La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Projet séquentiel n° 2 Etude dun récit présenté sous forme de chronique : « Il était une fois un vieux couple heureux » de Mohamed KHAIREDDINE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Projet séquentiel n° 2 Etude dun récit présenté sous forme de chronique : « Il était une fois un vieux couple heureux » de Mohamed KHAIREDDINE."— Transcription de la présentation:

1 Projet séquentiel n° 2 Etude dun récit présenté sous forme de chronique : « Il était une fois un vieux couple heureux » de Mohamed KHAIREDDINE

2 Lauteur : Mohamed Khaïreddine

3 Mohammed Khair-Eddine est l'un des grands écrivains de la littérature francophone marocaine ; Il est né en 1941 à Tafraout, petite ville de la région du Souss au Sud du Maroc, à 180 km au sud d'Agadir ; Très marqué par le séisme de 1960, il sinstalle à Agadir en 1961 et y vit jusquen 1963 ;

4 Il s'exile volontairement en France en 1965, et devient, pour subsister, ouvrier dans la banlieue parisienne ; En 1979, il s'installe à nouveau au Maroc. Il meurt à Rabat le 18 novembre 1995, jour de la fête de l'Indépendance du Maroc. Ses œuvres, interdites aux Maroc de son vivant, ont commencé à être rééditées en 2002.

5 « Écrivain de lexil, exilé de lécriture. Mohamed Khaïr-Eddine a longtemps cultivé cette particularité qui a façonné son mythe et singularisé son style. Ladepte de la Guerilla linguistique sest lancé très tôt dans la quête de nouvelles formes dexpressions qui révolutionnèrent, en son temps, les principes fondamentaux de lécriture maghrébine de langue française. » (par Mahjoub Haguig, Maroc-Hebdo, juin 2002) Maroc-Hebdo

6 Chapitre 1 : Un vieux couple dans un village reculé

7

8 Quy a-t-il de plus fascinant et de plus inquiétant que des ruines récentes qui furent des demeures quon avait connues au temps où la vallée vivait au rythme des saisons du labeur des hommes qui ne négligeaient pas la moindre parcelle de terre pour assurer leur subsistance? Ces maisons de pierre sèche, bâties sur le flanc du roc à quelques mètres seulement au-dessus de la vallée, ne sont plus quun triste amas de décombres, domaine incontesté des reptiles, des arachnides, des rongeurs et des myria­podes. Le hérisson y trouve ses proies mais il ny gîte pas. Il y vient seulement chasser la nuit quand un clair de lune blafard fait surgir çà et là des formes furtives quon confondrait assurément avec les anciens habitants des lieux disparus depuis longtemps, peut-être au moment même où de nouveaux édifices poussaient dans la vallée : villas somptueuses, palais et complexes ultramodernes copies conformes des bâtiments riches et ostentatoires des grandes mégapoles du Nord. Une de ces ruines dresse des pans de murs difformes par-dessus un buisson touf­fus de ronces et de nopals et quelques amandiers vieux et squelettiques. Elle avait été la demeure dun couple âgé sans descendance qui nattirait guère lattention car il vivait en silence, presque en secret au milieu des familles nombreuses et bruyantes. Lhomme avait longtemps sillonné le Nord et même une partie de lEurope, disait-on, à la recherche dune hypothétique fortune quil navait pas trouvée. Un sobriquet lui était resté de cette longue absence, Bouchaïb, car il avait dû travailler à Mazagan[1]. De la femme, on savait peu de choses sinon quelle venait dun village lointain, dune autre montagne sans doute.[1] Depuis son retour au pays, Bouchaïb nétait plus tenté par le Nord. Il ne voyageait plus que pour se rendre à tel ou tel moussem annuel comme celui de Sidi Hmad Ou Moussa... et il ne ratait jamais le souk hebdomadaire, où il allait à dos dâne tous les mercredis. [ 1][ 1]- El-Jadida.

9 Un âne timide et bien mieux traité que les baudets de la région. Il nétait jamais puni. Son maître y tenait comme à un enfant et il le disait crûment aux persécuteurs des bêtes. Ce gentil équidé en imposait aux autres ânes, quil savait mettre au pas si nécessaire durant les battages de juin lors desquels on assistait à des bagarres mémorables entre animaux rendus fous par les grosses chaleurs ou par le rut que favorisait le nombre. Bouchaïb était un fin lettré. Il possédait des vieux manuscrits relatifs à la région et bien dautres grimoires inaccessibles à lhomme ordinaire. Il fréquentait assidûment la mosquée, ne ratait pas une seule prière ; il était aux yeux de tous un croyant exemplaire qui devrait nécessai­rement trouver sa place au Paradis. Il tenait la comptabilité de la mosquée sur un cahier décolier vert. Les biens de la mosquée, à savoir les récoltes, allaient au fqih en exercice, qui en était le légitime propriétaire. À la communauté de semer, labourer, etc., tout revenait à limam en temps voulu. Bouchaïb, qui était un Anflouss[1], veillait au grain, rien ne pouvait tromper sa perspicacité. Il était lécrivain public par excellence. Il rédigeait les lettres quon envoyait aux siens par le truchement dun voyageur plutôt que par la poste. Il expliquait les réponses et donnait des conseils aux indécis. Il vivait comme il lentendait après les vagabondages de jeunesse, dont il évitait de parler. Le souvenir de cette existence derrances et de dangers avait fini par déserter sa mémoire.[1] Daucuns murmuraient quil avait été en prison dans le Nord : « Il a fait de la taule, ce gaillard devenu un saint dans sa vieillesse », disaient-ils. « Il a même été soldat quelque part, ajoutaient les plus finauds, si cest ça que vous appelez faire de la taule. Mais il a déserté car il trouvait ce métier pénible et dangereux. » Rien de tout cela nétait tout à fait juste, seul le vieux Bouchaïb détenait le secret de sa jeunesse enfuie. [1][1]- Policier de village.

10 Cependant, comme il fallait donner un sens à tout, certains nhésitaient pas à broder des histoires qui nen collaient pas moins durablement au person­nage visé. On ne pouvait pas se défaire dun passé peu glorieux ni des mensonges colportés par des gens de mauvaise foi. Mais peu lui importait ce quon disait de lui ! Bouchaïb naccordait aucun crédit aux ragots, quil savait être la seule arme des ratés. Il avait une échoppe à Mazagan. Il lavait donnée en gérance à un garçon dun autre canton qui lui envoyait régulièrement un mandat, de quoi vivre à laise dans ces confins où lon pouvait se contenter de peu. Ainsi le vieux couple mangeait-il de la viande plusieurs fois par mois. Des tagines préparés par la vieille, qui sy connaissait. Cela donnait lieu à un rituel extrêmement précis. Seul le chat de la maison y assistait car il était tout aussi intéressé que le vieux couple. Après avoir mis un énorme quignon à cuire sous la cendre, la vieille femme allumait un brasero et attendait que les braises soient bien rouges pour placer dessus un récipient de terre dans lequel elle préparait soigneusement le mets. Allongé sur un tapis noir rugueux en poils de bouc, le Vieux sirotait son verre de thé et fumait ses cigarettes, quil roulait lui-même. Ni lun ni lautre ne parlaient à ce moment-là. Chacun appréciait ce calme crépusculaire qui baignait les environs dune étrange douceur et que seul le bruit des bêtes rompait par intermittence. On avait apprêté les lampes à carbure et lon attendait patiemment le déclin du jour pour les allumer. On pouvait manger et passer la nuit sur la terrasse car lair était agréable et le ciel prodigieu­sement étoilé ; on voyait nettement la Voie lactée, qui semblait un plafond de diamants rayonnants. En observant cette fantastique chape de joyaux cosmiques, le Vieux louait Dieu de lui avoir permis de vivre des moments de paix avec les seuls, êtres quil aimât : sa femme, son âne et son chat, car aucun de ces êtres nétait exclu de sa destinée, pensait-il. De temps en temps, il se remémorait les vieilles légendes, mais sa pensée allait surtout ségarer parmi ces feux chatoyants à la fois proches et lointains. « Est-ce là que se trouve le fameux Paradis? se demandait-il. Et lEnfer ? Où serait donc lEnfer ? » Comme il ny avait aucune réponse, il oubliait vite la question. Inutile de fouiller dans les mystères célestes pour savoir où est ceci ou cela.

11 Lair devenait de plus en plus agréable à mesure que la nuit tombait. Cétait lheure où la vieille allu­mait les deux lampes et où les insectes, appelés comme par un signal, tombaient lourdement sur la terrasse. La vieille sinstallait à son tour à côté du Vieux, prenait son thé sans rien dire. On écoutait les mille et un petits bruits de la nature : le jappement lointain du chacal, la plainte du hibou, le crissement des insectes et parfois le sifflement reconnaissable de certains serpents. Tous les prédateurs se prépa­raient à la chasse, une chasse risquée où le plus fort pouvait survivre bien que le sort de la proie fût scellé davance. Dans létable, la vache avait fini de manger et, comme elle ne meuglait pas, la vieille femme pouvait la croire endormie. Cétait sa bête favorite. Elle faisait comme elle les labours dès les primes pluies doc­tobre. Elle produisait un bon lait que la maîtresse de maison barattait dès la traite matinale. Ensuite, elle le mettait au frais pour le repas de midi. Elle obtenait un petit-lait légèrement aigrelet quelle parfumait dune pincée de thym moulu et de quelques gouttes dhuile dargan. Le couscous dorge aux légumes de saison passait bien avec cela. Un couscous sans viande que le vieux couple appréciait par-dessus tout. Pour la corvée deau, la vieille allait au puits deux fois le matin. À son retour, elle ne manquait jamais darroser copieusement un massif de menthe et dabsinthe dont elle découpait quelques tiges pour le thé quon consommait matin, midi et soir. Les voisins avaient pris la fâcheuse habitude de venir quémander quelques brins de ces plantes, mais rien nirritait le vieux couple, qui aimait rendre ces menus services. On les aimait parce quils navaient pas denfants, aucun litige avec les gens et que, après eux, leur lignée serait définitivement éteinte, ce que tout le monde regretterait sans doute... oui on aimait ces deux vieillards.

12 Mais personne nosait aborder ce sujet tabou car lhomme stérile se considérait à tort moins quun homme vu que son sperme nétait quune eau sans vie. Le Vieux ne pensait plus à cela. Il savait que toute lignée avait une fin et il saccommodait de cette évidence. « Cest ailleurs que je recommencerai une autre jeunesse, ailleurs quaura lieu le nouveau départ. Ici, cest fini. Mais est-ce quil est permis de se reproduire au Paradis ? » se disait-il. Des questions cul-de-sac qui ne menaient quà un mur infranchis­sable. Il navait donc aucun regret, pas la moindre amertume. Au contraire, il se sentait en paix avec son âme, heureux et totalement éloigné de certaines vani­tés terrestres comme de posséder une nichée bruyante et batailleuse qui vous attire surtout les remontrances et la hargne du voisinage. Il navait donc jamais envié les pères de famille nombreuse et encore moins ces pauvres hères qui alignaient tellement denfants quils en étaient accablés. Il savait aussi que la plupart dentre eux navaient aucun avenir et quils répéte­raient fatalement le même processus de misère en ce monde frénétique et dur. Beaucoup quittaient le pays et allaient séchouer dans un quelconque bidonville du Nord. Ils ne revenaient plus au village. Les plus chanceux étaient engagés en Europe comme mineurs de fond. Et ceux qui trimaient à Casablanca ne rele­vaient la tête que sils étaient soutenus par les épiciers. Ils apprenaient alors le métier sur le tas et finissaient souvent par ouvrir un magasin dalimentation.

13

14 La description subjective

15 A. Qui voit ? La question du point de vue. Sintéresser au point de vue, cest se demander par qui est vue la scène rapportée. Dans la description subjective cest toujours le point de vue interne qui est adopté. On distingue trois manières de percevoir : 1. Le point de vue omniscient (ou focalisation zéro) Les informations données vont au-delà de ce que peut percevoir le personnage qui regarde. le narrateur sait tout des personnages, des lieux,des époques etc. Il introduit dans le texte des éléments qui sortent du champ de vision possible. 2. le point de vue externe Les informations données sont celles que verrait une personne qui se trouve sur place. Nest donné à voir que ce verrait de lextérieur loeil impersonnel dune caméra. 3. Le point de vue interne. Les informations données sont exclusivement fonction de ce que voit un personnage en particulier. Il va de soi dans le récit à la première personne, où le je est assimilé à lauteur, ou dans le récit où le je est assimilé au narrateur. Il est plus difficile à déceler dans les narrations à la 3ème personne. (attention en particulier au discours indirect libre) Ex: Paysage vu, ressenti, à travers la sensibilité et la subjectivité. B. la notion de description subjective. Une description qui a un double intérêt en ce quelle donne à voir celui qui regarde tout autant que ce quil regarde !

16 1. les outils Marques de subjectivité établissant le point de vue interne: - verbes de perceptions qui indiquent lorigine du regard et des sensations.( visuelles, olfactives, auditives, tactiles, gustatives) - verbes dintériorité: penser, songer, méditer, réfléchir, rêver, sentir... - repères spatio-temporels relatifs à celui qui voit et orientant son regard. - adjectifs exprimant le jugement valorisant ou dévalorisant et qui ne sont pas seulement descriptifs, qui supposent une interprétation de celui qui voit. (Noter les adjectifs antéposés, hypocoristiques) - Images (comparaisons, métaphores, personnifications) qui nous invitent à partager lunivers de celui qui voit. - marques de jugement explicite sur ce qui est vu. - marques dintensité (adverbes, superlatifs, hyperboles) qui soulignent lacuité des sensations de celui qui voit.

17 2. Fonctions de la description subjective. Elle a pour rôle de nous faire passer du monde extérieur au monde intérieur de celui qui regarde. Pour le personnage, décrire le monde, cest finalement se décrire soi-même; cest rendre compte de manière imagée de ses émotions, de son imaginaire, de ses rêves. Cest pourquoi lune des figures privilégiées de la description subjective est lhypallage (déplacement dune qualité dun objet sur un autre objet). Pour le lecteur, la description subjective permet daccéder à une construction intérieure du personnage, le narrateur sefface au profit du personnage. Lécrivain, lui, en utilisant ce procédé, insiste sur le fait que le réel est dabord la construction dune subjectivité : chaque personnage possède alors sa vision du réel et limage de lhomme qui est donnée dans les textes où la description subjective domine, est celle dun homme constitué par sa présence charnelle au monde, aux autres et à la société, qui appréhende le monde avec ses sens et son jugement rationnel, forgés à la fois par le corps singulier, le milieux et léducation. Les points de vue différents des différents personnages dun roman permettent alors de rendre compte de la complexité du monde. Au lecteur alors de se faire une opinion.

18 Parallèle avec la description réaliste, conçue comme un moyen de représentation privilégié de la réalité. Il sagit pour Balzac par exemple de donner à comprendre au lecteur ce quest la réalité. 1. elle a une fonction narrative: ancrer la fiction dans le réel en permettant au lecteur de construire précisément le cadre spatio-temporel, la figure des personnages. Faire vrai pour donner lillusion que le monde décrit est semblable au monde réel. Elle permet aussi chez Balzac de préparer les éléments de al fiction: valeur prémonitoire de la physiognomonie, indices fournis par les lieux décrits. Habitat qui présage le devenir des personnages Cf. Pension Vauquer. 2.Fonction idéologique. Théorie réaliste selon laquelle il y a un lien étroit entre personnages et lieux quils occupent. Vision du monde de lécrivain, façon dont il juge la société: désir de domination, pouvoir et argent, rôle des femmes dans lascension sociale, monde dur aux idéalistes Fonction didactique: le roman comme transmission de savoir, lieu dun dialogue entre auteur et lecteur inscrit dans le texte par le mode de narration qui interpelle le lecteur directement dans le texte. Cette relation seffacera au nom dune plus grande vraisemblance de la fiction quand lécrivain, plutôt que la voix dun narrateur externe, double de lui-même, utilisera la focalisation interne, les personnages relais, de telle sorte que le savoir semble se transmettre directement par les personnages et ce quils perçoivent et connaissent du monde. (d'après le manuel Delagrave)

19 Chapitre 3 : Le rêve lancinant

20 Il but son thé à petites gorgées, fuma plusieurs cigarettes. Cette brusque escapade dans le passé avait rouvert certaines plaies quil croyait cicatrisées depuis longtemps. Il se revit errant de ville en ville à la recherche dun travail, mais il ny avait rien. La misère régnait partout et une grande épidémie de typhus emportait les plus faibles. Seuls les Euro­péens étaient soignés à temps. Cette maladie sévissait surtout dans le peuple, chez les indigènes comme on les appelait alors. Il y avait des poux partout. Chez les Européens, les poux nexistaient pas. Certains esprits moqueurs disaient : « Qui na pas de poux nest pas musulman... » Les Français vivaient dans la propreté tandis que les indigènes sentassaient les uns sur les autres dans des gourbis confinés. Plusieurs années de sécheresse avaient appauvri la campagne jadis riche en céréales quon exportait vers lEurope. Maintenant, les paysans se nourrissaient de racines et de tubercules, eux aussi très rares. Les morts se chiffraient par milliers : « Cest la racaille qui crève, disait-on. Bon débarras ! » Les colons récupéraient ainsi des terres abandonnées. Ils foraient des puits, plantaient des orangers, semaient du blé. Ils prospé­raient sur ces terres qui navaient vu que des cadavres. Les humbles fellahs dautrefois se voyaient contraints de travailler au service des nouveaux maîtres pour survivre. Ceux qui avaient eu la chance dêtre engagés pouvaient compter sur laide du maître. Ils étaient alors pris en charge, soignés, bien nourris et ils pou­vaient échapper au sort tragique qui décimait les gens des noualas[1] et autres hameaux quon finissait par déserter pour fuir une mort certaine. Des masses dhommes envahissaient les villes et se retrouvaient parqués dans des bidonvilles déjà surpeuplés.[1] [1]- Chaumines.

21 Rares étaient ceux qui travaillaient. En Europe, la Guerre durait depuis deux ans. Seules les usines darmement allemandes fonctionnaient. La France était sous la botte nazie, mais les autorités coloniales, qui étaient vichystes, envoyaient tout en métropole. Il ny avait donc rien à manger pour les autochtones. Avec le débarquement américain de 1942, qui cloua au sol la flotte aérienne française fidèle au maréchal Pétain, les choses se remirent à fonctionner à peu près nor­malement. On ouvrit des chantiers, le dollar coula à flot. Les bases militaires américaines employant beaucoup de Marocains, larrière-pays en profita. On soignait les malades. Du jour au lendemain, le typhus disparut. Et, comme par hasard, la pluie se remit à tomber. Les campagnes reverdirent. On se remit à procréer. Larmée française engagea des jeunes quon envoya sur les fronts dEurope, en Italie et ailleurs. On rendit hommage à la bravoure du Marocain tout en oubliant quon lavait jusque-là méprisé. On promit même lindépendance à Mohammed V, lorsque la Guerre serait finie, mais on oublia ce serment. Leu­phorie des lendemains de la Guerre était telle quon recommença à traiter le colonisé de sous- homme, de turbulent et dignorant congénital. Darriéré patho­logique, en quelque sorte. Le Marocain ouvrit des écoles privées pour instruire ses enfants. Il lutta fer­ mement pour sa liberté. Les prisons étaient pleines à craquer de résistants. Les exécutions sommaires étaient monnaie courante. On en était là au moment où le Mokhazni était venu se renseigner sur les fugitifs recherchés par la police. Bouchaïb lavait renvoyé sans autre forme de procès. Ils étaient bel et bien au village. Ils se rendaient même au souk de temps en temps, mais ils savaient se fondre dans la foule et disparaître au bon moment. On entendait depuis quelques jours lexplosion de mines... Cétait lun de ces recherchés qui brisait un flanc de la montagne pour agrandir sa maison.

22 Il avait besoin de pierre pour cela. Il avait réussi le tour de force de se faire délivrer par le capitaine commandant le canton une autorisation dachat dexplosifs. Il avait dû fournir une fausse identité sans doute. Ou soudoyer un fonc­tionnaire... Nul nen savait rien. Bouchaïb, qui allait chez lui pour écouter la radio, la seule radio du village, était au courant de ce qui se passait dans les villes du Nord. Chaque jour, des traîtres étaient exécutés, des bombes explosaient dans les marchés européens et aux terrasses de certains cafés à lheure de lapéritif. Des journaux interdits se vendaient sous le manteau. On écoutait comme une parole sacrée La Voix des Arabes émise depuis Le Caire. On avait le moral car on estimait quon pouvait gagner. En Algérie même et après la défaite de Diên Biên Phu, la guerre de libération avait commencé. Le colonialiste était aux abois mais il ne ladmettait pas encore. On nen était pas encore là. Il allait se ruiner dans cette aventure et accepter linacceptable, à savoir lindépendance des opprimés. Bouchaïb, qui aurait pu prendre du galon dans larmée comme tant dautres, préféra la vie simple aux risques et aux honneurs. Cest pourquoi il sétait retiré chez lui après sêtre démené comme un diable dans les provinces du Nord. Il sétait donc marié avec une cousine lointaine et sétait mis à cultiver la terre des ancêtres. Il avait trouvé là une paix royale, car il adorait la nature vierge. Et quand il pleuvait, cétait labondance. La vie reprenait toujours le dessus. On était loin de lagitation des villes, des massacres et autres règlements de comptes. Ici, on était en sûreté, on pouvait sortir, vaquer à ses occupations sans ris­quer de recevoir une balle dans la peau.

23 Bouchaïb aimait jardiner. Il avait planté des arbres fruitiers : des oliviers, des amandiers, et même un bananier, chose inconnue dans la région. Quand il trouvait un nid dans un arbre, il était heureux. Il considérait les oiseaux qui venaient dans ses champs comme ses protégés. Il avait chassé les gosses qui sen prenaient à ces oiseaux paisibles et mis durement à lamende leurs parents en tant quanflouss. Ceux-ci durent morigéner leur progéniture car plus personne ne pilla les nids. Attenant à sa maison, un petit verger produisait des clémentines, des oranges et des figues, ces petites figues noires dont les merles se régalent dès quelles commencent à mûrir. Bouchaïb permet-tait à ces oiseaux dont il appréciait le chant de parta­ger sa subsistance. Aussi ne fuyaient-ils jamais à son approche. Comme les oiseaux ne le redoutaient pas, on le prenait à tort pour un saint ou un magicien. Lui seul savait que lamour était le lien qui lunissait à ces êtres peureux et fragiles. Un animal reconnaît très vite la bonté chez lhomme. Il sait aussi discer­ner le mal là où il se trouve. Daucuns croient que la huppe, loiseau de Salomon, y voit à vingt pieds sous terre. Les gens de Mogador[1] avalent tout cru son coeur palpitant pour acquérir encore plus de perspi­cacité. Superstition? Sans doute. Cependant, ce bel oiseau si rare et solitaire fascine encore tous ceux qui le regardent. On nen voit que rarement. Mais on se sent tout à coup heureux quand on en voit un dans un pré. Un oiseau seigneurial. »[1] [1]- Essaouira.

24 La cohérence textuelle

25 Définition Cest une condition textuelle qui exige la présence dune relation logique et non contradictoire entre les phrases du texte. Pur quun texte soit cohérent, il faut que le développement saccompagne dun apport sémantique constamment renouvelé. Chaque phrase apporte donc quelque chose de nouveau, qu peut être une addition de renseignement, une justification, une conséquence, un but, une condition, une précision de temps ou dun lieu, une comparaison, une opposition, une cause, une consécution, une explication, une hypothèse, une introduction dun nouvel élément, une définition… Cet acte de cohérence peut être signalé par des verbes suivants : Compléter, continuer, ajouter ; Argumenter, accentuer, appuyer, exemplifier, justifier, motiver, comparer, énumérer ; Expliquer, expliciter, préciser, identifie… Répéter, reformer, paraphraser, corriger, se corriger ; Répondre, sexclamer, défendre, nier, réfuter, excepter, critique… La reconnaissance de la cohérence dun texte dépend des types et des genres de discours auxquels on le rattache. Le genre du texte joue un rôle fondamental sur son mode dorganisation et les attentes du public ; donc sur lévaluation de leur cohérence. Les énoncés ne senchaînent pas de la même manière selon lon a affaire à une séquence narrative, argumentative, descriptive ou explicative. Cest la raison pour laquelle on demande aux enseignants de varier les types de textes à utiliser dans leurs cours.

26 1. La Cohérence implicite : Un texte est implicitement cohérent, quand la relation entre ses phrases est assurée par des signes de ponctuation. Ces signes ne servent pas seulement à séparer les phrases, les propositions et les mots pour obéir à un besoin de clarté ou pour marquer une intonation, ils peuvent aussi marquer une nuance de la pensée, une relation logique entre les phrases. Ils doivent être logiquement interprétés selon le contexte. 2. La cohérence explicite Pour quun texte soit explicitement cohérent, il faut que la relation logique entre ses phrases soit exprimée par des connecteurs textuels, que lon appelle aussi organisateurs ; et par des marqueurs de relation.

27 2.1 Les connecteurs textuels (organisateurs) Ce sont des marqueurs qui servent à larticulation des parties du texte en indiquant les transitions, lordre et la progression des arguments. Ils permettent au lecteur de comprendre comment est découpée la pensée, comment elle sorganise et comment elle évolue. Le rôle des organisateurs textuels consiste – comme celui des marqueurs de relation – à assurer la cohérence du texte. Pour parvenir à exprimer une pensée claire et logique et à se faire bien comprendre du lecteur, on doit savoir faire un usage judicieux des organisateurs textuels. Il faut donc veiller à : Repérer chaque organisateur textuel et vérifier sil exprime la valeur recherchée. Evaluer si les organisateurs textuels de lintroduction soulignent chaque étape avec justesse. Evaluer si les organisateurs textuels utilisés dans le développement soulignent adéquatement les grandes articulations de la pensée ainsi que le jeu des relations, les mises en relief, les similitudes, les oppositions, etc. Evaluer si les organisateurs textuels utilisés dans la conclusion conduisent réellement, par leur choix judicieux, à la conclusion de la pensée, à lachèvement du texte.

28 2.2. Les marqueurs de relation Les marqueurs de relations sont des prépositions, des coordonnants et des subordonnants qui indiquent de manière explicite le lien entre les unités syntaxiques quils relient. En établissant ainsi des relations entre les mots, les phrases et les paragraphes, les mar­queurs jouent un rôle primordial : ils assurent la cohérence nécessaire à toute commu­nication et, par le fait même, une meilleure compréhension par le lecteur. Dans lexemple *Il est primordial vous participiez cette réunion assurer une participation très large, il a suffi quon enlève trois marqueurs de relation (un subordonnant et deux pré­positions) pour que le message devienne confus. En les rétablissant, tout séclaire : Il est primordial que vous participiez à cette réunion pour assurer une participation très large. Cest dire limportance des marqueurs de relation dans lécriture. Par conséquent, on doit vérifier que : les liens entre les unités syntaxiques sont établis par les marqueurs appropriés : préposi­tions, coordonnants, subordonnants ; chaque marqueur exprime le bon rapport : temps, cause, conséquence, explication, etc. ; tous les marqueurs superflus, sil y a lieu, ont été retranchés du texte ; le texte nest pas alourdi par un nombre abusif de marqueurs ; les rapports qui étaient implicites ont été précisés par un marqueur ; les pronoms relatifs que et dont ne sont pas confondus.

29

30

31 Chapitre 4 : Le souvenir douloureux de l'occupation française Chapitre 5 : La modernité envahissante Chapitre 6 : La mémoire saccagée par les mercantilistes

32

33 Chapitre 7 : Le tremblement de terre entre explication scientifique et métaphysique

34 Le fumet du tagine embaumait lair. Le chat noir, mort depuis longtemps, avait laissé sa place à un autre chat, roux celui-là. Un chat fauve semblable à une boule de feu. Il navait pas connu son prédé­cesseur, mais il se comportait exactement comme lui. Il adorait ses maîtres, qui le gavaient. Le chat sentait laffection quils avaient pour lui. Il ne manquait donc aucune occasion de faire montre de la sienne à leur égard. Il les considérait comme des êtres lui appartenant en propre. Il se frottait à leurs jambes pour marquer son territoire exclusif, ronronnait tout près deux quand ils étaient couchés, chassait dun coup de patte un éventuel scorpion et les autres insectes qui saventuraient par là. Bref, il était un aussi bon gardien quun chien dressé. Dans la journée, il mangeait peu et, pour fuir la canicule, il se réfugiait chez la mule que, lancien âne étant mort, Bouchaïb avait acquise pour le remplacer. Celle-ci acceptait la présence du chat dans son réduit sombre où pas un rayon de lumière ne parvenait. Il dormait là jusquau crépuscule, ensuite il rejoignait le vieux couple sur la terrasse. Cette nuit-là, le chat ne dormit pas avec eux. Il était inquiet, mal à laise. Il goûta à peine à sa pitance. À un moment, il disparut carrément. « Ce chat est peut-être malade », pensèrent les deux vieux, puis ils loubliè­rent. Ils dînèrent, prièrent et se couchèrent. Au milieu de la nuit, ils furent réveillés en sursaut par des secousses sismiques violentes. Une crainte supersti­tieuse les étreignit, mais ils se calmèrent et, avant de se rendormir, le Vieux dit : « Ce nest quun tremblement de terre. Il peut avoir des répliques. Allez ! dormons... »

35 Le lendemain, on commenta cet événement à la mosquée. On apprit un peu plus tard que la ville dAgadir avait été complètement détruite. On y ramassait beaucoup de cadavres, et beaucoup de survivants et de morts étaient encore sous les décombres. Dans le village même, pas un seul mur navait bougé. Mais les gens sortaient dune frayeur étrange et même les plus endurcis allèrent faire des offrandes aux cheiks locaux. Une peur sourde et inexplicable sétait brusquement saisie de ces gens dordinaire insouciants. On recommençait à craindre lau-delà, à visiter la tombe des ancêtres, et on priait à lheure dite en demandant à Dieu détendre sa protection sur le village et la famille. Au-delà de la montagne, du côté de locéan, une ville avait été rayée de la carte en quelques secondes. Des esprits dun autre âge commentèrent à leur manière ce tremblement de terre. Ils rappelèrent à qui voulait lentendre la destruction de Sodome et Gomorrhe et ils affirmèrent quAgadir était le berceau même de la luxure et de la sodomie, que le touriste européen ny venait que pour satisfaire ses perver­sions sexuelles et dévoyer une jeunesse oisive que largent facilement gagné tentait plus que les études ou le travail honnête. Ils mettaient en cause les auto­rités laxistes et les parents qui profitaient de cette aubaine sans poser la moindre question... Ils prophé­tisaient des lendemains éprouvants à cette jeunesse irrespectueuse et dépravée qui se livrait à lalcoo­lisme, la drogue et la prostitution sans retenue et sans honte. « Oui, même les Chleuhs ont changé, disaient-ils. Ils ont succombé à largent, qui est le véritable ins­trument dIblis - quil soit mille fois maudit ! »

36

37 En fait, tout le monde pensait la même chose, sauf le vieux Bouchaïb, qui en savait un bout sur les mécanismes sismologiques et autres phénomènes naturels. Mais il nintervint pas dans la polémique, sachant quil ne pouvait pas convaincre des gens bor­nés, qui mêlaient souvent religion et superstition, histoire et légendes, etc. À sa femme pourtant, qui lécoutait avec ferveur quand il abordait un sujet dif­ficile, il expliqua la sismicité des sols et le pourquoi dune telle catastrophe. Quand il eut fini, elle hocha la tête et dit : - Oui, mais Dieu sest servi de cette force quil a lui-même créée pour châtier ces mécréants. Bouchaïb éclata de rire et rétorqua : - Après tout, cest possible. Pourquoi pas ? Si Dieu a créé de tels phénomènes, cest bien pour quils servent quelque cause obscure. Mais lignorance est aussi malsaine que la mécréance. Le Prophète a bien dit : « Ô gens ! Allez chercher le savoir jusquen Chine. Dieu Seul est Omniscient. » Lhomme quant à lui naît tout nu, ajouta Bouchaïb. Il est faible et igno­rant. Il doit tout apprendre pour se construire une personnalité et vivre pleinement. Ceux qui parlent de châtiment suprême à propos dAgadir ne sont que des ignorants. Ils nont jamais ouvert un livre, jamais rien lu. Dailleurs, ils ne savent ni lire ni écrire. Il ne faut surtout pas les croire.

38 Pour eux, il ny a que la magie et la religion, mais comme ils ne connaissent ni lune ni lautre ils tâtonnent et débitent des stupi­dités. Cest cette espèce de crédulité qui empêche le commun dévoluer. Il refuse lévidence. Tu lui dis : « Cet engin qui brille en passant au-dessus de nous toutes les nuits, cest le Spoutnik que les Russes ont lancé dans lespace. Il fait le tour de la Terre en émettant des bip-bip. » Mais lignorant hausse les épaules et répond : « Hé ! Tu te moques de moi ! Cest un démon qui fait sa tournée. » Voilà où on en est. Tu sais, beaucoup de nations sont en avance sur nous. Nous sommes en queue du peloton. Nous ne parvenons pas à nous accrocher ni à nous accorder avec les autres. Cette course effrénée nous semble pénible. On dirait quelle nest pas faite pour nous. Hélas ! depuis 1492, les Arabes reculent. Ils vivent toujours dans un passé mythique. Mais où sont donc passés les Almoravides, les Almohades, ces grands ancêtres ? Ibn Khaldoun la bien dit : « Ida ouribat khouribat, wa ida khouribat lam touskan[1]. » Ibn Khaldoun ? Un grand déçu de lHistoire. Il a vécu la chute des Arabes, lui. Il en a souffert plus que tout autre.[1] [1]- « Quand une maison ou une nation est arabisée, elle se délabre, et quand elle est délabrée, elle nest pas habitable.

39 Analyse dun texte argumentatif L'étude du texte argumentatif permet de repérer les instances énonciatives du texte, de dégager la thèse défendue ou celle thèse rejetée, d'analyser l'argumentation par la mise en évidence des arguments et des exemples ainsi que leur enchaînement logique. 1. L'organisation logique On s'interroge sur la thèse défendue ou rejetée, sur les arguments utilisés à l'appui de cette thèse défendue ou sur les contre-arguments développés pour la réfuter, et enfin sur les exemples qui viennent illustrer cette argumentation.¨ La thèse La thèse peut être formulée dans le texte mais peut aussi être implicite mais elle doit alors être formulée clairement. De la même manière, la thèse qui est rejetée est parfois implicite : exemple : le texte non polémique. b. Les arguments Le nombre d'arguments varie. Parfois, il n'y en a qu'un qui est développé. Ces arguments peuvent être présentés sous des formes différentes : accumulation, enchaînement logique, argument d'autorité (appel à l'opinion d'un expert). Des connecteurs logiques viennent souligner ce qui les relie afin de rendre cohérents ces arguments. De temps en temps, le lien logique n'est pas clairement exprimé ; il faut alors le rétablir pour apprécier la progression du raisonnement.

40 c. Les exemples Les exemples ont souvent une fonction illustrative. Ils tentent de rendre l'argumentation plus concrète. De temps en temps, l'argument est implicite et doit être déduit de l'exemple. On dit qu'il acquiert une fonction argumentative. d. La stratégie argumentative Il faut cerner les enjeux du texte afin de comprendre sa stratégie argumentative. L'auteur peut dès l'introduction présenter sa thèse ou bien choisir de la faire connaître après son raisonnement. Il peut accumuler les arguments sans les développer pour produire un effet de nombre ou, au contraire, en développer longuement un seul. Il peut se contenter d'étayer sa thèse, de réfuter celle de l'adversaire ou de lui accorder des aspects qu'il juge positifs.

41 2. La situation d'énonciation Qui parle ? À qui ? De quelle manière ? a. L'énonciateur Il faut trouver comment se désigne le locuteur dans le texte : emploi du pronom « je », « nous », ou indéfini « on » ? Il faut s'interroger sur son utilisation de la forme personnelle ou impersonnelle afin de déterminer le degré d'implication du locuteur dans son énoncé, constater s'il donne uniquement un point de vue personnel ou plus universel ou s'il cherche à y associer son destinataire. b. Le destinataire A qui s'adresse le locuteur ? Il faut regarder s'il s'agit de quelqu'un en particulier ou un public. On observe alors de quelle manière l'auteur s'adresse à lui (ou à eux) et comment il le (les) désigne : interpellations, utilisation de pronoms personnels de 2e personne, explicitement ou non. Il peut aussi se sentir pris à partie par l'usage de questions directes qui sont en réalité de fausses questions. c. L'attitude adoptée par l'auteur On s'interroge enfin sur l'emploi des pronoms, les modalités du discours, le lexique et les procédés rhétoriques qui permettent de définir l'attitude adoptée par l'auteur. Les termes employés peuvent être doux ou désagréables, affectifs ou agressifs... de ces termes, on peut déduire les sentiments et la position du locuteur. L'utilisation d'un ton neutre ou didactique témoigne de l'objectivité et de la volonté d'expliquer ou d'informer. Le ton polémique, ironique, satirique ou oratoire marque davantage la subjectivité

42 Chapitre 8 : L'Europe et la ville corrompent les coeurs et les moeurs Chapitre 9 : L'histoire du saint méconnu Chapitre 10 : Envolée lyrique à propos de l'orange Chapitre 11 : Les touristes Chapitre 12 : L'écriture Chapitre 13 : La circoncision

43 Chapitre 14 : Le transistor japonais « Comme les choses vont vite ! se dit le Vieux. Il y a à peine vingt ans, il ny avait rien de nouveau ici. Et voici que les riches se font maintenant un devoir de posséder dans leurs belles demeures un groupe électrogène, deux ou trois puits creusés à la dynamite dans une roche particulièrement dure et qui ne tarissent jamais, des salles de bains marbrées et des waters ad hoc... Adieu la lampe à huile, les bougies ! Adieu le kanoun ! Lélectricité a tout changé, tout chamboulé en un éclair ! Et voici le téléviseur et la parabole ! Les riches veulent tout voir et tout savoir ! Ils ne regardent que les chaînes étrangères : améri­caines et européennes, turques, égyptiennes... Jamais la télévision nationale, quils trouvent sinistrement pauvre ! Pauvre comme les pauvres quils méprisent ! Et moi qui nai même pas un poste de radio ! Hé! Ils visionnent même, en secret, des films pornographiques... Ils aiment ça, ces vicieux ! Et ils ont des vidéos et des décodeurs, que sais-je, moi ? Ils ont tout ! Tout, absolument tout pour vivre ici dans une parfaite tranquillité... Mais non ! Ils ny reviennent quune fois lan! Quinze, vingt jours tout au plus ! Les autres mois de lannée, cest un gardien qui surveille la propriété, dont les portes restent closes en labsence du maître. Il vadrouille donc à lextérieur, comme un chien, à soccuper des arbres et des bes­tiaux... Un chien bien payé, au demeurant, et bien traité puisquil empoche un joli salaire et quil a une petite maison bien à lui, cadeau du patron. Oui, lélectricité a tout changé : la nuit nest plus aussi sombre quelle la été du côté de ces maisons fastueuses. On y est comme dans une ville, à présent. Cest si lumineux quon ne se sert même plus dune torche électrique ! Mais comme le maître est absent onze mois sur douze, lancienne nuit dencre reprend le dessus. Plus de bruit de moteur alors, plus déblouissements ! Heureusement que cette brute sabsente ainsi, sinon où irait-on?

44

45 Personnellement, je préfère ma vie simple à tout ce tapage, à ce clinquant ridicule. Mais la modernité est contre moi. Je ne suis quun vieux croulant, un vieux chnoque qui écrit sur un saint aussi méconnu que lui. En marche vers une disparition complète, après quoi ne reste­ront que les choses solides, bien actuelles : le béton, largent, la télévision, la vidéo, les grosses voitures, etc. Ça simpose déjà assez violemment, que diable ! Après, tout ce qui est vieux sera tenu pour nul et non avenu, inutile, bon pour la casse ! On laissera bien entendu quelques vieilles ruines en létat car on aura toujours besoin dune image nostalgique, fût-elle pénible à supporter, et lon paradera dans son domaine et sur les routes, au souk et partout où on retrouvera ses semblables opulents. Mais il y aura toujours des pauvres, toujours les mêmes, et leurs vieilles maisons archaïques toutes rafistolées... et leurs filles qui vieilliront contre tout bon sens, femmes infécondées, rejetées parce que désespérément misérables quoique parfois très belles. Il y aura toujours le torrent, la vallée et les montagnes, mais pas de ponts, pas dasphalte sur les routes et pas même un radier ! La belle voiture roulera donc sur des pistes caillouteuses, traversera le cours deau à gué comme un âne. Elle sera empoussiérée, la belle allemande, démantibulée et cabossée ! Mais le parvenu nen aura cure "Une voiture, hé ! Elle est faite pour être remplacée ! Jen achète une nouvelle tous les deux ans. Jai les moyens, moi!" Et la belle achève ses jours comme taxi collectif ! Quelle disgrâce ! Ça fait tout de même mal au coeur de voir des fortunes filer comme ça, à vau-leau, dans un bled presque nécessiteux où seuls quelques potentats arrogants dépensent sans compter, Crésus immatures, inconscients du danger et des colères que leur désinvolture suscitera immanquablement... Des nantis qui se disent bourgeois mais qui nen sont pas. Tout juste des parvenus tombés de la dernière pluie, pas des Jacques Coeur comme autrefois ! Des gens sans tradition mercantile, sans legs et sans autre éducation quune barbarie financière effrénée... et qui sont prêts à faire leurs valises au moindre remous social, à sauter dans un avion pour la Suisse où leurs comptes numérotés les attendent, bourrés à craquer de milliards acquis Dieu sait comment!

46

47 Avant lindépendance, il ny avait pas dans tout le pays une dizaine de vrais riches. On les connaissait, cétaient pour la plupart des gens du Makhzen issus de vieilles familles... Des fortunes bâties au cours des siècles, patiemment, par des générations dhommes âpres au gain, intrépides, voleurs assurément mais traditionalistes à lexcès... Du jour au lendemain, en trois décennies, on a vu apparaître un nouveau type de riche, parvenu sans foi ni loi, corrompu et corrupteur, velléitaire, qui croit que tout sachète, des fonctionnaires comme du tabac, des femmes, des terres, tout, y compris les consciences les plus affermies, les moins perméables aux tentations empoisonnées de largent... Il achète donc ce quil peut, floue lÉtat si nécessaire, méprise et trompe le peuple, ce crève-la-faim qui le gêne dans ses rêves grandioses, cette piétaille quil aurait anni­hilée sil en avait eu les moyens politiques, et qui continue de se dresser sur sa route mirifique, à le narguer rien quen existant, à le rappeler à lordre constamment, lui qui nest pas là, vit là sans y vivre vraiment, a un pied ici et un autre ailleurs, car on ne sait jamais, rien nest tout à fait garanti. Un jour, il faudrait déguerpir, fuir, sexiler... Mais on a mis ses billes de côté... On a des appartements à Paris, Bruxelles, Londres, Zurich... "On nest pas des indi­gents, nous autres ! Si ça tourne au vinaigre, eh bien, tant pis, on ira tenter laventure ailleurs ! Nos enfants sont déjà grands... ils étudient aux États-Unis... Ils ne reviendront ici quau moment des vacances... Des nantis qui se disent bourgeois mais qui nen sont pas. Tout juste des parvenus tom­bés de la dernière pluie, pas des Jacques Coeur comme autrefois ! Des gens sans tradition mercantile, sans legs et sans autre éducation quune barbarie financière effrénée... et qui sont prêts à faire leurs valises au moindre remous social, à sauter dans un avion pour la Suisse où leurs comptes numérotés les atten­dent, bourrés à craquer de milliards acquis Dieu sait comment! Avant lindépendance, il ny avait pas dans tout le pays une dizaine de vrais riches. On les connaissait, cétaient pour la plupart des gens du Makhzen issus de vieilles familles...

48 Des fortunes bâties au cours des siècles, patiemment, par des générations dhommes âpres au gain, intrépides, voleurs assurément mais traditionalistes à lexcès... Du jour au lendemain, en trois décennies, on a vu apparaître un nouveau type de riche, parvenu sans foi ni loi, corrompu et corrupteur, velléitaire, qui croit que tout sachète, des fonctionnaires comme du tabac, des femmes, des terres, tout, y compris les consciences les plus affermies, les moins perméables aux tentations empoisonnées de largent... Il achète donc ce quil peut, floue lÉtat si nécessaire, méprise et trompe le peuple, ce crève-la-faim qui le gêne dans ses rêves grandioses, cette piétaille quil aurait anni­hilée sil en avait eu les moyens politiques, et qui continue de se dresser sur sa route mirifique, à le narguer rien quen existant, à le rappeler à lordre constamment, lui qui nest pas là, vit là sans y vivre vraiment, a un pied ici et un autre ailleurs, car on ne sait jamais, rien nest tout à fait garanti. Un jour, il faudrait déguerpir, fuir, sexiler... Mais on a mis ses billes de côté... On a des appartements à Paris, Bruxelles, Londres, Zurich... "On nest pas des indi­gents, nous autres ! Si ça tourne au vinaigre, eh bien, tant pis, on ira tenter laventure ailleurs ! Nos enfants sont déjà grands... ils étudient aux États-Unis... Ils ne reviendront ici quau moment des vacances... Ce sont maintenant des Américains. Ici ? On na rien à faire ici ! On y est tant quon y gagne de largent, beaucoup dargent... Mais si ça foire, tant pis ! Le monde est vaste, très accueillant pour des gens comme nous qui pouvons investir nimporte où, nimporte quand..." Quelle sale engeance ! pensa le Vieux. Des ennemis de la patrie pour laquelle dautres ont donné leur vie. Mais ne voilà-t-il pas que je me fiche en colère ! Cest cette foutue électricité et ces groupes électrogènes qui mont remué ! Hé hé ! Que le diable les emporte donc, eux et leurs manigances de sacripants ! »

49 Analyser un texte argumentatif

50 I- EXPOSÉ DE LA THÈSE COURAMMENT ADMISE Thèse générale avec laquelle lauteur est en désaccord : Argument(s) qui soutiennent cette thèse. Exemple(s) II- RÉFUTATION DE CETTE THÈSE Position de lauteur : Arguments Exemples III- THÈSE PERSONNELLE PROPOSÉE PAR L'AUTEUR Thèse personnelle de l'auteur Arguments à l'appui : Exemples à l'appui :

51

52 Chapitre 15 : Les ennuis d'Amzil Chapitre 16 : La modernité a ruiné le maréchal-ferrant Chapitre 17 : L'attrait de la modernité Chapitre 18 : Le Vieux, fidèle aux traditions

53 Chapitre 19 : Écrire contre l'oubli « Eh bien voilà, tout est dit, consommé, usé ! Le dernier troupeau est parti pour le souk à bord de trois camions. Seuls quelques chevreaux et agneaux ont été vendus au boucher... Les propriétaires ne veulent plus entendre parler de troupeau, plus écou­ter bêler ces vieilles biques et gueuler les chiens de berger... Ils se sont enrichis en ville dans le négoce et nont plus besoin du lait frais des brebis et des chèvres ; plus besoin de leur viande, non plus. Ils peuvent tout acheter. Ils ont de largent, beaucoup dargent, une autre maison deux fois plus grande à proximité de lancienne où loge toujours un frère démuni, un de ces fainéants qui ratent leur vie parce quils nentreprennent rien, ne font rien pour amélio­rer leur sort et ne tentent jamais rien... Ce raté vit là avec laïeule, qui a refusé catégoriquement de quitter les lieux : « Je men irai dici quand je serai morte, pas avant », a-t-elle dit aux autres. » On disait quelle était la doyenne de la région et quelle se souvenait encore de lépoque héroïque des grands caïds et des harkas[1]. Comme elle ne sortait jamais, personne navait vu son visage, et ceux qui limaginaient se la représentaient en momie sans autre mouvement que celui des lèvres, car elle parlait tout le temps à des êtres invisibles quelle seule pouvait distinguer dans cette pénombre où elle était recluse depuis de longues années... Été comme hiver, elle ne quittait pas cette encoignure près du fenil où dansotaient des ombres venues de loin et où personne nosait venir hormis son fils, car tous avaient peur dune soudaine apparition et tous tremblaient à lidée de devoir lui porter du lait ou de la soupe dorge, ses mets favoris quil fallait laider à avaler à petites gorgées glougloutantes entrecoupées darrêts plus ou moins prolongés « pour que mes invités profitent eux aussi de cette bonne nourriture..., disait-elle. Mais tu ne peux pas les voir, personne ne peut les voir à part moi...[1] [1]- Armées caïdales. [1]

54

55 ... Et pourtant ils sont là... ils attendent que je leur dise : « Allez, partons ! Nous navons plus rien à faire ici. Ça na que trop duré ! Allons-nous-en... » Je vois une petite lumière là-bas, au fond... et dautres encore, elles clignotent... Ce sont des gens qui arrivent, dautres invités peut-être... Il faudra faire manger tout ce monde... Dieu, quils sont nombreux !... Oh ! Je les ai tous connus, tu nétais pas encore né, toi, jétais encore une enfant... Je ne jouais pas, il ny avait pas de jouets, on navait rien, pas à manger non plus, mais il y avait de temps en temps des sauterelles, on les grillait, on en remplissait des sacs et on les conservait au sec mais elles finis­saient par moisir... et alors, on cherchait autre chose à manger. Non, il ny avait rien! Cétait la disette, les puits étaient à sec, la terre entière était sèche, on naissait pour crever de soif et de faim, tout le monde priait... Un beau jour, Dieu entendit cette prière... cest ce jour-là que ton grand frère est né... non, pas toi, tu es né le dernier... Oui, oui, reste avec moi dans cette maison... nous ne changerons pas de maison... après moi, tu pourras ten aller où tu voudras ». Le Vieux imaginait ainsi la doyenne du village quil avait connue jadis lorsquelle allait au potager, aux labours, aux moissons, à la récolte des amandes et des olives... Il savait quelle nétait pas grabataire comme tant dautres, mais il la soupçonnait davoir sciemment rompu tout contact avec le monde exté­rieur pour entretenir une vie parallèle avec tous ceux quelle avait aimés et qui nétaient plus quun petit tas dos et de poussière, ceux quelle appelait ses invités... Il respectait le délire de cette vénérable aïeule momifiée avant la mort.. « Cest absurde ! pensait-il. Elle va passer de ce monde à lautre sans transition, elle séteindra comme une bougie... et alors la maison sera condamnée à la démolition car les autres voudront récupérer le terrain... un beau terrain au demeurant... et le péquenot, le raté comme ils disent, sera obligé de quémander un réduit pour être à labri...

56 Ils le feront suer, il sera pire quun esclave. La fraternité ? La pitié ? Connaissent pas ! Pour eux, le raté est un débile, un idiot qui leur fait honte, un mauvais héritage dont il est pénible de se réclamer... Quand on leur dit « votre frère », ils font une moue dédaigneuse et sen vont sans répondre... Ils ont honte davoir quelquun comme lui dans la famille... Pourtant, à mon avis, il nest ni débile ni idiot, il na pas eu de chance, cest tout... et les autres ne lont guère aidé ; au contraire, ils lont laissé soccuper du troupeau... « Un berger! Quelle honte ! Ce nest quun pauvre berger ! Comment voulez-vous quil soit notre frère? Des gens comme nous, des notables riches et respectés, ne peuvent accepter un frère pareil ! Quil aille donc rejoindre ses semblables ou, sil préfère rester avec nous, quil nous obéisse au doigt et à loeil. Il na pas le choix... Nous ne sommes pas des philanthropes, nous autres... Nous avons assez trimé quand cétait encore possible pour édifier nos fortunes... Nous nallons tout de même pas dilapider nos biens au nom dune fraternité sans fon­dement ou par crainte des rumeurs et des on-dit... On na rien à faire de ce que les autres pensent de nous..." Le chien peut bien aboyer jusquà sen étouffer, la caravane va son train, elle passe, et le cabot reste là, stupide et la langue en feu... » - Le dernier symbole de jadis est tombé, dit le Vieux. - Tu veux parler du troupeau ? Oui. Après ça, ce ne sera jamais plus comme avant. - Tu sais, un troupeau, ce nest rien. Il y en a partout ailleurs. - Il y en a partout, cest sûr, mais celui-ci était le dernier de la région. Il y en avait un autre... Un jour, il a été décimé par une brutale épizootie. Cétait épouvantable. Les charognards se sont alors si bien gavés que les poules sortaient en paix. - Un troupeau nest pas un symbole, dit là vieille.

57 - Cen est un, affirma le Vieux, car, il y a plusieurs siècles, le grand Ancêtre est venu sinstaller ici à la tête dun immense troupeau. Doù cette tradition qui sécroule aujourdhui comme un château de cartes. - Je comprends. Mais personne ne se souvient du grand Ancêtre. - Non, personne ! répondit le Vieux. - Et on ne sait pas comment il était, on na même pas son portrait. - On ne faisait pas de portrait à lépoque. La photographie nexistait pas encore. On a tout juste quelques écrits presque illisibles. En fait, on ne sait pratiquement rien de lAncêtre. Ce que jai dans mes archives nest pas vraiment révélateur de ce quil pouvait être, et dailleurs il ne sagit que dun arbre généalogique qui commence par son nom... Avant lui, cest le néant. On sait tout juste quil est venu du Sahara... ça sarrête là. Le reste nest que pure légende. Or lhistoire, ce sont les annales. Et lhis­ toire nest pas une légende. On a donc un ancêtre mythique, un titre de gloire mythique si lon peut dire, et cest tout. On sen contente. Mais moi, je ne pense pas à ça, cest lavenir qui me préoccupe, cest peut-être pour ça que jécris. Je ne fais pas de lhistoire, même hagiographique, mais de la poésie... de la bonne et vieille poésie ! Mes rêves, mon imagina­tion ont des ressources insoupçonnées, ils colmatent les vides dune réalité souvent pauvre en merveilleux. Or seul le merveilleux peut rendre la vie agréable. – Oh oui ! sexclama la vieille. – Je me réfugie dans ce merveilleux pour échapper aux mauvaises influences et aux mauvaises images quon me lance à la figure et je me dis que, après tout, si la réalité est bien désagréable, il y a encore quelque chose au fond de soi quil faudrait saisir... Cest lamour de la vie, cest le rêve, léternité, la beauté, lInnommé, cest lInconnaissable peut-être... Et si lon rêve, ce nest pas pour rien. Seule la poésie permet cet accomplissement de soi, elle seule nous libère des entraves terrestres et du comportement insensé des hommes.

58

59

60 Comment définir la stratégie argumentative ?

61 soit tous les arguments et les raisonnements présentées sont en faveur de la thèse soutenue par le locuteur (ex : plaidoyer, apologie). Dans ce cas, la thèse est placée en tête du raisonnement et re prise en conclusion ; soit la thèse est prise dans une controverse dialoguée (discussion, débat). Dans ce cas, l'exposé de la thèse prend en compte la thèse opposée. On peut alors : - réfuter les arguments de la thèse opposée en montrant qu'ils ne sont pas pertinents ou trop faibles ; - objecter/opposer à l'adversaire un contre-argument qui l'invalide ou retourner l'argument contre lui ; - jouer la concession (donner raison puis rejeter la thèse adverse avec plus de vigueur) ; - laisser sous-entendus ou implicites certains éléments du raisonnement ; soit on vise à disqualifier l'adversaire, à polémiquer. On peut alors : - raisonner par l'absurde en envisageant les absurdités qui s'ensuivraient si on admettait la thèse adverse ; - enfermer la thèse dans un choix impossible (dilemme) ; - utiliser l'ironie pour feindre d'adopter l'opinion de l'autre pour mieux la détruire en la ridiculisant ; (L'ironie est une forme d'humour qui consiste, au sens strict, à dire le contraire de ce que l'on pense, tout en montrant bien qu'on n'est pas d'accord avec ce que l'on dit.

62 Si quelqu'un dit « Quelle belle journée !... » alors qu'il pleut à verse, il fait de l'ironie. Le contexte a évidemment son importance. Plus généralement, ce mot est utilisé pour désigner différentes formes de moquerie. Au sens figuré, le mot peut également désigner une moquerie méchante que l'on prête au sort et qui se manifeste par un contraste entre une réalité cruelle et ce que l'on pouvait attendre (l'ironie du sort). Le registre ironique fait appel à l'ironie. On y trouve un effet de décalage laissant penser que celui qui s'exprime dit le contraire de ce qu'il veut faire comprendre en réalité. Par exemple il pourra donner de l'importance à ce qui ne devrait pas en avoir et vice versa. Ce registre est souvent utilisé dans les textes polémiques et dénonciateurs (il permet la critique). Il utilise les antiphrases, les exagérations inattendues (éventuellement hyperboles) ou au contraire les atténuations étonnantes (euphémismes) et déconcertantes.) soit on utilise une argumentation de mauvaise foi comme : - la tautologie (Raisonnement vide, en cercle vicieux, qui démontre ce qui était déjà admis au départ. Ex: 100% des gagnants ont tenté leur chance (publicité pour le loto) ; - les prétextes ou fausses raisons pour se tirer d'un mauvais pas ; - l'argument ad hominem qui s'appuie sur la personnalité de l'adversaire pour réfuter ses idées.

63 Exercice : COMMENT FAIRE DE VOTRE ENFANT UN "BON DELINQUANT » 12 conseils de la police de Seattle, U.S.A. 1 Dès l'enfance, donnez-lui tout ce qu'il désire. Il grandira ainsi en pensant que le monde entier lui doit tout. 2 S'il dit des grossièretés, riez, il se croira très malin. 3 Ne lui donnez aucune formation spirituelle. Quand il aura 21 ans, il choisira lui- même. 4 Ne lui dites jamais : c'est mal ! Il pourrait faire un complexe de culpabilité. Et plus tard lorsqu'il sera arrêté pour vol d'autos, il sera persuadé que c'est la société qui le persécute. 5 Ramassez ce qu'il laisse traîner. Ainsi, il sera sûr que ce sont toujours les autres qui sont responsables. 6 Laissez-lui tout lire. Stérilisez sa vaisselle mais laissez son esprit se nourrir d'ordures. 7 Disputez-vous toujours devant lui. Quand votre ménage craquera, il ne sera pas choqué. 8 Donnez-lui tout l'argent qu'il réclame. Qu'il n'ait pas à le gagner. Il ferait beau voir qu'il ait les mêmes difficultés que vous. 9 Que tous ses désirs soient satisfaits : nourriture, boisson, confort, sinon il sera frustré.

64 10 Prenez toujours son parti, les professeurs, la police lui en veulent à ce pauvre petit. 11 Quand il sera un vaurien, proclamez vite que vous n'avez jamais rien pu en faire. 12 Préparez-vous une vie de douleur, vous l'aurez. Direction de la police de Seattle (Washington) Questions : 1 Quel est l'émetteur de ce texte argumentatif ? 2 Quels sont les récepteurs ? Justifiez votre réponse. 3 Sous quelle forme se présente ce texte ? 4 Quel est le mode des verbes ? Pourquoi ? 5 Quel est le thème de ce texte ? 6 Quel est l'objectif de ce texte ? 7 Quel type d'éducation tente de critiquer et de dénoncer ce texte ? 8 Résumez en une phrase la thèse implicite (non exprimée) que défend ce texte ? 9 Sur quelles opérations logiques principales reposent les conseils : l'addition, la cause, l'opposition, la supposition, la conséquence ? Justifiez votre choix. 10 Reprenez chacun des onze premiers conseils et dites ce qu'il faut comprendre.

65 Chapitre 20 : De beaux poèmes

66 Ce matin-là, le vieux Bouchaïb, qui avait confié quelques jours plus tôt une partie de son manuscrit à limam, était venu aux nouvelles. Le Maître le reçut avec égards dans son appartement où un élève leur apporta du thé, des biscuits, des amandes, des figues sèches et des dattes. Il était visiblement heureux de cette visite. Il le dit au Vieux en ajoutant : - Lautre jour, tu es venu au magasin, mais tu nas pas eu lidée de passer me voir. - Il y avait des courses urgentes à faire et jétais pressé. Dautre part, je navais encore rien dimpor­tant à te soumettre. - Justement, parlons un peu de ce manuscrit. Le poème est magnifique. Je nai jamais rien lu de tel, même en arabe..., affirma limam. - Nexagérons rien ! Merci quand même. Venant de toi, ce compliment est plutôt encourageant. - Laisse-moi terminer. Le dernier épisode est proprement fantastique. Après sa fuite et sa retraite dans cette caverne du mont Sinaï, le saint fait un songe où lui apparaît un ange du Seigneur qui lui indique, du haut dun escarpement, létendue brûlante du désert où erre un peuple en butte à une nuée de démons ailés, un peuple affolé, qui tourne en rond sans savoir ni où il est ni où il va... Lange du Seigneur commande au saint de délivrer cette foule, ce quil fait en provoquant un orage magnétique dont les éclairs intenses brûlent les ailes des démons, qui dès lors sont perdus.

67

68 Cet épisode mériterait à lui seul dêtre imprimé dès maintenant, mais je ne vois aucune revue capable de le faire. Il est de plus en plus question de fonder des revues appropriées, seulement ce nest quun projet. Attendons un an ou deux, nous verrons bien, car pour ce qui est dune publication intégrale, ça nous reviendrait cher, tout le monde pratiquant ici le compte dauteur. - Combien à peu près ? interrogea le Vieux. - Oh! Deux, trois millions pour deux mille copies imprimées. - Je nai jamais eu, je nai pas et je naurai jamais une telle somme. - Mais il y a des mécènes. - Des mécènes? – Oui. Des gens riches qui paient les frais de ce genre de publications, expliqua limam. - Comme nos parvenus ? - Que non ! Ceux dici sont incultes. Les gens dont je parle sont des lettrés qui sintéressent aux textes comme le tien. - Que dois-je faire donc ? - Achève dabord ce travail. Après, nous aviserons. Le Vieux était content. Enfin il allait être publié et lu de son vivant… peut-être. En tout cas, il avait une confiance aveugle en limam. - Eh bien, patientons ! dit-il en se retirant, le manuscrit dans sa choukkara, cette éternelle sacoche berbère qui lui pendait à lépaule et ne le quittait jamais quand il avait à faire à lextérieur, car elle pouvait tout contenir tant elle était grande.

69 En rentrant, il trouva sa vieille épouse occupée à plumer des perdreaux. À la question de savoir doù ils venaient, elle répondit : - Cest ce vieux brigand de HMad qui te les a apportés. Il a été à la chasse. - Ah ! Lancien tueur pense encore à moi ! Il est bien le seul à le faire ici. Eh bien, prépare-les comme il te plaira ! - Jai une bonne recette pour ce gibier délicat, tu verras. - Fais comme il te plaira, répéta-t-il. Quant à moi, je commence à perdre la mémoire... Jai été chez limam à la medersa, mais jai oublié de lui porter un paquet de mon thé préféré. Il va falloir que jy retourne après ma sieste. - Inutile que tu y ailles, je lui remettrai moi-même ce paquet en allant moudre mon orge à la minoterie, dit la vieille. - À la minoterie? sétonna le Vieux. Mais tu disais que... - Ce que je disais na plus aucune importance maintenant. Jy vais parce que mes épaules me font si mal que je ne peux plus faire tourner notre meule. Jai une bonne excuse. - Ah bon ! Je pensais seulement que tu avais soudain perdu la tête et choisi le parti de la modernité. - Non ! Pour lessentiel, je reste traditionaliste.

70 - Trêve de plaisanterie ! Je suis très content que tu sois délivrée de cette corvée dun autre âge. Il y a des machines bénéfiques et des machines maléfiques. Tout dépend de ce quon en fait. La minoterie est un don du Ciel... Lautomobile aussi, quand elle ne sert pas à provoquer lire des laissés-pour-compte. Hé ! Cest pourquoi on en brûle lors des émeutes. Lauto est comme une femme aguichante qui joue trop de ses charmes. Elle lance constamment un appel au viol. Et ce nest pas lenvie de tout casser qui manque à ces hères qui peuplent les villes. Ils y vont dun coeur léger, en masse, mettent le feu à ce qui leur tombe sous la main... Et vas-y ! Encore une ! Lincen­die fait son oeuvre, à la grande joie de celui qui ne possède pas même un âne. On parle tous les jours de ces émeutes et de ces émeutiers à la radio. Les villes sont devenues un enfer pour le pauvre comme pour le riche. Passé un moment, il se ressaisit et ajouta : - Mais je parle, je parle, je parle... Je vais plutôt me faire un bon thé et me remettre au travail. Le saint me sollicite. La vieille ne dit mot. Le sachant dans un autre monde, elle se concentra sur la préparation du repas de midi après avoir donné le foie des volatiles au chat roux qui était venu limportuner. À lextérieur, une brise fraîche adoucissait les premières ondes de cha­leur qui commençaient à chauffer le sol et les pierres avant de se répandre en un brasier insupportable

71 Les différents types de discours rapporté

72 Le discours narrativisé Le discours narrativisé est le plus difficile à reconnaître. Le narrateur relate les paroles comme un événement du récit sans réelle importance. Le texte nous indique quil y a eu acte de parole par un locuteur secondaire, mais le contenu nest pas descriptible ni transposable. –Exemple : Elle annonça à ses parents son départ pour le Brésil. On ne connaît pas le contenu de son annonce par quelles paroles et de quelle manière. Le discours direct Le discours direct donne lillusion de lobjectivité, et permet de relayer linformation en toute neutralité. Cest apparemment la forme la plus littérale de la reproduction de la parole dautrui. Toutefois le rapporteur peut influencer le discours, notamment avec des éléments tels que les verbes de paroles. Exemple : « Jai appelé Max hier. », (préten)dit / reconnut / cria Elsa

73 Le discours indirect Le discours indirect perd son indépendance syntaxique, et se construit donc comme une subordonnée, complément dun verbe principal signifiant « dire » ou « penser ». Il est généralement bien intégré au discours dans lequel il sinsère et nest pas marqué par une rupture énonciative. Exemple : Robespierre a dit que Danton était un traître. Le discours indirect libre Le discours (ou style) indirect libre est essentiellement un procédé littéraire qui se rencontre peu dans la langue parlée. Il permet au romancier de saffranchir du modèle théâtral qui imposait le mimétisme du discours direct. Lauteur peut rapporter les paroles et les pensées au moyen dune forme qui sintègre parfaitement au récit, ouvrant des perspectives narratives nouvelles, notamment au XIXe siècle. Exemple : Pierre le disait toujours. Sil était riche, il ne travaillerait plus !

74 Tableau synthétique des caractéristiques propres à chaque type de discours rapporté Le tableau suivant indique de manière synthétique les caractères spécifiques à chaque type de discours rapporté. UNE croix marque un caractère obligatoirement présent, tandis que DEUX croix indiquent un caractère non obligatoire mais parfois présent. Caractéristiques grammaticalesDiscours directDiscours indirectDiscours indirect libre Verbes de paroles / penséesX X Dépendance syntaxique X Frontière marquée (tirets, majuscules, etc.) X Modalité (assertion, exclamation, interrogation, etc.) X Cest la principale qui la conditionne. X Marque de l'oralité (interjection, jargon, etc.) X X TranspositionXXX

75 Chapitre 21 : La publication de l'oeuvre du Vieux Chapitre 22 : Diffusion audiovisuelle des poèmes

76 23 : Le poème Tislit Ouaman Quelques jours plus tard, le Vieux se rendit au magasin du village. Il demanda quon lui présentât tous les lecteurs de cassettes disponibles, ce quon fit. Alors, il sollicita lavis du patron, qui sy connaissait. - Si tu veux mon avis, prends celui-là. Il enregistre et lit les cassettes, dit le marchand. - Non, dit le Vieux, je préfère seulement les écouter. - Bon. Celui-ci est parfait dans ce cas, il est japonais. - Je le prends. Donne-moi aussi des cassettes de Haj Bélaïd. Et une lampe à gaz. On le servit. Il était content de ces deux achats. Dune part, la possession dun lecteur de cassettes était devenue indispensable, dautre part, celle dune lampe à gaz assez puissante remplacerait avanta­geusement les lampes à carbure de calcium dont la flamme séteignait au moindre courant dair. Sa vieille femme partagea son avis. - Mais nous nous modernisons en catimini, dit-il. Ils rirent de ce bon mot adapté à la situation. - Ce nest pas en acquérant ces petites bricoles ou même une voiture quon est moderne. Il y a toute une éducation à faire avant de prétendre à la moder­nité. Tout le reste nest que façade, affirma le Vieux. Et après un silence : - Je dois encore avoir des cahiers vierges quelque part, je pense. - Il ny en a plus, dit la vieille. Tu te souviens, je ten avais montré un que les rats avaient largement entamé. Tu las jeté au feu. Cétait le dernier.

77 - Jen achèterai demain. De toute façon, je nécris rien aujourdhui. La poésie demande du temps. Et puis, attendons de voir un peu le résultat de ce que jai déjà fait. - Elle ne dit rien. Elle ne comprenait rien à ces choses. Hors la cuisine et la vie courante en général, tout le reste était nébuleux pour elle. Cependant, elle aimait écouter de la poésie et elle était fière de son homme, ce qui la rendait encore plus heureuse. - Jai cependant le titre dun futur poème dans la tête. Cest Tislit Ouarnan (la fiancée de leau ou larc-en-ciel, en berbère). Mais de là à le produire... Le Vieux se tut. Elle le regarda un bon moment, puis elle osa dire : -Cest un joli titre. Je suis sûre quil sera fait dans quelques jours. - Il y aura donc une sécheresse? -Forcément, puisque le désert gagne du terrain tous les jours. Les gens ne respectent pas léqui­libre de la nature, ils coupent trop darbres sans rien replanter à leur place. Cela modifie le climat. Quelques années suffisent alors pour transformer un lieu autrefois arable en un petit bout de désert totalement stérile. Après ça, va dire aux gens de cesser démigrer vers les villes ! Chez nous, tant quil y aura de leau dans les puits, ça ira. Mais ailleurs, cest-à-dire là où il nexiste pas de puits mais seulement des citernes que vient de temps en temps remplir leau de pluie, les habitants seront forcés dacheter cette eau précieuse loin de chez eux et de la payer cher. Cette pratique est déjà courante un peu partout. Il suffit quil ne pleuve pas pour quon y recoure. Donc mon poème nest pas aussi prémonitoire quil le semble à première vue. La désertification est déjà là.

78

79 - Si tout cela est vrai, les pauvres dici vont souffrir, dit la vieille. Que mangeront-ils sil ne pleut pas ? - Ils iront en ville, eux aussi. Ils sajouteront aux chômeurs et ainsi... Il se tut. - Et ainsi..., dit la vieille. Continue. - Ce sera pour eux une mésaventure et pour la société une plaie. Je connais le cas dun homme qui est parti dici en emmenant sa femme, sa vieille fille et son fils. Il travaille comme contremaître dans des salines au nord dEl-Jadida. Son fils, comme lui-même, vit dans un bled perdu. Il répare des télés, des radios sans avoir jamais appris le métier, mais il sen tire tant bien que mal. Il a un certain don du bricolage. Ça lui rapporte de quoi vivoter. Voyant quil avait ce petit métier assuré dans ce coin perdu, cet idiot sest marié. Il a maintenant trois gosses qui ne mangent pas à leur faim et ne portent rien sur le dos. Tu vois, un misérable reproduit forcément de la misère. Jai lu quelque part que le rat, qui est un animal intelligent, sait réguler son groupe, contrôler le taux des naissances, par exemple. Ainsi, lorsque la nourriture se raréfie, le nombre dindividus chute et ne se stabilise que si chaque rat mange à sa faim. Chez lhomme, cest tout le contraire qui se passe. Le riche ne fait pas de famille nombreuse, le pauvre si. Un pauvre qui na déjà rien narrête pas dengendrer une masse de gueux, cest ça le comble ! Et cest dû. à quoi ? À un mauvais legs de la tradition. Ayant, on devait avoir le plus denfants possible, pour contrecarrer la mortalité infantile, qui était permanente, et parce quon avait besoin de bras pour travailler la terre. Pour les vieux parents, cétait aussi la garantie davoir une retraite sans soucis.

80 À lépoque, la famille était soudée, homogène. Ce comportement était donc valable. Mais aujourdhui il ne lest plus. On devrait faire comprendre ça à ces miséreux qui se repro­duisent comme des lapins. Mais un misérable est dabord un ignorant patenté ; on ne peut rien lui faire admettre et, le plus souvent, il impute sa misé­rable condition à la fatalité. Ce dont manque ce pays, cest dun bon système éducatif pour commencer. Il ny a même pas décole dans certains villages. Il ny a que lécole coranique pour les petits. Seuls les enfants de riches ont droit à une bonne éducation. Dans les villes, ils suivent les cours dinstitutions privées. Après quoi, on les envoie en Europe ou en Amérique. Ils obtiennent des diplômes solides. Quant aux autres... Eh bien, les autres restent justement les autres, cest-à- dire rien. En général, ils nachèvent pas leurs études médiocres. Ils se contentent dune licence et aussitôt commencent à chercher un emploi, alors que de vrais diplômés chôment. Lautre jour, à la radio, il en était question. Ces gens-là cherchent seulement un travail qui leur donne de quoi vivre. Mais il ny a rien. Pendant ce temps, les parvenus... Il nacheva pas sa phrase. Limage du parvenu lui était soudain apparue si monstrueuse quil cligna des yeux comme si celui-ci sétait dun coup matérialisé devant lui. - Pendant ce temps..., répéta la vieille. - Je nachève pas ! Le parvenu est une honte ! Quand on voit tout le reste, on a envie de lui crier bien fort : « Sale ordure ! Ne vois-tu pas que tu as les pieds dans la merde? » La vieille éclata de rire. - Oui, cet imbécile marche dans la merde et il ne voit rien, ne sent rien, répéta le Vieux.

81 Le passage du discours direct au discours indirect

82 Discours directDiscours indirect La ponctuation Les deux points, les guillemets, les retours à la ligne isolent les parties dialoguées du récit. Ces signes de ponctuation ne sont plus utilisés, comme si la parole ou la pensée étaient comprises dans le récit. Les phrases Une proposition incise indique quel est le personnage dont les paroles sont rapportées. Les phrases exclamatives, interrogatives, impératives qui expriment les sentiments, les interrogations, les doutes de lénonciateur sont fréquentes. La parole est rapportée à laide dune proposition subordonnée, lincise dans laquelle se trouvait le verbe de déclaration devient donc la principale. Une phrase déclarative est rapportée à laide dune proposition subordonnée conjonctive introduite par que Une phrase interrogative est rapportée à laide dune proposition subordonnée interrogative indirecte. Une phrase impérative est rapportée à laide dune proposition subordonnée conjonctive au subjonctif ou dun verbe à linfinitif précédé de la préposition de. Le tableau proposé ci-dessous reprend les transformations subies par un énoncé lorsqu'il est mis au discours indirect

83 Discours directDiscours indirect Les pronoms personnels et les déterminants possessifs Essentiellement ce sont les pronoms et les déterminants de la première et de la deuxième personne qui sont utilisés. Les pronoms et déterminants possessifs varient selon la personne qui rapporte les paroles. Les temps Les temps sorganisent autour du présent, comme dans lénonciation. Les temps des verbes des propositions subordonnées dépendent du temps du verbe de la principale. Deux cas peuvent se présenter : Le verbe principal est au présent, les temps des verbes du discours indirect ne changent pas. Le verbe principal est aux temps du récit, les verbes des propositions subordonnées sont aussi aux temps du récit. Les indicateurs spatio- temporels On utilise les adverbes de lieu et de temps suivants : Ici ; Aujourdhui, hier, demain, avant-hier, après demain, dans deux jours, cette semaine, la semaine prochaine … On utilise, lorsque le verbe principal est au passé, les indicateurs spatio- temporels suivants : Là ; Ce jour-là, la veille, le lendemain, lavant-veille, le surlendemain, deux jours plus tard, cette semaine-là, la semaine suivante.

84

85 Chapitre 24 : L'incendie du verger Chapitre 25 : La visite de l'ami de France Chapitre 26 : La sécheresse

86 Chapitre 27 : L'espoir

87 La deuxième année de sécheresse fut encore plus terrible que la première. On vit, dans les environs, des villages entiers vidés de leurs habitants. Ils avaient rejoint leurs parents dans les villes du Nord en abandonnant à cet enfer qui rampait inexorablement vers la vallée leurs terres et leurs maisons. En peu de temps, ces bâtisses commencèrent à craquer, puis elles ne furent plus que des ruines. Même les vagabonds de jadis avaient déserté la région. Le Vieux, qui avait vu cette désolation, se demandait si son propre village allait connaître le même sort. « Non ! se dit-il. Beaucoup de gens ont de largent, ils peuvent donc tout acheter. Et tant que les puits seront pleins, le village vivra. Les autres nont pas eu de chance, voilà tout. Ils nont pas de puits ou ils ne veulent pas en creuser... Il y a une nappe phréatique sous terre. Comme il ne pleut plus, ils ont bien été forcés démigrer. Oh ! Ils ne manqueront de rien dans le Nord. Ils y ont une famille, des commerces prospères. On sentassera un peu plus les uns sur les autres, voilà tout. Ici, cependant, ce sont les anciens allogènes qui retournent à leur palmeraie dans quelque oasis perdue plus au Sud. Ils ont bien raison. Faute dorge, ils mangeront des dattes et boiront du lait de chamelle. De toute façon, ils nont jamais rompu les liens avec leurs racines. Chaque année ils se rendaient là-bas pour ramasser la récolte, la vendre sur place et rapporter des excédents de dattes. Que nen ai-je dégusté, de ces dattes mielleuses ! Nos palmiers ne produisent rien de bon, hélas ! Mais il est vrai que nous ne sommes pas au Sahara. Tiens ! Même le gibier a disparu ! Pas deau, pas de gibier non plus. Le chacal, ce vieux fripon, sest fait rare, lui aussi. Et pourtant cette charogne se contente de peu. Tout disparaît petit à petit. Chaque jour, une nouvelle chose manque à lappel. Seuls les parvenus reviendront toujours ici pour semer le trouble. Oh ! Ils ont des puits très profonds dans leurs propriétés. Et puis la vallée possède une nappe très importante, mais sans doute pas intarissable. En tout cas, elle peut alimenter longtemps encore ceux qui ont les moyens de forer assez profondément pour atteindre les veines de cette eau que des années de neige ont emmagasinée dans le ventre de la terre. Mais le parvenu a ce quil faut, que diable ! Les grands moyens sont à sa portée.

88 Si leau venait à manquer pour de bon, ce serait le pauvre qui souffrirait. Le pauvre? Tout le monde souffrirait, sauf le parvenu. Ou alors il faudrait que lÉtat nous vienne en aide, en procé­dant, par exemple, à des forages coûteux. Mais lÉtat est bien loin dici. Il ne nous entend pas et nous voit encore moins. Non ! Leau ne manquera pas. Dieu ne permettra pas ça. II y a eu par le passé des situations plus dures. Les Anciens que jai connus ont parlé des années sans eau. Pas deau à boire ! Rien ! Nous nen sommes pas là. Tôt ou tard, un orage éclatera et le tour sera joué. À mon avis, ce nest pas fini. Nous traversons seulement une désagréable période. Dieu soit loué ! Tout soublie, tout passe. Jai connu moi-même des années terribles. Des années sans légumes. Il ny avait pas de potager. Leau était très sévèrement rationnée. Gare à celui qui resquillait! On sentre-tuait pour ça. Aujourdhui, on cultive encore ses oignons, ses carottes, ses fèves et ses navets. Au magasin, il y a tout ce quon veut. On peut tout acheter. Alors, que ceux qui veulent déserter désertent ! Quils aillent en ville! Un jour, la ville les chassera. Ils reviendront chez eux, penauds... et ils recommen­ceront : reconstruire des maisons, creuser des puits plus profonds, etc. Le temps finira bien par les réédu­quer. La ville ? Une future et toujours possible explo­sion sociale, une bombe à retardement. Un volcan endormi qui peut se réveiller nimporte quand et tout mettre en pièces : le Vésuve, lEtna, le Pinatubo, la Soufrière... Pour le villageois, il ny a pas davenir en ville. Il faut quil sue sang et eau pour sy adapter. Seuls quelques malins y parviennent. Et puis, si lon na rien que ses terres, pourquoi les abandonner même si elles sont ingrates ? Il faut sy accrocher. Si cest pour aller grossir le rang des chômeurs, ah non ! Quelle déchéance ! Cest labandon de toute dignité. Au Sahara, il existe des points deau. On creuse et on trouve de leau pour soi-même et pour ses bêtes. Les Touaregs en savent quelque chose. Ici, on se contente de dire : « Le puits est tari, il ny a plus rien. Allons- nous-en ailleurs ! En ville, il y a du travail et la vie est facile." Comme on se trompe ! Ce puits creusé par les ancêtres peut fournir de leau si on le creuse encore plus profondément. Dans le temps, la communauté pratiquait de tels travaux. Aujourdhui, on répugne à faire des besognes aussi utiles. Le mirage de la ville est trop tentant, on y succombe vite. Heureux celui qui, comme lEcclésiaste, est revenu de tout. Il reste tranquille, il attend ce que Dieu lui a promis et il travaille pour vivre là où il se trouve. Car la vie est partout, même dans le désert le plus aride. »

89 Temps du discours et temps de la narration

90 Temps du récit, temps du discours Ces deux systèmes emploient de préférence des temps différents, en fonction de leur rapport avec la situation dénonciation, même si le problème de la répartition des temps est très complexe : ainsi, le présent est a priori plus utilisé dans le discours (mais reste à savoir quel type de présent…), tandis que le passé simple ou limparfait sont par essence des temps du récit. En réalité, ces emplois privilégiés des temps suivant le système utilisé (récit ou discours) sont liés à la valeur aspectuelle du temps choisi. Or, si le passé simple a une valeur aspectuelle principale, le présent, par exemple, en a plusieurs, et on peut aussi bien le retrouver dans un récit que dans un discours. Cest alors le même temps verbal (le présent), mais la valeur aspectuelle est différente. Il en est de même pour le passé composé, qui peut avoir soit la valeur du passé simple, soit une autre valeur, plus en rapport avec la situation dénonciation. Contentons-nous de noter, dans le cadre de lopposition récit/discours, les "tendances" dans lemploi des différents temps : le couple imparfait/passé simple est le pivot du récit, tandis que le présent est le temps privilégié du discours.

91 Voici, résumées sous forme de tableaux, les différences entre récit et discours : DISCOURS (le « Je–ici-maintenant ») RÉCIT (les éléments sont présentés comme se racontant deux-mêmes) Personnes utilisées en priorité Les seules « vraies » personnes : je et tu La non-personne ou labsent du dialogue : il Temps utilisés Présent Imparfait Passé simple Passé composé Système de référence Les déictiques (qui renvoient à la situation dénonciation) Les anaphoriques (qui renvoient à un élément déjà présent dans le texte) Lexique utilisé Noms de qualité Adjectifs évaluatifs Noms et adjectifs objectifs

92 Au-delà des informations données sur le temps (passé, présent, futur) la conjugaison verbale donne également des informations sur la manière dont le sujet énonciateur envisage le déroulement de laction exprimée par le verbe (on parle dans ce cas de procès) : cest ce quon appelle laspect, ou la valeur aspectuelle du temps. Laspect est essentiel pour comprendre la différence entre, par exemple, les différents temps du passé qui font a priori référence au même moment temporel (passé simple, imparfait, passé composé). Si plusieurs "temps" verbaux existent pour exprimer le même moment temporel, cest que le mode de manifestation du procès (ou action exprimée par le verbe), la manière dont il est envisagé, ne sont pas les mêmes. Le couple imparfait / passé simple Véritables piliers du récit, le passé simple et limparfait nont pas la même valeur aspectuelle, et donnent, par leur opposition complémentaire, son rythme et sa profondeur au récit. Alors que le passé simple est un perfectif, limparfait est un imperfectif. Laspect perfectif envisage le procès comme un point, sans prendre en compte, donc, sa durée. À linverse, laspect imperfectif présente le procès en cours, sans quon envisage réellement son terme. Il ne sagit pas, dans un cas comme dans lautre, de la durée réelle du procès, mais de la façon dont celle-ci est restituée par le sujet énonciateur.

93 Soient les énoncés suivants : « La guerre séternisa » / « La guerre séternisait » Le choix de limparfait ou du passé simple ne modifie en rien la durée réelle de la guerre (une éternité), mais la façon dont sa durée est envisagée dans le récit : un constat (un fait) extérieur à toute durée dans le cas du passé simple ; un fait considéré dans sa durée, et dans lequel on sent une implication plus grande de la part du sujet énonciateur (la guerre est très/trop longue). De là vient également limpression que le passé simple paraisse un temps plus objectif, dans lequel les faits semblent se raconter deux-mêmes, de la manière la plus objective qui soit. De ces différences aspectuelles découle le rythme du récit. Un texte au passé simple donne une impression de vitesse, puisque la durée des procès nest pas envisagée : les actions se succèdent comme des points se succèdent sur un axe chronologique, sans aucune profondeur ou analyse. Un texte à limparfait, au contraire, donne une impression de lenteur, voire denlisement : limperfectif, en se focalisant sur leur durée non déterminée par un terme, soppose au surgissement de lévénement. Cest pour cette raison que lon a comparé les effets produits par cette opposition perfectif / imperfectif à ceux donnés par la profondeur de champ au cinéma. Alors que les actions se déroulent au premier plan, plan qui rythme la succession des événements, larrière-plan "plante" le décor, et instaure une durée et une continuité dans limage en mouvement. De cette opposition fondamentale découle un certain nombre deffets de limparfait : lexpression de lhabitude (récit itératif) et donc de la durée, voire de la monotonie ; temps de la description il pose un décor ou des faits présentés comme inamovibles, installés dans la durée, et donc échappant finalement à une chronologie véritable.

94 Passé simpleImparfait Valeur perfectiveValeur imperfective Temps du premier plan (les événements) Temps de larrière-plan (le décor) Temps utilisé dans la narration des faitsTemps utilisé dans la description Rythme rapideRythme lent Il faut donc être sensible, dans lanalyse dun récit, à la répartition entre passé simple et imparfait, et voir, surtout, ce que peut traduire le recours à limparfait, surtout lorsque celui-ci "remplace" le passé simple dans son rôle habituel de narration. De même, lirruption dun passé simple dans un texte à limparfait vise un effet particulier, que ce soit une rupture (de rythme), le surgissement brutal dun événement, dune prise de conscience débouchant sur un acte présenté alors comme non raisonné, etc.

95 Accompli et inaccompli Lautre grand couple de valeurs aspectuelles relève dune problématique totalement différente : il ne sagit plus ici de rythme, et de la façon dont est traitée la durée de lévénement, mais de leur rapport avec le moment de lénonciation ou de la narration. Laccompli envisage le procès comme achevé au moment de lénonciation ou de la narration ; linaccompli lenvisage comme encore "en cours". Cette différence aspectuelle rejoint lopposition entre temps simples et temps composés. Tous les temps composés sont des accomplis : le passé composé est un accompli du présent (le procès est envisagé comme accompli par rapport au moment présent) le plus que parfait et le passé antérieur sont des accomplis du passé (le procès est envisagé comme accompli par rapport à un moment du passé plus récent) À linverse, limparfait a plutôt tendance à être un inaccompli, puisque lidée dachèvement (daccomplissement) est étrangère à sa valeur aspectuelle. Lidée importante à retenir est que laccompli envisage toujours le procès par rapport à un moment plus récent : jai mangé exprime un procès passé, mais ayant encore un rapport avec le présent de lénonciation (jai mangé par rapport à "maintenant") ; de même, il avait mangé fait référence à laccomplissement du procès par rapport à un moment passé plus récent (le moment du récit). Cette distinction, moins intéressante pour lanalyse textuelle, est cependant très importante pour comprendre lemploi du passé composé dans un texte, et les effets quil peut produire.

96 Passé composé et passé simple On a souvent considéré que le passé composé "remplaçait" le passé simple, qui ne survivrait quà lécrit. Autrefois forme daccompli du présent, le passé composé serait devenu une forme perfective du passé, remplaçant dans ce rôle le passé simple, devenu archaïque. Benvéniste a montré au contraire quil ny avait pas concurrence entre ces deux temps mais complémentarité entre deux systèmes dénonciation, le discours et le récit. Alors que le passé simple relate des procès révolus par rapport à la situation dénonciation présente (sans aucun rapport avec le présent, donc), le passé composé, même sil est utilisé dans le cadre du récit, garde toujours sa fonction daccompli du présent, et envisage donc les procès comme ayant encore un rapport avec la situation dénonciation. Lexemple le plus parlant se trouve sûrement dans LÉtranger de Camus, roman dans lequel la narration est presque entièrement au passé composé. Lemploi de ce temps a dailleurs fait lobjet de nombreux commentaires, de la part de critiques dhorizons très différents (Sartre, notamment), car tous ont senti que cet emploi constituait une des clés du roman. Contentons-nous de remarquer la différence essentielle entre le passé simple et le passé composé, au travers de la célèbre première phrase du roman : « Aujourdhui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » On ne peut remplacer ici le passé simple par le passé composé, puisque le procès est envisagé par rapport au moment présent, comme le montre lemploi de « Aujourdhui », renvoyant directement à la situation dénonciation. Le récit nest pas coupé de la situation dénonciation, mais envisagée par rapport à elle (valeur daccompli du présent).

97 Raconter au passé simple ou au passé composé nimplique pas du tout le même rapport aux événements. Alors que le passé simple est souvent qualifié de « passé mythique », renvoyant donc à un passé lointain mais non clairement situable dans le temps (un mythe est un récit très ancien, mais en dehors de la chronologie historique), le passé composé crée un lien entre le récit et la situation de son énonciation. Un lien entre le système du récit et du celui du discours, donc. Du coup, le passé composé est un temps très ambivalent, puisquil est à cheval sur les deux systèmes, mêlant valeur perfective du passé simple et valeur daccompli du présent. Son emploi dans un récit doit donc toujours attirer lattention. Les valeurs du présent La distinction entre temps et aspect est également fondamentale si lon veut commenter les différents emplois du présent dans un texte, puisque le présent est le temps regroupant le plus de valeurs aspectuelles. Ses 4 valeurs principales sont les suivantes : Le présent de linstance dénonciation (ou présent du discours) : cest le temps pilier du discours, puisque cest celui de la situation dénonciation (le « maintenant » de lénonciation). Il varie donc constamment, et constitue un point de repère chronologique évoluant sans cesse. Ex : « On y va maintenant. »

98 Le présent de vérité générale (ou présent gnomique) : cest le temps des proverbes, des maximes, des définitions, de tous les énoncés généraux reflétant une pensée qui se veut éternelle, ou une loi présentée comme inamovible. Ex : « Le crime ne profite jamais. » Le présent de la narration (ou présent aoristique, ou présent historique) : cest le présent utilisé à la place du couple passé simple et imparfait dans un récit. Il hérite donc de ses valeurs aspectuelles, en y ajoutant la dramatisation, puisque les événements du récit semblent brutalement contemporains, et se dérouler sous nos yeux. Le présent scénique (ou présent de la description) : cest le présent utilisé à la place de limparfait dans le récit, et qui hérite donc de ses valeurs aspectuelles, en y ajoutant une sorte datemporalité. Souvent utilisé dans une description, il ouvre une sorte de parenthèse dans la chronologie du récit. Attention : le présent scénique ne correspond pas forcément à un présent que lon peut remplacer par un imparfait. Il faut que le passage soit suffisamment long, et traduise cette volonté de « faire une scène », cest-à-dire un moment en marge de la narration. Il sagit dune description qui suspend momentanément le cours de lhistoire et présentant laction du personnage comme une sorte darchétype de tous les lancers de bowling, et traduit en outre la concentration du joueur, qui semble "suspendre son souffle". Remarque : le présent utilisé dans la comparaison (« dune grosseur analogue à celle des boules de verre qui maintiennent à la surface de la mer les filets de pêche ») est un présent de vérité générale. Il ne sagit pas dune "scène" à caractère atemporel, mais dun énoncé proposant une définition.


Télécharger ppt "Projet séquentiel n° 2 Etude dun récit présenté sous forme de chronique : « Il était une fois un vieux couple heureux » de Mohamed KHAIREDDINE."

Présentations similaires


Annonces Google