La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réunion 2 du groupe dexperts 2 mai 2012 – 13h30 P RÉVENTION DES ADDICTIONS EN MILIEU SCOLAIRE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réunion 2 du groupe dexperts 2 mai 2012 – 13h30 P RÉVENTION DES ADDICTIONS EN MILIEU SCOLAIRE."— Transcription de la présentation:

1 Réunion 2 du groupe dexperts 2 mai 2012 – 13h30 P RÉVENTION DES ADDICTIONS EN MILIEU SCOLAIRE

2 Organisation de la séance 2 1.Reprise de la synthèse de la première réunion : 1.Avis sur les recommandations identifiées en groupe 2.Avis sur les recommandations présentes dans le document V1 et non abordées en réunion 3.Quelles sont les recommandations prioritaires selon vous ? 2.Méthodologie du projet 1.Choix des porteurs de projets interrogés 2.Mode dinterrogation : questionnaire en ligne 3.Nature des questions posées 3.Proposition pour la troisième rencontre : le 12 juin 1.Présentation du questionnaire préparé par le CIRDD et amendement/validation 2.Dates de consultation des porteurs de projets 3.Mode danalyse des questionnaires complétés Prévention des addictions en milieu scolaire 2

3 Critères liés au contexte scolaire et aux freins 1.La politique de santé dans l'Education nationale est une politique de promotion de la santé. La prévention n'est pas exclue de ce concept. C'est une partie intégrée, avec léducation à la santé et la protection. Mais cela reste théorique, dans la réalité du fonctionnement des établissements, la promotion de la santé reste souvent une coquille vide. 2.Des interventions trop globales sont contre productives. 3.Il ny a pas duniformités des pratiques de prévention dans les établissements scolaires 4.Il faut assurer le financement des actions 5.Le discours de la peur ne fonctionne pas. Pourtant, la prévention par la peur, ou par le témoignage sont valorisés, alors que ce sont des stratégies complexes. Lappel à la peur ou le témoignage visent à faire changer de comportement. La prévention primaire ne cherche pas à modifier le comportement. 6.On constate une faible implication des enseignants, un manque de temps 7.Les parents ne simpliquent pas sur cette question des conduites addictives, ne soutiennent pas ces actions. 8.Les actions ne répondent souvent quà une situation de crise 9.Le repérage précoce peut représenter un danger, car il peut fixer une pathologie à un âge où le jeune est encore en développement. Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 3

4 Critères de qualité liés aux modalités dintervention (1) 1.Il est nécessaire davoir une répartition lisible des intervenants, de différencier les intervenants/interventions de prévention primaire / prévention secondaire. 2.Il est nécessaire davoir une vision plus systémique, de chercher à agir sur des déterminants de santé (volet culturel, écologie, citoyenneté, qualité de vie ?) plus que sur la réduction des risques. 3.Il est utile de travailler globalement sur la prévention des risques : addictions, suicides, décrochage scolaire. 4.La prévention est laffaire de tous. Il faut travailler ensemble en multipartenariat avec des structures extérieures et monter des actions en partenariat (école, soins). Il est nécessaire de travailler en milieu scolaire et hors scolaire. Inscrire le travail au niveau dun territoire est important ainsi que le travail en cohérence avec un réseau de territoires. 5.Travailler dans la durée et ne pas faire dactions ponctuelles est indispensable. 6.Les premiers acteurs de prévention sont les familles. Il est plus efficace de mobiliser les familles sur des éléments positifs de fonctionnement de lécole. 7.Les intervenants doivent être pertinents. Les infirmières scolaires sont de bons relais. Les adultes doivent se rendre disponibles sur cette question. Il est important de donner une formation commune aux différents intervenants de prévention. Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 4

5 Critères de qualité liés aux modalités dintervention (2) 1.Prendre en compte lenvironnement de lécole et le contexte scolaire est indispensable, car les décisions prises doivent être collectives. Sappuyer sur les CESC permet de bien définir les contours et la méthode du projet. Sappuyer sur le socle commun de connaissances et de compétences (piliers 6 et 7) permet dintégrer les actions dans les programmes. 2.Limplication du chef détablissement et de la hiérarchie est indispensable. Limplication des enseignants également tout comme la formation des équipes éducatives (enseignants…). 3.Les programmes doivent être évalués. On manque de preuves de lefficacité des interventions. 4.Il faut utiliser des stratégies de transfert de connaissances et de compétences pour permettre aux acteurs de sapproprier les critères de qualité. 5.Concernant le contenu des interventions, il est nécessaire de réfléchir sur les normes sociales, les influences sociales et dutiliser des outils adaptés qui fonctionnent avec des méthodes interactives. Le repérage précoce, en utilisant des outils de repérage adaptés permet dorienter vers le soin si nécessaire. 6.Concernant la population, il est indispensable dintervenir de manière précoce, à des moments clés (liaison CM2/6è, 3è, 2 nde …) en ciblant lâge scolaire plus que le milieu scolaire. Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 5

6 Critères de qualité liés aux modalités dintervention (3) : Viser le développement/lacquisition de compétences psychosociales 1.Savoir résoudre des problèmes – savoir prendre des décisions 2.Avoir une pensée créatrice - avoir une pensée critique. 3.Savoir communiquer efficacement - être habile dans les relations interpersonnelles 4.Avoir conscience de soi - avoir de l'empathie pour les autres. 5.Savoir gérer son stress - savoir gérer ses émotions. Il semble que ces compétences ne durent pas dans le temps, à moins de les coupler avec des pratiques déducation parentales pour améliorer la communication familiale. Cette pratique nest pas contre- indiquée mais elle ne donne pas de résultats optimaux. (Myriam Laventure – Université de Sherbrooke – Québec – 2012 ). Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 6

7 Autres critères repérés dans le document transmis et non abordés durant les échanges 1.Partir des connaissances, représentations, besoins, intérêts des jeunes, de leur période de développement en fonction de leur âge (phase précoce, sessions de rappels). Adapter les actions à leur contexte de vie. Adapter les actions au genre. 2.Développer des programmes dassistance scolaire 3.Se baser sur une théorie sous-jacente 4.Viser la cohérence avec les politiques publiques et avec les acteurs du soin 5.Impliquer des médiateurs et des pairs 6.Tenir compte de la nécessité de réduire les inégalités sociales de santé en ciblant les populations les plus à risque. 7.Miser sur des actions collectives pour les jeunes en général avec des actions individuelles pour les jeunes à risque (parents ayant un risque alcool, désordres comportementaux, faibles performances scolaires, agressivité, délinquance) Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 7

8 Autres critères repérés dans le document transmis et non abordés durant les échanges 1.Ne pas faire de la seule transmission dinformation 2.Ne pas tenir de propos moralisateurs 3.Ne pas faire appel à la peur sans messages de solution et de renforcement des capacités dagir 4.Ne pas faire appel aux témoignages de vie sur un registre purement émotionnel 5.Ne pas penser que les pénalités légales seules peuvent régler le problème 6.Ne pas faire appel à la police seule Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 8

9 Freins identifiés 1.Les professionnels de lécole ne sont pas formés au dépistage et à lintervention brève, 2.Lécole ne reconnait pas réellement les dangers des consommations de substances psychoactives, 3.Les jeunes les plus à risque simpliquent moins car les exigences de lécole ne sont pas assez fortes sur cette question, 4.Le manque de preuves de lefficacité des interventions. Les effets sont difficiles à mesurer à cause des limites méthodologiques des études réalisées (pas dévaluation, pas dappuis sur des données scientifiques). Les évaluateurs sont souvent des développeurs de programmes et non des chercheurs indépendants, 5.Les différences de représentations chez les personnels rencontrés, 6.Les difficultés de mise en œuvre des recommandations, 7.Le manque dévaluation : pas dusage dindicateurs de prévention, des actions construites à partir de simples échanges, dintuitions. Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 9

10 Leviers existants 1.Besoins de recommandations, 2.Besoin de soutiens (associations de parents délèves, Inspections académiques et direction départementale de lenseignement catholique), 3.Implication du personnel de létablissement et parfois des élèves, 4.Engagement de la direction, 5.Inscription dans le projet détablissement, 6.Temps accordé, 7.Partage de la thématique avec dautres thèmes de santé. Possibilités dactions concrètes 1.Développer des activités culturelles, artistiques, sportives 2.Développer le tutorat et les apprentissages coopératifs 3.Développer les sorties inter élèves et enseignants, 4.Sappuyer sur des commissions de suivi Prévention des addictions en milieu scolaire Synthèse de la réunion 1 10

11 Méthodologie du projet (échange de la réunion 1) 1.La prévention des addictions est-elle la bonne appellation ? Ne pourrait-on pas plutôt parler de prévention des consommations, de prévention des comportements à risque ? Il est important de bien définir les concepts de prévention des addictions et de promotion de la santé 2.Il faut sassurer de la légitimité de lécole pour adopter une stratégie de prévention des addictions 3.La construction de la citoyenneté à lécole est un des éléments dont il faut tenir compte. 4.Il faut viser les comportements sans cibler les produits, cela permet de parler de lalcool, des drogues, des jeux vidéo, des produits dopants… 5.La consultation semble une proposition intéressante, à condition quelle soit opérationnelle et réellement démocratique. Il serait bien dinterroger des porteurs de projets au-delà du scolaire : le réseau Maisons Familiales et Rurales, les Chambres de commerce et dindustrie pour lapprentissage, les fédérations sportives, les associations qui interviennent bénévolement, et de sappuyer sur les réseaux des associations de prévention pour la consultation des porteurs de projets. Prévention des addictions en milieu scolaire 11

12 Méthodologie du projet 1.Interroger les porteurs de projet : choix des porteurs ? Porteurs de projets financés par des fonds publics : – ARS et ou MILDT (Anpaa, IREPS, Liberté couleur… ) : 9 porteurs de projets selon les données – Conseil régional (structures de prévention et lycées publics, privés, agricoles, maritimes) : une soixantaine de porteurs de projets financés – Collèges publics, privés, agricoles Hors scolaire – Associations sportives – Maison des jeunes 2.Modalités dinterrogation des porteurs de projet – Questionnaire en ligne – Questions posées et formulation Prévention des addictions en milieu scolaire 12

13 Exemple de question posée De nombreuses publications scientifiques récentes démontrent que linitiation et/ou lentrée en consommation précoces (avant 15 ans) augmentent les risques dusages problématiques ultérieurs. Il apparait donc important que les actions de prévention débutent avant 15 ans. Quelle priorité donnez-vous à cette recommandation cochez une case (n°1 très important à n°3 moins important) n° 1n° 2n° 3 Appliquer cette recommandation semble-t-il possible pour vous ?ouinon pour votre structure de rattachement ?ouinon De quels éléments vous ou votre structure auriez-vous besoin pour appliquer cette recommandation ? Formation Outils adaptés à cette population des moins de 15 ans Partenaires, les quels : Soutien financier Soutien hiérarchique Soutien administratif Prévention des addictions en milieu scolaire 13

14 Exemple de question posée De nombreuses publications scientifiques récentes ont montré que les actions de prévention des addictions étaient plus efficaces si elles étaient collectives pour la population en général et plus individuelles pour des jeunes à risque (parents ayant un risque alcool, désordres comportementaux, faibles performances scolaires, agressivité, délinquance) Quelle priorité donnez-vous à cette recommandation cochez une case (n°1 très important à n°3 moins important) n° 1n° 2n° 3 Appliquer cette recommandation semble-t-il possible pour vous ?ouinon pour votre structure de rattachement ?ouinon De quels éléments vous ou votre structure auriez-vous besoin pour appliquer cette recommandation ? Formation Outils adaptés à la population à risque Partenaires, les quels : Soutien financier : Soutien hiérarchique Soutien administratif Prévention des addictions en milieu scolaire 14

15 Exemple de question posée Les élèves nont pas tous le même niveau de connaissance, ni les mêmes représentations, ou besoins et intérêts. Pour être efficaces, les actions doivent sadapter ces différences et prendre en compte leurs contextes de vie et leur genre (garçons ou filles). Quelle priorité donnez-vous à cette recommandation cochez une case (n°1 très important à n°3 moins important) n° 1n° 2n° 3 Appliquer cette recommandation semble-t-il possible pour vous ?ouinon pour votre structure de rattachement ?ouinon De quels éléments vous ou votre structure auriez-vous besoin pour appliquer cette recommandation ? Formation Outils adaptés à ces populations Partenaires, les quels : Soutien financier : Soutien hiérarchique Soutien administratif Prévention des addictions en milieu scolaire 15

16 Prévention universelle Jeunes : accroitre les compétences, la capacité à résister à la pression des pairs, le respect de soi et de lautre Méthode : enquêtes, cours, jeux, débats, jeux de rôle, vidéos, activités extérieures Famille : consolider les liens, améliorer les fonctionnements, réduire le stress, résoudre les conflits, développer lempowerment parental, les règles de vie commune, la communication intra-familiale Méthode : apport dinformation, discussions, participation à des activités Contenu : sentiment dappartenance, attachement à des valeurs positives, travail sur les représentations, limage de soi, les réponses alternatives, réflexion sur la notion de responsabilité, de risque, de norme, de projet de vie Prévention sélective Prévenir lusage de drogue chez des adolescents à risque, renforcer les liens entre jeunes et adultes, favoriser limplication positive dans la communauté Méthode : stratégies dintervention multimodales, association dactions de prévention et de règlements communautaire, mentoring Contenu : développement de compétences personnelles, capacité à identifier les problèmes et à demander de laide, renforcement de la résilience, travail avec les familles, travail avec lenvironnement (quartier) Prévention indiquée Prévenir le passage de lusage à labus, diminuer la souffrance psychique, promouvoir les comportements pro-sociaux et réduire les comportements anti-sociaux Méthode : établissement de partenariat autour des jeunes, interventions dans le réseau social des jeunes (pairs, milieu scolaire, quartier), approche à la fois individualisée et globale Contenu : création dun contexte favorable au développement dune culture positive partagée entre pairs, développement du coping, de lestime de soi et du contrôle de soi, développement des capacités dexpression, soutien des familles Prévention des addictions en milieu scolaire 16 Daprès une présentation de Christine Ferron à la Fondation de France, 2006

17 Promotion de la santé ( Downie et Tannahil ) Prévention des addictions en milieu scolaire 17 Environnement et climat favorable, accueil de tous les élèves Travail spécifique sur les comportements générateurs déchec (violences, conduites à risque) Développement de connaissances, capacités et attitudes chez les élèves

18 Didier Jourdan ( Education à la santé : quelle formation pour les enseignants ) Prévention des addictions en milieu scolaire 18

19 Promotion de la santé et prévention ( Education santé - VANDOORNE C ) Prévention des addictions en milieu scolaire 19

20 Modèle conceptuel de prévention et de promotion en santé mentale (retenu par lInstitut national de santé publique du Québec IUHPE- 2008) Prévention des addictions en milieu scolaire 20


Télécharger ppt "Réunion 2 du groupe dexperts 2 mai 2012 – 13h30 P RÉVENTION DES ADDICTIONS EN MILIEU SCOLAIRE."

Présentations similaires


Annonces Google