La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sujet 9 Quelles sont les formes et les fonctions de l'évaluation dans les séances d'EPS ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sujet 9 Quelles sont les formes et les fonctions de l'évaluation dans les séances d'EPS ?"— Transcription de la présentation:

1 Sujet 9 Quelles sont les formes et les fonctions de l'évaluation dans les séances d'EPS ?

2 A minima : Réflexion sur les termes Questionnement Problématique Plan détaillé Travail au tiers Plus si Accroche Illustrations Réponse à la problématique

3 Analyse des termes et « brain storming » Quelles sont Questionne sur l'identité/la qualité, et/ou la quantité/le nombre de quelque chose ou de quelquun. NB : Lexpression au pluriel de cet objectif interrogatif suppose une réponse au pluriel.

4 lévaluation lévaluation la définition doit être ici suffisamment générique pour ne pas fermer le champ de la réflexion :

5 lévaluation lévaluation « Dans son acceptation la plus large, le terme d'évaluation désigne l'acte par lequel à propos d'un individu, d'un événement ou d'un objet, on émet un jugement en se référant à un ou plusieurs critères. » G.Noizet - J.-P. Caverni. Psychologie de l'évaluation scolaire, Paris, PUF,1978.

6 lévaluation lévaluation « L'évaluation est le processus qui consiste à recueillir un ensemble d'informations pertinentes, valides et fiables en examinant le degré d'adéquation entre cet ensemble d'informations et un ensemble de critères choisis adéquatement en vue de fonder la prise de décision. J.-M. De Ketele. L'évaluation, approche descriptive et prescriptive. Bruxelles, De Boeck, 1986.

7 les formes modalités selon lesquelles quelque chose se présente ; « les formes » renvoient aux questions : « qui évalue qui ? », « quoi évaluer ? » « comment évaluer ? » « quand évaluer ? »,

8 les formes plus précisément, les formes concernent : les personnes objets de lévaluation, la nature et le nb des informations recueillies (évaluation normative et/ou critériée), les outils utilisés (barèmes, grilles, nomogrammes…), le moment de lévaluation, les personnes impliquées dans le recueil des données et dans les prises de décision.

9 les fonctions les fonctions « rôle, utilité dun élément dans un ensemble » (Larousse, VUEF, 2001) ; lélément est ici « lévaluation », et lensemble « les séances dEPS » ; « les fonctions » renvoient à la question : « pourquoi on évalue ? »

10 les fonctions les fonctions plus précisément, les fonctions concernent le type de décision que lévaluation permet de fonder.

11 dans la séance dEPS dans la séance dEPS évacuer toutes les formes dévaluation qui ne se déroulent pas au sein même de la séance dEPS (évaluation dans les séances dEPS = dans le système éducatif).

12 Les écueils du sujet La reformulation (paraphrase) du libellé du sujet : « Nous expliquerons quelles sont les formes et les fonctions de lévaluation dans les séances dEPS » ceci nest pas une problématique (aucune hypothèse de réflexion nest formulée)

13 Les écueils du sujet Le plan à concepts séparés : « Dans une première partie, nous nous interrogerons sur les formes que peut prendre lévaluation en EPS. Après quoi nous porterons notre réflexion sur les fonctions quelle est susceptible dassumer » ce type de plan vous fera tomber dans le piège du devoir « catalogue »

14 Les écueils du sujet Le plan « parachuté » et mal adapté : « Dans une première partie, nous traiterons de lévaluation dans le cadre de la conception didactique de lenseignant. Puis nous nous interrogerons sur la place de lévaluation dans les mises en oeuvre pédagogiques. Enfin, nous aborderons la question des limites de lévaluation. » organisation très difficile des idées (nombreuses redites) et 3 e partie hors sujet

15 En quoi devons-nous souscrire à lidée quil nexiste pas une mais des évaluations ?Questionnement

16 Dans quelles mesures lévaluation sert-elle lenseignement du professeur dEPS ? Lapprentissage de lélève ? Lorganisation de linstitution scolaire ?Questionnement

17 Quelle cohérence relever entre les fonctions de lévaluation et ses formes, cest à dire comment articuler le qui, le quoi, le comment et le quand évaluer, avec les types de décisions susceptibles dêtre prises ?Questionnement

18 Est-il malgré tout possible de postuler que toutes ces formes peuvent servir des fonctions daide à lapprentissage des élèves ?Questionnement

19 En quoi lévaluation ne doit-elle pas être surdimensionnée, au détriment du temps denseignement ? Questions non pertinentes critique de lévaluation en tant que phénomène omniprésent et omnipotent : éventuellement en ouverture de la conclusion (ce nest pas le sujet)

20 Quelles sont les nouvelles modalités dévaluation des épreuves dEPS aux examens de léducation nationale ? Questions non pertinentes cette question sapparente presque à une « question de cours », elle ne peut servir aucune problématique puisquelle en appelle uniquement à des connaissances déclaratives

21 La problématique 1 - Basique (mais dans le sujet) : Nous montrerons que les formes et les fonctions de lévaluation sont en interdépendance étroite, et quil nest pas possible de sinterroger sur le « comment » évaluer, sans se poser la question du « pourquoi » évaluer.

22 La problématique 2 – Un peu plus élaborée : Nous montrerons que les formes de lévaluation, cest à dire le type dinformations recueillies et les façons dont elles sont recueillies, dépendent nécessairement de ses fonctions, cest à dire du type de décisions pouvant être prises.

23 La problématique 3 – Encore plus élaborée : Nous montrerons que les formes de lévaluation sont une articulation particulière entre sujet, objet, critère, moment, et outil de lévaluation, et que cette articulation nest cohérente quà condition dêtre au service de fonctions qui peuvent être didactiques, éducatives, ou institutionnelles.

24 La problématique 4 – Toujours plus élaborée : Nous montrerons que si les formes de lévaluation dépendent de fonctions qui peuvent être didactiques, éducatives ou institutionnelles, toutes ces formes peuvent en définitive servir les apprentissages des élèves, à condition que ceux-ci soient informés a priori des modalités de ces évaluations, a posteriori de ses résultats, et mieux encore, quils soient impliqués dans le dispositif.

25 Le plan Plan 1 1. Lévaluation diagnostique 2. Lévaluation formative et lévaluation formatrice 3. Lévaluation sommative

26 Le plan Plan 2 1. Les fonctions didactiques = enseigner et apprendre 2. Les fonctions éducatives = apprendre à apprendre 3. Les fonctions institutionnelles = noter et certifier

27 Le plan Plan 3 (problématique n°4) 1. Il faut être informé a priori = connaître les modalités de lévaluation 2. Il faut être informé a posteriori = connaître les résultats de lévaluation 3. Il faut être impliqué dans le dispositif = participer au processus évaluatif

28 Les paragraphes Chaque paragraphe devra articuler les fonctions (pourquoi évaluer), et les formes : qui évalue qui, quoi, quand, comment (avec quels outils)

29 Partie 1 : Les fonctions didactiques Nous montrerons que lévaluation sert des fonctions didactiques, cest à dire quelle facilite le processus de transmission par lenseignant, et le processus dacquisition, par lélève, des connaissances en EPS.

30 1.1 Lévaluation permet à lenseignant de préciser les objectifs, les contenus, dajuster les contraintes aux ressources des élèves, de construire des situations « remédiatrices », de réguler les procédures denseignement : évaluation diagnostique, évaluation formative, bilans des séances et des cycles…

31 1.2 Lévaluation permet à lélève de se situer dans son processus dapprentissage, cest à dire de laider à repérer où il en est, de mesurer ses progrès, et dapprécier lécart avec les objectifs fixés (évaluation formative du côté de lapprenant)

32 1.3 Lévaluation permet aussi de donner du sens aux apprentissages effectués en EPS et aux procédures choisies par lenseignant (fonction « motivationnelle ») ; même lévaluation sommative peut donc avoir une vertu formative, à condition que les modalités de notation soient connues très tôt par les élèves (transparence)

33 Partie 2 : Les fonctions éducatives En favorisant lémergence de compétences méthodologiques, nous montrerons que lévaluation sert des fonctions éducatives. En dautres termes, lévaluation, lorsquelle est maîtrisée par lapprenant lui-même, est un instrument privilégié pour lui permettre « dapprendre à apprendre »

34 2.1 Tous les apprentissages supposent une évaluation, et plus exactement, une auto- évaluation : connaissance des résultats et connaissance de la performance, les progrès se jouant dans la mise en relation de ces deux informations ( importance de toutes les procédures qui facilitent cette mise en relation)

35 2.2 « Apprendre à apprendre », cest donc permettre aux élèves de développer une expertise dans lauto-évaluation fondements de lévaluation formatrice (qui doit permettre aux apprenants de sapproprier les critères de lenseignant, danticiper et planifier leurs actions, et dautogérer leurs erreurs : lenjeu pour lélève est de se construire un bon système interne de pilotage de ses apprentissages)

36 2.3 Lévaluation peut servir les méthodes dapprentissage, mais aussi des attitudes : conduire des responsabilités, prendre confiance en soi, assumer des rôles diversifiés… la co-évaluation exerce à cet égard un rôle décisif car elle est loccasion de conférer un nouveau statut à lélève qui de « consommateur » devient « partenaire actif » (cf. J.-A. Méard)

37 Partie 3 : Les fonctions institutionnelles En servant des fonctions de notation, de certification, de sélection ou dorientation, nous montrerons que lévaluation est aussi une procédure exigée par linstitution scolaire.

38 3.1 Les fonctions de notation : noter en fonction dun principe : évaluer ce qui a été enseigné (Pineau, 1992) ( évaluation critériée plutôt quévaluation normative, ou combinaison des deux), ce qui permet de rendre compte à la fois de lefficacité de lapprentissage, et de la réussite de lenseignement

39 3.2 Les fonctions de certification (examens de léducation nationale) : ces fonctions participent à lattribution dun diplôme les formes doivent ici respecter les textes officiels, tout en cherchant à viser lobjectivité, la validité et la fidélité

40 3.3 Les fonctions de sélection et dorientation : en EPS, ces fonctions sont beaucoup moins sensibles que dans les autres disciplines (les choix dorientation en fonction des résultats des évaluations sommatives peuvent toutefois concerner la filière STAPS, ou laccès à des sections sportives…)

41 3.4 Même lévaluation sommative peut satisfaire des fonctions formatives en favorisant les « mises en projet », à condition que les apprenants soient informés en aval des modalités de lévaluation, et en amont des résultats (toutes les évaluations peuvent être formatives si elles sont « transparentes » et comprises)

42 Conclusion Réponse à la problématique Nous avons montré que lévaluation est une procédure très complexe, celle-ci ne pouvant se comprendre que dans une perspective systémique : ainsi, les différents paramètres de lévaluation forment un système (un tout cohérent), dont la logique ne peut être détachée du but poursuivi (la décision à prendre), et même de la psychologie de lévaluateur. Ce système cohérent étant lui-même intégré dans un autre système, plus complexe encore : lenseignement.

43 Conclusion Réponse à la problématique (suite) Autrement dit, il nexiste pas de forme dévaluation parée de toutes les vertus, mais plutôt des évaluations pertinentes, en fonction dune intention donnée, et pour un usage social précis.

44 Conclusion Réponse à la problématique (fin) Enfin, nous avons vu que toutes les formes de lévaluation peuvent servir la progression des élèves, à condition dêtre organisées en « boucle fermée ». Pour cela, lenseignant veillera à informer les élèves a priori, à les informer a posteriori, et si possible, à les impliquer dans le dispositif, tout en leur permettant daccéder non plus seulement à la mesure de lerreur, mais aussi à la nature de lerreur. Lévaluation ne doit pas être une « opération mystérieuse » (R.Pantanella, 1991).

45 Conclusion Ouverture n°1 Nous avons étudié les formes et les fonctions de lévaluation ainsi que leurs mises en relation, mais il existe aussi des effets de lévaluation, effets plus ou moins insidieux dont nous navons pas toujours conscience : exercer un contrôle sur ses élèves, transformer leurs buts dapprentissage en buts de performance (la note), altérer leur sentiment de compétence…

46 Conclusion Ouverture n°1 (suite) Un autre de ces effets à combattre est la « constante macabre », concept introduit par André Antibi (1988) pour dénoncer le pourcentage délèves qui doivent se trouver en échec pour que lenseignant ait limpression de bien faire son travail.

47 Conclusion Ouverture n°2 Pourtant, si lévaluation fait partie intégrante du système complexe de lenseignement, elle nest pas toute la pédagogie, ni toute la didactique. Nous devons donc veiller à ce que nos élèves naient pas le sentiment insupportable que nous les jugeons perpétuellement, altérant ainsi leurs sentiments de liberté et de plaisir intrinsèque. Comme nous le rappelle de façon quelque peu provocatrice C.-M. Prévost, « cest dans les prisons que la densité des grilles est la plus importante » (1991).

48 Conclusion Ouverture n°3 Derrière les fonctions affichées de lévaluation, il y a les fonctions cachées, celles quils opèrent réellement mais que les partenaires du système éducatif naiment guère évoquer : ainsi lévaluation agit-elle plus ou moins implicitement « comme instrument dincitation au travail » (Perrenoud, 1986) et de motivation extrinsèque, mais aussi comme élément de reconnaissance institutionnelle (P.Arnaud, 1983). Comme le précise B.Maccario, « lévaluation est le lieu de valorisation de la discipline » (1983).

49 Modèles divers Mot à encadrer


Télécharger ppt "Sujet 9 Quelles sont les formes et les fonctions de l'évaluation dans les séances d'EPS ?"

Présentations similaires


Annonces Google