La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comportement alimentaire du fumeur : mécanismes et observations mécanismes et observations DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de TABACOLOGIE Dr Didier Chapelot.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comportement alimentaire du fumeur : mécanismes et observations mécanismes et observations DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de TABACOLOGIE Dr Didier Chapelot."— Transcription de la présentation:

1 Comportement alimentaire du fumeur : mécanismes et observations mécanismes et observations DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de TABACOLOGIE Dr Didier Chapelot Laboratoire des Réponses Cellulaires et Fonctionnelles à lHypoxie EA 2363 Equipe Physiologie du Comportement Alimentaire UFR Santé Médecine Biologie Humaine, Bobigny, Université Paris 13

2 Petit préalable : symboles Étude chez lhumain ou mécanisme concernant le fumeur Etude chez le rat ou limitée à une interprétation chez lanimal

3 Quest-ce que le comportement alimentaire ? Cest la traduction en acte dingestion dun message biologique de besoin énergétique Il est composé dune séquence particulière appelée cycle prandial un signal de faim qui déclenche le repas un signal de rassasiement qui linterrompt une période de satiété jusquau repas suivant

4 Faim Satiété Prise alimentaire cumulée Temps Rassasiement Intervalle - interprandial La séquence prandiale

5 d'après Louis-Sylvestre & Le Magnen, NeuroSci Bio Behav, 1981 faim rassasiement 1 g repas 1,10 1,00 0,90 0,80 3 min satiété Glycémie (g/l) Signal de faim : lhypoglycémie préprandiale

6 Dîner 100 Déjeuner Glucose plasmatique (mmol/L) Intervalle interprandial (%) Chapelot et al. Physiol Behav Goûteurs Goûter Non-goûters Signal de faim : lhypoglycémie préprandiale

7 Temps (min) Glucose (g/l) Petit déjeuner Demande du déjeuner CGMS Charlot et al., AFERO 2009 La baisse de glucose préprandial peut être observé en utilisant un dispositif de suivi en continu du glucose (type CGMS) Signal de faim : lhypoglycémie préprandiale

8 Larrêt de la prise alimentaire se fait par « lassitude sensorielle » = rassasiement sensoriel spécifique Rassasié pour un aliment, on ne lest pas pour celui qui a des caractères sensoriels différents Ce rassasiement sensoriel est relayé par des messages intestinaux = relais biochimiques Un rassasiement terminal survient à la fin du repas quand Palette sensorielle couverte Message intestinal de suffisance métabolique perçu Rassasiement : mécanisme sensoriel conditionné

9 Cest l'état pendant lequel il existe une disponibilité de glucose suffisante pour les cellules Elle dépend de l'utilisation du glucose...qui dépend elle-même de l'utilisation des autres substrats notamment des acides gras libres qui vont différer la baisse de glucose déclenchante Elle a pour agent essentiel l'insuline Elle est principalement dorigine périphérique Satiété : conséquence dun état métabolique

10 Leptine et contrôle central Leptine va agir sur laire hypothalamique

11 Origine périphérique du contrôle central du comportement alimentaire Tissu adipeuxEstomac Tissu adipeuxPancréas d Prise alimentaire et métabolisme Noyau Arqué Inhibe Stimule

12 Chapelot, 2009 Système nerveux central Adipocytes Leptine AGL Système nerveux sympathique Insuline Satiété Oxydation totale Glucose Inhibition Stimulation AGL Pancréas Satiété : conséquence dun état métabolique

13 Message n° 1 Le comportement alimentaire a des déterminants biologiques

14 Prise de poids à larrêt du tabac (1/5) Étude de Williamson et al., sujets adultes suivis pendant 10 ans < 3kg 3 à 8 kg 8 à 13 kg > 13 kg

15 Prise de poids à larrêt du tabac (2/5) Étude de Colditz et al., femmes suivies 8 ans, 2640 ont arrêté de fumer

16 Gains pondéraux moyens (kg) 1mois 6 mois12 mois Fumeurs1,32 0,881,08 Ex F interm2,21 2,823,05 Ex F stricts2,99 5,465,92 Étude de Klesges et al., sujets volontaires dans un groupe de thérapie comportementale avec abstinence vérifiée Prise de poids à larrêt du tabac (3/5)

17 Étude de Janson et al., femmes tabagiques comparées à 2381 femmes témoins. 9 ans plus tard, 388 avaient cessé de fumer Poids (kg) Fumeuses3,2 5,8 Ex fumeuses7,6 6,1 Témoins3,7 5,2 Prise de poids à larrêt du tabac (4/5)

18 Prise de poids à larrêt du tabac (5/5) Étude de Basterra-Gortari et al., femmes et hommes suivis pendant environ 4 ans Prise de poids de 1,63 kg pour les hommes et de 1,51 kg pour les femmes qui ont cessé de fumer

19 Hommes et femmes Risques maximum de prise de poids massive pour fumeurs si : jeunes, tabagisme intense, niveau socio-économique faible Femmes dont la prise énergétique initiale est très élevée ou très faible, en sous-poids et/ou en restriction alimentaire, inactives –sédentaires, dont le tabagisme est ancien, dont la dépendance est forte Cependant, la majorité (~ 50%) des sevrés prend moins de 3 kg en 1 an Prise de poids à larrêt du tabac : conclusion

20 Message n° 2 A larrêt du tabac il existe bien une prise de poids

21 Le comportement alimentaire du fumeur : choix des macronutriments Prise énergétique des 24hPrise énergétique au repas

22 Le comportement alimentaire du fumeur : choix des macronutriments Fréquence des repas Durée des repas Sensation de faim avant le repas Densité énergétique du repas Avec boissons Sans boissons inférieure

23 La nicotine réduit la prise alimentaire avec surcompensation à larrêt Perfusion de nicotine et prise alimentaire chez le rat D'après Miyata et al., Jours Prise alimentaire (g/j) * contrôle nicotine (1mg/kg/j) nicotine (5mg/kg/j) nicotine (9mg/kg/j) * * ** * * * p<0,05 perfusion

24 D'après Arai et al., 2001 * * Perfusion (12 mg/kg pompe) BaseJ1 J2-J7J8-J15 J16-J18 Leffet de la nicotine sur la prise alimentaire sépuise avec le temps

25 D'après Bellinger et al., injection/j (4 mg/kg) BaseJ1-J4 J5-J9J10-J15 J16-J29 * * * * ** * La nicotine agirait sur la taille des repas, la fréquence augmentant avec le temps

26 D'après Bellinger et al., 2003 Prise énergétique des 24h Poids corporel Taille des repas Fréquence des repas

27 Cas particulier de la nicotine autoadministrée

28

29 La nicotine semble la molécule responsable des effets du tabac sur la prise alimentaire Elle agirait en réduisant la taille des repas = rassasiement plus précoce Les conséquences transitoires de son effet sur le poids (baisse) serait due (mais incertain) à laugmentation secondaire de la fréquence des repas = satiété plus courte Le rattrapage à larrêt passerait surtout par une augmentation de la fréquence des repas = satiété plus courte Tabac et comportement alimentaire : conclusion des études sur lanimal

30 Message n° 3 Le tabac modifie bien le comportement alimentaire

31 Leffet nest pas lié à un effet anorexigène direct de la nicotine car : perfusion de nicotine à des rats préalablement très amaigris => prise alimentaire augmentée jusquà nouvel état déquilibre (Schwid et al., 1992) pulvérisation nasale de nicotine => pas anorexigène chez le fumeur abstinent depuis quelques heures seulement (Perkins et al., 1990, 1991) Leffet pourrait passer par lactivation du système nerveux sympathique => mobilisation des graisses Mécanisme daction de la nicotine sur le comportement alimentaire

32 Daprès Narkiewicz K. et al., Placebo Cigarette P = 0,03 Le tabac a bien une action de stimulation sympathique Cigarette et activité du système nerveux sympathique

33 Nicotine, catécholamines et lipolyse intra-adipocytaire Daprès Andersson & Arner, 2001 Cet effet a bien une action lipolytique

34 réduit la sécrétion d'insuline (l'agent de stockage des graisses par excellence) permet la mobilisation des graisses stockées dans le tissu adipeux ou le muscle améliore leur oxydation augmente la thermogenèse donc la perte calorique Arrêt du tabac => réduction de lactivité sympathique => perte des bénéfices sur lutilisation des graisses Le système nerveux sympathique

35 La nicotine réduit les récepteurs au NPY, augmente lactivité des neurones sensibles à la leptine... …et augmente lexpression du récepteur à la leptine dans lhypothalamus D'après Li & Kane, 2003 Effet de la nicotine sur la leptine et le NPY

36 Kramer et al., 2007 Effet de la nicotine sur les différents neuromédiateurs du comportement alimentaire Argument en faveur du rôle du CART dans la réponse alimentaire précoce à la nicotine

37 Lerman et al., 2004 Les porteurs de lallèle A1 du récepteur D2 à la dopamine éprouvent un effet récompense de laliment plus fort après arrêt du tabac Ces effets sont atténués par le bupropion Prédit la prise de poids post- arrêt à 6 mois (+ 4,4 kg) Modification du comportement alimentaire et dopamine

38 Message n° 4 Leffet «anorexigène» du tabac pourrait passer par lactivité sympathique et/ou les neuro- médiateurs centraux

39 Diminution de la perception du gras chez les fumeurs D'après Perkins et al., 1990

40 D'après Frye et al., Paquets-années Scores de sensibilité olfactive Diminution de la sensibilité olfactive chez les fumeurs

41 Message n° 5 Leffet du tabac sur la prise alimentaire peut aussi passer par des facteurs sensoriels

42 Comportementales = conseils diététiques et comportementaux Substitution nicotinique : dautant plus efficace et prolongé que niveau de substitution élevé (Nordstrom et al., 1999) Bupropion (inhibiteur de la recapture de la dopamine et de la noradrénaline, antagoniste des récepteurs nicotiniques à lacétyl-choline) Exercice physique Prise de poids à larrêt du tabac : mesures préventives

43 Abord comportemental Demander à contrôler son poids na aucun effet sur la prise de poids et conduit à réduire labstinence Une approche diététique (VLCD), individualisée ou cognitivo-comportementale réduit la prise de poids (entre 2,5 à 5 kg de moins sur 12 mois) avec maintien de labstinence Prise de poids à larrêt du tabac : mesures préventives Revue publiée en Janvier 2009 dans Cochrane Database Syst Rev par Parsons et al. sous le titre « Interventions for preventing weight gain after smoking cessation ». Principales conclusions

44 Abord pharmacologique 1.Les substituts nicotiniques limitent légèrement la prise pondérale (de 200 à 700 g) mais effet plus retrouvé à 1 an 2.Le bupropion (600 mg/j) a le même effet (de 350 g à 1,20 kg, effet disparu à 1 an) 3.La fluoxétine (30 mg ou 60 mg/j) a le même effet (de 690 g à 1,9 kg) et se maintient pour sa part à 1 an 4.La varénicline a un effet similaire (de 380 g à 1 kg) mais pas détude à 1 an Abord physique 1.Lexercice physique permet de réduire la prise de poids, mais cet effet nécessite 1 an pour être significatif

45 Étude de Marcus et al. (2005) 281 femmes sédentaires et tabagiques Assignées soit à un groupe TCC seul, soit à un groupe TCC + exercice physique intense 3 fois par semaine Évaluation à 5, 12, 20 et 60 semaines Abstinence complète TCC seul 5,4% TCC + exercice physique 11,9% Gain de poids moyen au terme du traitement : TCC seul 5,40 kg TCC + exercice physique 3,05 kg Activité physique et prévention de la prise de poids lors du sevrage tabagique

46 Prapavessis et al., Addict Behav, 2006 Exercice : 45 min, 3 fois par semaine, à environ 70% de leur fréquence cardiaque maximale pendant 12 semaines Activité physique et prévention de la prise de poids lors du sevrage tabagique

47 Message n° 6 Les approches préventives de la lutte contre la prise de poids au sevrage sont encore incertaines

48 Merci

49 Principaux messages 1.Le comportement alimentaire a des déterminants biologiques 2.A larrêt du tabac, il existe bien une prise de poids 3.Le tabac modifie bien le comportement alimentaire 4.Leffet «anorexigène» du tabac pourrait passer par lactivité sympathique 5.Leffet anorexigène de la nicotine pourrait aussi passer par une modulation des neuro-médiateurs centraux 6.Leffet du tabac sur la prise alimentaire peut aussi passer par des facteurs sensoriels 7.Les approches préventives de la lutte contre la prise de poids au sevrage sont encore incertaines

50 Le tabac comme moyen de ne pas prendre de poids : impact comportemental ? Association bien « ancrée » dans l'esprit de beaucoup de jeunes filles et de jeunes femmes, notamment celles qui présentent un comportement alimentaire dit restreint (Facchini et al., 2005) Images de mannequin telles que la publicité en fait usage, renforce la notion chez les jeunes femmes restreintes que le tabac aide à rester mince (McKee et al., 2006) Ceci pourrait freiner vraisemblablement les résolutions de sevrage tabagique, le faible poids étant un facteur lié à un faible taux de sevrage initié (Twardella et al., 2006)

51 Aubin HJ et al., 2004 Effet du bupropion sur poids à larrêt du tabac 509 sujets, 150 mg bupropion LD pendant 7 semaines, évaluation à 7 et 26 semaines


Télécharger ppt "Comportement alimentaire du fumeur : mécanismes et observations mécanismes et observations DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de TABACOLOGIE Dr Didier Chapelot."

Présentations similaires


Annonces Google