La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Émilie Raymond Andrée Sévigny André Tourigny Espace partagé de santé publique Nice, 28 mai 2010 Colloque « Participation sociale »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Émilie Raymond Andrée Sévigny André Tourigny Espace partagé de santé publique Nice, 28 mai 2010 Colloque « Participation sociale »"— Transcription de la présentation:

1 Émilie Raymond Andrée Sévigny André Tourigny Espace partagé de santé publique Nice, 28 mai 2010 Colloque « Participation sociale »

2 Nos travaux sur la participation sociale des aînés

3 Famille et proches Gouvernances et organisations Société Vieillir en santé Améliorer lenvironnement général et les conditions de vie des personnes âgées en agissant sur : normes sociales concernant le vieillissement et les personnes âgées; p rogrammes et politiques publiques en santé, environnement, transport, économie,éducation, sécurité publique, justice, etc. (aux niveaux national, provincial, régional, m d Famille et proches Gouvernances et organisations Société Organiser adéquatement les services de santé et de services sociaux (de la promotion de la santé aux soins de fin de vie) en agissant sur : valeurs, croyances et attitudes des gestionnaires et intervenants au regard des personnes âgées et du vieillissement; structures des rôles et responsabilités; mécanismes : information, participation, prise de décision; relations personnes âgées/famille/intervenants; pratiques professionnelles et interprofessionnelles; liens sectoriels, intersectoriels et avec réseau communautaire; intégration continuité, accessibilité et globalité des services (1 re ligne et spécialisés); développement des ressources. Favoriser lengagement et la participation des personnes âgées et améliorer le soutien à celles-ci : valeurs, croyances et attitudes face au potentiel et aux besoins des personnes âgées; liens de la personne âgée avec sa famille et ses proches; liens de la personne âgée avec sa communauté; liens entre toutes les générations; opportunités pour se développer et contribuer; réseaux de soutien «formel» et «informel», soutien aux aidants. Créer des milieux de vie sains et sécuritaires, en agissant sur : qualité du lieu de résidence (domicile ou institution); qualité de vie du quartier; sécurité des lieux publics; infrastructures et dispositifs qui favorisent les activités; conditions de travail (bénévole ou rémunéré); disponibilité et accessibilité des produits, biens et services. Améliorer les aptitudes individuelles et la capacité dadaptation des personnes âgées en agissant sur : valeurs, croyances et attitudes face au vieillissement; vie spirituelle et sens donné à la vie; estime de soi et sentiment dutilité; compétences personnelles et sociales; éducation, littératie, fonctionnement cognitif; force, résistance, endurance physique; habitudes de vie et autres comportements liés à la santé. Perspectives pour un vieillissement en santé: un modèle conceptuel Améliorer lenvironnement général et les conditions de vie des personnes âgées en agissant : normes sociales concernant le vieillissement et les personnes âgées; programmes et politiques publiques en santé, environnement, transport, économie, éducation, sécurité publique, justice, etc. (aux niveaux national, provincial, régional, municipal et local). Personne âgée Éviter lapparition des problèmes psychosociaux de santé mentale et physique Détecter les problèmes de santé physique et agir précocement Détecter les problèmes psychosociaux et de santé mentale et agir précocement Communauté Gérer adéquatement les conditions chroniques

4 La trajectoire de nos travaux Revue de la littérature sur la participation sociale des aînés Des débats à mener? Des actions à entreprendre? Des changements à faire? Consultation publique Cible en santé publique Comment favoriser la participation sociale des aînés? Quest-ce que la participation sociale? Comment ça se vit ici?

5 Rapport de recherche La participation sociale des aînés dans une perspective de vieillissement en santé Réflexion critique appuyée sur une analyse documentaire Émilie Raymond Andrée Sévigny André Tourigny Denise Gagné

6 Une perspective critique

7 La notion de participation sociale… Nest pas une panacée, ni une potion magique Nest surtout pas neutre Nest pas comprise de la même manière par tout le monde

8 Les groupes de discussion

9 Le processus des groupes de discussion Recrutement Par le biais de leaders locaux ou dassociations Formation des groupes: homogénéité vs. hétérogénéité Souplesse de lagenda Accessibilité et accommodements Réalisation du groupe de discussion Accueil et convivialité Disposition du local Activités stimulantes et « universelles » Matériel en appui Suivi Engagement à tenir les gens informés Les participants des groupes = premier auditoire des résultats Et maintenant?

10 À vous la parole!

11 Recension dinterventions

12 Éventail des modes dintervention sur la participation sociale P a r t i c i p a t i o n s o c i a l e Engagement citoyen et militance Bénévolat et aide informelle Activités et démarches collectives Interactions sociales en contexte de groupe Interactions sociales en contexte individuel

13 Interactions sociales en contexte individuel Objectifs des interventions Exemple dintervention Rejoindre les plus vulnérables Briser lisolement Connecter aux services Community gatekeepers « Ben, moi là, ma photo, je me vois là, je vois une personne âgée qui aime ça être écoutée. Elle aime ça, des fois, parler de son vécu, puis être écoutée. Lautre personne, elle écoute, ça lintéresse beaucoup.»

14 Interactions sociales en contexte de groupe « Puis je trouve quon est comme une famille, on a hâte de se voir, on se connaît tous, ça fait que cest plaisant, on a hâte de venir à chaque semaine. » Friendship enrichment program Favoriser le maintien à domicile Développer les réseaux : relations et soutien social Objectifs des interventions Exemple dintervention

15 Objectifs des interventions Exemple dintervention Activités et démarches collectives « Limportant cest de samuser, cest davoir du plaisir à faire de quoi avec du monde et tu sens que ça progresse. Ça cest important. » Réaliser un projet en groupe Développer des stratégies dadaptation et un rôle social Senior center garden club

16 Objectifs des interventions Exemple dintervention Bénévolat et aide informelle Soutenir chez les aînés une contribution au bien-être de groupes vulnérables Experience corps Baltimore « Javais cette conscience de mimpliquer. Alors, je considère que la société ma donné beaucoup. Alors, pour moi ça fait partie de mes valeurs de redonner un petit peu des services à la société. »

17 Objectifs des interventions Exemple dintervention Engagement citoyen et militance Faciliter chez les aînés la prise de parole sur la scène publique et limplication dans des mouvements de changement social Raging Grannies « Le social cest des gens âgés qui sont assis autour dune table et qui font comme aujourdhui, qui discutent et qui cherchent des solutions et qui cherchent à intervenir, pour le bien de la société.»

18 P a r t i c i p a t i o n s o c i a l e Engagement citoyen et militance Bénévolat et aide informelle Activités et démarches collectives Interactions sociales en contexte de groupe Interactions sociales en contexte individuel Linkplus SWAT Friendly companion Friendly visitor Volunteer networking Upstream healthy living center Successful aging Aging and loneliness project Adult day group Senior center Support group Garden Club SHAPE Social activation Visual art discussion MASH Intergenerational group Community intergenerational program Experience corps Baltimore Foster grandparent program Intergenerational tutoring program Long Island City 2000 Homeshare NSW Experience corps for independent living Raging grannies Fife user panels LEAR activités sociales santé psychologique activité physique et force TV Empowerment estime de soi Friendship enrich- ment program solitude relations positives Community gatekeepers impact des troubles cognitifs utilisation services Creativity and aging study

19 Ce qui peut influencer la participation sociale des aînés

20 SociodémographiquesPersonnelsOrganisationnels Age Sexe Scolarité Statut socioéconomique Revenu État de santé Emploi et retraite Motivations Transport Lieu de résidence Connaître possibilités Culture des professionnels Trois grandes catégories

21 Quels facteurs prendre en compte? Sur quels facteurs chercher à intervenir?

22 Des conditions de « réussite »

23 Soutenir les relations sociales significatives, lexercice dun rôle et la réciprocité Formation des intervenants et des bénévoles Respect et maintien de lidentité personnelle Implication dans les structures décisionnelles Durée dintervention suffisante (>6 mois) Éléments-clés des interventions les plus « réussies » Originalité du recrutement et approches de proximité

24 De la réflexion à laction

25 Que feriez-vous pour favoriser la participation sociale des aînés?

26 Si vous aviez à prioriser une seule action pour favoriser la participation sociale des aînés à Besançon, quelle serait-elle? P a r t i c i p a t i o n s o c i a l e Engagement citoyen et militance Bénévolat et aide informelle Activités et démarches collectives Interactions sociales en contexte de groupe Interactions sociales en contexte individuel

27 SociodémographiquesPersonnelsEnvironnementaux Age Sexe Scolarité État civil Revenu État de santé Emploi et retraite Motivations Transport Lieu de résidence Connaître possibilités Culture des professionnels Dans le cadre de laction choisie, serait-il important de prendre en considération lun ou lautre des facteurs influençant la participation sociale des aînés?

28 Soutenir les relations sociales significatives Formation des intervenants et des bénévoles Respect et maintien de lidentité personnelle Implication dans les structures décisionnelles Durée dintervention suffisante (>6 mois) Originalité du recrutement et approches de proximité Comment pourrait-on tenir compte de ces conditions de « succès »?

29 Merci pour votre attention Pour nous joindre:

30 TABLEAU 1Associations entre la participation sociale et la santé des aînés AuteurDevisÉchantillonMesuresRésultats 1 Abu-Rayya 2006 (Europe) Étude transversale sujets 65 ans -Engagement social (questions fermées par rapport à la participation à différents types dactivités sociales au cours du mois précédent) Symptômes dépressifs La corrélation entre lâge et la somme des engagements est significativement négative; les ans sont ceux qui participent le plus; les aînés européens tendent à moins participer socialement à mesure quils vieillissent; il ny a pas de différence significative entre les hommes et les femmes. La corrélation entre la dépression et lengagement social est significativement négative. Les résultats suggèrent quil pourrait être possible de combattre les symptômes dépressifs chez les aînés en les encourageant à augmenter leur niveau de participation sociale 2 Avlund 2004 (Finlande, Danemark) Étude prospective de cohortes (5 ans) 651 sujets 75 ans -Relations sociales : -structure : contact téléphonique avec les enfants et amis/ membership dans un club du 3 ème âge/ participation sociale (visiter des gens, recevoir des visites, participer à des activités sociales à lextérieur du domicile) /diversité des relations (1 contact/sem. avec les membres du réseau) / réciprocité en termes daide aux autres -fonction : soutien social instrumental (travail domestique, cuisine, etc.) par des amis et des parents -Déclin fonctionnel -Mortalité Avoir des contacts téléphoniques hebdomadaires a un impact positif sur le déclin fonctionnel; leffet protecteur des contacts téléphoniques est supérieur à celui des contacts en personne. Explication possible : quand les gens sont en contact face-à-face avec des membres de leur famille, ces proches peuvent réaliser les tâches au lieu dencourager laîné à le faire, ce qui favorise une perte de fonctions. La relation peut être à linverse, cest-à-dire que la visite de proches indique la perte de fonctions. Les contacts téléphoniques peuvent causer moins de pression et produire plus de soutien informationnel positif. Une faible participation sociale est associée au déclin fonctionnel chez les femmes. En général, les relations sociales des hommes sont moins développées que celles des femmes, mais les résultats indiquent que plus daspects des relations sont reliés au déclin fonctionnel des femmes 3 Bath 2005a (Angleterre) Étude prospective de cohortes (8 ans) sujets 65 ans -Engament social : Brief assessment of social engagement (BASE [1] ) -Troubles cognitifs -État général de santé -Utilisation des services de santé et sociaux -Consommation de médicaments -Symptômes dépressifs et affect -Activité physique habituelle Lengagement social est associé de manière significative à lutilisation des services de santé et sociaux (visite chez le médecin de famille et linfirmière communautaire, obtention dune aide domestique) et lusage de plusieurs médicaments prescrits. Les aînés qui ont un engagement social fort sont moins susceptibles dutiliser les services ou de consommer deux médicaments ou plus. 4 Bennett 2005 (Angleterre) Étude prospective de cohortes (8 ans) 359 sujets 65 ans -Engagement sociale (BASE) -État de santé objectif (dossiers médicaux) -État de santé subjectif (perception de létat de santé) La santé objective prédit lengagement social; plus la santé dune personne se dégrade, moins elle sera susceptible de sengager dans des activités sociales. Lengagement social mesuré au point 1 prédit létat de santé subjectif au point 2; cependant, cette relation nest plus valable entre le point 2 et le point 3; on pense que cette différence est due à lâge : vieillir aurait une influence croissante sur lengagement social. On pourrait penser quen encourageant les aînés à participer socialement et à maintenir leur engagement social, ils seront plus susceptibles de se considérer eux-mêmes comme en santé. Lengagement social semble agir différemment sur la santé objective et subjective. [1] [1] Accès à un téléphone; appels reçus ou faits; activités religieuses; vote lors délections; vacances; fréquentation de la bibliothèque publique; activités associatives; détention dun laissez-passer de transport en commun; accès à un véhicule; perception des contacts avec la famille ou les amis (suffisants ou pas) et de la fréquence des sorties; type de ménage; nombre damis dans le secteur; amis ou voisins à qui demander de laide; occupation dun emploi; mobilité; possession dun téléviseur ou dune radio; abonnement à un journal ou à une revue

31 AuteurDevisÉchantillonMesuresRésultats 5 Grennefield 2004 (États-Unis) Étude transversale 373 sujets ans -Implication comme bénévole ou non (volontariat formel) -Affect positif et négatif -Buts/intentions Les aînés qui sont bénévoles rapportent un bien-être psychologique supérieur à celui des aînés qui ne le sont pas. Une absence de rôles identitaires majeurs, comme ceux offerts par le bénévolat, constitue un facteur de risque important pour un faible bien-être psychologique. Le volontariat peut servir de facteur protecteur contre la perte de but dans la vie et offrir un rôle identitaire dont les aînés peuvent tirer des avantages psychologiques. 6 Li 2005 (États-Unis) Étude prospective de cohortes (8 ans) 815 sujets 60 ans -Travail volontaire : répertoire des activités de volontariat formel et informel et nombre dheures consacrées à chacune au cours de la dernière année -Symptômes dépressifs -État de santé (dysfonctions) Le volontariat formel a de modestes effets bénéfiques sur 8 ans; suggère quil sagit dun antidote à la dépression efficace à long terme; le volontariat formel est généralement une activité publique, plus apte à engranger la reconnaissance et la légitimité publique. Aucun effet bénéfique ou négatif pour le volontariat informel; même si laide informelle implique davantage dobligations et de fatigue, sa nature altruiste pourrait aider à neutraliser ses effets sur la dépression. Les résultats indiquent que le volontariat formel et linformel ne se renforcent pas mutuellement; le volontariat formel encourage laide informelle, mais pas linverse. Les sujets ayant le plus haut niveau de participation formelle sont aussi ceux qui donnent le plus daide informelle. Les problèmes de santé physique prédisent lactivité volontaire (davantage que les symptômes dépressifs), surtout pour laide informelle. 7 Litwin 2006 (Israël) Étude transversale retraités -Activité sociale informelle et formelle, activité solitaire -Qualité des relations sociales (relations avec les enfants, les amis et les voisins + autoévaluation du sentiment de solitude) -Bien-être (satisfaction par rapport à la vie, satisfaction par rapport à lutilisation du temps et bien-être psychologique) -État de santé (activité physique, problèmes de santé, autoévaluation de létat de santé, comparaison par rapport à lannée antérieure) La qualité des relations sociales est positivement associée au bien-être au 3 ème âge. La qualité des relations sociales présente une association plus solide avec le bien-être que létendue ou la quantité dactivité informelle. Quand les relations sociales et linformation quantitative relative à lactivité informelle sont examinées en même temps, aucune association significative ne peut être établie entre lactivité informelle et le bien- être, ce qui soutient lhypothèse que les aspects relationnels des activités informelles sont les principaux responsables du bien-être. En somme, le bien-être ne dépend pas de ce que les gens font, mais plutôt davec qui ils le font. 8 Maier 2005 (Allemagne) Étude prospective de cohortes (10 ans) 473 sujets > 70 ans -Activité (reconstruction du jour antérieur à lentretien : nature de chaque activité, contexte social, temps consacré) -Mortalité La participation sociale est associée à la survivance. Les individus qui ont un plus haut niveau dactivité sociale et passent plus de temps en compagnie dautres ont un risque de mortalité inférieur; cependant, les associations ne sont pas significatives, sauf pour le contexte social « avec des amis ». Il semble que les effets de la participation sociale ne dépendent pas des activités sociales en soi, mais de la présence dautres personnes; tous les contextes ne sont pas équivalents : les amis sont choisis librement, passer du temps avec eux est gratifiant et affirme la valeur de la personne impliquée; pour leur part, les contacts avec la famille tendent à être plus ambivalents (obligation de réciprocité, perte dautonomie, etc.). 9 Morrow- Howell 2003 (États-Unis) Étude prospective de cohortes sujets 60 ans -Volontariat : statut (volontaire ou non), heures de volontariat, nombre et type dorganisations, perception des bénéfices du volontariat pour dautres -Bien-être : auto-évaluation de létat de santé, dépendance fonctionnelle, symptômes dépressifs Le volontariat a un impact positif sur le bien-être au 3 ème âge. Il existe une relation non linéaire entre le nombre dheures de volontariat et le bien-être; le statut (être volontaire ou non) est associé au bien-être; même un petit nombre dheures de volontariat peut être bénéfique. Aucune influence de lintégration sociale informelle, du sexe, de lorigine ethnique, de la perception des bénéfices du volontariat, du type dorganisation, du nombre dorganisations. Le volontariat est plus bénéfique pour les aînés ayant des limitations fonctionnelles. Ce qui compte est le fait dêtre volontaire, au-delà du nombre ou du type dorganisations où la personne sengage

32 AuteurDevisÉchantillo n MesuresRésultats 10 Van Willigen 2000 (États-Unis) Étude prospective de cohortes 705 sujets 60; sujets Rôle de volontaire formel ou non, type dorganisations (religion, éducation, politique, 3 ème âge, autre), nombre dheures (12 derniers mois) -Satisfaction par rapport à la vie -Perception de létat de santé Les femmes de 60 ans et plus nétaient pas plus susceptibles dêtre volontaires que les hommes du même âge, mais elles y consacraient un plus grand nombre dheures. Les aînés ne faisant pas de volontariat ont la perception davoir une moins bonne santé que ceux en faisant. La direction de la relation : du volontariat vers bien-être (le bien-être psychologique et physique ne prédit pas le volontariat). À bénévolat dans davantage dorganisations, plus de bien-être. À plus dheures de volontariat, plus de satisfaction; cependant, les bénéfices physiques commencent à diminuer après 100 h/an (impact négatif pour 140h et plus, seulement 7.5% des aînés consacraient au volontariat 160 ou plus par année). Le niveau dactivité ne pouvait expliquer limpact du rôle de volontaire sur la satisfaction ou la perception de létat de santé; les bénéfices ne sont pas seulement liés au niveau dactivité; le travail volontaire le plus bénéfique pour le bien-être psychologique se situe dans les organisations religieuses, le plus commun chez les aînés. 11 Wahrendorf 2006 (Europe) Étude prospective de cohortes 22 sujets 50 ans -Productivité sociale : travail volontaire ou charitable; soin à un adulte malade ou handicapé; aide informelle à la famille, aux amis ou aux voisins (réalisation de lactivité durant le dernier mois, évaluation du rapport efforts/reconnaissance) -Bien-être (4 domaines conceptuels : contrôle, autonomie, autoréalisation et plaisir) -Symptômes dépressifs Pour les trois catégories de productivité sociale, être actif est associé à de plus haut taux de bien-être ; ce patron est particulièrement valable pour le volontariat et laide informelle. Les niveaux de bien-être sont inférieurs dans le groupe des personnes qui expérimentent des échanges non réciproques (relation significative pour le volontariat et laide informelle). Cest la qualité de léchange vécu dans le cadre de lactivité productive qui importe pour le bien-être; donner de laide et faire du volontariat sont associés au mieux-être au point où ils sont enracinés dans un principe fondamental de léchange social : la réciprocité. La réciprocité est plus difficile quand on prend soin de personnes malades ou handicapées; fournir des efforts récurrents en ayant peu despoir de voir la situation saméliorer est souvent vu comme une expérience stressante Faire du volontariat dans le contexte dun échange social équilibré renforce le bien-être des aînés. 12 Young 1998 (États-Unis) Étude transversale 629 sujets 60 ans vivant en zone rurale -Participation sociale dans un cadre formel (organisations volontaires, politiques, club) -Utilisation de services publics -Perception de létat de santé La participation sociale instrumentale (organisations formelles orientées vers la communauté) prédit positivement la perception de létat de santé (hommes et femmes); la participation expressive (organisations formelles orientées vers les membres) la prédit pour les femmes. 13 Zunzunegui 2003 (Espagne) Étude prospective de cohortes (4 ans) 964 sujets > 60 ans -Engagement social avec les enfants, les proches et les amis (aide, rôle dans leur vie) -Réseaux sociaux : nombre de contacts mensuels, visuels et téléphoniques, avec des amis et des proches -Index dintégration sociale : être membre dune association communautaire, prendre part à au moins une célébration religieuse/mois et fréquenter les centres commu. pour ainés -Fonctions cognitives Avoir des réseaux sociaux peu développés, une faible intégration sociale et un bas niveau dengagement social est significativement associé à la mortalité. Les aînés présentant des contacts sociaux pauvres et un désengagement social sont plus à risque de souffrir dun déclin cognitif ou de démence. Linfluence des relations sociales sur les fonctions cognitives varie en fonction du sexe ; lengagement avec les amis protège les femmes, mais pas les hommes; les femmes qui vivent seules ont une participation sociale plus active, davantage de contacts et un engagement plus actif auprès damis et de proches comparativement aux femmes vivant avec leur mari ou une autre personne; au contraire, les contacts sociaux, lintégration et lengagement des hommes ne sont pas associés à leur type darrangement de vie.

33 TABLEAU 2Impacts des interventions recensées sur la santé et le bien-être AuteurInterventionDevisÉchantillonMesuresRésultats 1 Aday 2006 Senior center Centres pour aînés offrant différents services Étude descriptive, États-Unis 415 femmes > 50 ans (x 74 ans, 274 vivant seules et 141 avec leur époux) Satisfaction par rapport à limpact du centre sur la vie quotidienne, émergence dun réseau de soutien social, participation aux activités du centre (liste dactivités à cocher) satisfaction dans la vie solitude Davantage de bénéfices pour les femmes âgées vivant seules 2 Andersson 1985, 1984 Age and loneliness process Rencontres de groupe thématiques Étude contrôlée aléatoire, Suède 108 femmes ans (x 77ans) vivant seules, en attente dun appartement pour aînés (40 femmes groupe dintervention) Intégration sociale (solitude et contacts sociaux), aliénation (buts dans la vie et sentiment de pouvoir), ressources psychologiques (estime de soi, capacité de faire confiance), ressources de santé (plaintes somatiques, perception de létat de santé, médicaments, pression sanguine), activités (participation à des activités organisées, activités de loisirs) significative contacts sociaux significative pression sanguine significative activités de loisirs presque significative estime de soi presque significative buts dans la vie 3 Arnetz Social activation Formation de groupes dintérêts entre des résidents dimmeubles pour aînés Étude pré- post-test avec groupe- contrôle, Suède 60 aînés (x 78 ans, 30 aînés groupe dintervention) Endocrinologie, état de santé physique, sociale et psychologique significative de la participation aux activités publiques interactions entre le personnel et les résidents (activités partagées, prise de parole, plaintes) santé physique Ambivalence du personnel face aux aînés qui prennent leur place 4 Austin 2006 Garden Club Jardin communautaire géré par des aînés Étude pré- post-test États-Unis 6 aînés (x âge 68 ans) Perception de létat de santé, activités, symptômes dépressifs, condition physique (chaque participant avait son propre plan de daction) significative activités sociale significative santé psychologique Le jardinage communautaire est devenu une activité de loisirs entièrement assumée par ses participants Effets à plus long terme sur la santé physique à prévoir 5 Barnes 1998 Fife users panels and frail services users Réunir des aînés fragiles et isolés pour influencer la planification et loffre de services de santé et sociaux Étude qualitative, Angleterre 20 aînés fragiles et isolés (x 82 ans) Bénéfices pour les aînés, impacts sur loffre de services de santé et sociaux aux aînés frêles Pour les participants : développement personnel, estime de soi et capacité dinfluencer le changement, contacts sociaux et réciprocité Pour les services : construire un dialogue et rapprocher deux cultures demande du temps, mais ouverture graduelle à une implication au-delà de consultations ponctuelles de validation Double amélioration : conditions de vie des participants et des aînés en général 6 Bogat 1983 Friendly visitor program Deux types de visites à domicile : orientées vers la construction de réseaux sociaux / vers les interactions avec le bénévole Étude pré- post-test, États-Unis 35 aînés (12 dans le programme « réseaux », 11 dans le programme « interactions ») Satisfaction, sentiment de contrôle, perception de létat de santé, symptômes dépressifs, réseaux sociaux (actuels et désirés), contacts sociaux (appels téléphoniques, visites), qualité de vie, activités Peu de différences significatives entre les 3 groupes Plus de bénéfices pour le groupe « réseaux »: satisfaction, sentiment de contrôle, perception de létat de santé, symptômes dépressifs Plus de bénéfices pour le groupe « interaction » : réseaux désirés, appels téléphoniques, visites Le groupe « réseaux » offre davantage de bénéfices psychologiques, alors que lautre offre plus de bénéfices sociaux

34 AuteurInterventionDevisÉchantillonMesuresRésultats 7 Caserta Bereavement support group Groupe dentraide pour veufs (animés par des pairs / par des professionnels ) Étude contrôlée aléatoire, États-Unis 286 veufs ans Nombre de rencontres auxquelles le sujet a participé, ressources personnelles (estime de soi, satisfaction, sentiment de compétence), symptômes dépressifs, peine significative des symptômes dépressifs et de la solitude Résultats renforcés chez ceux entretenant des contacts avec des membres hors du groupe et une plus longue durée dintervention Les habiletés intra-personnelles comme lestime de soi et la satisfaction par rapport à sa vie pourraient être plus importantes quun groupe dentraide pour traverser un deuil 8 Cheung 2000 Volunteer networking Visites à domicile pour des aînés frêles et isolés Étude pré- post test, Hong Kong 125 aînés frêles et isolés (x 77 ans) Perception de létat de santé et maladies, intégration sociale, anxiété, connaissance au sujet de la communauté et des services pour aînés significative anxiété significative intégration sociale significative connaissances (communauté et services pour aînés) Une amélioration sur le plan de la santé physique demanderait des compétences spéciales de la part des bénévoles 9 Cohen 2006 Creativity and aging study Chorale formée daînés Étude quasi expérimenta- le, États- Unis 141 aînés (x âge 79 ans, 77 aînés groupe dintervention) Perception de létat de santé et de lutilisation de services de santé, santé mentale (moral, solitude, symptômes dépressifs), engagement dans des activités sociales (inventaire des activités : nature, fréquence et durée), médication utilisée significative perception état de santé (groupe contrôle = déclin) Tendance à laugmentation dactivités (groupe contrôle = diminution significative des chutes (groupe contrôle = augmentation) significativement supérieure des visites chez le docteur significativement moins élevée de la consommation de médicaments solitude plus importante moral moins importante 10 Fisher 2004 Senior Health and Physical Exercise (SHAPE) Programme communautair e de marche Étude pré- post-test avec groupe contrôle, États-Unis 582 aînés 65 ans (224 aînés groupe intervention) Santé mentale, santé physique, satisfaction santé mentale santé physique satisfaction Questionnement par rapport aux effets de lintervention : dus à la marche comme telle ou encore au soutien du groupe, au sentiment dappartenance et à lattention personnalisée reçue des responsables des groupes de marche 11 Florio 1998 Community gatekeepers Programme de vigiles communautair es pour rejoindre les aînés isolés et vulnérables Étude descriptive, États-Unis 88 aînés référés aux services pour aînés (x 79 ans, 40 référés par des gatekeepers) Nature des interventions réalisées auprès des aînés, conditions disolement, patron dutilisation des services de santé Individus référés par des vigiles communautaires : significativement plus susceptibles dêtre enrôlés dans lévaluation et la gestion de cas; significativement plus susceptibles de continuer de recevoir ce type de services après 1 an, ce qui reflète le degré disolement social, besoin dintervention continue pour répondre au manque de système de soutien; services diminution de lisolement, pas daugmentation non plus, difficulté de construire des systèmes de soutien pour ces clients (+ intervention individuelle); caractéristiques au départ : moins susceptibles dêtre mariés, plus susceptibles de vivre seul, plus haut niveau disolement social; moins limités physiquement, moins dimpact des problèmes médicaux sur la santé, moins susceptibles davoir un médecin ou den avoir vu un dans les 3 derniers mois; plus dimpact des problèmes cognitifs sur la vie quotidienne; besoin de davantage de service lors de la référence initial; pas plus susceptibles dêtre institutionnalisés, peuvent être maintenus dans le domicile de façon sécuritaire

35 AuteurInterventionDevisÉchantillonMesuresRésultats 17 Kalson 1976 Mutual Association for Self-Help (MASH) Rencontres entres aînés et adultes vivant avec un retard intellectuel (PVRI) Étude quasi expériment a-le, États- Unis 32 aînés (x 79 ans, 16 aînés groupe dintervention) Moral, satisfaction, interactions sociales Pour le groupe expérimental : satisfaction par rapport au rôle social et attitude à légard des personnes vivant avec un handicap Évidence clinique dun nombre accru dinteractions sociales pour le groupe dintervention Différence significative quant à lattitude par rapport aux PVRI 18 Kaplan 1994 Long Island City-2000 Démarche intergénératio n-nelle de planification de lavenir de la communauté locale Étude pré- post-test réalisée aux États-Unis 8 aînés ans (48 enfants, 30 dans le groupe dintervention) Perception des bénéfices du projet, intérêt et connaissance à légard, attitude par rapport à lautre génération Le projet na pas altéré la perception quavaient les aînés de leur quartier, mais prise de conscience par rapport aux enjeux locaux Augmentation des connaissances sur le quartier : géographie, besoins des résidents, processus de planification urbaine Confiance dans les perceptions et idées personnelles au sujet du quartier, prise de parole Sensibilisation aux réalités de lautre groupe dâge Certaines activités sont plus attirantes pour un groupe que pour lautre Le rôle des aînés dans lécole représente plus que du tutorat ou de lassistance à des professeurs 19 Kinnevy 1999 Intergenera- tional tutoring Tutorat scolaire auprès denfants de 5 à 9 ans Étude descriptive, États-Unis 97 aînés ans (x 70 ans) Perception des bénéfices personnels du tutorat : générativité, bien-être, opportunité (faire quelque chose dutile, apprendre de nouvelles choses) En général, les tuteurs perçoivent que leur participation au programme est bénéfique ; perception qui ne varie pas en fonction de lâge, du sexe ou du statut civil; les bénéfices augmentent avec laugmentation de la durée de limplication -par rapport aux 4 thèmes : -+ bénéfices = bien-être (100%), ensuite générativité (96%); ce haut niveau de satisfaction pourrait être dû à la nature des programmes intergénérationnels, qui offrent un sentiment de maîtrise aux aînés à une époque de leur vie où ils peuvent percevoir quils perdent des capacités -opportunité (95%) -socialisation; aspect le plus nommé au moment didentifier laspect le plus bénéfique du programme (avec les enfants, lors des formations et lors des réunions mensuelles) 20 Kocken 1998 Successfull aging Cours animés par des aînés d pour promouvoir la participation, le soutien social et le bien-être Étude pré- post-test avec groupe contrôle, Pays-Bas 320 aînés 79 ans (138 dans un des 6 groupes dintervention) Attitudes par rapport au vieillissement, perception de lopinion publique quant aux aînés, sentiment defficacité personnelle par rapport à de nouvelles activités, participation sociale, soutien social et bien- être soutien social perception de létat de santé

36 AuteurInterventionDevisÉchantillonMesuresRésultats 21 Morrow- Howell 1998 Link Plus Service téléphonique pour aînés dépressifs / suicidaires Étude contrôlée aléatoire, États-Unis 61 aînés (x 76 ans, 30 aînés dans le groupe dintervention) Symptômes dépressifs, activités physiques, activités de la vie quotidienne, isolement social, barrières à laccès aux services de santé mentale symptômes dépressifs nombre de contacts sociaux ( satisfaction à leur égard) 22 Poole 1993 Community intergenera- tional program Rencontre intergénération- nelles récréatives aînés-enfants Étude qualitative, Canada 13 aînés (x âge 80 ans) vivant dans une résidence pour aînés autonomes Observation participante globaleDifficile de recruter des aînés, essentiel dutiliser diverses stratégies et de saisir au vol les opportunités informelles Niveau de satisfaction élevé des participants Prise en charge partielle du groupe par les participants Poursuite de contacts informels au-delà des 8 sem. dactivités Les professionnels de différentes disciplines (enseignement, nursing) orientent à leur façon le déroulement du projet 23 Rabiner 2001 Experience corps for independant living Bénévolat auprès daînés fragiles Étude descriptive, États-Unis Plusieurs centaines de bénévoles Évaluation dimplantation : description du déploiement, différence entre la proposition initiale et la réalité sur le terrain, leçon à tirer Principal réalisation = élargir les services offerts aux aînés frêles ( clients et nombre dheures de service) Bénévoles « intensifs » = expériences de vie prestigieuses, expertise; bénévoles attitrés à des tâches non traditionnelles de volontariat; individus très motivés, expériences nouvelles leur offrant plus destime de soi, des opportunités de se développer et dapprendre, de nouveaux amis, la chance de partager ce quils ont appris 24 Rook 2003 Foster grandparent program Soins bénévoles à des enfants grandement malades Étude contrôlée aléatoire, États-Unis 180 sujets 60 ans (x 70 ans, 52 aînés groupe intervention) Santé psychologique (estime de soi, solitude et dépression), liens sociaux (échanges positifs ou négatifs) significative des relations sociales santé émotionnelle Le programme facilite la formation de liens entre pairs en offrant des opportunités pour des contacts sociaux réguliers structurés autour dactivités partagées et de rôles sociaux significatifs; cependant, ces nouveaux liens ne sont pas associés avec les gains attendus sur le plan de la santé émotionnelle 25 Schultz 1993 Leadership Enhance- ment for the Active Retired (LEAR) Cours pour développer lefficacité civique et le leadership communautaire Étude qualitative, États-Unis 27 sujets (63 ans) Caractéristiques des aînés ayant assumé des fonctions de leadership après les formations (par rapport à ceux nen ayant pas assumé), perception des besoins de formation supplémentaire Pour les femmes, nouvelles avenues dexpression et de leadership et occasion de modifier les rôles sexués traditionnels Plus dintérêt pour des rôles dans des organisations quasi gouvernementales que pour des organisations daînés Facteurs associés à la formation au leadership communautaire: motivation (conscience de ses habiletés personnelles et des besoins de la communauté); construction de la confiance (simpliquer dans le processus et reconnaître ses habiletés), pertinence (approches expérientielles et pratiques) et conscientisation (enjeux locaux)

37 AuteurInterventionDevisÉchantillonMesuresRésultats 26 Stein 1981 Service workers action team (SWAT) Équipe multidisciplina ire offrant des services de santé et sociaux de proximité aux aînés Étude pré- post-test avec groupe contrôle, États-Unis 401 aînés (x 75 ans, 243 aînés groupe dintervention) Symptômes anxieux et dépressifs, participation sociale, satisfaction, estime de soi, fonctionnement dans le cadre des activités de la vie quotidienne, jours dhospitalisation et passés au lit, maladies, visites chez le docteur significative fonctionnement psychosocial des aînés Déclin fonctionnel au bout de 6 mois, mais significativement moins prononcé pour les sujets du groupe dintervention Services les plus utilisés : infirmiers et récréatifs, tous deux de groupe, peut-être un des motifs de laugmentation de la participation sociale; le contexte dutilisation des services pourrait mener à la de lisolement et à l de lestime de soi 27 Stevens 2006 Friendship enrichment program Cours sur lenrichisseme nt des amitiés Étude pré- post-test avec groupe contrôle, États-Unis 115 femmes (x 63 ans, 60 femmes groupe dintervention) Relations sociales, solitude significative du développement damitiés positives significative de la solitude pour les sujets ayant combiné les deux stratégies : amélioration des amitiés existantes + développement de nouvelles amitiés 28 Stewart 2001 Support groups for widowed seniors Groupe dentraide pour veuves Étude pré- post test, Canada 23 veuves 55 ans (x 66 ans) Soutien social, affect positif et négatif, solitude, isolement social et émotionnel significative satisfaction par rapport au soutien significative besoins de soutien significative affect positif Opportunités de former de nouvelles relations et de sengager dans des activités sociales, échange de stratégies dadaptation Plus dimpact pour les veuves depuis moins de deux ans 29 Tse 2005 Adult day group Centres offrant un différents types dactivités (récréatives et sociales) Étude ethnographi- que, Australie 8 aînés ansIntérêts passés et présents, expériences vécues au centre, motifs de la participation, forces et faiblesses du centre La structure et le contenu des centres, qui dépendent dans une large mesure des habiletés et attitudes du personnel, influencent les relations interpersonnelles Le compagnonnage avec les autres clients et le personnel est une opportunité de donner et de recevoir du soutien Des insatisfactions sont parfois vécues (différences interpersonnelles, activités infantilisantes) Le centre permet de sortir de la maison, de rester occupé et davoir du plaisir, mais il représente plus que lamusement : il permet dêtre engagé dans un milieu significatif 30 Wesley mission Melbourne 2004 Homeshare Maison partagée entre aînés et jeunes adultes Étude descriptive, Australie 86 jumelages (x des aînés 82 ans, 20% 90 ans) Durée moyenne des jumelages, perception des aînés, de leurs proches et des jeunes adultes hébergés quant aux bénéfices / difficultés du programme Option efficace pour certains aînés vivant seuls et qui désirent demeurer dans leur domicile besoins en services de soutien à domicile pour certains participants, possibilité de rester plus longtemps chez-soi Jeunes : maximiser le temps universitaire, logement abordable Entourage des aînés : réduction de lanxiété au sujet du bien- être du proche âgé; également, bénéfices intergénérationnels et en matière de capital social 31 Wikström 2007 Visual art discussions Rencontres de groupe autour dœuvres dart : discussions et réminiscence Étude contrôlée aléatoire, Suède 40 femmes 70 ans (20 groupe dintervention, groupe contrôle avec activité de groupe) Interactions sociales (interactions avec des amis et des proches, activités sociales, TV), satisfaction à légard de ces interactions significative des interactions satisfaction à légard des interactions significative du visionnement de TV Les discussions autour de lart visuel, plus que les discussions sur les loisirs et intérêts, contribuent à augmenter le niveau dactivités sociales

38 Pourquoi parler de participation sociale des aînés? Au cœur des modèles de vieillissement: actif, productif, en santé… Évoque la transformation des expériences et des rôles sociaux des aînés Sujet dintérêt pour les aînés et leurs proches Beaucoup moins lisse et unanime quon ne pourrait le croire…

39 Comment en parler? Comme un moyen de faire face au vieillissement de la population? Comme un ingrédient essentiel dun vieillissement optimal? Comme un tremplin vers de « nouveaux » rapports dâge, vers de « nouvelles » pratiques de citoyenneté?


Télécharger ppt "Émilie Raymond Andrée Sévigny André Tourigny Espace partagé de santé publique Nice, 28 mai 2010 Colloque « Participation sociale »"

Présentations similaires


Annonces Google