommation électrique est un facteur essentiel
Scénarios de consommation électrique (TWh) - France Source: RTE De nombreuses incertitudes sur les prévisions de consommation d’énergie subsistent: L’évolution de la situation économique La réussite des politiques d’efficacité énergétique Le développement des nouveaux usages (tels que les véhicules électriques)

5 La réussite des politiques de maîtrise de l’énergie est un élément clé
En France, la part du nucléaire dans la production électrique doit être ramenée à 50% en 2025 Pour atteindre 50% de part du nucléaire dans la production électrique en 2025 et selon: Les prévisions de consommation d’énergie L’efficacité des mesures de maîtrise de la demande énergétique Et d’autres hypothèses telles que: La disponibilité des centrales nucléaires Le volume des exportations d’électricité Un certain nombre de réacteurs nucléaires ne devraient pas être prolongés au-delà de 40 ans Contribution du nucléaire à la production électrique La réussite des politiques de maîtrise de l’énergie est un élément clé

6 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

7 Compromis sur la Directive Efficacité Energétique du 13 Juin 2012:
L’objectif 3x20 européen d’efficacité énergétique ne devrait pas être atteint Consommation d’énergie primaire - EU-27 Compromis sur la Directive Efficacité Energétique du 13 Juin 2012: 17% de baisse de la consommation d’énergie primaire en Europe en 2020 au lieu de 20% initialement Obligation pour les fournisseurs d’énergie de réduire leurs ventes de 1,5% par an à partir de 2014 Source: BP statistical report 2011 – analyse Capgemini, EEMO14

8 Les étapes clés de la mise en œuvre de la Directive européenne d’Efficacité Energétique
2012 2013 2014 2015 2016 25 octobre Adoption de la Directive 2012/27/UE relative à l'efficacité énergétique 31 décembre La Commission fournit des orientations sur les Plans d’Actions Nationaux sur l’Efficacité Energétique 30 avril Les Etats Membres publient leur rapport d’avancement (exercice à répéter annuellement) 1 janvier Date d’effet de la Directive 30 juin La Commission soumet son rapport sur la mise en œuvre de l’Article 7 (obligation d’économies d’énergie de 1,5% du volume des ventes finales de 2014 à 2020) au Parlement et au Conseil 30 avril Les Etats Membres doivent soumettre leurs Plans Nationaux sur l’Efficacité Energétique à la Commission (exercice à répéter tous les 3 ans) 24 novembre Publication de la Directive au Journal Officiel 5 juin Date limite pour les Etats Membres pour se conformer à la Directive 30 juin La Commission soumet son évaluation des Plans Nationaux au Parlement et au Conseil 5 décembre Entrée en vigueur de la Directive Tous les Etats Membres doivent soumettre leurs objectifs indicatifs nationaux fin avril Si la Commission européenne estime qu'ils ne sont pas suffisants pour atteindre l'objectif global d'ici 2020, les États Membres devront réévaluer leurs plans.

9 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

10 Avec le Grenelle de l’Environnement, la France a déjà mis en place certaines mesures
(que la Directive européenne) Source: Analyse CDC Climat recherche d’après la directive et MEDDTL (2011)

11 Quelques pays dont la France ont adopté les Certificats d’Economie d’Energie (CEE)
Copyright © 2010 Capgemini Consulting. All rights reserved. Dernière période (2ème): Objectif: 6,1 PJ par an Economies réalisées ( ): 14,6 PJ (soit. 119%) Nature des actions: 49% dans l’industrie Consommation d’énergie finale (2011): 615 PJ DANEMARK UK Dernière période (CERT*): 1er Avril Mars 2012 (étendue jusqu’au 31 Décembre 2012) Objectif cumulé: 293 MtCO2 Economies réalisées à la fin de la 4ème année (au 31 Mars 2012): 241,8 MtCO2 (soit 82,5%) Nature des actions: 64% pour de l’isolation, 21,4% pour de l’éclairage Consommation d’énergie finale (2011): TWh BELGIQUE (Flandres) Période: depuis 2003 Objectif: 0,58 TWh par an Economies réalisées (2009): objectif dépassé d’au moins un facteur 4 Consommation d’énergie primaire (2011): 694 TWh FRANCE Période en cours (2ème): Objectif cumulé: 345 TWh (1ère période: 54 TWh) Economies réalisées depuis le lancement du dispositif (à Février 2013): 349,5 TWh (soit 87,6%) Nature des actions: >80% dans le résidentiel, 1/3 pour le remplacement de chaudières, 20% pour de l’isolation Consommation d’énergie finale (2011): TWh ITALIE Période: Objectif cumulé: 22,4 Mtoe Economies réalisées depuis le lancement du dispositif (à Février 2013): 349,5 TWh (soit 87.6%) Nature des actions: 70% dans le résidentiel, 51% pour de l’éclairage Consommation d’énergie primaire (2011): 173 Mtoe *CERT: Carbon Emissions Reduction Target Source : Eurostat, régulateurs – analyse Capgemini Consulting Copyright © 2009 Capgemini. All rights reserved.

12 En France, le dispositif a généré de bons résultats mais il est jugé trop complexe
Une approche trop diffuse Les CEE portent sur des actions ponctuelles qui ne s’avèrent pas forcément les plus performantes en termes de Maîtrise de l’Energie (MDE). Il est souvent plus efficace d’isoler correctement son logement que de changer de chaudière. De plus, le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) qui devrait guider le client dans ses choix, est incomplet Une large méconnaissance du dispositif par les consommateurs Des sondages montrent la méconnaissance du dispositif (par exemple, 37% seulement des syndics ou 42% des entreprises du secteur agro-alimentaire connaissent le dispositif des CEE*). Pourtant, les bénéficiaires du programme en sont particulièrement satisfaits (97%), et plus de la moitié d’entre eux ont vu le coût de leur travaux diminuer en bénéficiant de CEE* Un processus administratif lourd et un coût prohibitif L’administration a multiplié les contrôles a priori, complexifiant ainsi les procédures, et alourdissant le coût du système, ce qui, au final, freine le développement des certificats Une approche trop théorique des gains attendus Les calculs d’efficacité énergétique sont théoriques, et le système ne permet pas de vérifier les gains réels ex-post Peu ou pas de retour sur investissement La durée d’amortissement des investissements en MDE pour un client reste très élevée (> ans) compte tenu, d’une part, des prix relativement bas de l’électricité et du gaz et, d’autre part, de l’absence de prise en compte des « externalités », c’est-à-dire de l’impact sur l’environnement des consommations Source: *sondages lavieimmo.com, juin 2012 et nr-pro.fr, janvier 2013 et **sondages TNS Sofres et CertiNergy/ADEME, janvier 2013

13 Les différentes parties prenantes ont des positions contrastées
Obligés - Utilities Pour EDF et GDF Suez: dispositif trop lourd administrative-ment et trop coûteux Ne pouvant pas répercuter les coûts du système des CEE dans leur prix, ils doivent prendre les surcoûts sur leur marge Obligés - Pétroliers Total, Auchan et Leclerc satisfaits Leclerc propose d’utiliser une partie des certificats d'économies d'énergie pour financer des bornes de recharge électrique Eligibles (collectivités, bailleurs sociaux..) Faible participation des collectivités territoriales: 3,4% des CEE attribués au 2ème semestre 2012 Mais les CEE sont quasiment le seul outil de financement des actions de MDE Agrégateurs CertiNergy, Economie d’Energie SAS évidemment favorables au maintien du dispositif Les freins : Méconnaissance du sujet Incertitudes sur les résultats Coût des investissements Rentabilité Mais la hausse future des prix de l’énergie est un levier pour les CEE Professionnels bâtiment / installateurs Un dispositif à améliorer, peut être avec d'autres usages, comme l'amortissement d'un prêt par exemple Une multiplication par 2 des quotas serait peut-être trop importante pour le seul secteur du bâtiment Associations professionnelles L’ATEE est satisfaite du dispositif et estime que la France constitue un modèle pour les autres pays L’UFE plaide pour une refonte complète du dispositif des CEE Pour le SERCE, le système arrose trop large, sans cibler les projets les plus pertinents La FNCCR souhaite le maintien du dispositif actuel Sources: Note ATEE Janvi / Conférence UFE Nov / Enerpresse SERCE Janv. 2013

14 Une contribution massive du dispositif au plan de rénovation thermique
La DGEC s’est engagée à publier les caractéristiques de la 3ème triennale mi-2013 2ème triennale ( ) 2011 2012 2013 2014 2015 Mai Sept Nov Jan Avr Juin 3ème triennale (2014 – 2016) Phase de concertation DGEC / Acteurs Phase de consultation publique (débat Transition Energétique) Fixation des caractéristiques précises de la 3ème période Rapport à la ministre Rapport de la Cour des Comptes sur les CEE Période d’adaptation des organisations et des systèmes pour les obligés Pour la 3ème période, la DGEC préconise la poursuite – tout en le simplifiant – du dispositif des CEE. Elle suggère: Un objectif de 600 TWh cumac* qui correspond au 1,5% de réduction des ventes imposé aux fournisseurs Une contribution massive du dispositif au plan de rénovation thermique * Le « kWh cumac » est l’unité d'économie comptabilisée en kWh d’énergie finale, cumulés sur la durée de vie de la mesure, et actualisés

15 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

16 Les programmes d’efficacité énergétique doivent combiner des actions passives et actives
Travaux d’isolation Adoption d’équipements à économies d’énergie ou de classe énergétique supérieure Limitation des modes de veille sur les appareils électriques Normes de construction basse consommation pour les bâtiments et les équipements Actions actives Tarifs progressifs Compteurs intelligents Maîtrise de la demande énergétique (information sur la consommation, conseils, alertes via la facture, Internet, les SMS, les smart phones ou les réseaux sociaux) Changement des comportements des clients grâce à des équipements de contrôle à distance des appareils (thermostat du chauffage, électroménagers, etc) via des afficheurs dans le logement ou un portail web Les consommateurs doivent clairement pouvoir identifier leur bénéfice: les solutions existantes supposent un investissement dont la rentabilité n’est pas encore évidente et ils ne veulent pas faire de compromis sur leur confort

17 Extrait des résultats de l’étude*
Capgemini a réalisé une étude évaluant le potentiel de maîtrise de la demande d’énergie en 2020 Extrait des résultats de l’étude* Dans l’étude, les potentiels d’écrêtement de la demande de pointe et de réduction de la consommation sont modélisés à partir d’un scénario de base: Croissance du PIB sur : 1,8% en moyenne Taux de croissance annuel composé (TCAC) de la consommation d’électricité sur : 0,7% Existence de certains programmes d’efficacité énergétique tels que les certificats d’économies d’énergie ou le Grenelle de l’Environnement Des hypothèses sont prises sur: La régulation (normes et standards, objectifs d’efficacité énergétique, tarifs et politiques incitatives) Les règles de marché (possibilité de monétiser l’efficacité énergétique sur les marchés de gros, optimisation des contrats, marchés de capacité) Adoption des compteurs intelligents et leurs fonctionnalités (pour le segment des particuliers) Des offres et services sont modélisés avec des hypothèses sur leur taux de pénétration auprès des clients Forecast scenario (dark bars) Dynamic scenario (light bars) Dynamic scenario % peak shaving % energy saving CO2 emissions saving (in Mt) 14% 2% 7.6 1 Normative hypothesis: 1 kWh saves 700g CO2 (average European value considering avoided peak capacity is mainly gas-fired plants) 2 Expressed in equivalent of avoided consumption of large size cities (2 mio inhabitants and 150,000 commercials, average consumption of 8.2 TWh/year) 3 Expressed in equivalent of avoided construction of power plants (500 MW) Source: Capgemini Consulting L’étude montre qu’il existe un potentiel réel d’effacement de la pointe, alors que les gains d’économies d’énergie sont plus modestes *Etude Demand Response Capgemini Consulting, VaasaETT et Enerdata

18 L’information/éducation des consommateurs est un élément crucial pour la maîtrise de l’énergie
Au Japon, après le tsunami, un objectif de 15% de réduction de la consommation d’électricité a été fixé pour l’été 2011 Les gros industriels ont reçu l’ordre de restreindre leur consommation Les producteurs indépendants ont partagé leur production Restrictions sur la consommation des gros industriels: 550 heures entre le 1er Juillet et le 9 Septembre Mise en place de projets pour générer des économies d’énergie et organisation de réunions pour les plus petits consommateurs Aide à l’installation de systèmes d’auto-production Production Consommation Centrales hors service suite au séisme Pointe Eté 2010 (5/8/2010) Perte de capacité hydraulique suite aux pluies torrentielles 15.57 GW 16.58 GW 5/8/2010 Pointe Eté 2011 (9/8/2011) 13.03 GW 9/8/2011 12.46 GW 9/8/2011 Températures plus basses que l’année précédente Moindre demande après le séisme Efforts d’économies d’énergie Eté 2010 Eté 2011 Eté 2011 Source: JETRO La demande d’électricité a baissé de plus de 4 GW (de 16.6 GW sur l’été 2010 à 12.5 GW sur l’été 2011), évitant ainsi un blackout

19 Déploiement des compteurs intelligents en Europe (statut à Avril 2013)
Le déploiement des compteurs intelligents devrait aussi contribuer à la Maîtrise de la Demande 80% des consommateurs de la Communauté Européenne devraient être équipés de compteurs électriques intelligents en Tous les pays doivent avoir mené une analyse coûts-bénéfices d’ici septembre 2012 Les compteurs intelligents impactent toute la chaîne de valeur Production : Moins d’investissements dans des moyens de pointe Diminution des émissions de CO2 Distribution : Amélioration de la gestion des interventions Réduction des activités de relève Réduction des pertes (techniques et non techniques) Meilleure gestion des incidents / pannes Fourniture : Meilleur gestion des pointes de consommation Optimisation amont / aval Optimisation des processus de relation clientèle en particuliers le recouvrement des factures Qualité de service Fidélisation clients : Meilleure compétitivité des offres Plus grande fiabilité des factures Meilleure information Déploiement des compteurs intelligents en Europe (statut à Avril 2013) Source: Rapports des régulateurs , CEER and nombreuses autres sources – analyse Capgemini, EEMO14 19

20 Ce programme a permis une baisse des consommations de pointe
Les tarifs horaires sont un levier important pour la Maîtrise de la Demande : L’exemple de l’Ontario Tarifs régulés à modulation horaire (c$/kWh) Enseignements 2,4% de réduction de la pointe (période 11h00 – 17h00) 5,7% de report de consommation (sur une plage horaire de 3 à 4 heures) Report de consommation hors heures de pointe difficilement mesurable 6% de réduction de la consommation Certaines réductions de consommations de pointe (éclairage par exemple) n’ont pas été prises en compte durant les périodes creuses Ce tarif a eu un effet indirect sur les schémas de consommation 3% d’économie sur les factures avec les tarifs horaires (par rapport aux factures avec les tarifs standards) 75% des consommateurs ont réalisé des économies Ces tarifs horaires ont été proposés comme un outil permettant aux consommateurs d’analyser leur consommation et de maîtriser leur facture. Ce programme a permis une baisse des consommations de pointe Copyright © 2009 Capgemini. All rights reserved. 20

21 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

22 Les résultats en termes d’efficacité énergétique sont globalement meilleurs en Allemagne qu’en France Évolution des index d’efficacité totaux et par secteur (industrie, résidentiel et transport) en France et en Allemagne Allemagne France Source : Enerdata - Odyssee. Base 100 =1991 (Les chiffres ont été retravaillés afin d’obtenir un index 100 pour l’année Il n’y a pas de données pour l’Allemagne pour l’année Il n’existe pas de données pour le secteur tertiaire) Entre 1991 et 2008, l’index total a diminué plus fortement en Allemagne (-22%) qu’en France (-18%)

23 En Allemagne, le prix élevé de l’énergie incite aux économies d’énergie, en particuliers dans le secteur des résidentiels Consommation d’électricité spécifique* par habitant (kWh/ha) L’Allemagne est plus performante que la France en matière d’efficacité énergétique du fait de : La mise en place dès 1999 de la réforme fiscale écologique en Allemagne (les taxes sur l’électricité ont augmenté de 18% de 1999 à 2003 pour le résidentiel, se traduisant par une augmentation de la facture de 11%) Des augmentations très limitées des prix de l’électricité en France Une meilleure efficacité énergétique en moyenne des appareils vendus en Allemagne Un comportement probablement plus vertueux des consommateurs allemands (du fait des prix élevés et d’une sensibilité plus grande face aux questions de préservation de l’environnement) …et malgré un taux d’équipement des ménages en électroménager supérieur en Allemagne (*) consommation comprenant l’électroménager, l’éclairage, l’audiovisuel, la bureautique…), hors chauffage Source : Enerdata – Odyssée Evolution des prix de l’électricité résidentiel/industrie* (€kWh) (*) résidentiels consommant entre 2500 kWh et 5000 kWh ; industriels entre 500 MWh et 2000 MWh Source : Enerdata

24 L’Allemagne se positionne en leader dans le domaine de l’efficacité énergétique des bâtiments
Analyse comparée des progrès dans la mise en œuvre des recommandations d’efficacité énergétique de l‘IEA Allemagne France Tous secteurs Bâtiments Appareils électriques Eclairage Transport Industrie Utilities Mise en œuvre complète Projet de mise en œuvre Mise en œuvre partielle Non mis en œuvre Mise en œuvre en cours Source : Progress Implementing the IEA 25 Energy Efficiency Policy Recommendations – OCDE Mars 2012 L’Allemagne n’a pas encore mis en œuvre un cadre réglementaire précis pour l’efficacité énergétique dans l’Industrie et les PME, et les Utilities n’avait jusqu’à présent qu’une obligation d’information sur les économies d’énergies envers les consommateurs La rénovation des logements stagne aujourd’hui en France

25 La maîtrise de l’énergie
La prévision de consommation d’électricité est un élément clé pour bâtir la transition énergétique Les objectifs de maîtrise de l’énergie sont difficiles à atteindre Les dispositifs actuels de maîtrise de l’énergie sont-ils adaptés ? Les facteurs clés de réussite sont techniques, financiers et culturels La comparaison France-Allemagne en matière de maîtrise de l’énergie est instructive La question de la maîtrise de l’énergie dans les bâtiments est centrale

26 L’essentiel des économies d’énergie est à réaliser dans le secteur du bâtiment
Nombre de bâtiments certifiés LEED* en Europe *LEED: Leadership in Energy and Environmental Design Source: US Green Building Council Global Public LEED Directory Europe Amérique du Nord Australie/Asie Exemples de certification Les normes imposées depuis quelques années ont permis la multiplication de projets de bâtiments basse consommation

27 La rénovation des bâtiments est plus difficile à mettre en œuvre
Politique de développement durable de Bouygues Immobilier Années de construction des logements en Europe du Nord-Ouest* *AT, BE, CH, DE, DK, FI, FR, IE, LU, NL, NO, SE, UK BBC: Bâtiment Basse Consommation BEPOS: Bâtiment à Energie POSitive Source: Bouygues Immobilier Source: Buildings Performance Institute Europe

28 Les smart cities et éco-quartiers sont un élément essentiel des réseaux intelligents
Un nouveau métier est à inventer la fourniture de tous les services depuis l’audit énergétique, le diagnostic de rénovation jusqu’aux travaux d’amélioration de l’habitat et à l’installation d’équipements permettant les économies d’énergie

29 La meilleure énergie est celle qui n’est pas consommée
Conclusion Les économies d’énergie sont une nécessité Mais leur mise en œuvre est soumise à des conditions: La présence des bons signaux économiques L’accès à des financements Une régulation incitative Une communication intense Et cela prendra du temps La meilleure énergie est celle qui n’est pas consommée

30


Télécharger ppt "La maîtrise de l’énergie Contribution au débat sur la transition énergétique Institut Paul Delouvrier 27 Mai 2013 Colette Lewiner Conseillère énergie."

Présentations similaires


Annonces Google