La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lenseignement de la grammaire intégré aux disciplines Michel GRANDATY Maître de Conférences IUFM Midi-Pyrénées Avril 2006.Vierzon. A J.B.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lenseignement de la grammaire intégré aux disciplines Michel GRANDATY Maître de Conférences IUFM Midi-Pyrénées Avril 2006.Vierzon. A J.B."— Transcription de la présentation:

1 Lenseignement de la grammaire intégré aux disciplines Michel GRANDATY Maître de Conférences IUFM Midi-Pyrénées Avril 2006.Vierzon. A J.B.

2 Avant-propos La première tentative de faire adopter une démarche denseignement de type ORL ne date pas de 2002 mais de la circulaire de 1977 portant sur lenseignement de lorthographe grammaticale : « Il convient dinsister sur lintérêt dun enchaînement dactivités qui vont du maniement empirique à lobservation des faits de langue et, lorsque la capacité des élèves le permet, à la formulation de règles de fonctionnement, puis de cette observation et de cette formulation, à un maniement mieux maîtrisé ; ce cheminement est soutenu par des exercices dentraînement qui conjugue les effets de limprégnation et ceux de la prise de conscience. » Pourquoi ce texte de 1977 na-t-il pas été appliqué ?

3 Avant-propos Cette approche proposée en 1977 rejoint certains travaux de psychologie cognitive postérieurs. Selon le modèle cognitif de Logan (1988) les récupérations, en mémoire, porteraient sur des « solutions » et pas sur des règles. Ces « solutions » (modèles en action, construits sur la fréquence) auraient une double fonction didactique : elles serviraient dune part, dentrée pour dautres acquisitions, dautre part, de base procédurale à une analyse susceptible daboutir à la maîtrise de règles (explicites). Dans ce contexte pédagogique, lélève ne se focalise plus sur lerreur commise mais porte son regard sur la stratégie quil a utilisée en partant du principe quil peut et doit en changer. Premier manuel à apporter des réponses, le Genouvrier/Gruwez, 1987, Larousse : Grammaire pour enseigner le français.

4 Avant-propos Résumé de la proposition de 1977 à propos de la démarche O.R.L. : Etape 1 : maniement empirique (en usage) Etape 2 : observation des faits de langue (opérations) Etape 3 : formulation de règles de fonctionnement Etape 4 : maniement mieux maîtrisé (évaluation) Le tout est soutenu par des exercices dentraînement.

5 Des obstacles à lenseignement de la grammaire intégré aux disciplines Questions que se posent certains enseignants… « Céder sur lenseignement de la norme cest reculer devant la difficulté et faire baisser le niveau dexigence ! » « Partir des difficultés des élèves en production ou en compréhension cest perdre toute possibilité davoir une programmation et une progression de qualité. Cest ne rien pouvoir prévoir à lavance ! » « Que mettre dans lhoraire accordé (1H30) et comment insérer le restant dans les horaires des disciplines ? » « Quand on part de lusage et non pas de la structure on ne peut plus évaluer rigoureusement ! »

6 Des obstacles …« Que mettre dans lhoraire accordé (1H30) et comment insérer le restant dans les horaires des disciplines ? » Des objectifs ambitieux et du flou artistique… « Cest parce que lon aura pris le temps de cette réflexion, dans le cadre de lhoraire qui lui est réservé, que lon pourra, chaque fois quon écrit (dans nimporte lequel des domaines denseignement du cycle 3), faire référence à ces observations patiemment effectuées pour réviser les textes élaborés et sassurer dune relative sécurité orthographique. Cette plus grande familiarité avec la structure de la langue permet aussi de mieux comprendre les textes qui, du fait de leur relative complexité, résistent à une interprétation immédiate. Toutes les dimensions de cette observation, quelles concernent la syntaxe, la morphosyntaxe ou le lexique, peuvent être explorées. » « …chacun de ces domaines disciplinaires comporte, dans lhoraire qui est le sien, des ateliers de lecture destinés à renforcer les compétences de tous les élèves. Les objectifs de ces ateliers, bien quils concernent tous les domaines disciplinaires, sont plus particulièrement détaillés dans les programmes du domaine « Littérature ». Programmes, 2002, p. 65, p.67

7 Des réponses pour un enseignement de la grammaire intégré aux disciplines Plan de la conférence Pourquoi ? Situation historique de la problématique Comment ? Analyse de la démarche denseignement / apprentissage Quels objets denseignement ? Programmation par types décrits & par contenus De quelle manière ? Progression par contrat élève des contenus

8 POURQUOI Pourquoi passer dun enseignement de la structure et de la norme à un enseignement de lusage et de la variation ?

9 Situation historique de la problématique Deux périodes et deux objectifs différents : - De lAcadémie française en passant par 1789, la Convention, et les I.O. de 1923 & Du collège unique René Haby de 1975, aux ZEP dA.Savary,en passant par la loi dorientation de 1989 et les nouveaux programmes de Sources principales utilisées Henri Meschonnic: De la langue française. Hachette André Collinot et al.: Le français à lécole.Hatier M. le comte Antoine de Rivarol: De luniversalité de la langue française. Discours qui a remporté le prix de lAcadémie de Berlin en 1784

10 POURQUOI ENSEIGNER LA NORME ? La langue française, lhistoire dune norme à trois composantes : politique, morale,psychologisante. De lAcadémie française en passant par 1789, la Convention, et les I.O. de 1923 & 1972.

11 LE MYTHE DU GENIE DES LANGUES ET LA MONARCHIE Nicolas Boileau dit Despréaux publie LArt poétique en Il entre à lAcadémie en 1684…Dans son traité décrivant la doctrine classique, rédigé en vers, il affirme : « Ce que lon conçoit bien sénonce clairement, Et les mots pour le dire parviennent aisément. » En juin 1782 lacadémie de Berlin met au concours létude de luniversalité de la langue française: « Quest-ce qui a fait la langue française la langue universelle de lEurope ? Par où mérite-t-elle cette prérogative ? Peut-on présumer quelle la conserve ? »

12 LA LANGUE CITOYENNE DE LA REVOLUTION Charles Maurice de Talleyrand- Périgord est élu président de lAssemblée en Lannée suivante, il défend, à la convention, le principe dune conscience linguistique citoyenne : « Les écoles primaires mettront fin à une étrange inégalité : la langue de la constitution et des lois y sera enseignée à tous et cette foule de dialectes corrompus, dernier reste de la féodalité, sera contrainte de disparaître. » Le 18 avril 2005, dans un dossier de lExpress portant sur la maîtrise de lorthographe, la présidente de la Société des agrégés de lUniversité écrit : « En gommant les particularités du français, cest aussi son histoire quon effacerait. Lorthographe est un peu comme la République : elle est une et indivisible. »

13 LUTOPIE REPUBLICAINE « Les écoles primaires formeront le premier degré dinstruction. On y enseignera les connaissances rigoureusement nécessaires à tous les citoyens. Les personnes chargées de lenseignement dans ces écoles sappelleront instituteur de la langue française. » Condorcet,1792, Procès verbaux du Comité de lAssemblée législative et de le convention nationale, LHarmattan, 9 volumes.1998

14 LUTOPIE REPUBLICAINE « Celui qui ne parle pas sa langue de manière à pouvoir exprimer ses idées, qui n écrit pas de manière à être lu sans dégoût; celui là est nécessairement dans une dépendance individuelle, dans une dépendance qui rend nul ou dangereux pour lui lexercice des droits du citoyen ; et réduit à une chimère humiliante pour lui-même légalité reconnue par la loi…Quant à la dépendance générale, à celle qui naît du pouvoir de la ruse ou de sa parole, elle sera réduite à presque rien par luniversalité de ces connaissances élémentaires propres à former la raison ». Condorcet,1792, Procès verbaux du Comité de lAssemblée législative et de le convention nationale, LHarmattan, 9 volumes.1998

15 LUTOPIE REPUBLICAINE La révolution veut uniformiser la nation par lenseignement généralisé dune langue politique émancipatrice. Elle établit le calendrier révolutionnaire en 1793 avec lambition de créer de nouvelles taxinomies du temps et de lespace. En 1794 Condorcet choisit, par concours, un outil denseignement de la grammaire : Eléments de grammaire française de Lhomond, datant de 1780, « … une nouvelle grammaire et un vocabulaire nouveau. Il présentera des vues sur les changements qui en faciliteront létude et lui donneront le caractère qui convient à la langue de la liberté ». Le contenu de cette grammaire sera enrichi et complété dexercices et de corrigés jusquau milieu de vingtième siècle…. NB : Lidée des manuels détat est abandonnée en I796 après la création des écoles centrales et des lycées. A lire, Les manuels scolaires en France de 1789 à nos jours, dA.Choppin & M. Clinkspoor. INRP-Sorbonne, Paris.

16 POURQUOI ENSEIGNER LUSAGE ? Les limites sociales de lélitisme républicain. Vers un enseignement pour tous. Du collège unique René Haby de 1975, aux ZEP dA.Savary,en passant par la loi dorientation de 1989 et les nouveaux programmes de 2002.

17 Démocratisation et inégalités scolaires Le 2 juin 2005, dans une interview accordé au journal le Monde, le sociologue François Dubet explique : « Lécole républicaine a installé la culture nationale, universelle et libératrice. Elle a contribué à l'idée que le travail et le mérite constituaient le mode le plus légitime de mobilité sociale, de progression. Et l'école a été perçue comme le facteur d'homogénéité...Cela a bien fonctionné jusque dans les années 1960….Maintenant, ce modèle est en grande crise…. La massification n'a pas réduit les inégalités devant l'école. Les élites ont un recrutement social de plus en plus fermé et homogène, et les élèves en échec viennent du même environnement social. »

18 Rappel chronologique de cette démocratisation : première période Ferdinand Buisson est le premier qui demandera de revenir sur la répartition des enfants dans des classes différentes car, ce « complément d'instruction n'est ni un luxe, ni une spécialité propre à quelques uns ». « Pourquoi instruire davantage les enfants de paysans et dartisans ? » affirme lacadémicien Paul Bourget, dans LIllustration « Avez-vous éprouvé, en regardant vivre ces hommes, qu'ils n'avaient pas atteint leur plein développement, même s'ils savaient à peine lire et écrire ? » : gratuité du secondaire, de la 6ème à la Terminale : scolarité obligatoire jusquà 16 ans 1963 : Création des C.E.G. Les Collèges dEnseignement Généraux de Christian Fouchet accueillent des publics scolaires différents qui restent dans des filières différentes au sein du même établissement. Les lycées conservent, en amont, leur propre collège. Ils ne sont pas destinés à accueillir les élèves de C.E.G.

19 Résultats de cette première démocratisation : léchec des années soixante Les « sorties sans qualification » telles que l'Éducation nationale ou l'INSEE les définissent, concernent les élèves ayant quitté lécole en fin de troisième ou en cours de CAP ou BEP (avant diplôme). Daprès lUnion européenne et les organismes internationaux, tout élève ne disposant pas dun niveau de formation au moins équivalent au second cycle de lenseignement secondaire (CAP, BEP, secondes générales et technologiques) « risque déprouver de sérieuses difficultés professionnelles et sociales ». En France, les jeunes sortant sans qualification du système éducatif sont en constante diminution depuis les années 60. A lépoque près de 50% d'une classe d'âge n'obtient pas le certificat détude et 42% des garçons redoublent le cours préparatoire. 25% dune tranche dâge accède au baccalauréat. Alors quen 1965, plus de 35 % des élèves finissent leur formation initiale « sans qualification »; ils représentent aujourdhui 6 %.

20 Rappel chronologique de cette démocratisation : deuxième période 1972 : Plan Rouchette de rénovation de lenseignement du français Plan de rénovation de lenseignement du français (I.O. FONTANET, 1972) "Le Français est essentiellement un moyen de communication", "son enseignement ne saurait saccompagner dun découpage". Réhabilitation de la langue orale par rapport à lécrit et de limage. Apprentissage de lécrit dans de vraies situations dapprentissage (correspondance, journal scolaire, texte libre, comptes-rendus etc : Création des C.E.S. Avec René Haby les filières disparaissent et les lycées recrutent à partir de ces collèges. Arrêté du 28 /12/1976 portant sur les tolérances orthographiques et grammaticales modifiant celui de 1901.

21 …suite, deuxième période Enseignement de lorthographe dans les écoles et les collèges (début de lO.R.L.) Programmes et Instructions La maîtrise de la langue à lécole Programmes de lécole primaire Projet de Programmes du français cycle 2 et 3 – août 1999 Programmes de lécole élémentaire – création de documents d'accompagnement L'enseignement du français au collège – Circulaire oct. 2004

22 Résultats de cette deuxième tentative de démocratisation 65% dune tranche dâge accède au baccalauréat en % dune tranche dâge accède à un diplôme de lenseignement supérieur alors que le Japon et le Canada sont à 51% Les cohortes délèves de 1989 & 1995 : Note dinformation 6.11, davril 2006.

23 Etude publiée par le "Lisbon Council", Andreas Schleicher, directeur des études éducatives de l'OCDE et responsable du programme international PISA Il met en évidence l'insuffisance des investissements dans l'éducation en Europe et particulièrement en France. Ainsi il y a proportionnellement deux fois plus d'étudiants dans les pays nordiques qu'en France. Sur 30 pays de l'Ocde, 15 ont un taux de diplômés du supérieur plus élevé que le taux français. C'est le cas par exemple des Etats-Unis, du Japon, de la Corée du sud, du Royaume-Uni ou de l'Irlande. A. Schleicher préconise globalement pour l'Europe de plus gros investissements dans l'éducation. Il montre que l'Europe dépense moins que les Etats-Unis et le Japon à tous les niveaux de l'éducation, du primaire au supérieur.

24 Ne pas confondre démocratiser avec massifier « Certes les diplômes paient au niveau des individus (ils se placent d'autant mieux et gagnent d'autant plus qu'ils sont diplômés) mais il est évident qu'on ne peut en déduire, au niveau de la société, que diplômer davantage la population (au-delà du niveau déjà élevé déjà atteint) va automatiquement constituer un facteur de croissance ». Thèse de Marie Duru-Bellat sur "l'inflation scolaire" « Le processus de déclassement scolaire qu'a connu la France ne se retrouve que dans deux autres pays, l'Espagne et l'Italie. Ailleurs, les Etats ont mis en place des formations universitaires couplées à des stages et à des perspectives professionnelles. » F.Dubet, Le Monde du 18 mars 2006 « Celui qui ne parle pas sa langue de manière à pouvoir exprimer ses idées est nécessairement dans une dépendance individuelle qui rend nul ou dangereux pour lui lexercice des droits du citoyen » Condorcet

25 COMMENT Comment construire un enseignement de lusage ?

26 Rappel de 1977 Etape 1 maniement empirique : lire, écrire… Etape 2 observation des faits de langue : effectuer des opérations précises Etape 3 formulation de règles de fonctionnement : mettre en forme….traces…outils… Etape 4 maniement mieux maîtrisé : évaluation par un usage amélioré du lire/écrire…contrat…indicateurs de progrès… Laisser la place à des exercices dentraînement.

27

28 Comment ? Démarche dUne grammaire daujourdhui. Ed. Sedrap SITUATIONS DE LECTURE de documents et écrits divers, en diverses disciplines ACTIVITES DANALYSE du FONCTIONNEMENT DE CES TEXTES par des opérations de classement,substitution, insertion, déplacement, transformation. SITUATIONS DE PRODUCTION décrits divers, en diverses disciplines (Projets sociaux & scolaires) réinvestissement FORMULATIONS de constats érigés en règles de fonctionnement réinvestissement intériorisation PRODUCTION DOUTILS pour la compréhension & la production intériorisation

29 Comment ? Démarche dUne grammaire daujourdhui. Ed. Sedrap DEMARCHE ETPROGRAMMATION Lexemple du fictionnel TYPES DECRITS Fonctionnels Fictionnels Scolaires TYPES DACTIVITES DE LECTURE En réseaux (culture) Individuelle(motivation) Structurée PROJETS DE LECTURE/ECRITURE Activités réflexives TYPES DACTIVITES ECRITES Manipulations de textes Brouillons Mises en forme LIEUX DINTERVENTION Exemple:Album IDENTIFICATIONS Temporalité Point de vue narratif Personnage Structure narrative OBJETS DE STRUCTURATION Les récits IDENTIFICATIONS Modes et temps Je/Il… Substitutions… Temps de lhistoire, temps du récit

30 QUELS OBJETS DENSEIGNEMENT ?

31 PROGRAMMATION PAR TYPES DÉCRITS Programmer le contexte Les écrits à consignes Les écrits littéraires Les écrits de documentation scientifique Les écrits de dialogue Les écrits de presse Les messages hypermédia

32 QUELS OBJETS DENSEIGNEMENT 1 ? Programmer l objet denseignement Distinction écrits de fiction / écrits scientifiques Types décrits, de genres, de séquences Énonciation,modalisation et formes de textes Discours rapportés Substituts et pronominalisation Règles de cohérence et de cohésion Structures narratives Fonctionnement textuel du lexique Syntaxe du verbe, modes et temps Une grammaire daujourdhui. Sedrap

33 QUELS OBJETS DENSEIGNEMENT 2 ? Programmer l objet denseignement Les phrases: types et formes Les classes de mots Les relations entre les mots Les structures des phrases Le vocabulaire La combinatoire et lorthographe Une grammaire daujourdhui. Sedrap

34 Partir dun obstacle : lexemple des phénomènes de substitution dans un récit d élève de CE2 Un jour trois petits cochons est dans une ferme.Or la fermière alla y donner à manger.Elle leur apporta de la viande dans une assiette pleine. Dans la forêt un loup rôdait et le poulailler était fermé. Il sortit de la forêt et alla près du poulailler. La fermière sortit de la maison et le renard alla se cacher derrière la maison. Elle leur lance de la viande et se retourne et aperçoit le renard derrière la maison. Elle va vite fermer le poulailler et rentre doucement. De lautre côté, il y avait des poules de toutes les couleurs. La fermière lui donne des grains. Le renard savance et il en prend une. Il retourne dans la forêt. La fermière voit le poulailler ouvert. Elle se dit. Qui a bien pu ouvrir le poulailler ? Le renard tranquillement traverse la forêt. Et sen alla. (orthographe rétablie en partie)

35 Partir dun obstacle : quels savoirs de référence à propos des phénomènes de substitution ? Une grammaire daujourdhui. Sedrap DIAPHORES LEXICALES Par référence au contexte de la situation (déictique) -Démonstratifs: Prends cela -Termes de parenté: Papa arrive -Caractérisation: Pierre est arrivé. Mon ami… -Inférence:Je suis rentré dans la maison. Jai pris lescalier. Jai appuyé sur linterrupteur. (phénomènes de substitution) Par référence à des unités à lintérieur du texte (cotexte) -Reprises fidèles : Jai vu un lion. Le lion…(déterminant) A paris travaillait un couple de médecins. Pierre et Marie Curie…(nom propre) Le feu a détruit le garage. Cette destruction… (transformation nominale) -.Reprises infidèles : Ton frère est arrivé. Limbécile a oublié….(caractérisation) Il a perdu son père. Ce deuil….(transformation nominale) Jai rencontré un chien.Lanimal…(hyperonymie) Jai vu un boxeur. Ce lutteur (synonymie)

36 Suite… DIAPHORES Par référence aux données de la situation (déictique) - Pronoms de conjugaison : je, tu…`` - Pronoms démonstratifs: Cest celui-ci - Pronoms possessifs: Cest le mien. - Locutions adverbiales - Localisations spatiales - Verbes: aller, venir GRAMMATICALES Par référence à des unités à lintérieur du texte (cotexte ) - Pronoms de conjugaison : il, elle…`` - Pronoms démonstratifs - Pronoms possessifs - Adverbes: ainsi, là, de même… - Pronoms relatifs, interrogatifs - Adjectifs: tel, semblable, pareil… - Indéfinis: tous, aucun… - Noms communs: lautre, ce dernier…En, Y, Le (neutre), il (neutre) - Oui, non

37 Partir dun obstacle : un exemple d activité 1 Il essaya de se relever: cétait au-dessus de ses forces. 2Il ny avait donc personne pour laider, il rama aussi loin quil put, puis sortit de la barque et lattacha à une pierre. 3Il sarrêta un instant, il éprouva alors limmensité de sa fatigue, il se retourna et aperçut en contre-bas, près de la barque…la gueule de lespadon.. 4Ensuite il mit le mât sur son épaule et commença à monter la côte. 5Il démonta le mât, amena la voile et la plia. 6En arrivant au sommet, il tomba et resta prostré, le mât en travers des épaules. 7Il se remit à gravir la pente. 8Il entra dans le petit port, les lumières de la « Terrasse » étaient éteintes et il comprit que tout le monde était couché. « Le vieil homme et la mer » E.Hemingway

38 AIl ny avait donc personne pour laider, il rama aussi loin quil put, puis sortit de la barque et lattacha à une pierre. BIl entra dans le petit port, les lumières de la « Terrasse » étaient éteintes et il comprit que tout le monde était couché. CIl démonta le mât, amena la voile et la plia. DEnsuite il mit le mât sur son épaule et commença à monter la côte. EIl sarrêta un instant, il éprouva alors limmensité de sa fatigue, il se retourna et aperçut en contre-bas, près de la barque…la gueule de lespadon.. FIl se remit à gravir la pente. GEn arrivant au sommet, il tomba et resta prostré, le mât en travers des épaules. HIl essaya de se relever: cétait au-dessus de ses forces.

39 DE QUELLE MANIÈRE ?

40 Une démarche denseignement

41 Démarche denseignement de lORL Préalable. Lenseignant doit apprendre à : - Maîtriser les contenus disciplinaires (cf liste des objets denseignement) indispensables afin de pouvoir définir les éléments dépendants entre eux Ces savoirs sont définis à la suite des échecs constatés aux évaluations CE2/Sixième (cf lexemple pris des phénomènes de substitutions). - Eviter de considérer que certaines connaissances sont triviales et donc éviter de les naturaliser. Au contraire, les identifier comme difficultés potentielles et comme obstacle à franchir (ex : les reprises fidèles dans le domaine des anaphores lexicales).

42 Démarche denseignement de lORL A partir de ces objets denseignement authentifiés, lenseignant peut élaborer une stratégie denseignement qui se décline ainsi : - Prévoir les succès détapes - Occasionner des retours, des reprises - Etablir des activités décontextualisées à côté des activités spécifiques - Mettre en forme les contenus enseignés - Autonomiser lélève en vue dun travail personnel Place faite, donc, à la mémorisation et aux exercices !

43 Démarche denseignement de lORL Lenseignant propose un CONTRAT ÉLÈVE, constitué du modèle en action et de la maîtrise des unités linguistique. Exemple: « En fin dannée scolaire de CM1, à propos des écrits littéraires, je saurai … » Les écrits littéraires CM1. Comment distinguer le conte et la nouvelle ? Comment repérer le narrateur, celui qui raconte dans le texte? Comment annoncer les paroles des personnages dans un récit? Comment transformer les paroles en propositions subordonnées? Comment fonctionnent les mots qui remplacent un Groupe Nominal? Comment le G.N. sujet du verbe est-il relié au Groupe Verbal? Comment les mots sont-ils choisis dans un texte littéraire? tiré de : La langue française mode demploi, manuel CM1, Ed. Sedrap

44 DE QUELLE MANIÈRE ? Nature des activités

45 Deux entrées possibles dans les activités : - par les textes (1) - par les unités linguistiques et leurs fonctions (2) 1- Partir dun obstacle rencontré en production décrit ou en lecture --> opérer des activités de classement/ substitution/ insertion/déplacement/transformation --> formuler des constats érigés en règles de fonctionnement (modèle en action) --> produire un outil: du tableau noir en passant par laffiche puis le fichier collectif et enfin le cahier de lélève (dimension temporelle cruciale du dispositif) --> réutilisation face au même obstacle. ---> STATUT DE LEVALUATION : UN « MODELE EN ACTION » 2- Partir dune situation problème préconstruite --> formulation de régularités (le système linguistique est statistiquement régulier) par travail personnel ou de groupe --> institutionnalisation et production doutils --> exercices -----> STATUT DE LEVALUATION: PONCTUELLE

46 De condorcet à 2006 Il faut inlassablement le rappeler : transmettre la langue nationale est la priorité absolue. Se sentir chez soi dans la langue française est indispensable pour accéder à tous les savoirs. La langue est, en effet, la véritable colonne vertébrale des apprentissages, le savoir des savoirs, la porte qui ouvre aux autres disciplines. Direction de l'Enseignement scolaire - Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

47 Or, c'est au moment des premiers pas dans l'acquisition de la langue que certains élèves, déjà, risquent de perdre pied. Tout se joue là : la promesse de la réussite comme les premiers signes de l'échec. L'échec n'est pas supportable, et nous devons le combattre avec détermination. Cela passe par une action résolue en faveur de la maîtrise de la langue orale et de l'apprentissage de la lecture. A fortiori, pour ceux qui n'ont pas le français comme langue maternelle." Depuis vingt ans, de nombreuses recherches ont mis au jour des savoirs nouveaux sur l'apprentissage, proposé des analyses et des solutions relayées par des publications adaptées à des publics divers (formateurs, enseignants, parents, etc.) Direction de l'Enseignement scolaire - Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche


Télécharger ppt "Lenseignement de la grammaire intégré aux disciplines Michel GRANDATY Maître de Conférences IUFM Midi-Pyrénées Avril 2006.Vierzon. A J.B."

Présentations similaires


Annonces Google