La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Qu'est-ce que la poésie. Regarde les textes qui vont suivre... Poésie ou non?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Qu'est-ce que la poésie. Regarde les textes qui vont suivre... Poésie ou non?"— Transcription de la présentation:

1 Qu'est-ce que la poésie

2 Regarde les textes qui vont suivre... Poésie ou non?

3 Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne, Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends. J'irai par la forêt, j'irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps. Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées, Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit, Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées, Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit. Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe, Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur, Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. Victor Hugo

4 Une poésie, c'est en vers : Les mots sont en lignes de longueur régulière et à la fin, il y a des rimes!

5 Comment on fait les tartelettes amandines. Battez, pour qu'ils soient mousseux, Quelques oeufs; Incorporez à leur mousse Un jus de cédrat choisi; Versez-y Un bon lait d'amande douce; Mettez de la pâte à flan Dans le flanc De moules à tartelette; D'un doigt preste, abricotez Les côtés; Versez goutte à gouttelette Votre mousse en ces puits, puis Que ces puits Passent au four, et, blondines, Sortant en gais troupelets, Ce sont les Tartelettes amandines!

6 Une poésie, c'est en vers : Tout texte en vers n'est pas forcément poétique!

7 Une poésie, c'est en vers : Pas toujours : il existe des poèmes en prose...

8 Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l'eau d'une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l'air. Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j'entends dans tes cheveux! Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur la musique. Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l'espace est plus bleu et plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine. Dans l'océan de ta chevelure, j'entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d'hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l'éternelle chaleur. Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d'un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes. Dans l'ardent foyer de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l'infini de l'azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l'huile de coco. Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs. Charles Baudelaire

9 Une poésie, ça parle d'amour : Le vocabulaire est celui des sentiments, le poème est souvent adressé à une personne aimée...

10 Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous. Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux. J'arrive tout couvert encore de rosée Que le vent du matin vient glacer à mon front. Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée Rêve des chers instants qui la délasseront. Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête Toute sonore encore de vos derniers baisers ; Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête, Et que je dorme un peu puisque vous reposez. Paul Verlaine

11 Une poésie, ça parle d'amour : On peut parler d'amour sans faire de poésie!

12 Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête Ton rire me crie de te lâcher Avant de perdre prise, et d'abandonner Car je ne t'en demanderai jamais autant Déjà que tu me traites, comme un grand enfant Et nous n'avons plus rien, à risquer A part nos vies qu'on laisse, de côté Et il m'aime encore, et moi je t'aime un peu plus fort Mais il m'aime encore, et moi je t'aime encore plus fort

13 Une poésie, ça parle d'amour : Pas toujours... par exemple : la poésie engagée

14 Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ? Ces filles de huit ans quon voit cheminer seules ? Ils sen vont travailler quinze heures sous des meules Ils vont, de laube au soir, faire éternellement Dans la même prison le même mouvement. Accroupis sous les dents dune machine sombre, Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans lombre, Innocents dans un bagne, anges dans un enfer, Ils travaillent. Tout est dairain, tout est de fer. Jamais on ne sarrête et jamais on ne joue. Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue. Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las. Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas ! Ils semblent dire à Dieu : - Petits comme nous sommes, Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! Ô servitude infâme imposée à lenfant ! Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant Défait ce qua fait Dieu ; qui tue, oeuvre insensée, La beauté sur les fronts, dans les coeurs la pensée, Et qui ferait - cest là son fruit le plus certain ! - DApollon un bossu, de Voltaire un crétin ! Travail mauvais qui prend lâge tendre en sa serre, Qui produit la richesse en créant la misère, Qui se sert dun enfant ainsi que dun outil ! Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ? Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme, Une âme à la machine et la retire à lhomme ! Que ce travail, haï des mères, soit maudit ! Maudit comme le vice où lon sabâtardit, Maudit comme lopprobre et comme le blasphème ! Ô Dieu ! quil soit maudit au nom du travail même, Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux, Qui fait le peuple libre et qui rend lhomme heureux ! Victor Hugo

15 La poésie, c'est une suite de beaux mots qui ne veulent pas forcément dire quelque chose... Dans la poésie, les images servent à faire ressentir le texte:

16 Je t'attendais ainsi qu'on attend les navires Dans les années de sécheresse quand le blé Ne monte pas plus haut qu'une oreille dans l'herbe Qui écoute apeurée la grande voix du temps Je t'attendais et tous les quais toutes les routes Ont retenti du pas brûlant qui s'en allait Vers toi que je portais déjà sur mes épaules Comme une douce pluie qui ne sèche jamais Tu ne remuais encore que par quelques paupières Quelques pattes d'oiseaux dans les vitres gelées Je ne voyais en toi que cette solitude Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou Et pourtant c'était toi dans le clair de ma vie Ce grand tapage matinal qui m'éveillait Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays Ces astres ces millions d'astres qui se levaient Ah que tu parlais bien quand toutes les fenêtres Pétillaient dans le soir ainsi qu'un vin nouveau Quand les portes s'ouvraient sur des villes légères Où nous allions tous deux enlacés par les rues Tu venais de si loin derrière ton visage Que je ne savais plus à chaque battement Si mon cœur durerait jusqu'au temps de toi-même Où tu serais en moi plus forte que mon sang. René-Guy Cadou

17 La poésie, ça ne raconte jamais d'histoires, il n'y a pas de suspense ni de rebondissements... En poésie, il peut y avoir des personnages, et une aventure, mais ils servent à dire autre chose :

18 Maître Corbeau, sur un arbre perché, Tenait en son bec un fromage. Maître Renard, par l'odeur alléché, Lui tint à peu près ce langage : "Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. " A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ; Et pour montrer sa belle voix, Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur, Apprenez que tout flatteur Vit aux dépens de celui qui l'écoute : Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. " Le Corbeau, honteux et confus, Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. Jean de La Fontaine

19 Finalement, la poésie, c'est toujours la même chose, et ça ne parle pas de mon quotidien! La poésie, ça se lit comme les autres textes qu'on fait en classe

20 ERREUR

21 La poésie peut être... Une image!

22 La poésie peut être... En musique! Sous le pont Mirabeau coule la Seine Et nos amours Faut-il qu'il m'en souvienne La joie venait toujours après la peine Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure Les mains dans les mains restons face à face Tandis que sous Le pont de nos bras passe Des éternels regards l'onde si lasse Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure L'amour s'en va comme cette eau courante L'amour s'en va Comme la vie est lente Et comme l'Espérance est violente Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure Passent les jours et passent les semaines Ni temps passé Ni les amours reviennent Sous le pont Mirabeau coule la Seine Vienne la nuit sonne l'heure Les jours s'en vont je demeure

23 La poésie parle de ce que je vis! J'atteignais l'âge austère où l'on est fort en thème, Où l'on cherche, enivré d'on ne sait quel parfum, Afin de pouvoir dire éperdument Je t'aime ! Quelqu'un. J'entrais dans ma treizième année. Ô feuilles vertes ! Jardins ! croissance obscure et douce du printemps ! Et j'aimais Hermina, dans l'ombre. Elle avait, certes, Huit ans. Parfois, bien qu'elle fût à jouer occupée, J'allais, muet, m'asseoir près d'elle, avec ferveur, Et je la regardais regarder sa poupée, Rêveur. Il est une heure étrange où l'on sent l'âme naître ; Un jour, j'eus comme un chant d'aurore au fond du coeur. Soit, pensai-je, avançons, parlons ! c'est l'instant d'être Vainqueur ! Je pris un air profond, et je lui dis : - Minette, Unissons nos destins. Je demande ta main. - Elle me répondit par cette pichenette : - Gamin ! Victor Hugo

24 Alors, tu n'as plus d'idées toutes faites sur la poésie? A ton tour maintenant de définir ce que c'est, en réfléchissant aux points communs de tous les poèmes que tu viens de lire!


Télécharger ppt "Qu'est-ce que la poésie. Regarde les textes qui vont suivre... Poésie ou non?"

Présentations similaires


Annonces Google