La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Recherche sur le cerveau, apprentissages et acquisition de la lecture Lire, cest conquérir le monde! La littératie chez les garçons : perspectives d'avenir.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Recherche sur le cerveau, apprentissages et acquisition de la lecture Lire, cest conquérir le monde! La littératie chez les garçons : perspectives d'avenir."— Transcription de la présentation:

1 Recherche sur le cerveau, apprentissages et acquisition de la lecture Lire, cest conquérir le monde! La littératie chez les garçons : perspectives d'avenir Ministère de l'Éducation de l'Ontario Le 21 février 2007, Toronto, Canada Bruno della Chiesa

2 Avez-vous déjà entendu… « Je suis cerveau gauche, elle est cerveau droit »… ou « Il faut bien reconnaître que le cerveau de lhomme est différent de celui de la femme »… Et si on y regardait de plus près?...

3 Littératie chez les garçons et les filles…. Que nous disent les études PISA?

4

5

6 PISA :

7 La recherche sur le cerveau peut-elle nous éclairer?

8 … cela ne signifie pas quelles soient inutiles, car les découvertes faites par la recherche sur le cerveau peuvent (au moins) : 1/ jeter de nouvelles lumières sur des questions déjà anciennes, 2/ (aider à) poser de nouvelles questions, et 3/ informer des débats (de nature pré-scientifique, dominés par les querelles idéologiques…) Les neurosciences ne sont pas susceptibles de résoudre TOUS les problèmes éducatifs, mais…

9 …que des "périodes sensibles" particulières existent pour différents types dapprentissage? ….que la maturation cérébrale fonctionnelle continue jusque vers lâge de 25, voire 30 ans? ….que la remarquable plasticité du cerveau en fait non seulement une machine à apprendre tout au long de la vie, mais rend la remédiation aux difficultés dapprentissage possible, même en cas de diagnostic tardif? En dautres termes… On peut apprendre à un vieux singe à faire des grimaces! Par exemple: Saviez-vous…

10 Idée de base, en 1999 Appliquer les résultats de la recherche sur le cerveau… … aux politiques et pratiques éducatives

11 POURQUOI ALORS? (et maintenant…?!) -Influence décisive de limagerie cérébrale : nouvelles découvertes, implications éducatives -Notions cruciales: plasticité et periodicité cérébrales

12 Le Défi du Cerveau Dialogue nécessaire entre : - la communauté neuroscientifique et - la communauté éducative (décideurs politiques, enseignantes, enseignants, chercheurs, chercheuses, apprenantes, apprenants, parents...) … à un niveau international......pour répondre à des questions... de natures technique et scientifique de natures sociale et économique de natures éthique et politique

13 Chapitre 1. Le contexte de léducation Chapitre 2. Comment la neuroscience cognitive peut informer politiques et pratiques éducatives? Chapitre 3. Les trois forums Chapitre 4. Lapprentissage vu sous un angle neuroscientifique Chapitre 5. Les étapes à venir Publié en 7 langues : Anglais, Allemand, Chinois, Espagnol, Français, Japonais, Portugais. LESSENTIEL DE CE RAPPORT DE 2002 EST INCLUS DANS LA PUBLICATION 2007

14 Comprendre le cerveau : NAISSANCE DUNE SCIENCE DE LAPPRENTISSAGE Sortie : avril 2007 Bientôt en librairie...

15 Informer le lecteur à propos du cerveau et laider à comprendre - comment le cerveau apprend et - comment lenseignement/apprentissage peut être optimisé par : - la formation ( acquisitions de savoirs et savoir-faire), - la « nutrition » du cerveau, et - des pratiques denseignement adaptées Objectifs de cette publication OCDE-CERI

16 Quelques exemples…. Comment émotions, environnement et motivation affectent le cerveau et les apprentissages Ce que signifie lidentification de différentes périodes sensibles pour lapprentissage (particulièrement, mais pas seulement, à ladolescence). Quelques principes de base pour comprendre le développement de la littératie et de la numératie chez les enfants (fondés sur létude neuroscientifique denfants présentant des troubles de lapprentissage en lecture ou en mathématiques). Des éléments scientifiques solides renforcent certaines théories existantes quant aux apprentissages (et à lenseignement) et montrent pourquoi et comment certaines méthodes utilisées dans les pratiques éducatives depuis des décennies marchent… quitte à en disqualifier quelques autres. Que trouve-t-on dans ce livre?

17 Avant-propos- Remerciements- Résumé PARTIE I - LE CERVEAU APPRENANT Introduction (guide pour la lectrice et le lecteur) Chapitre 1 - Un abécédaire du cerveau Chapitre 2 - Comment le cerveau apprend tout au long de la vie? Chapitre 3 - Limpact de lenvironnement sur le cerveau Chapitre 4 - Littératie et cerveau Chapitre 5 - Numératie et cerveau Chapitre 6 - Dissipper les neuromythes Chapitre 7 - Ethique et organisation de la neuroscience de léducation Conclusions et perspectives PARTIE II –ARTICLES ÉCRITS EN COOPÉRATION Cerveau, développement et apprentissage durant la petite enfance-Cerveau, développement et apprentissage à ladolescence Cerveau, cognition et apprentissage à lâge adulte Annexes (Extraits du forum « Teach-the-Brain », Technologies dimagerie cérébrale) et Glossaire Contenus : table des matières

18 Ce que nos sociétés devraient savoir à propos du cerveau (particulièrement la communauté éducative] Liste de mots-clés assortis dexplications invitant le lecteur à découvrir, de A-à Z, un petit « guide du cerveau » pertinent en matière éducative : ApprentissageMémoire Bases neurales du phénomène dapprentissage Neurone CerveauOpportunité (fenêtre d) DéveloppementPlasticité ÉmotionsQualité, hygiène de vie Fonctions cognitivesReprésentations GénétiqueSociales (interactions) Habiletés Tu mimpliques, japprends [Franklin] Intelligence Universalité Je fais, je comprends [Confucius] Variabilité KafkaW comme Travail Langage…XYZ

19 Comment le cerveau apprend tout au long de la vie Comprendre la structure et l organisation du cerveau : plasticité et périodes sensibles- apprendre tout au long de la vie. Le cerveau est une « machine à apprendre » qui reste plastique tout au long de la vie. Chez les ados, le cortex préfrontal (partie du cerveau impliquée dans la prise de décisions) nest pas mature, ce qui affecte les émotions et peut expliquer certains comportements. Mauvaise nouvelle : il existe bien un déclin cognitif dès le milieu de la vie. Bonne nouvelle : en même temps, le cerveau accroît ses capacités (expertise, sagesse). La vitalité cognitive chez les seniors peut être améliorée par lemploi de programmes tels que la « Learning Therapy » au Japon et l exercice physique. Quelques découvertes :

20 Limpact de lenvironnement sur le cerveau Rôle de lenvironnement sur la formation du cerveau Comment les émotions affectent les apprentissages ? Rôle de lattention, de la motivation, du sommeil, de lexercice physique, de la nutrition, du jeu... Émotions et stimuli motivants sont dune importance cruciale pour lapprentissage. Il existe de profondes différences individuelles dans lapprentissage. Corps et cerveau travaillent ensemble (doù limportance dune approche holistique). L importance de la « nutrition du cerveau » pour assurer des performances optimales. Quelques découvertes :

21 Littératie et cerveau: apprendre à parler et à lire Le défi que représente la lecture pour le cerveau Difficultés de lecture en lien avec des dysfonctionnements cérébraux Rôle de lorthographe des différentes langues Il existe des « périodes sensibles» pour les apprentissages langagiers : … phonétique, grammaire, sémantique… Le degré de gravité dune dyslexie observé chez des apprenantes et des apprenants dont la langue maternelle (ou plutôt : de scolarisation) est « non transparente » est en moyenne plus élevé que si la langue est « transparente ». L influence de la structure morphologique et de la transparence orthographique dune langue donnée sur les apprentissages (de la lecture et de manière plus générale) est cruciale. Nombreux cas de dyslexie dus à une difficulté au niveau de la conscience phonémique : un «entraînement phonémique» approprié améliore les capacités de décodage. Quelques découvertes :

22 Apprendre une ou des langues… Cerveau biologiquement préparé à acquérir le langage dès le début de la vie Comment enfants et adultes gèrent le langage au niveau cérébral : prévalence hémisphérique Relation inverse entre âge et efficacité de lapprentissage pour de nombreux aspects des langues (mais adolescents et adultes capables dapprendre une langue, même si plus difficilement). Importantes répercussions potentielles sur les politiques éducatives concernant lenseignement des langues étrangères, qui ne commence souvent quà ladolescence… Et la motivation dans tout ça?... Quelques découvertes :

23 Quid du débat classique autour des méthodes de lecture ? (instruction dite « syllabique » vs. méthode dite « globale ») Certains circuits cérébraux de la lecture communs à toutes les langues, mais : Structures cérébrales spécifiques activées pour gérer des aspects propres à chaque langue Différences lorsque spécificités de chaque langue nécessitent des fonctions particulières Langues alphabétiques: - langues « non transparentes », comme anglais ou français (correspondance entre sons et lettres très variable) vs. - langues « transparentes », comme finnois ou turc (à lorthographe plus « cohérente »), Importance relative de chaque méthode : fonction des caractéristiques morphologiques de la langue concernée ?...

24 Dyslexie, dyslexies… Dyslexie très répandue (ignore frontières culturelles, socio-économiques et linguistiques) Souvent associée à des caractéristiques corticales atypiques à larrière de lhémisphère gauche (difficultés à traiter les éléments sonores de la langue) Conséquences énormes pour la littératie (liens phonèmes/graphèmes indispensables dans une langue alphabétique) Remédiation par lapprentissage (cf. McCandliss, Shaywitz). Diagnostic et remédiation précoces (cf. Lyytinen). Ce que la dyslexie nous apprend quant à la manière dont le cerveau traite la lecture….

25 … et la motivation? Quid du plaisir? Pour une approche hédonique des apprentissages? En particulier pour la lecture?

26

27

28

29

30 Les écarts de performance entre garçons et filles doivent être étudiés et analysés à la lumière des habitudes, des attitudes et de limage de soi des jeunes des 2 sexes

31 Genre et littératie… …au niveau sociétal (cf. PISA, etc) : !

32 Genre et littératie… …au niveau cérébral : ? …!

33 Numératie et cerveau : apprendre à compter Capacité du cerveau à comprendre les nombres et à développer un « sens des nombres » Dyscalculie et conséquences émotionnelles Les enfants naissent avec un sens inné des nombres. La « trajectoire développementale » pour lacquisition de capacités mathématiques. Certains enfants souffrent de déficits précoces du sens des nombres, ce qui entraîne une « anxiété mathématique » dont les conséquences émotionnelles, plus ou moins dévastatrices, se font sentir jusquà lâge adulte. Quelques découvertes :

34 Dissipper les neuromythes « Il ny a pas de temps à perdre, car pour le cerveau tout se joue avant trois ans ». « Il existe des périodes durant lesquelles certains apprentissages sont indispensables ». « Améliorez votre mémoire ! » « Apprenez en dormant ! » « Mais jai lu quelque part que nous nutilisons que 10 % de notre cerveau de toute façon ». « Le cerveau dun jeune enfant ne peut correctement apprendre quune langue à la fois ». « Je suis cerveau gauche, elle est cerveau droit ». « Il faut bien reconnaître que le cerveau de lhomme est différent de celui de la femme ». Neuromythologies : sérieux déboulonnage des neuromythes et des practiques prétendues « fondées sur le cerveau » et construites sur des erreurs, malentendus, abus, etc.

35 Éthique et organisation de la neuroscience de léducation Dans quel but, et pour qui ? Utilisation de produits qui agissent sur le cerveau Cerveaux et machines Une approche « trop scientifique » de léducation ? Pour une réflexion transdiciplinaire, bi-directionnelle et internationale

36 Messages clés et perspectives La neuroscience de léducation débouche sur des connaissances précieuses et neuves qui permettent dinformer politiques et pratiques éducatives. Les recherches sur le cerveau apportent des éléments neuroscientifiques importants qui permettent de favoriser lapprentissage tout au long de la vie. La neuroscience confirme quil est toujours bénéfique dapprendre, surtout chez les personnes âgées. Le besoin dapproches globales, prenant en compte linterdépendance du corps et de lesprit, de lémotionnel et du cognitif. Comprendre ladolescence : la puissance est là, mais pas le contrôle. Tenir compte de la neuroscience dans la conception des programmes et lorganisation de la scolarité. Faire en sorte que la neuroscience contribue à résoudre les principaux problèmes auxquels lapprentissage est confronté. Des évaluations plus personnalisées qui améliorent lapprentissage, sans sélectionner ni exclure.

37 Considérations (et non « recommandations ») pour décideurs Prendre en compte les découvertes neuroscientifiques avant de prendre des décisions. Ne pas sous-estimer ou sur-estimer les contributions potentielles des sciences dures (naturelles) à la recherche, la définition de politiques et la mise en place de pratiques. Pour décider quels projets de recherche neuroscientifique soutenir, considérer, parmi les critères discriminants, la pertinence éducative. Inclure une conscientisation en matière de neuroscience cognitive dans la formation des maîtres (et peut-être dans les écoles?). Conscientiser sur les neuromythes en diffusant des connaissances. Adhérer & soutenir des groupements internationaux de centres cerveau/éducation. Il nexiste pas de solutions simples : personne ne prétend quune éducation fondée sur le cerveau soit une panacée En conséquence, nous ne proposons pas de vérités définitives à lusage des décideurs, mais plutôt soumettons à leur considération des indications scientifiquement fondées.

38 PISA :

39 « Il faut bien reconnaître que le cerveau de lhomme est différent du celui de la femme » Mais : 1/ Aucune étude na montré de processus différents selon le sexe dans la constitution des réseaux neuronaux lors de lapprentissage. 2/ Et si on établissait quen moyenne le cerveau des filles les rend moins aptes à lapprentissage des mathématiques, serait-ce suffisant pour proposer un enseignement différencié? - Oui, si lobjectif de lenseignement est de produire des êtres sur-spécialisés. - Non, sil importe avant tout de former des citoyens possédant une culture de base. 3/ Quoi quil en soit, si les dites différences existent, elles sont minimes et reposent sur des moyennes… et les variations intra-genre seront toujours plus importantes, au niveau cérébral, que les variations inter-genres. Alors? Différences morphologiques et fonctionnelles entre les cerveaux de lhomme et de la femme : chez lhomme le cerveau est plus volumineux, et lorsque le langage est en jeu, la zone propre au langage est activée plus fortement chez la femme…

40 Une petite question pour finir… …nos examens(traditionnels) sont-ils « brain-friendly »? …considérant le rôle crucial joué par le temps dans toute forme daprentissage…

41 Notre site web

42 MERCI!


Télécharger ppt "Recherche sur le cerveau, apprentissages et acquisition de la lecture Lire, cest conquérir le monde! La littératie chez les garçons : perspectives d'avenir."

Présentations similaires


Annonces Google