La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PARLER, LIRE et ECRIRE en mathématiques. Parallèle sur les introductions entre Documents dapplication des programmes 2002 cycle 2 et 3 Mathématiques introduction.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PARLER, LIRE et ECRIRE en mathématiques. Parallèle sur les introductions entre Documents dapplication des programmes 2002 cycle 2 et 3 Mathématiques introduction."— Transcription de la présentation:

1 PARLER, LIRE et ECRIRE en mathématiques

2 Parallèle sur les introductions entre Documents dapplication des programmes 2002 cycle 2 et 3 Mathématiques introduction générale pour le collège BO hors série N°5

3 Les mathématiques sont une discipline qui utilise deux langages:

4 lun est qualifié de langue usuelle les activités mathématiques vont utiliser prioritairement le vecteur de la langue française tant dans la transmission des savoirs que dans la présentation des travaux à effectuer ou dans les productions des élèves

5 lautre (en collaboration avec dautres disciplines) est un langage spécialisé utilisant différentes formes dexpression (nombres, symboles, figures, tableaux, schémas, graphiques). Elles participent ainsi à la construction de nouveaux langages. o-) ou o-(

6 Doù deux axes pour larticulation langage/mathématiques : contribuer au développement des compétences dans le domaine de la langue orale et écrite. travailler les spécificités du langage mathématiques et de sa syntaxe parfois particulière.

7 Lécrit ne doit pas être le seul mode de communication des tâches en mathématiques. Limportance dune dimension orale dans le travail en mathématiques pour que lélève parvienne à comprendre la situation évoquée et la question posée, et commencer alors un véritable travail mathématique.

8 I ) PARLER A) Pour poser des problèmes de Mathématiques

9 Les problèmes ne doivent pas être assimilés à des énoncés écrits. Lécrit sert de mémoire du problème et nest plus lunique médiateur de la situation. Lécrit est utilisé pour communiquer la situation mais les reformulations orales (de préférence par les élèves) vont permettre une appropriation par tous sans que la lecture devienne un obstacle à lentrée dans lactivité mathématique.

10 Dans le prolongement de lécole primaire, la place accordée à loral reste importante. Les compétences nécessaires pour la validation et la preuve (articuler et formuler les différentes étapes dun raisonnement, communiquer, argumenter à propos de la validité dune solution) sont dabord travaillées oralement en sappuyant sur les échanges qui sinstaurent dans la classe ou dans un groupe, avant dêtre sollicitées par écrit individuellement.

11 I ) PARLER B) Calcul mental

12 Il sappuie très souvent sur une désignation orale des nombres. … loral et lécrit ne mettent pas toujours en valeur la même information.

13 Certaines formulations orales peuvent constituer une aide à la compréhension. Verbaliser: «deux tiers plus cinq tiers est égal à sept tiers» Oraliser lécriture symbolique: «2 sur 3 plus 5 sur 3 égale 7 sur 3 »

14 La variable oral/écrit peut avoir une incidence sur les apprentissages : La formulation du calcul, qui peut favoriser certaines procédures. Lexécution du calcul par les élèves : ils ne vont pas mobiliser les mêmes savoirs dans le calcul écrit et dans le calcul oral. La formulation du résultat qui peut être un moment de travail sur le passage entre numération orale et numération écrite (et réciproquement).

15 I ) PARLER C) Expliquer/ argumenter

16 Les moments de mise en commun, dexplication des démarches et des résultats, déchange darguments à propos de leur validité, se déroulent essentiellement de manière orale […]. … maintenir un équilibre entre les formulations spontanées utilisées par les élèves et la volonté de mettre en place un langage plus élaboré.

17 La question de la preuve occupe une place centrale en mathématiques. Le rôle essentiel de la production dune preuve ne doit pas être occulté par des exigences trop importantes sur la mise en forme de la preuve.

18 Les moments de reformulation et de synthèse sont davantage loccasion de mettre en place un vocabulaire et une syntaxe corrects. Le vocabulaire et les notations ne doivent pas être fixés demblée, mais introduits au cours du traitement dune question, en fonction de leur utilité.

19 I ) PARLER D) Le vocabulaire mathématique

20 Les interférences entre "mots courants" et "mots mathématiques" peuvent être sources de confusion. … mettre en évidence, avec les élèves, ces différentes significations dun même mot. Il convient, en particulier, dêtre attentif au langage et aux significations diverses dun même mot.

21 La mise en place de vocabulaire ne remplace pas la construction du concept. Ce vocabulaire na de sens que lorsque le concept est en construction et a déjà été utilisé implicitement par les élèves. (cf travaux de Britt-Mari Barth)

22 Lapprentissage du vocabulaire mathématique ne doit pas devenir une fin ; celui-ci doit être fonctionnel: le langage doit rester au service de la pensée et de son expression.

23 II ) LIRE et ECRIRE

24 La spécificité des textes utilisés en mathématiques … nécessite un travail particulier relatif à leur lecture…

25 On ne lit pas de la même façon : Le texte dun problème ; La consigne dun exercice ; La description dune figure géométrique ; Le programme de construction dune figure géométrique ; La trace écrite dune leçon de mathématiques dans le cahier ou dans le livre ; Les différentes sortes de tableaux ; Les différents types de graphiques ; Les schémas ; …

26 Les élèves sont fréquemment placés en situation de production décrits. Il faut développer et distinguer trois types décrits dont les fonctions sont différentes :. les écrits de type "recherche",. les écrits destinés à être communiqués et discutés,. les écrits de référence.

27 -les écrits de type « recherche » (brouillon) qui correspondent au travail « privé » de lélève. Dans ce type décrit est privilégié la recherche et non le formalisme de lécrit.

28 -les écrits destinés à être communiqués et discutés : * ils peuvent prendre des formes diverses, * ils doivent faire lobjet dun souci de présentation, de lisibilité, dexplicitation. Le soin, la lisibilité et la clarté seront au centre du travail sur ce type décrit.

29 - les écrits de référence,(…) destinés à être conservés. ces traces écrites rassemblées dans un aide- mémoire (par exemple un fichier à compléter) seront une référence pour les élèves et pour la classe.


Télécharger ppt "PARLER, LIRE et ECRIRE en mathématiques. Parallèle sur les introductions entre Documents dapplication des programmes 2002 cycle 2 et 3 Mathématiques introduction."

Présentations similaires


Annonces Google