La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Activation du cluster nutrition Abidjan – 10 février 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Activation du cluster nutrition Abidjan – 10 février 2011."— Transcription de la présentation:

1 Activation du cluster nutrition Abidjan – 10 février 2011

2 2 PARTENARIAT Un partenariat solide et consistent entre les agences UN et les acteurs non UN (Got, ONG, OBC, etc.) COORDINATEUR HUMANITAIRE Fournit un leadership effectif, une coordination stratégique, une planification des priorités FINANCEMENT HUMANITAIRE Assurer un financement prédictible, rapide et flexible APPROCHE CLUSTER Assurer la capacité du secteur, la prédictibilité, laccountabilité, le leadership et la qualité de la réponse Les 3 piliers de la reforme humanitaire

3 3 Approche cluster: Pourquoi? IASC a adopté lApproche Cluster (AC) en septembre 2005 comme moyen de soutenir les objectifs de la reforme humanitaire LAC a été appliquée pour la première fois au Pakistan lors du tremblement de terre en octobre 2005 Lapproche et les principes du cluster/groupe sectoriel est maintenant applicable dans tous les pays, pour toutes les urgences nouvelles ou existantes

4 4 Principes de lapproche cluster Respect des rôles, responsabilités et mandats des différentes organisations. Reconnaitre la diversité des approches et des méthodologies parmi les membres des secteurs Le but est dêtre efficient, non bureaucratique et être inclusif Pour éviter les multiples réunions non focalisées Arriver à la complémentarité parmi les acteurs, autant que possible

5 5 Domaine technique Eau et AssainissementUNICEF NutritionUNICEF SantéOMS AbriHCR (conflit) IFRC (catastrophes naturelles) EducationUNICEF /SC-UK TransversalGestion des campsHCR (conflit) IOM (catastrophes naturelles) ProtectionHCR TransitionPNUD Services communs LogistiquePAM TélécommunicationsOCHA/PAM/UNICEF Les clusters qui étaient sans lead

6 6 Responsabilités des agences lead des clusters Développer des standards et des politiques, consolider les bonnes pratiques Bâtir la capacité de réponse globale – formation, capacité surge, le roster en stand-by et les stocks Apporter un appui opérationnel au niveau des pays: – Evaluation des besoins en renforcement des capacités – Planification de la préparation à lurgence – Expertise technique – Plaidoyer et mobilisation des ressources – Maximiser la complémentarité des partenaires Rendre compte au Coordonnateur de lAction Humanitaire

7 7 Responsabilités des responsables des clusters ou groupes techniques Définir les responsabilités et les accountabilités du secteur y compris les processus délaboration des plans de contingence. Etablir et maintenir les liens appropries avec les partenaires du gouvernement, la société civile et les autres partenaires présents. Identifier les priorités du secteur et assurer que les gaps dans la réponse sectorielle sont adressés. Promouvoir le partenariat, linclusion, les programmes conjoints, le respect de la diversité des mandats et des méthodologies. Rendre compte au coordonnateur humanitaire

8 premier Le gouvernement est le premier responsable de lorganisation de lassistance humanitaire lors dune catastrophe OCHA soutient la réponse humanitaire a travers: 1.La coordination de la réponse humanitaire 2.La gestion de linformation 3.Le Plaidoyer et la mobilisation des ressources Agence responsable du cluster (ARC) 1.Identification/Désignation du coordonnateur du cluster 2.Partenariat dans le Cluster 3.Appui a travers le GNC (Cluster Nutrition Global) Coordonnateur Cluster (CC) 1.Coordination la réponse sectorielle 2.Engagement avec le coordinateur humanitaire et les autres clusters QUI est responsable de QUOI?

9 9 Termes de référence du cluster – fonctions essentielles 1.Identification des partenaires clés 2.Etablissement /Maintenance des mécanismes de coordination 3.Planification et développement des stratégies 4.Application des standards 5.Monitoring et rapportage 6.Plaidoyer et mobilisation des ressources 7.Formation et développement des capacités

10 10 Conclusion Le but du cluster lead au niveau global: – Améliorer la préparation et la qualité de la réponse sectorielle a travers un leadership prévisible, laccountabilité et les standards Le but du cluster lead au niveau du pays: – Prédictibilité, accountabilités et le partenariat (gouvernement, les partenaires, les ONG, les OBC, etc.) – Analyse des ressources disponibles; division claire des rôles et responsabilités – Préparation et réponse renforcées à travers une coordination effective But: Réponse humanitaire Unifiée, efficiente, effective & coordonnée Pour plus dinformation, allez à

11 The project cycle Monitor Evaluate Report Plan, design Assess Implement Analyse Disaster Learning Redesign

12 Nutrition Cluster responsibilities contribute to inter-cluster IM coordination – e.g. Initial Rapid Assessment IM working group establish necessary systems and processes – e.g. using Global Nutrition tools and templates generate and share cluster specific information

13 Key messages Keep information demands to a minimum and linked to decisions Collect only what you need, when you need it, and in useful format Make information useful to others e.g. visual Get information out to people, i.e. available, accessible

14 14 Harmonisation des données de planification Zones (CNO? Sud? Abidjan) MAS (2%, 1.5%) MAM (8%, 9%) Facteur dincidence (1.5; 2) Couverture (40%, 50%, 70%)

15 15 Harmonisation des interventions PEC MAS PEC MAM Blanket feeding (zone, groupe dâge, type de suppléments nutritionnels, période, durée) ANJE (compléments nutritionnels, fiches conseils, groupes de soutien…) Communication pour le développement (messages; outils, fiches conseils, …)

16 16 Suivi et évaluation Suivi (données du dépistage actif, données des programmes) – fréquence, circuit Données qualitatives (sites sentinelles…) Enquêtes nutritionnelles (ou, quand)

17 Dépistage avec le périmètre brachial chez les enfants de 6-59mois Modéré mmNormal >125mmSévère <115mm BO Total _____3Total _____2Total _____1 Si lon ne connait pas lâge de lenfant, prendre la taille avec un bâton (de 65 a 110cm). Dans les populations ou la malnutrition chronique >30%, dépister avec un bâton de 63 a 108cm. Si lenfant présente des œdèmes bilatéraux, mettre OB dans un cercle dans la catégorie des sévères Nombre Normaux _____Nombre Modérés_____Nombre Sévère _____ Nombre Œdème _____ Noter: Noms du site de collecte, date et équipe

18 18 Suivi des admissions par semaine Nom de lONG Nom du Centre/Hopital District sanitaire Région sanitaire UNT UNTA CNS Nouvelles admissions Par SMS ou sur internet (Groupe Google)

19 19 Rapport Mensuel

20 Reunion de consensus (1) ADMISSIONS Nouvelles admissions Réadmissions Rechutes Transfert-in

21 Reunion de consensus (2) SORTIES UNTA/CNS Guéris Décès Abandons Transfert-out Non-répondants UNT Déchargés avec succès Décès Abandons Non-répondants /Transfert- médical

22 Reunion de consensus (3) Informations additionnelles Gain de poids moyen (au moment évaluation/audit) Durée moyenne de séjour (au moment évaluation/audit)

23 23 Etapes suivantes Intrants Ressources humaines Formation Mobilisation des ressources financières Autre…


Télécharger ppt "Activation du cluster nutrition Abidjan – 10 février 2011."

Présentations similaires


Annonces Google