La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De la guerre froide à de nouvelles conflictualités In thème 2 : La Guerre au 20 ème siècle (programme de 1 ère L-ES-S) Philippe AGNESE Arnaud COUTURIER.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De la guerre froide à de nouvelles conflictualités In thème 2 : La Guerre au 20 ème siècle (programme de 1 ère L-ES-S) Philippe AGNESE Arnaud COUTURIER."— Transcription de la présentation:

1 De la guerre froide à de nouvelles conflictualités In thème 2 : La Guerre au 20 ème siècle (programme de 1 ère L-ES-S) Philippe AGNESE Arnaud COUTURIER Lycée Alexandre DUMAS HAITI

2 Extrait du programme officiel : Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010 De la guerre froide à de nouvelles conflictualités - La guerre froide, conflit idéologique, conflit de puissances : un lieu (Berlin ), une crise (Cuba 1962), un conflit armé (la guerre du Vietnam) - De nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide : un conflit armé (la guerre du Golfe ) ; un lieu (Sarajevo ) ; un acte terroriste (le 11 septembre 2001) Partie travaillée dans ce diaporama

3 Ce que dit le programme : Cette question sinscrit dans le prolongement de la précédente « guerres mondiales et espoirs de paix ». La guerre froide peut être analysée comme conséquence des 2 guerres mondiales et de ce fait de la conception de la guerre comme totale. Modalités et rythmes de la guerre froide permettent détudier lévolution du rapport de force entre les Etats, aboutissant à un nouvel ordre mondial. La guerre froide demande à être étudiée selon 2 aspects : conflit idéologique ; conflit de puissances. [« Hyperpuissance » américaine et nouvelles formes de conflictualités depuis la disparition du bloc soviétique.]

4 Cadrage horaire de la partie 1 de la séquence 9h prévues dont 6 pour la première partie exploitant « Guerre froide, conflit idéologique, conflits de puissance » : 2h sur Berlin, théâtre de la guerre froide ; 2h sur La crise de Cuba ; 2h sur la guerre du Vietnam.

5 PROPOSITION DACCROCHE POUR ENTRER DANS LA SÉQUENCE UN ARTICLE DE PRESSE : samedi 15 janvier 2011 Obama assouplit les restrictions envers Cuba Par RFIRFI « Le président américain Barack Obama a levé une nouvelle série de restrictions frappant les visas, les envois d'argent et les voyages vers Cuba. Dans un communiqué, la Maison Blanche explique que ces mesures, entreprises tout en maintenant l'embargo commercial en vigueur depuis 1962, vont aider les Cubains à se défaire de leur dépendance vis-à-vis des autorités communistes. « Grâce à cette nouvelle vague de mesures, les Américains qui souhaitent se rendre à Cuba pour des événements religieux, académiques, culturels ou sportifs pourront le faire avec plus de facilité. Mais ils n'ont toujours pas la possibilité d'y aller pour faire du tourisme..

6 « Au chapitre des envois d'argent, n'importe quel Américain pourra transférer un maximum de 500 dollars par trimestre, pour soutenir les petites entreprises privées. Les bénéficiaires ne pourront toutefois être ni hauts fonctionnaires, ni membres du Parti communiste cubain - parti unique. « Enfin, tous les aéroports américains pourront proposer des vols vers Cuba, à condition que les compagnies aériennes intéressées soient munies des autorisations délivrées par le gouvernement américain. A l'heure actuelle, Cuba est uniquement relié par des vols partant de Miami, New York et Los Angeles. «Cette série de mesures ramène les restrictions au niveau de celui qui existait à la fin de la présidence de Bill Clinton, en Les voyages et les envois d'argent avaient été fortement restreints sous la présidence de George W. Bush, entre 2001 et En avril 2009, Barack Obama avait décidé un premier assouplissement de ces restrictions. »

7 ou 2 ème accroche Document iconographique orienté visant à faire réagir la classe sur la situation géopolitique de Cuba aujourdhui : Objectifs : élèves : réactiver les acquis du collège concernant la guerre froide invitant les élèves à en proposer une première définition ; esprit critique sur le document ; connaissances générales sur les grands débats contemporains liés à lactualité. lenseignant prendra soin aussi de montrer que le « passé » nest pas totalement passé : survivance de conflits anciens dont Cuba est une illustration.

8 In html (site des étudiants communistes de Nice)http://uec.nice.over-blog.com/article-obama-demande-d-augmenter-le-budget-pour-les-actions-contre-cuba html

9 Introduction Quest-ce que la Guerre froide ? Définition de la notion de Guerre froide (compléter les propositions des élèves) Périodisation ( ) ; Depuis 1991, « îlots » répondant encore à des mécanismes de guerre froide au sein de la mondialisation libérale. I. Une guerre dun genre nouveau : la guerre froide

10 Au cœur de cet affrontement, on identifie 3 facettes dune même réalité : * Constitution de « mondes idéologiques » homogènes dont Berlin constitue une interface : Mise en place dune organisation mondiale bipolaire * Lintimidation à Cuba, une pratique de la guerre froide * Un conflit armé au Vietnam, une autre forme de guerre froide. …. 2 blocs idéologiques différents vont sorganiser à compter de 1947…avec une théorisation explicite du rôle de chacun dans le monde mais aussi une dénonciation des objectifs présumés de ladversaire : lecture des doctrines Truman et Jdanov.

11 Document 2 : « Plus nous nous éloignons de la fin de la guerre et plus nettement apparaissent les deux principales directions de la politique internationale de l'après-guerre, correspondant à la disposition en deux camps principaux des forces politiques qui opèrent sur l'arène mondiale ; le camp impérialiste et antidémocratique, le camp anti-impérialiste et démocratique. Les États-Unis sont la principale force dirigeante du camp impérialiste. L'Angleterre et la France sont unies aux Etats-Unis (et) marchent comme des satellites en ce qui concerne les questions principales, dans l'ornière de la politique impérialiste des Etats-Unis. Le camp impérialiste est soutenu aussi par des États possesseurs de colonies, tels que la Belgique et la Hollande, et par des pays au régime réactionnaire antidémocratique, tels que la Turquie et la Grèce, ainsi que par des pays dépendant politiquement et économiquement des États-Unis, tels que le Proche- Orient, I'Amérique du Sud, la Chine. Les forces anti-impérialistes et antifascistes forment l'autre camp. L'U.R.S.S. et les pays de la démocratie nouvelle en sont le fondement. Les pays qui ont rompu avec l'impérialisme et qui se sont engagés résolument dans la voie du progrès démocratique, tels que la Roumanie, la Hongrie, la Finlande, en font partie. Au camp anti-impérialiste adhèrent l'lndonésie, le Viêt-Nam, l'lnde. L'Egypte et la Syrie y apportent leurs sympathies. Le camp anti-impérialiste s'appuie dans tous les pays sur le mouvement ouvrier et démocratique les partis communistes frères, sur les combattants des mouvements de libération nationale dans les pays coloniaux et dépendants, sur toutes les forces progressistes et démocratiques qui existent dans chaque pays... Une tâche particulière incombe aux partis communistes frères de France, d'Italie, d'Angleterre et des autres pays. Ils doivent prendre en main le drapeau de la défense nationale et de la souveraineté de leurs propres pays. Le but que se donnent les Etats-Unis est l'établissement de la domination mondiale de l'impérialisme américain. C'est aux partis communistes qu'incombe le rôle historique de se mettre à la tête de la résistance au plan américain d'asservissement de l'Europe » Rapport Jdanov à la conférence des partis communistes tenue en Pologne, le 22 septembre 1947 Document 1 : « Au moment présent de l'histoire du monde, presque toutes les nations se trouvent placées devant le choix entre deux modes de vie. Et trop souvent ce choix n'est pas un libre choix. L'un de ces modes de vie est basé sur la volonté de la majorité. Ses principaux caractères sont des institutions libres, des gouvernements représentatifs, des élections libres, des garanties données à la liberté individuelle, à la liberté de parole et du culte et à l'absence de toute oppression politique. Le second mode de vie est basé sur la volonté d'une minorité imposée à la majorité, il s'appuie sur la terreur et l'oppression, sur une radio et une presse contrôlées, sur des élections dirigées et sur la suppression de la liberté personnelle. Je crois que les Etats-Unis doivent pratiquer une politique d'aide aux peuples libres qui résistent actuellement aux manœuvres de certaines minorités armées ou à la pression extérieure. Je crois que notre aide doit se manifester en tout premier lieu sous 1a forme d'une assistance économique et financier. En aidant les nations libres et indépendantes à maintenir leur liberté, les Etats-Unis mettront et œuvre les principes de la Charte des Nations unies.(...) Les germes des régimes totalitaires sont nourris par la misère et le besoin. Ils se répandent et grandissent dans la mauvaise terre de la pauvreté et de la guerre civile. Ils parviennent à maturité lorsqu'un peuple ; voit mourir l'espoir qu'il avait mis en une vie meilleure. Nous devons faire en sorte que cet espoir demeure vivant. » Déclaration du Président Truman au Congrès 12 mars doctrines scellant lorganisation bipolaire du monde

12 Eclairage : LEurope en 1949, miroir de lopposition est-ouest Division idéologique

13 Eclairage : le monde bipolaire, structuré autour dalliances stratégiques

14 1) Un lieu symbolique de la guerre froide : Berlin ( ) Caricature américaine ( D. Spencer) représentant le blocus de Berlin : l'ours soviétique enserre Berlin dans ses griffes

15 Les zones doccupation allemandes et leur évolution ( ) Zones occidentales, future RFA Zone soviétique, future RDA Berlin, dans la zone soviétique Wikipédia Berlin, en 1945 suit le même zonage que le reste du territoire allemand Berlin ouest, pro américain ( 3 zones qui sunifient) Belin est, soviétique Porte de Brandebourg, Frontière entre les 2 Berlin Berlin, miroir des deux blocs ( )

16 le blocus de Berlin (mai 1948-juin 1949) et lAllemagne divisée Wikimedia Commons Légende Zones doccupation britannique française américaine soviétique Rideau de fer Points de passage contrôlés Berlin Pont aérien ravitaillant Berlin ouest Territoire allemand

17 La construction du mur de Berlin dans la nuit du 12 au 13 août 1961 Des badauds constatent lérection du mur le 13 août 1961 La construction du mur sous la surveillance des autorités soviétiques Le mur de Berlin Wikimedia Commons Zone soviétique Encerclement de Berlin ouest Zone soviétique A partir du 13 août 1961, le mur est érigé en quelques temps; il mesure 155kms, avec des plaques de 3,60m de haut, 302 miradors avec 1200 soldats qui ont ordre de tirer à vue. 254 personnes meurent en sévadant ; 5000 personnes parviennent à fuir. Un seul point de passage entre les 2 Berlin, le « Checkpoint Charlie ». Le web pédagogique Source: Bundesarchiv

18 Berlin à lheure de la détente Source: Le chancelier Willy Brandt à Varsovie, 7/12/1970, face au mémorial du ghetto juif Erich Honecker (RDA) et Helmut Schmidt (1975), le successeur de Willy Brandt, lors de la Conférence d'Helsinki, le 1er août 1975

19 Berlin, lieu symbolique de la fin de la guerre froide Porte de Brandebourg, à lheure du Mur… Porte de Brandebourg, au moment de la chute du mur de Berlin, le 09/11/1989

20 Comment expliquer ce contraste de situation ? «"Perestroïka", cela signifie surmonter le processus de stagnation, rompre le mécanisme de freinage, créer des systèmes fiables et efficaces pour accélérer le progrès social et économique et lui donner un plus grand dynamisme. "Perestroïka", cela signifie aussi initiative de masse. C'est le développement complet de la démocratie, l'autonomie socialiste, l'encouragement de l'initiative et des attitudes créatives, c'est aussi davantage d'ordre et de discipline, davantage de transparence, la critique et l'autocritique dans tous les domaines de notre société. C'est le respect le plus absolu pour l'individu et la prise en considération de la dignité de la personne, c'est l'intensification systématique de l'économie soviétique, le renouveau et l'épanouissement des principes du centralisme démocratique dans la gestion de l'économie nationale, l'introduction en tous lieux de méthodes économiques, le renoncement à une gestion fondée sur l'injonction et les méthodes administratives. [...] "Perestroïka", cela signifie le développement prioritaire du domaine social, avec pour objectif de satisfaire les aspirations du peuple soviétique à de meilleures conditions d'existence et de travail, à de meilleurs loisirs, à une meilleure éducation et de meilleurs soins médicaux. » M. Gorbatchev, Perestroïka, Flammarion,1987

21 Etude du texte : retenir quelques objectifs - être capable didentifier la rupture que constitue dans le modèle idéologique soviétique le choix de la perestroïka. - Définir Glasnost - Mesurer les conséquences sociales dans le bloc, à commencer par les démocraties populaires (des revendications syndicales en Pologne au symbole de la chute du mur)

22 Transition : Outre Berlin, dautres lieux ont structuré lopposition bipolaire…avec des crises remarquables

23 2) Une crise de la guerre froide : Cuba (1962) hginternational.fr

24 Vidéo retraçant les principales étapes de la crise de Cuba (30/10/1962, 3min36) conflits/video/AFE /le-film-de-la- crise.fr.html Travail des élèves : Prise de notes à partir des informations contenues dans la vidéo

25 Activités : étude de deux documents : confrontation de points de vue sur un même sujet DOCUMENT 1: Le 22 octobre 1962, John Kennedy s'adresse à la nation américaine (extraits) Au cours de la semaine dernière, des preuves indubitables ont établi qu'une série de bases de lancement de missiles offensifs était maintenant en préparation dans cette île captive. Chacun de ces missiles, en résumé, peut frapper Washington, le canal de Panama, le cap Canaveral, Mexico, ou toute autre ville située dans la partie sud-est des Etats-Unis, en Amérique centrale ou dans la région des Antilles (...) Cette transformation précipitée de Cuba en une importante base stratégique - du fait de la présence de ces armes puissantes, à longue portée et manifestement offensives, susceptibles de porter la destruction massive et instantanée - constitue une menace explicite à la paix et à la sécurité de toutes les Amériques (...) J'ai donné des ordres pour que soient prises immédiatement les premières mesures suivantes: Premièrement: pour arrêter l'édification de ce potentiel offensif, un embargo rigoureux est instauré sur tout équipement militaire offensif acheminé vers Cuba. Tous les bateaux de n'importe quelle sorte se dirigeant vers Cuba, venant de n'importe quel pays ou de n'importe quel port, devront rebrousser chemin, s'il est établi qu'ils contiennent des cargaisons d'armes offensives (...) Deuxièmement: j'ai ordonné de continuer et de renforcer l'étroite surveillance de Cuba et de l'édification de son potentiel militaire (...) Troisièmement: la politique de notre pays sera de considérer tout lancement de missile nucléaire depuis Cuba contre toute nation de l'hémisphère occidental comme une attaque de l'Union soviétique contre les Etats-Unis, appelant en représailles une riposte complète contre l'Union soviétique. (...) Sixièmement: conformément à la charte des Nations Unies, nous demandons ce soir une réunion d'urgence du Conseil de sécurité afin de répondre à la plus récente menace soviétique à la paix du monde (...) Articles et documents numéro1309, La Documentation française, 30 octobre 1962.

26 DOCUMENT 2: Déclaration du gouvernement soviétique du 23 octobre (Extraits) Le président des Etats-Unis cherche à justifier ces actions agressives sans précédent par des considérations selon lesquelles Cuba constituerait une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis... Le président des Etats-Unis a déclaré dans son allocution que si une seule bombe nucléaire tombait sur le territoire des Etats-Unis, les Etats-Unis riposteraient. Une telle déclaration est pleine d'hypocrisie, car l'Union soviétique avait déjà déclaré bien des fois qu'aucune bombe nucléaire soviétique ne tomberait sur les Etats- Unis ni sur n'importe quel autre pays si aucune agression n'était perpétrée. Les armes nucléaires créées par le peuple soviétique se trouvent entre les mains du peuple et ne seront jamais utilisées à des fins agressives. Mais si les agresseurs déclenchent une guerre, I'Union soviétique riposterait alors de toutes ses forces. La nécessité de l'aide soviétique dans le renforcement de la défense de Cuba s'explique par le fait que la République cubaine a été l'objet, dès les premiers jours de son existence, de menaces permanentes de provocations, de la part des Etats- Unis. Rien n'arrête les Etats-Unis même pas l'organisation d'une intervention armée à Cuba. comme cela a eu lieu en avril pour priver le peuple cubain de la liberté et de l'indépendance qu'il a conquises. pour le placer à nouveau sous la domination des monopoles américains~ pour faire de Cuba un fantoche des Etats- Unis. Articles et Documents numéro 1310, Textes du jour : Documents de politique internationale, Paris : La Documentation française, 3 novembre 1962.

27 [reprise du questionnaire dun commentaire de documents] 1 - Après avoir présenté les documents et les acteurs de la crise, expliquez dans quel contexte et pourquoi une crise internationale éclate à propos de Cuba en – Analysez la réaction américaine et les décisions prises par Kennedy. En quoi sont-elles caractéristiques de la stratégie américaine à cette époque ? 3 - Comment l'URSS réagit-elle au discours de Kennedy ? Comment les soviétiques justifient-ils leur action à Cuba ? (Analysez plus particulièrement le passage en italiques). 4 - Quelle est l'issue de cette crise ?Quelles en sont les conséquences pour les relations internationales ? Quelles en sont les conséquences immédiates et à plus long terme pour Cuba ? [http://www.culturecours.com/exosgratos/document/CultureCours/3 22.htm[http://www.culturecours.com/exosgratos/document/CultureCours/3 22.htm]

28 Elargissement autour des conséquences de la crise de Cuba : Lapprentissage de la dissuasion Après Cuba, prise de conscience de la nécessité de dialoguer sur la question nucléaire Du TNP…aux accords SALT (lépoque de la détente sinscrit dans la volonté de limiter les détenteurs de larme atomique et de mieux contrôler larsenal) Au cours des années 80, réactivation du risque de prolifération nucléaire : illustration avec les missiles moyenne portée SS20/ Pershing ; programme IDS aux EU Missile soviétique SS20

29 3) Un conflit armé dans la guerre froide : Le Vietnam Recueil documentaire : Sujet : Lengagement américain dans la guerre du Vietnam Carte ; Photographies : cartouches dartillerie ; opposition à la guerre ; soldats dans un cratère dobus ; Textes : allocution de Johnson (31/03/1968) ; Lettres de soldats

30 Questions : 1) Identifiez les belligérants et les espaces du conflit. (Document 1) 2) En quoi le Vietnam ressemble aux guerres de la première moitié du 20 ème siècle ? (documents 2, 3 et 4) 3) Quelles réactions la guerre suscite-t-elle aux Etats Unis au tournant des années 70 ? (Documents 5 et 6) 4) Expliquez la phrase soulignée. (Document 5) Réponse organisée : (DM) Comment sexprime lengagement des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam ?

31 Document 1 : Carte de la guerre du Vietnam

32 Document 2 : Cartouches vides d'artillerie accumulées à la base d'artillerie de Soui Da, environ 60 miles au nord-ouest de Saigon, le 8 Mars 1967.(Photo AP / Horst Faas)

33 Document 3 : Fantassins dans un cratère de bombe remplis de boue à la recherche de Viet Cong snipers, bataille de Phuoc Vinh, au nord-nord-est de Saïgon, 15 Juin (Photo AP / Henri Huet, File)

34 Document 4 : Lettre de soldat « Vraiment, les dégâts physiques et humains que nous avons subis au cours de ces dernières années sont beaucoup plus élevés que je ne laurais cru en particulier les dégâts humains... Je ne parle pas seulement des morts, mais aussi de ces G.Is qui ne sont plus capables darticuler des phrases cohérentes, de ceux qui ont découvert quils adoraient tuer, et des Vietnamiens, qui devaient former un peuple rempli de grâce et de douceur, et que la guerre a transformés en voleurs, en trafiquants et en prostituées... Jai limpression dêtre au fond dun gigantesque égout. » Caporal Thomas P. Pellaton. Lettres de soldats américains au Vietnam, citées par Time, 15 avril 1985, et rapportées par Claude-Jean BERTRAND, Les années soixante Vol. 9 de lHistoire documentaire des États-Unis dirigée par Jean- Marie BONNET et Bernard VINCENT.

35 Document 5 : Allocution de Lyndon B. Johnson, 31 mars 1968 « (...) Ce soir, je renouvelle loffre que jai faite en août dernier, darrêter les bombardements sur le Nord- Vietnam. Nous demandons que des pourparlers commencent rapidement et quil sagisse de négociations sérieuses au sujet de la nature de la paix. (...) Notre but au Sud-Vietnam na jamais été danéantir lennemi. Mais de faire reconnaître par Hanoï que son objectif, semparer par la force du Sud, ne pourra être atteint. (...) Cela na pas été facile, loin de là. Durant les dernières quatre années et demie, mon destin et ma responsabilité ont été ceux de commandant en chef. Tous les jours, jai vécu avec le poids de la guerre. Je suis conscient des peines que jai infligées et des inquiétudes quelles ont suscitées. Durant toute cette période, jai été soutenu par un seul principe : ce que nous faisons au Vietnam est vital, non seulement pour la sécurité de lAsie, mais également pour notre sécurité. (...) [Les paragraphes qui suivent ne figurent pas dans le texte qui a été diffusé à la presse avant lallocution] Depuis trente-sept ans au service de notre pays (...), jai voulu, en premier, lunité de notre peuple. Je lai voulue en dehors de toute division partisane. Aujourdhui, comme hier, il est vrai quune maison divisée par lesprit de faction, de parti, de religion ou de race est une maison qui ne peut rester debout. (...) Avec de jeunes Américains aussi loin sur le terrain, avec lavenir de lAmérique en question, ici-même, avec nos espoirs de paix dans le monde mis en cause chaque jour, je ne crois pas pouvoir consacrer une heure de mes journées et de mon temps à des causes personnelles et partisanes, ou à des tâches autres que celles, impressionnantes, de la présidence de votre pays. Aussi, je ne rechercherai, ni naccepterai la nomination de mon parti pour un autre mandat de Président. » Lyndon B. Johnson, président des États-Unis dAmérique, allocution radio-télévisée du 31 mars 1968, rapportée par Claude-Jean BERTRAND, Les années soixante Vol. 9 de lHistoire documentaire des États-Unis dirigée par Jean-Marie BONNET et Bernard VINCENT. Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1989 traduite et citée par Jacques PORTES, Les Américains et la guerre du Vietnam. Bruxelles, Complexe, coll. « Questions au XXe siècle », 1993.

36 Document 6 : campagne de John Lennon contre la guerre au Vietnam

37 Evaluation sur la partie : Proposition de composition : les formes de la guerre froide ( )


Télécharger ppt "De la guerre froide à de nouvelles conflictualités In thème 2 : La Guerre au 20 ème siècle (programme de 1 ère L-ES-S) Philippe AGNESE Arnaud COUTURIER."

Présentations similaires


Annonces Google