La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Grands Projets de Transport et Impacts Locaux Le Panel dInspection de la Banque mondiale, outil de bonne gouvernance et de responsabilisation institutionnelle?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Grands Projets de Transport et Impacts Locaux Le Panel dInspection de la Banque mondiale, outil de bonne gouvernance et de responsabilisation institutionnelle?"— Transcription de la présentation:

1 Grands Projets de Transport et Impacts Locaux Le Panel dInspection de la Banque mondiale, outil de bonne gouvernance et de responsabilisation institutionnelle? Jean-Roger Mercier, Louis-Philippe Mousseau, Hedwige Jullien SIFÉE 2007

2 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Objectifs de la recherche Distiller les enseignements des cas traités par le Panel dInspection (PI) de la Banque mondiale, en particulier celles relatives aux grands projets de transport Réfléchir à lapplicabilité de ces leçons apprises à dautres grandes opérations de transport et de développement, notamment celles financées par la Banque Africaine de Développement (BAfD) Plus généralement, réfléchir à lapplication des leçons apprises à la gouvernance des instances globales de financement, ainsi quà la responsabilisation sociétale des intervenants du secteur des transports et de la société civile.

3 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE La Banque mondiale Créée juste après la 2ème Guerre mondiale Dirigée par les Gouverneurs de chacun des 185 pays membres qui se font représenter par un Conseil dAdministration (CA) qui approuve chaque prêt/crédit/don Le droit de vote de chaque pays est proportionnel aux parts du capital souscrit La Banque mondiale a environ opérations en cours dans une centaine de pays emprunteurs et prête environ 20 milliards de dollars supplémentaires chaque année (environ un quart de lAide Officielle au Développement).

4 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Modus Operandi du CA Le CA est présidé par le Président de la Banque mondiale qui dirige également le personnel (« La Direction ») Le CA fonctionne et commissions (ex. Comité dÉthique), et gère un Groupe dÉvaluation Indépendant (GEI) et un Panel dInspection Les prêts de la BM sont destinés à financer des projets d'intérêt général en les assortissant de politiques opérationnelles permettant également de respecter l'ensemble des intérêts particuliers locaux. Le PI permet de s'assurer que ce respect est effectif.

5 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Le Panel dInspection - Anatomie Opérationnel depuis 1994 Formé de trois « sages » permanents ayant uniquement une fonction de recours Totalement indépendant de la Direction de la Banque mondiale A contribué à générer des émules dans les banques régionales de développement et dans certains organismes (ex. Japanese Bank for International Cooperation)

6 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Le PI - Physiologie Le Panel reçoit une plainte Léligibilité de la plainte est jugée sur la base de six critères statutaires et la Direction de la BM doit fournir une « Réponse » documentée à la plainte sous 21 jours Si la plainte est éligible, le PI propose au CA une investigation complémentaire Si le CA accepte la recommandation du PI, linvestigation de terrain a lieu Suite au rapport final du PI, la Direction fournit un « Rapport », sous 21 jours, présentant son plan daction pour mettre en place les recommandations du PI Tous les rapports sont publiés sur Internet.

7 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Critères Techniques du PI Les Plaignants doivent être au nombre minimum de deux, partager des préoccupations ou des intérêts communs et résider dans le pays emprunteur Les Plaignants doivent affirmer quil y a eu violation grave des politiques de la Banque entraînant des dommages [ou risques de dommages] Les Plaignants doivent affirmer que les problèmes en question ont été portés à lattention de la Direction et, quà leurs yeux,cette dernière na pas réussi à leur fournir une réponse satisfaisante Lobjet de la Demande ne doit pas avoir trait à la passation de marchés Le prêt doit encore être en vigueur, avec moins de 95% décaissés Si le Panel a précédemment fait une recommandation sur le sujet.., la Demande doit affirmer quil existe des preuves ou des faits nouveaux dont nul navait connaissance au moment de la Demande antérieure Source: PI

8 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Méthodologie de cette recherche Identification des projets transport ou ayant une composante transport dans les 45 projets ayant fait lobjet dune plainte auprès du PI Analyse des rapports du PI et des recommandations relatives à ces projets « transport » Synthèse des rapports pour tirer les enseignements utiles aux praticiens des évaluations environnementales et sociales

9 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Les Projets Analysés Arun IIINépal32,8 m $*Investigation Pont sur la Jamuna Bangladesh200,0 m $*Éligibilité Ressources Naturelles, Etat Rondônia Brésil167,0 m $*Éligibilité Pétrole TchadCameroun & Tchad 78,0 m $*Investigation Transport Urbain Inde (Mumbai) 542,0 m $*Investigation Santa Fé Infrastructure Argentine126,7 m $*Éligibilité * Montant du prêt BM

10 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Le Projet Pétrolier Tchad Le plus grand projet dinvestissement en Afrique Sub-saharienne (US$ 4,2 milliards) Consortium pétrolier américano-malais Approuvé en 2000 par la BM Phase de construction des 300 puits et km doléoduc achevée 18 mois avant les prévisions Renforcement des capacités locales très en retard par rapport à la composante construction.

11 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Le Projet Pétrolier Tchad (2) Situation politique encore très instable au Tchad Deux plaintes (Tchad 2001 et Cameroun 2002) Dans les plaintes: 13 violations de politiques (dont 7 de nature environnementale et sociale) Violations confirmées par le PI pour seulement 3 politiques Indemnisations versées par le consortium Problèmes résiduels (marée noire Kribi)

12 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Les 5 autres projets Arun Népal : Violations confirmées pour 6 politiques, dont celles ayant trait à lÉvaluation environnementale, aux Populations autochtones et au Déplacement involontaire de personnes. Projet retiré du CA par Jim Wolfensohn. Pont Jamuna : Violations confirmées pour 2 politiques (Évaluation environnementale et Déplacement involontaire), mais pas dinvestigation sur le terrain (plan proposé par la Direction adopté) Transport Urbain Mumbai : violations confirmées de 7 politiques, dont celles sur lÉvaluation environnementale et le Déplacement inv. Brésil Rondônia : doutes exprimés par le PI sur les 12 politiques citées dans la plainte. CA a préféré continuer lopération avec correctifs. Argentine Santa Fé: violations confirmées sur 2 politiques (Éval. env. et Déplacement inv.)

13 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Vue densemble Sur les six cas « transport » : violations confirmées dans 5 cas sur 6 pour la politique de diffusion de linformation (le plus souvent insuffisance de diffusion locale) Sur les 45 projets ayant fait lobjet dune plainte depuis 1994: les politiques environnementales et sociales sont les plus souvent citées et violées, aux côtés de celles de diffusion de linformation et de supervision des projets.

14 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Observations Générales De 2 plaintes en moyenne par an au début du fonctionnement du PI ( ), on est passé à 4 plaintes/an depuis début 2005 Pratiquement toutes les plaintes ont trait à des projets en cours dexécution et donc de supervision par la BM Lénergie est le secteur le plus représenté dans les plaintes (13 plaintes sur 45 projets) - vive Québec Lun des maillons les plus faibles du PI est labsence de pouvoir statutaire de ce dernier relativement au suivi des mesures correctrices auxquelles la Direction sengage dans son rapport final.

15 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Implications Internes BM Le risque de devoir subir une enquête de la part du Panel dInspection sur une quelconque opération a créé une nouvelle culture au sein de la Direction et du personnel de la BM. Les plus bureaucratiques ont développé, dans les postes managériaux intermédiaires (Directeur, Chef de Division) en particulier, une attitude extrêmement prudente, voire frileuse, en refusant denvisager un projet entraînant un déplacement involontaire de personnes ou une évaluation environnementale complète. Les plus intelligents, eux, ont compris que, si la préparation du projet est rigoureuse, le risque de voir une intervention du Panel est sérieusement minimisé (mais non annulé).

16 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Conclusions Partielles Le PI est effectivement un outil de gouvernance qui fournit un indispensable retour dinformations sur la réalité des impacts locaux En tant quoutil de responsabilisation, en particulier pour les grands projets de transport, le PI permet : La satisfaction des demandes légitimes des plaignants Une mise des gouvernements emprunteurs devant leurs obligations de droit international Une meilleure application par la Banque mondiale de ses politiques opérationnelles, en particulier environnementales et sociales Une meilleure transparence des décisions du CA qui statue publiquement sur les propositions du PI Un bon complément des approches techniques et scientifiques du Groupe dévaluation indépendant (GEI), lautre outil du CA

17 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Pour rire et sourire Réponse de la Direction (juil. 2004): « La Direction estime que la Banque a tout mis en oeuvre pour assurer la conformité avec ses politiques et procédures… » Rapport du Panel (déc. 2005): « La Banque na pas assuré la conformité avec la directive 4.30…[Elle] na pas fait preuve de la diligence requise dans ce domaine [boutiquiers de bas et moyens revenus à déplacer] pour sassurer que la conception du projet respectait la directive 4.30 » Rapport de la Direction (fév. 2006): « La Direction est daccord avec cette conclusion du PI ».

18 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Applicabilité à la Banque Africaine de Développement Contexte: Juin 2004 : Décision du Conseil dadministration de créer un Mécanisme dExamen Indépendant (MEI) au sein de lUnité de médiation et de Revue de la Conformité Mai 2007 : Mise en place effective et officialisation des 3 Experts: Dr. Madiodio Niasse (Chef MEI) Dr. Maartje van Putten (membre), ancienne du PI/BM Prof. Daniel D. Bradlow (membre) Mandat différent du PI de la BM (plus proche de lapproche de la SFI – conformité et médiation) Première plainte: Transport Électricité, Ouganda

19 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Mécanisme dExamen Indépendant - BAfD Le Directeur de lUnité de médiation et de revue de la Conformité sest engagé, depuis la prise de ses fonctions, à augmenter le niveau de sensibilisation au MEI des cadres de gestion et du personnel technique (en particulier, dans les complexes opérationnels) La sensibilisation sera assortie dun renforcement à trois niveaux: opérations, politiques, bureaux régionaux.

20 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Conclusions Générales (1) Le recours au Panel dInspection BM fonctionne Il touche un nombre très faible dopérations de prêts/crédits/dons de la Banque mondiale (moins de 1%), dans le secteur transport comme dans les autres secteurs Les cas traités par le PI ont joué un rôle de régulation et de pacification sociales localement, et eu un profond impact sur la culture du personnel BM, les coûts de transaction et sur la nature des opérations financées, mais..

21 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Conclusions Générales (2) Le processus nest pas autorégulé : Le PI nest pas tenu deffectuer un chiffrage indépendant des dommages réels dans leur totalité, non plus que des risques de dommages il nexiste pas de lien direct entre dommages réels ou redoutés, les recommandations du Panel et, enfin, les activités compensatoires au pire, les plaignants nobtiennent rien si leurs droits ne sont pas validés, mais le coût de chaque plainte est, de toute façon, élevé pour la collectivité (au minimum 1/2 à 1 million US$ ou plus, dont une bonne partie aux frais de la Direction de la BM, le reste aux contribuables planétaires) Lamplification des remèdes mis en place par la BM eu égard aux dommages (réels ou potentiels) identifiés par les plaignants est conséquente, partiellement parce que les six critères sont satisfaits de manière mécanique (seul critère de substance : existence dun dommage matériel réel ou potentiel).

22 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Le Bon Sens Pr è s de Chez Nous Une manière intelligente et peu coûteuse de responsabiliser un projet, surtout un grand projet de transport, est de prévoir, dès sa conception, des fonctions in situ de médiation et de conciliation qui, en complément du système juridique local, permet déviter le marteau pilon pour écraser une mouche.

23 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Si nous avons le temps… Citation de Charles Alton, consultant US « A complete understanding of the public decision process is more important than total agreement » A vous de traduire… en action

24 Mercier, Mousseau, Jullien, SIFÉE Pour en savoir plus….. Un ouvrage indispensable, actuellement disponible uniquement en anglais: - Maartje van Putten (2006) - Policing the World, Tilburg and McGill Universities Le site public Les auteurs:


Télécharger ppt "Grands Projets de Transport et Impacts Locaux Le Panel dInspection de la Banque mondiale, outil de bonne gouvernance et de responsabilisation institutionnelle?"

Présentations similaires


Annonces Google