La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FHF 23 NOVEMBRE Prise en charge psychiatrique et ruralité 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FHF 23 NOVEMBRE Prise en charge psychiatrique et ruralité 1."— Transcription de la présentation:

1 FHF 23 NOVEMBRE Prise en charge psychiatrique et ruralité 1

2 Comment les différents acteurs de terrain travaillent- ils et quelles solutions tentent-ils de mettre en œuvre dans une région : quand les indicateurs sont défavorables, Quand la situation démographique médicale est une préoccupation majeure ? 2

3 3

4 565 sur 675 communes de moins de 1000 habitants. 1 seule ville de plus de habitants, 1 de plus de habitants, mais des communautés dagglomérations. Entre le CH. NAVARRE et ses structures les plus éloignées, 84 kms pour lune, 70 kms pour lautre. Une flotte de voitures est nécessaire, avec un kilométrage moyen annuel de kms. Des spécificités pour le département de lEure : 4

5 Démographie médicale : la plus faible densité domnipraticiens de la région : (territoire dEvreux/ Vernon : 7,4 – Dieppe : 8,3 – le Havre : 8,5 – Rouen/Elbeuf : 10), 21% des praticiens ont plus de 60 ans Pour les infirmiers libéraux : la Haute Normandie est au 20e rang, avec de fortes disparités. 4.8 pour Evreux/Vernon - 8 pour Dieppe - 8,5 pour le havre 6.4 pour Rouen/Elbeuf Budget de psychiatrie : coût par habitant France, 140 euros, Région Haute Normandie 110, Eure euros 12 psychiatres libéraux dans lEure, 68 pour la seine maritime 5

6 LES SPÉCIFICITÉS ET LES HANDICAPS DU SERVICE PUBLIC DE PSYCHIATRIE EN MILIEU RURAL Trois types de problèmes : celui de limplantation hospitalière ; celui des équipes pluridisciplinaires, plus généralement de loffre de soins ; celui des caractéristiques de la population desservie. 6

7 La population desservie Lhabitat rural est dispersé, labsence dagglomérations importantes a pour corollaire : la longueur des déplacements, la faiblesse des transports collectifs donc, difficulté des échanges, Ces caractéristiques socio- démographiques pèsent sur lorganisation des soins et sur lattractivité du service public. Par exemple, se pose de façon cruciale le degré de proximité et/ou de " saupoudrage " des équipements. Lidéal semble être loffre de proximité, et donc le saupoudrage, mais ce nest ni viable économiquement, ni en terme de recrutement médical 7

8 Limplantation hospitalière de la psychiatrie 276 lits à Evreux, 13 lits à Vernon, soit 289 lits pour habitants. Une offre publique dhospitalisation faible et donc saturée Un secteur dhospitalisation libéral (clinique « mar Ô dans » ) à la frontière de lEure, mais historiquement orienté sur la grande agglomération de Rouen Un projet dimplantation dune clinique à Vernon 8

9 Loffre de soins et les équipes pluridisciplinaires Les départements ruraux sont peu prisés des psychiatres publics et libéraux. Or, on sait que léloignement des grandes métropoles et des universités contribue à rendre un site attractif pour les praticiens hospitaliers publics. Les départements ruraux rassemblent souvent nombre de critères de non attractivité pour les praticiens hospitaliers. Faiblesse des effectifs de psychiatre de service public, et un nombre de postes vacants impressionnant 9

10 10

11 DES CONTRAINTES Conditions de travail difficiles : isolement, déplacements longs et fréquents Le premier interlocuteur médical de la population, en milieu rural, est le médecin généraliste. Pour être accessibles, les structures doivent être nombreuses et ouvertes toute la semaine, avec des équipes étoffées or : les contraintes du bassin de vie vont en sens inverse (isolement, perte de souplesse dans le fonctionnement du fait de labsence de mobilité du personnel). les pratiques de soins au long cours sont parfois inadaptées pour des patients bien insérés socialement qui sadresseraient en ville, au secteur libéral, et qui nont « que » le service public. compte tenu des volumes, les équipes ne sont pas toujours en mesure de proposer des soins diversifiés : risque de devoir se passer des « pratiques novatrices ». 11

12 LES ATOUTS Vieillissement, isolement de la population, mais aussi un meilleur maintien des solidarités familiales et de voisinage. Tolérance parfois plus grande à légard de la maladie mentale. Connaissance théoriquement assez précise des partenaires possibles et facilité de prendre les contacts – souplesse. Dans le département de lEure, une présence et des ratios plus favorables dans le secteur médico-social et social. Solidarité du réseau quand il existe. 12

13 Une bonne partie des handicaps peut être retournée en atouts ou largement compensée. Cest notre objectif, avec lautorité de tutelle, en proposant une réorganisation, une reconstruction complète, une autre organisation départementale, des réseaux, des équipes mobiles, des campagnes de formations…. Par contre, ne peuvent être atténuées les problèmes liés : à la démographie médicale, aux difficultés de recrutement, Les difficultés de recrutement médical sont strictement parallèles à léloignement de la ville hospitalo-universitaire. Enfin, dans la logique des rapports ministériels, les petites équipes médicales éloignées ne sont plus viables à terme à la faiblesse des équipements sanitaires. Un seul CMP adultes par exemple pour les habitants du secteur de Vernon 13

14 Des points positifs Comment promouvoir, autant que faire ce peut, laccessibilité aux soins pour la population « dun territoire de santé » vaste, rural, où les moyens de communication ne sont pas toujours rapides et faciles ? Comment développer laccès aux soins dans ce contexte ? La réorganisation, la mutualisation des moyens, la mise en place déquipes mobiles, un travail en réseau nous ont permis de cheminer vers une réponse possible. 14

15 LAVENIR DE LHÔPITAL PSYCHIATRIQUE EN MILIEU RURAL (1) Aux problèmes communs de faible attractivité, vient sajouter le dilemme éloignement/éclatement en matière dhospitalisation à temps complet – activité qui mobilise le plus de moyens humains et financiers Conserver le site originel à EVREUX, cest à la faveur de léloignement et de la persistance de limage. 15

16 LAVENIR DE LHÔPITAL PSYCHIATRIQUE EN MILIEU RURAL (2) 16 Faire éclater les lieux dhospitalisation pour les rapprocher des habitants, ce serait prendre le risque, outre les oppositions, de créer des équipements difficilement viables (faible attractivité et faible rotation des personnels, difficulté de permanence médicale, surcoût déchelle). Il me semble néanmoins que dans ce cas, il y aurait nécessité de juxtaposer ces moyens aux hôpitaux de proximité de Verneuil, Bernay, Gisors, Louviers, Vernon.

17 Conclusion A la diversité des contextes et des besoins : une diversité des réponses organisationnelles. Pour ce qui est de lorganisation territoriale, dès lors que cela est possible, multiplication des structures ambulatoires et mise en place de réseaux. Dès que le service public de psychiatrie : a su adopter un dispositif qui le rapproche de la population et des autres structures sanitaires et médico-sociales, a su nouer avec les acteurs de terrain des liens, a su développer des échanges, il acquiert très rapidement une dynamique qui peut le rendre attractif. Cest notre pari de demain 17


Télécharger ppt "FHF 23 NOVEMBRE Prise en charge psychiatrique et ruralité 1."

Présentations similaires


Annonces Google