La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Epidémie à Enterococcus faecium résistant à la vancomycine de type Van B (EfRV) au CH de Béthune (Pas de Calais) Réalisation dune enquête de prévalence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Epidémie à Enterococcus faecium résistant à la vancomycine de type Van B (EfRV) au CH de Béthune (Pas de Calais) Réalisation dune enquête de prévalence."— Transcription de la présentation:

1 Epidémie à Enterococcus faecium résistant à la vancomycine de type Van B (EfRV) au CH de Béthune (Pas de Calais) Réalisation dune enquête de prévalence en Mai 2008 S. DEKEYSER 1, F. DUFFOSSEZ 2, S. PAYEN 1, Equipe opérationnelle dhygiène 3, K. BLANCKAERT 4, D. DESCAMPS 1,3 1. Laboratoire Central de Biologie médicale, CH Béthune. 2. Département dinformation médicale, CH Béthune 3. Unité dhygiène et de lutte contre les infections nosocomiales, CH Béthune 4. Antenne régionale Nord Pas de Calais – CCLIN Paris Nord, Lille OBJECTIFS Dans le cadre de la maîtrise de lépidémie à Enterococcus faecium résistant à la vancomycine de type Van B qui sévit au CH de Béthune (538 lits dont 409 de MCO) depuis mars 2008, nous avons organisé une enquête de prévalence mandatée par les autorités sanitaires le 06 mai 2008 dans les services de court et long séjour non encore touchés par lépidémie : tous les patients hospitalisés dans ces services depuis plus de 24 heures sont concernés. Le but de cette enquête était de mieux contrôler lépidémie en établissant un état des lieux du portage ERV au CH de Béthune. METHODES Services inclus:Services exclus (déjà dépistés dans le cadre de lépidémie)Services exclus (non à risques)) - Cardiologie- Fédération de Néphrologie / Rhumatologie (hémodialyse incluse)- Maternité et gynécologie - Neurologie (dont lunité neurovasculaire)- Médecine polyvalente- Pédiatrie - Pneumologie- Endocrinologie- Unité de soins paliatifs (structure externe ) - Chirurgie (viscérale, traumatique, HPDD)- Réanimation- Hôpital de jour - Gastroentérologie- Soins de suite et réadaptation- Consultations externes - Soins continus durgence - Unité de soins de longue durée (USLD) Organisation de lenquête Services cliniques Laboratoire - Information au patient hospitalisé, de lenquête et de son droit au refus- Enregistrement dans le SGL avec un code spécifique - Recueil des éléments nécessaires à lenquête (fiche patient) :- Préparation de feuilles de travail par service données administratives,- Ensemencement en VRE bouillon – AES laboratoire puis isolement date dadmission dans létablissement et provenancesur milieu chromogène (ChromID TM VRE R – Biomérieux) traitement anti-infectieux le jour de lenquête- Lecture des cultures, identification et antibiogramme à 48 et 72h antécédents dinfection à Clostridium difficile- Vérification et anonymisation des fiches patients - Prélèvement réalisée à chaque entrée, du mardi 6 mai 0h au 7 mai 0h:- Saisie et exploitation des résultats avec le logiciel Epidata écouvillonnage intra-rectal profond échantillon de selles RESULTATS - Sur les 239 patients prélevés le jour de lenquête, 9 se sont révélés porteur dEfRV : taux de prévalence : 3,4 % âge moyen des patients porteurs : 81,5 ans (58 à 91 ans) durée moyenne dhospitalisation : 15 jours antécédents dhospitalisation multiples pour 3 dentre eux traitement anti–infectieux : 2 patients identification de 3 nouvelles filières de soins DISCUSSION La première souche dEfRV a été isolée le chez une patiente de néphrologie présentant une infection urinaire. Fin avril, 20 patients étaient porteurs dEfRV (18 colonisations et 2 infections) répartis dans 6 services de soins. Une enquête de prévalence a donc été organisée en 1 semaine, afin détablir un état des lieux du portage EfRV au sein de lhôpital : 9 patients supplémentaires se sont ainsi révélés porteurs avec identification de 3 structures de soins non encore impliquées dans lépidémie jusqualors : la neurologie, les soins continus durgence et la chirurgie viscérale. Lorganisation de cellules de crise et la réactivité des équipes médicales ont permis une prise en charge rapide de ces patients en zone de cohorting. Ces 9 patients dépistés comme porteurs dEfRV ont généré 181 sujets « contacts », dont 5 cas secondaires de colonisation à EfRV (4 pour le service de neurologie et 1 patient pour la filière soins continus durgence). Les structures daccueil des patients transférés dans lintervalle a également permis de maîtriser la propagation de cette épidémie CONCLUSION Lorganisation de cette enquête de prévalence a contribué au contrôle de lépidémie à EfRV au CH de Béthune : lidentification de nouveaux services de soins contaminés a permis déviter une propagation encore plus importante de cette bactérie dans lhôpital. En effet, les seuls patients dépistés comme porteurs dans les semaines qui ont suivi ont été uniquement des cas secondaires (dernier cas positif :18 juin 2008) dans des filières de soins déjà identifiées.


Télécharger ppt "Epidémie à Enterococcus faecium résistant à la vancomycine de type Van B (EfRV) au CH de Béthune (Pas de Calais) Réalisation dune enquête de prévalence."

Présentations similaires


Annonces Google