La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL MIEUX REGULER.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL MIEUX REGULER."— Transcription de la présentation:

1 Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL

2 Comment garantir laccès à des soins médicaux de qualité en urgence ? Les urgentistes apportent leurs réponses aux questions du moment sur lurgence médicale afin doffrir aux patients des soins de qualité 1ères Assises de lUrgence Paris, 13 septembre 2012

3 Axe 1. Changer de regard sur les Urgences 1. Changer de paradigme : ne plus considérer les Urgences comme un problème mais, au contraire, comme une solution aux difficultés rencontrées par les patients dans notre système de santé 2. Définir lurgence médicale comme « toute situation où labsence de prise en charge rapide pourrait avoir des conséquences physiques ou psychiques durables » et bannir les notions de vraie et fausse urgence 3. Considérer lévaluation du niveau durgence et de gravité face à une situation aiguë comme le rôle des urgentistes, qui en ont lexpertise 4. Considérer les motifs de recours des patients et les potentialités de risques a priori et rejeter toute considération fondée sur le niveau de la prise en charge tel quil peut être codifié a posteriori

4 Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes = MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL = MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL => SAMU – CENTRE 15 => SAMU – CENTRE 15

5 Axe 2. Organiser loffre sur le territoire 5. Baser lorganisation territoriale des structures durgence sur une analyse précise desstructures durgence existantes, des articulations en place et de loffre en soins non programmés et définir dans un schéma régional les missions et les articulations territoriales des différentes structures durgence, ainsi que des organisations de la médecine ambulatoire, générale et spécialisée 6. Analyser dans chaque territoire lorganisation et les pratiques de soins non programmés par des études « un jour donné » intégrant lensemble des demandes et lensemble des acteurs en médecine libérale et en établissement de santé (sans se limiter aux seules structures des Urgences) 7. Analyser les parcours de soins des patients se présentant aux Urgences en amont et en aval de leur prise en charge aux Urgences 8. Viser lobjectif de rendre possible en deux ans sur lensemble du territoire laccès en 30 minutes à des « soins médicaux spécialisés durgence » pour toute urgence vitale ou potentiellement vitale 9. Exclure, pour les personnes résidant dans les territoires isolés et ayant à faire face à une urgence, toute solution dégradée telles que « soins non médicaux » ou « soins médicaux non spécialisés » 10. Développer loptimisation de la répartition géographique des Smur et des structures des Urgences de proximité 5. Baser lorganisation territoriale des structures durgence sur une analyse de lexistant, des articulations en place et de loffre en soins non programmés et définir dans un schéma régional les missions et les articulations territoriales des différentes structures durgence, ainsi que des organisations de la médecine ambulatoire, générale et spécialisée

6 Axe 2. Organiser loffre sur le territoire 11. Recourir, pour garantir dans les territoires isolés laccès en 30 minutes à une structure durgence, aux solutions suivantes en complément des structures des Urgences de proximité : HéliSmur, antennes Smur, Médecins Correspondants Samu 12. Élargir les conditions dimplantation des Smur et des antennes Smur en les adossant si besoin à des structures de soins plus légères que les structures des Urgences 13. Intégrer lensemble des hélicoptères disponibles autres que les HéliSmur dans un schéma régional sous lautorité de lAgence régionale de santé (ARS) 14. Prévoir dans chaque structure durgence la possibilité de recevoir un vecteur héliporté Samu-Urgences de France. Les premières Assises de lUrgence. Paris le 13 septembre Sappuyer sur des données logistiques pour étayer les décisions organisationnelles sur les territoires 16. Simuler sur des cas types (ex : douleur thoracique, ou trouble neurologique soudaindans un habitat isolé) les modèles dorganisation envisagés 17. Tenir un registre national de tous les cas où le délai daccès à une structure durgence aura dépassé 30 minutes pour une situation durgence vitale ou potentiellement vitale etréaliser une analyse au cas par cas Pour garantir dans les territoires isolés laccès en 30 minutes à une structure durgence, recourir, en complément des structures dUrgences de proximité : HéliSmur, antennes Smur, Médecins Correspondants Samu Rôle ++ tête de réseau et régulation des moyens médicaux et de leur vecteurs au niveau régional et des territoires de santé et formation des MCS favoriser les déploiements de télémédecine en bénéficiant des infrastructures du Samu-centres 15 dans le téléconseil comme solution dappui (urgences et décompensation des maladies chroniques) Rôle ++ tête de réseau et régulation des moyens médicaux et de leur vecteurs au niveau régional et des territoires de santé et formation des MCS favoriser les déploiements de télémédecine en bénéficiant des infrastructures du Samu-centres 15 dans le téléconseil comme solution dappui (urgences et décompensation des maladies chroniques)

7 Axe 3. Faire émerger des structures durgence de territoire 18. Favoriser les coopérations entres les structures durgence au sein dun même établissement et dun même territoire et supprimer les mesures financières désincitatives à ces coopérations (décote pour les structures « multi-sites », décote du budget MIG pour les Smur rattachés à une structure des Urgences ou un Samu) 19. Maintenir le maillage territorial par un financement adapté des structures à faible activité, dès lors que leur implantation a été confirmée 20. Élaborer des projets médicaux multi-sites de territoire pour une activité médicale polyvalente (Samu, Smur, Urgences, UHCD) et favoriser la mise en place déquipes médicales uniques de territoire en médecine d'urgence 18. Favoriser les coopérations entres les structures durgence au sein dun même établissement et dun même territoire et supprimer les mesures financières désincitatives à ces coopérations 20. Élaborer des projets médicaux multi-sites de territoire pour une activité médicale polyvalente (Samu, Smur, Urgences, UHCD) et favoriser la mise en place déquipes médicales uniques de territoire en médecine d'urgence

8 Axe 4. Renforcer la régulation médicale 21. Promouvoir la régulation médicale exercée par les Samu-centres 15 pour faciliter et sécuriser laccès aux soins durgence dans les cas le nécessitant et développer la télémédecine comme solution dappui 22. Inciter à larticulation territoriale des Samu-centres 15 à faible activité, notamment financièrement 23. Maintenir lunicité de la régulation médicale des appels durgence autour de la plateforme du Samu-centre 15 associant urgentistes et généralistes, et donc : o ne pas soutenir le développement de nouveaux centres dappels autonomes libéraux o mettre un terme aux incitations au regroupement de Services dIncendie et de Secours et de SAMU en dehors de lhôpital et favoriser, en revanche, le développement des « plateformes virtuelles » permettant au Samu-centre15 de demeurer dans le secteur « urgences » de son établissement de santé o favoriser les déploiements hospitaliers de télémédecine en bénéficiant des infrastructures du Samu-centres Promouvoir la régulation médicale exercée par les Samu-centres 15 pour faciliter et sécuriser laccès aux soins durgence dans les cas le nécessitant et développer la télémédecine comme solution dappui 22. Inciter à larticulation territoriale des Samu- centres 15 à faible activité, notamment financièrement 21. Promouvoir la régulation médicale exercée par les Samu-centres 15 pour faciliter et sécuriser laccès aux soins durgence dans les cas le nécessitant et développer la télémédecine comme solution dappui 22. Inciter à larticulation territoriale des Samu- centres 15 à faible activité, notamment financièrement 23. Maintenir lunicité de la régulation médicale des appels durgence autour de la plateforme du Samu- centre 15 associant urgentistes et généralistes, et donc : o favoriser les déploiements hospitaliers de télémédecine en bénéficiant des infrastructures du Samu-centres Maintenir lunicité de la régulation médicale des appels durgence autour de la plateforme du Samu- centre 15 associant urgentistes et généralistes, et donc : o favoriser les déploiements hospitaliers de télémédecine en bénéficiant des infrastructures du Samu-centres 15

9 Axe 5. Promouvoir les Médecins Correspondants Samu 24. Intégrer les Médecins Correspondants Samu dans une stratégie délément « avantcoureur» du Smur pour les territoires éloignés et développer un programme prioritaire de promotion

10 Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes = MIEUX REGULER LAMONT = MIEUX GERER LAVAL = MIEUX REGULER LAMONT = MIEUX GERER LAVAL => C.H.U. => C.H.U.

11 Editorial NEJM Urgences Hartford Hospital : Nombre de CS : x 6 depuis 11 ans Peu d'urgences « vraies » 16 % d'hospitalisations

12 Editorial NEJM Urgences Hartford Hospital : Nombre de CS : x 6 depuis 11 ans Peu d'urgences « vraies » 16 % d'hospitalisations Shortliffe EC, et al. N Engl J Med. 1958

13 Hôpital saturé : LAVAL ? OVERBOOKING ET CONSEQUENCES AUGMENTATION DE LA MORBI/MORTALITE ?

14 Hôpital saturé : LAVAL ? Consommation inutile des ressources en lits par les personnes âgées en attente de placement (Irlande) T Coughlan & coll. Ir Med J Base de donnée de 1994 à 1999 (liste dattente de long séjour) Jours de lits consommés dans lattente de placement : (8.654 / an) Décès avant placement : 23,9 % Équivalent théorique des jours perdus : –560 actes dorthopédie résections trans-urétrales de prostate –Disparition totale des séjours prolongés aux Urgences si 60 % des lits libérés –Disparition totale des annulations de chirurgie réglée

15 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? Augmentation du risque de –Mortalité hospitalière –Délais de mise en place des atb (pneumonie), antalgiques –SCAM ou SAIP Reperfusion des SCA ST+ non affectée

16 Surcharge SU => morbi-mortalité Ackroyd-Stolarz S, et al. BMJ Qual Saf Chaque heure passée aux urg => 3% dévénement indésirable lors de lhospitalisation (OR 1.03, 95% CI to 1.05) 1 événement indésirable => DMS 20.2 vs 9.8 jours, p<

17 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? Lhôpital plein (H.P.) : Conséquences sur la qualité de PEC médicale et la mortalité Increase in patient mortality at 10 days associated with emergency department overcrowding. DB Richardson, MJA, 2006,184: patients en période de surcharge vs en période normale RR mortalité x 1,34 (1,04-1,72) en période de surcharge

18 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? Lhôpital plein (H.P.) : Conséquences sur la mortalité The association between hospital overcrowding and mortality among patients admitted via Western Australian emergency departments. Sprivulis PC et al, MJA, 2006,184: admissions hospitalières à partir des urgences Overcrowding Hazard Scale (OHS) = multiplication de : taux doccupation des lits (de 1 à 3) 1 = < 90%, 2 = entre 90 et 99% et 3 = 100% bloc daccès = % de malades en attente dhospitalisation sur nb total de patients aux urgences (de 1 à 3) 1 = < 10%, 2 = entre 10 et 19% et 3 = 20% => TVB => OHS = 1x1 = 1 ; TVM => OHS = 3x3 = 9

19 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? Lhôpital plein (H.P.) : Conséquences sur la mortalité Facteurs prédictifs indépendants : durée de séjour plus longue aux urgences durée dattente dun praticien plus longue Age, pathologie, niveau durgence, mode de transport, dadressage : NS Sprivulis PC et al, MJA, 2006

20 Hôpital saturé : LAVAL ? La diminution du nombre de lits disponibles dans un établissement entraîne une surcharge des Urgences (temps de séjour) (Canada) AJ Forster & coll. Acad Emerg Med Augmentation durée de séjour aux urgences de 18 min pour une augmentation de 10 % du taux doccupation des lits Durée de séjour aux urgences augmente excessivement pour un taux doccupation des lits supérieur à 90 % Forte corrélation : durée séjour aux urgences / taux doccupation des lits

21 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? Lhôpital plein (H.P.) : Conséquences Les Urgences saturées sont la conséquence dune diminution des sorties de lhôpital Ce nest pas le problème des urgences, cest le problème de létablissement Laugmentation de la morbi-mortalité impose : –Une prise de conscience collective –Un réaction morale de la communauté médicale

22 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX? OVERBOOKING ET CONSEQUENCES DES SOLUTIONS ?

23 Axe 6. Renforcer et améliorer lorganisation interne des Urgences 25. Appliquer les recommandations professionnelles concernant lorganisation des structures durgence (effectifs médicaux et non médicaux, équipements, architecture) 26. Optimiser le temps de prise en charge des malades en améliorant lorganisation du parcours du patient dans la structure des Urgences o en développant les filières courtes de prise en charge o en substituant à la mise sur brancard, linstallation sur fauteuil des patients qui le peuvent o en développant des prises en charge protocolisées y compris dès l'accueil par l'infirmière organisatrice de l'accueil en concertation avec le médecin des urgences o en améliorant les délais de réalisation des examens complémentaires 1. MEDECIN DACCUEIL ET DORIENTATION

24 Le Médecin dAccueil et dOrientation Il complète les compétences de lInfirmier(e) chargé(e) de lOrganisation de lAccueil (IOA) -il fait sortir les patients qui ne relèvent pas du SU -il évite le passage dans les boxes quand celui-ci nest pas utile (accession directe ou différée à un service dhospitalisation ou une consultation spécialisée) -il repère dans la file les patients susceptibles de saggraver secondairement -il se tient à la disposition (téléphonique) des médecins libéraux qui souhaitent hospitaliser un patient afin de réguler les entrées (nécessaires ou non, tout de suite ou plus tard…)

25 (Médecine)

26 (Trauma+Médecine)

27 Axe 6. Renforcer et améliorer lorganisation interne des Urgences 25. Appliquer les recommandations professionnelles concernant lorganisation des structures durgence (effectifs médicaux et non médicaux, équipements, architecture) 26. Optimiser le temps de prise en charge des malades en améliorant lorganisation du parcours du patient dans la structure des Urgences o en développant les filières courtes de prise en charge o en substituant à la mise sur brancard, linstallation sur fauteuil des patients qui le peuvent o en développant des prises en charge protocolisées y compris dès l'accueil par l'infirmière organisatrice de l'accueil en concertation avec le médecin des urgences o en améliorant les délais de réalisation des examens complémentaires 2. CIRCUIT COURT

28 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX? passages annuels Fast track area : tri canadien 4 et 5 7 lits, 24/24h, 1 à 2 médecins étude avt-après (n = 4779 avt, 5706 après) Diminution des délais de PEC Diminution des temps de passage Diminution des SAIP

29 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX?

30

31

32 Est ce que cet effet est durable ?

33 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX? /an

34 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX?

35 Axe 7. Repenser lamont et laval des Urgences 27. Mettre au coeur de la stratégie lamélioration de la gestion de laval des Urgences (les difficultés pour trouver des lits dhospitalisation pour les patients polypathologiques sont la principale cause de ce quil est convenu dappeler lengorgement des urgences) 28. Abandonner lidée de chercher à diminuer les admissions aux Urgences ; ce qui est ni possible ni souhaitable (il est, en effet, impossible de dire a priori quun patient est léger et la réorientation de patients « a priori » est un acte à très haut risque ; en outre, si elle était réalisée, une telle réorientation nallègerait quimperceptiblement la charge, car les patients légers sont assez peu consommateurs de ressources)

36 Axe 7. Repenser lamont et laval des Urgences 29. Prendre en considération le fait que les maisons médicales de garde adossées aux structures des Urgences nont pas apporté la preuve de leur efficacité, ni allégé la charge des Urgences 30. Organiser les réponses alternatives permettant au patient de ne pas venir aux Urgences « par défaut » (consultations non programmées de médecine générale et de spécialités, organisation de la continuité des soins en médecine de ville, organisation médicale des structures daccueil des personnes âgées) ; faciliter et enrichir les liens entre le médecin traitant et lurgentiste (promotion du DMP comme outil de coordination des soins, rôle du médecin traitant dans lanticipation des situations durgence par une bonne information et préparation de son patient) ; mieux entourer la fin de vie à domicile

37 Hôpital saturé : LAVAL ? SU : porte d'entrée à l'hôpital Etude américaine Schuur JD, Venkatesh AK. N Engl J Med Admissions à l'hôpital (millions de patients) 34,339,5 Admissions via SU (millions de patients) 11,517,3 +15% +50%

38 Axe 7. Repenser lamont et laval des Urgences 31. Éviter le passage par la structure des Urgences de patients qui, en fait, souhaitent seulement recourir rapidement à une prestation de létablissement de santé, o en développant les hospitalisations anticipées dans les services par un régulateur nappartenant pas à la structure des Urgences o en favorisant laccès aux consultations spécialisées au sein de létablissement 3. LAVAL La médecine polyvalente durgence 3. LAVAL La médecine polyvalente durgence

39 Axe 7. Repenser lamont et laval des Urgences 31. Éviter le passage par la structure des Urgences de patients qui, en fait, souhaitent seulement recourir rapidement à une prestation de létablissement de santé, o en développant les hospitalisations anticipées dans les services par un régulateur nappartenant pas à la structure des Urgences o en favorisant laccès aux consultations spécialisées au sein de létablissement

40 La Médecine Polyvalente dUrgence (1) Ne prend que des malades des urgences Est animée par des praticiens qui font partie du service des urgences Sont issus de diverses disciplines (Médecine Interne++, néphrologie, pneumologie, maladies vasculaires, maladies infectieuses, médecine générale…)

41 La Médecine Polyvalente dUrgence (2) Na pas le pouvoir de dire « non ». Obéit à des règles consenties collectivement: –Une DMS (la plus) courte (possible) est un objectif pour chaque malade –La seniorisation de lactivité est la règle –Contrôle strict des demandes dexamens biologiques et radiologiques –Hospitalisation: cest un moment ponctuel dans un parcours de soins (médecin traitant, réseaux, HAD…)

42 La Médecine Polyvalente dUrgence (3) …pour quels résultats?

43 Axe 8. Améliorer la gestion des hospitalisations programmées 32. Considérer que lorsque les Urgences sont débordées, ce ne sont pas les Urgences qui dysfonctionnent, mais cest tout lhôpital en aval des Urgences 33. Prendre en compte que le flux saisonnier des urgences est prévisible et peu régulable, alors que les admissions pour soins programmés doivent pouvoir être gérées de façon à toujours maintenir un potentiel de lits adapté aux besoins des urgences

44 Axe 8. Améliorer la gestion des hospitalisations programmées 34. Réorganiser les admissions programmées pour améliorer laval des Urgences : o en programmant convenablement ce qui peut attendre o en adaptant les hospitalisations programmées au flux prévisible des hospitalisations des urgences et non linverse o en privilégiant ladmission directe (sans passage par les Urgences)

45 Axe 8. Améliorer la gestion des hospitalisations programmées o en organisant demblée les rendez-vous des examens complémentaires pour les hospitalisations programmées o en privilégiant hôpital de jour et chirurgie ambulatoire o en raccourcissant les durées moyennes de séjours par une meilleure organisation, suffisamment anticipée, dune hospitalisation « post » MCO si nécessaire et de la sortie des patients (ex : passage en HAD)

46 Axe 8. Améliorer la gestion des hospitalisations programmées o en créant une délégation médico-administrative et sociale du parcours du patient ayant la charge danalyser le parcours du patient et les interfaces danalyser les dysfonctionnements, notamment les séjours prolongés en MCO et les hospitalisations de patients dans des structures non adaptées à leur état dadapter les ressources aux besoins et en intervenant si nécessaire pour accélérer les sorties lorsquelles ont été médicalement prononcées o en renforçant les équipes mobiles de gériatrie o en renforçant les attributions des médecins coordonnateurs des EHPAD

47 Axe 9. Garantir un Financement efficace et vertueux Des structures durgence 35. Clarifier et rendre lisibles les règles de financement pour une allocation plus transparente et concertée des ressources 36. Calculer les financements sur la base de référentiels et en particulier celui sur les effectifs 37. Définir une modélisation transparente des budgets MIG des Samu et des Smur 38. Modéliser le reversement dune part de la T2A vers la structure des Urgences pour les patients hospitalisés à partir des Urgences 39. Valoriser financièrement lactivité de la Sauv 40. Garantir les financements FAU et MIG et le fonctionnement des activités de médecinedurgence pour que les Urgences ne deviennent pas une variable dajustement budgétaire 41. Sanctuariser les budgets des structures durgence 42. Clarifier le financement de la PDSA en refusant que la permanence soit, de fait, assurée par les établissements de santé et payée aux associations de PDSA 39. Valoriser financièrement lactivité de la Sauv 42. Clarifier le financement de la PDSA en refusant que la permanence soit, de fait, assurée par les établissements de santé et payée aux associations de PDSA

48 Axe 10. Optimiser lemploi des ressources Axe 12. Rendre attractif le métier durgentiste 57. Épargner à lurgentiste la gestion de laval des Urgences en créant, hors de la structure des Urgences, une fonction hospitalière de gestionnaire des lits et de laval des Urgences, de telle sorte que lurgentiste, dans ses heures de travail posté, se consacre entièrement à la prise en charge médicale de ses patients 57. Épargner à lurgentiste la gestion de laval des Urgences en créant, hors de la structure des Urgences, une fonction hospitalière de gestionnaire des lits et de laval des Urgences, de telle sorte que lurgentiste, dans ses heures de travail posté, se consacre entièrement à la prise en charge médicale de ses patients

49 Hôpital saturé : LAVAL ? Plan Définitions : Plan Blanc / Hôpital plein Les textes Quelle organisation retenue pour le Plan Blanc ?Quelle organisation retenue pour le Plan Blanc ? Quelles propositions envisageables pour lhôpital plein ? Plan Blanc / Hôpital plein : ce qui les rapproche Plan Blanc / Hôpital plein : ce qui les différencie Quelle organisation retenir pour lhôpital plein ? Conclusion

50 Hôpital saturé : LAVAL ? 1.Les territoires de santé urbains > ruraux 1.DMS plus longue 2.Délais dadmission en établissement « post-MCO » plus longs 2.Les territoires de santé aux taux dadmission bas : 1.Meilleure organisation pré- et post-hospitalière (soins externes, accompagnement social, HAD… 2.Zone à haute densité de personnes âgées 3.Parcours et filières de soins les mieux organisées avec hospitalisations directes et programmées 4.Interrelation forte entre tous les acteurs intra-H et extra- hospitaliers

51 Hôpital saturé : LAVAL ? 3.Précarité, dépendance, éloignement géographique 3.Les plus fortes réductions ne sont pas dues à une diminution du nombre dadmission mais à un raccourcissement de la DMS ++++ Taux de réadmission plus bas meilleure satisfaction des usagers

52 Accélérer les sorties de services Powell ES, et al. J Emerg Med. 2012

53 Accélérer les sorties de services Powell ES, et al. J Emerg Med Des RAD plus précoces...

54 Accélérer les sorties de services Powell ES, et al. J Emerg Med entraîne une disponibilité de lits plus grande

55 Hôpital saturé : LAVAL ? Propositions de solutions pour désengorger les Urgences ( J Hopkins, Baltimore, USA) Active bed management by hospitalists and emergency department throughput Howell E et al, Ann Int Med, 2008 Méthode : véritable régulation active médico-adminis- trative des ressources en terme de lit et de dispatching des ressources: comparaison de 2 périodes avt et pdt régul active Résultats : malgré une augmentation du flux de 8.8% –Baisse délais dhospitalisation : 458 vs 360 min (98 ± 10 min) –Pas de modification délais de PEC des externes (274 vs 269min) –Alerte jaune baisse de 6% (= nb de diversion damb pour cause ED surchargé) et alerte rouge 27% (nb de diversion pour manque de lits de réa)

56 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? 4.Raccourcir les DMS 1.Penser très tôt à lorganisation de la sortie du patient 2.Des Hospitalisations programmées 1.En organisant demblée les examens (utiles) 2.En prévoyant une hospitalisation « post » MCO 3.Privilégier lHdJ, chir ambu… 3.Activer la commission des admissions non programmées 4.Assurer une surveillance médico-administrativo-sociale des séjours longs en MCO 5.Créer une délégation médico-administrative du parcours du patients 1.Analyse des interfaces 2.Analyse des dysfonctionnements 3.Et puis DES SOLUTIONS ???

57 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? CONCLUSION

58 Conclusion « Successful resolution of hospital and ED overcrowding may be the greatest challenge facing emergency medicine today » Lynn SG and Kellermann AL, Ann Emerg Med, 1991

59 Hôpital saturé : GESTION DES FLUX ? CONCLUSION

60 CONCLUSION

61 4.Raccourcir les DMS 1.Penser très tôt à lorganisation de la sortie du patient 2.Des Hospitalisations programmées 1.En organisant demblée les examens (utiles) 2.En prévoyant une hospitalisation « post » MCO 3.Privilégier lHdJ, chir ambu… 3.Activer la commission des admissions non programmées 4.Assurer une surveillance médico-administrativo-sociale des séjours longs en MCO 5.Créer une délégation médico-administrative du parcours du patients 1.Analyse des interfaces 2.Analyse des dysfonctionnements 3.Et puis DES SOLUTIONS ??? Adapter les hospitalisations programmées au flux des urgences et non linverse Raccourcir au maximum les DMS pour augmenter les capacités daccès aux soins Accélérer les sorties Fluidifier les filières post MCO = Changement de paradigme… PERTINENCE


Télécharger ppt "Le CHU et les Urgences - les 30 minutes - la gestion des flux G Potel, Nantes JE de La Coussaye, Nîmes MIEUX REGULER LAMONT MIEUX GERER LAVAL MIEUX REGULER."

Présentations similaires


Annonces Google