La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les origines de lanthropologie visuelle Aspects positivistes de limage filmique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les origines de lanthropologie visuelle Aspects positivistes de limage filmique."— Transcription de la présentation:

1 Les origines de lanthropologie visuelle Aspects positivistes de limage filmique

2 Les images dans les sciences du IX siècle Tradition daccompagner les descriptions et les observations par des images Illustration des argumentations avancées Valeur de donnée objective, de preuve Deux fonctions: capacité délargir la communication des idées; fonction de preuve objective

3 La prétendue objectivité du document iconique Liée à limportance de la vision dans le processus de constitution de la pensée: on est amené à croire que ce que lon voit est vrai Limage aurait un rapport plus étroit avec la réalité que la description verbale La croyance en lobjectivité des images a motivé les scientifiques à les utiliser dans le processus de la recherche

4 La description du réel en anthropologie Lanthropologie comme science a besoin de descriptions du réel Les descriptions rendent possible la science, donc les modalités de description sont importantes Selon la conception positiviste, les descriptions doivent être objectives, sans distorsions La description verbale contiendrait des jugements de valeur, des interprétations Limage visuelle est considérée comme plus réelle

5 Premières utilisations de limage en anthropologie: la photographie La photographie est plus ancienne que le cinéma Utilisée pour lanalyse de la physionomie, des émotions au travers des mimiques du visage Darwin: étude de linteraction entre la biologie de lhomme et sa culture

6 Darwin et la photographie A largement utilisé la photo dans ses études sur lexpression des émotions A ouvert la voie aux photos en tant que registrations objectives du comportement non- verbal Méthode de récolte et danalyse de données à intégrer dans le processus dobservation Lun des premiers à utiliser les photos comme éléments essentiels de la méthode hypothético- déductive

7 Linvention du cinéma Linvention du cinéma permet la description et la compréhension du mouvement Officiellement le cinéma est né en 1895, avec les Frères Lumière Pour les sources historiques, son invention est plus ancienne Il est le résultat de 50 ans dexpérimentations de la part de scientifiques qui cherchaient des méthodes pour reproduire le mouvement et accroître la valeur de leurs observations

8 Les précurseurs du cinéma Joseph Plateau découvre en 1933 le principe du cinéma dans ses études sur la perception: une image en mouvement à partir dimages fixes présentées à lœil de manière rapide Muybridge, un photographe scientifique, qui étudie la locomotion des animaux Marey, un physiologiste, qui étudie la locomotion des animaux et des humains

9 Muybridge, la première expérimentation Célèbre pour avoir réalisé pour la première fois une documentation de la position des pattes du cheval pendant le trot et le galop Avec 28 appareils photos le long dune piste, il obtient une séquence dimages à 1/25 sec. La première méthodologie sur lutilisation de la photographie en série dans la recherche scientifique sur le mouvement

10 Marey, linvention du chronophotographe Invente dabord le fusil photographique, ensuite le chronophotographe, qui utilise une pellicule La première séquence dimage en mouvement Pour Marey, le cinéma est essentiel pour la recherche car il supplie à la limitation des sens et du langage verbal Invention du cinéma en tant quinstrument de la recherche scientifique, 7 ans avant les Frères Lumières

11 Regnault, les origines du cinéma ethnographique En 1895, il montre une série dimages réalisées en studio illustrant 3 Africains du Sénégal qui assument une position de repos Etude comparative de cette technique du corps auprès de ces populations, étude de la physiologie propre à chaque culture Il réalise plusieurs travaux sur la locomotion des populations africaines et des gestes de la culture matérielle

12 La contribution de Regnault Contribution théorique importante sur le lien entre recherche anthropologique et cinéma Le cinéma comme instrument objectif dobservation et danalyse du comportement, du rituel, des interactions La seule manière de disposer de documents objectifs, donc il est nécessaire de sen servir Création darchives cinématographiques dans les musées ethnographiques pour létude comparée des mouvements et des cultures des populations

13 Les Archives de la Planète Albert Kahn: initiative visant à recueillir une documentation visuelle sur tous les peuples de la planète Réalisation de films et photos selon des standards établis: coutumes, architecture, vêtements, moyens de communication,... Deux objectifs: archiver des comportements en voie de disparition; mise à disposition des chercheurs pour étudier les observations sur le patrimoine évolutif.

14 Haddon, la première caméra sur le terrain Développement de la méthode dobservation directe sur le terrain, importance du contact prolongé avec la population étudiée Expédition dans les Iles de Torres: récolte de données basées sur les photos et les films Ont été relevés: anthropologie physique, organisation sociale, rituels, vie quotidienne, culture matérielle... Premier exemple dintégration entre recherche anthropologique sur le terrain et cinéma

15 Poch, Spencer Collègues de Haddon, suivent son exemple dans leurs études sur le terrain Poch utilise la caméra dans ses expéditions en Afrique, et contribue à la création darchives en Allemagne Spencer utilise la caméra auprès de Aborigènes, et filme les rituels, la vie quotidienne. Il remarque le premier les distorsions induite par la présence de la caméra

16 Boas aux Etats-Unis Contribue largement à la légitimation du cinéma dans la recherche anthropologique aux Etats-Unis Nécessité de baser les interprétations sur des faits objectifs: les photos et les films Sa méthode: abstraire les comportements de leur contexte pour les enregistrer et les analyser Le but: cueillir des modèles culturels assez forts pour perdurer en dehors du contexte social Séquences tournées pour être analysées et non pas pour être montrées au public

17 Le consensus sur lutilisation des images au début du XX siècle Nécessité des images en tant que données objectives pour lobservation et lanalyse des comportements Importance des images en tant quarchives de la mémoire des cultures en voie de disparition Les réflexions sur la méthodologie sont encore rares à cette époque Lidée du film en tant que narration de la recherche communicable nest pas encore contemplée

18 Mead et Bateson Première formulation explicite dune méthode sur lutilisation des images dans la recherche anthropologique basée sur la méthode hypothético-déductive Ils ont produit, lors de leur célèbre étude sur le caractère balinais, le corpus le plus important de documentation visuelle, photos et films, de lhistoire de lanthropologie visuelle: photos et 6000 mètres de pellicule

19 Létude de 36 sur le caractère balinais Etude du lien entre lorganisation sociale et le type de tempérament Mise en évidence dune typologie des comportements selon les situations sociales Utilisation des images pour les exigences de la recherche, focalisée sur lenregistrement du comportement non-verbal Insatisfaction avec les méthodes verbales de description des phénomènes pour décrire le comportement non-verbal porte à lutilisation des images

20

21 Une méthode pour élargir lobservation Méthode visuelle: élargir le vocabulaire verbal, considéré comme imprécis pour décrire les émotions, les gestes, les postures, les interactions, la danse, … Le langage verbal dune culture nest pas adapté pour décrire une autre culture (biais) Observation basée sur différents médium de communication: photo, film et description verbale, qui se complètent mutuellement et permettent une description plus précise

22 Une méthode de description précise et globale Une forme denregistrement qui comporte linterconnexion de la totalité de lexpérience, préserve la simultanéité de lévénement Enregistrer les détails complexes de linteraction non-verbale au travers des films, photos et en extraire des connexions signifiantes Méthode: filmer, photographier et associer la prise de note verbale correspondante

23 Les images en tant quinstrument denregistrement Images en tant que forme de description, données dobservation Elles ne prouvent pas une hypothèse Elles suggèrent une hypothèse générale Elle provoquent des tests supplémentaires de lhypothèse, dans le cadre de la méthode hypothético-déductive

24 Les limites techniques de lépoque Leur méthode basée sur les photos, le film et le langage verbal aurait nécessité une publication basée sur les 3 médiums Ouvrage Balinese Character: A Photographic Analysis comprend exclusivement des photos et des textes Bateson: déception pour ne pas pouvoir associer les trois médiums dans le livre, car le film aurait pu décrire de manière plus précise les comportements en mouvement (ex. danse, transe)

25 Les films de Bateson et Mead Montés plus tard, découverte de la fonction du film en tant que narration communicable 52: The character formation in different cultures 78: Learning to dance in Bali Dans les années 30: la fonction du film était centrée sur sa valeur en tant que méthode dobservation et denregistrement pour lanalyse scientifique Après les années 50: fonction en tant que narration et document pour la mémoire des comportements en voie de disparition

26 Mead: Lanthropologie visuelle dans une discipline verbale, 1979 Accorde une grande importance au film dans la recherche Deux fonctions: récolte de données fiables et analysables, et conservation des comportements en voie de disparition Regrette la difficulté de trouver de fonds dans le milieu académique pour réaliser des films Identifie 3 raisons principales: coût élevé, tradition de lanthropologie en tant que discipline verbale, idée que la réalisation du film demande une habilité particulière (importance de la formation)

27 Méthode subjective et objective Pour contrer lidée que lenregistrement filmique a un caractère sélectif et subjectif, elle identifie limportance de la manière de filmer Conception positiviste: pour éviter la subjectivité fixer la caméra au même endroit, pour éviter lintervention du chercheur et les distorsions induites par la présence de la caméra Un film pour la science doit être basé sur une méthode contrôlée et systématique de filmer (longues séquences, plan fixes)

28 Distinction du film ethnographique Etablit une distinction entre le film ethnographique pour la science et le film à la mode Distinction basée sur la manière de filmer (une caméra fixe est plus objective quune caméra qui se déplace) Importance pour les chercheurs positivistes détablir des règles pour distinguer les films pour la science des films documentaires

29 Marcel Griaule Elève de Mauss, créateur de lanthropologie sociale, utilise en 38 le film en tant quinstrument de recherche auprès des Dogon du Mali (film: Au pays des masques noirs réalisé par le chercheur en collaboration avec un opérateur) Réalise la 1ère thèse de doctorat Masques Dogon accompagnée par un document audiovisuel (disque et illustrations tirées du film) Lune des premières contributions théoriques sur le film ethnographique

30 « La photographie et le cinématographie sont des procédés denregistrement de premier ordre dans la recherche ethnographique. Il est évident quils aident à une présentation objective des sociétés étudiées et quils sont au plus loin des approximations conjecturales que fournit par exemple le texte écrit, quil émane dun historien, dun témoin ou dun ethnographe. Photographie et cinématographie employées par des chercheurs de bonne foi donnent le moyen détablir les documents les plus indépendants et les plus impartiaux du système dinvestigation ethnographique. Ils établissent le document figuré par excellence. Le document photographique est une pièce authentique, un témoin indépendant dont la valeur est la conséquence des propriétés physiques et chimiques utilisées pour sa création. Lémulsion fournit une image totale quaucune mémoire ne saurait reconstituer. Ce qui a été dit pour la photographie est valable pour la cinématographie, mais cette dernière technique aboutit à la création dun document qui est incomparablement plus détaillé et vivant que la photographie. » (Griaule, 1957)

31 La contribution théorique de Griaule Cite le film parmi les techniques de la méthode ethnographique Importance du film en tant quarchive pour la mémoire des cultures et pour la recherche Importance du film dans léducation des étudiants et du public Distingue le film à létat brut, ayant une valeur de donnée pour lanalyse scientifique et larchive Et le film monté, destiné à lenseignement et au public

32 Trois fonctions du film ethnographique selon Griaule 1. Le film a une valeur darchives à laquelle on se réfère comme à une fiche ou à un objet; 2. Le film constitue un moyen extrêmement efficace denseignement pour la formation des spécialistes se destinant à la recherche ethnographique; 3. Dans un sens plus large, il contribue à lenseignement public et constitue dans certains conditions une œuvre dart.

33 Le film ethnographique Pour Griaule, le film ethnographique est un document exact se rapportant à des phénomènes originaux non reconstitués Dans lenquête de terrain, il faut envisager autant les données filmiques brutes servant à lanalyse scientifique… … que la réalisation dun documentaire pour lenseignement des étudiants et du public, éventuellement en collaboration avec un cinéaste Les documentaires public doivent conjuguer des critères scientifiques (exactitude) et artistiques (aspects esthétiques et formels du cinéma)

34 Articulation entre science et art « Les documentaires publics donnent une idée plus juste de lobjet observé que le film à létat brut. Cest là le rôle intéressant de lart en ce domaine. Il restitue une réalité exacte. Autrement dit, le détail judicieusement choisi et encadré est plus évocateur de l'atmosphère réelle que le document pur et simple, avec ses longueurs inévitables qui noient latmosphère » (Griaule, 1957)

35 Le film en tant que narration La distinction opérée par Griaule entre film brut et monté, cest-à-dire entre donnée dobservation et documentaire introduit une nouvelle fonction du film ethnographique Le film est envisagé aussi en tant que narration communicable destinée au public et non seulement en tant que enregistrement pour lanalyse scientifique Début de naissance dune doctrine du film ethnographique, qui exige des règles pour ne pas être confondu avec dautres genres de cinéma

36 La contribution de Leroi- Gourhan Publie en 1948 un essai célèbre Le film ethnographique existe-t-il? Développement important de films qualifiés de voyage réalisés par des voyageurs dans les pays exotiques sans motivation scientifique Le propos est détablir la frontière entre films ethnographiques et films de voyage, en distinguant 3 genres de film auxquels lappellation de film ethnographique pourrait sappliquer

37 Trois genres de film ethnographique 1.Le film de recherche, moyen denregistrement scientifique 2.Le film documentaire public ou film dexotisme, qui relève du film de voyage 3.Le film de milieu tourné sans intention scientifique, mais qui prend une valeur ethnologique par exportation

38 Contribution du film de recherche pour la science Deux types de film de recherche: notes cinématographiques (pour lobservation et lanalyse scientifique); film organisé (susceptibles dintéresser le grand public) Film organisé: grand potentiel pour lenseignement (description de la culture globale ou dun aspect de la culture) Importance que le chercheur soit le réalisateur Introduit une initiation technique au cinéma au Centre de formation aux recherches ethnologiques du Musée de lHomme à Paris

39 Contribution du film de voyage pour la science Aucune valeur scientifique Falsification de la réalité Large usage de commentaires sans valeur scientifique, aspects spectaculaires Choix dimages qui ne correspondent pas à la réalité des faits observés, choisies pour leur valeur spectaculaire

40 Contribution du film de milieu pour la science Documentaires réalisés par des cinéastes non- scientifiques Tournés sans prétention scientifique mais qui montrent avec honnêteté une réalité sociale ou culturelle donnée Information honnête, soucieuse de la réalité: valeur scientifique par exportation, films destinés aux étudiants et au public Ce qui différencie le film avec et sans valeur scientifique nest pas la méthode mais le contenu, plus ou moins proche de la réalité

41 Naissance du Comité du film ethnographique à Paris Né en 1952 sous linitiative de Leroi- Gourhan et Jean Rouch, qui tourne à cette époque ses premiers films qui allient exigences scientifiques et esthétiques Le comité présente en 1957 un rapport détaillé sur le cinéma dans lenquête ethnographique et dans lenseignement de lethnographie

42 Le rapport sur le cinéma: observation Valeur du cinéma en tant que méthode dobservation et denregistrement, étant donné son objectivité Surestimation des pouvoirs dobjectivation de la caméra, machine perfectionnée pour enregistrer le réal (cf. Ciné-Œil de Vertov) Importance pour lenregistrement du monde des gestes, artisanaux, artistiques, expressions, tous aspects qui échappent à la prise de note verbale

43 Rapport sur le cinéma: enseignement Valeur essentielle du cinéma dans lenseignement de lethnographie Permet de voir et entendre des hommes vivants - et cela en illustration à une leçon donnée- ce qui est un avantage inestimable Accent sur la valeur du sentiment de participation à la vie des autres hommes que le film suscite, et qui renforce la communauté et linter- compréhension entre hommes de diverse culture

44 Valeur pédagogique du cinéma Les réflexions sur la valeur pédagogique du cinéma sont développée en particulier par lanthropologie visuelle allemande (Institut de cinématographie scientifique de Göttingen) Emphatise la double validité du film ethnologique pour la recherche et pour lenseignement Lidée du film en tant que narration communicable au public sintensifie Attention aux qualités esthétiques et formelles du film pour éduquer et intéresser le public, sans préjudice pour les aspects scientifiques

45 Trois règles pour le film scientifique pédagogique 1.Le film scientifique doit être uni-conceptuel, présenter un seul sujet (technique, trait culturel, événement), et de brève durée, compatible avec le cours 2.Pas de narration orale ni sous-titres envisagés comme éléments perturbateurs; accompagné par un texte à part qui donne les informations sur le contexte 3.Attention particulière aux phénomènes dans lesquels le mouvement est important

46 Idéologie sous-jacente Unifier lidée de film scientifique, règles qui sappliquent à lethnographie, médecine, biologie ou tout autre discipline qui désire utiliser le film Pour respecter lobjectivité du film, éviter lintervention explicative verbale, donc attribution dun caractère objectif au film et subjectif au texte Pas de référence méthodologique sur les problèmes spécifiques rencontrés dans les divers contextes dobservation

47 Classification des films scientifiques Trois catégories: film de recherche, de documentation scientifique et film didactique Le film didactique, à la différence des autres, doit conjuguer critères scientifiques et esthétiques/formels empruntés au langage du cinéma Lien entre art et science, ou art au service de la science

48 Règles techniques Film scientifique envisagé en tant que donné substitutive de la réalité Pour quil puisse remplir la fonction de deuxième réalité, il est estimé essentiel détablir des règles techniques sur quoi et comment filmer Exemples de règles techniques

49 Absence de réflexion sur les dynamiques relationnelles Les règles concernent essentiellement des critères techniques sur quoi et comment filmer Manque de référence aux dynamiques relationnelles entre chercheur-cinéaste et personnes filmées Cest aussi le cas des autres méthodes passées en revue, centrée essentiellement sur limportance du document filmique en tant que donnée substitutive de la réalité

50 Conception positiviste du film ethnographique Film en tant que récolte de données (recherche), mémoire des cultures en voie de disparition (archives), enseignement (communication) La caméra est en mesure denregistrer le réel de manière plus fidèle que le langage verbal Réduire le plus possible les distorsions induites par la présence de la caméra et de lobservateur Rapport vertical entre observateur et observé Au nom de lobjectivité du document filmique, on objective lhomme, en le rendant un objet passif dune observation extérieure, du haut vers le bas


Télécharger ppt "Les origines de lanthropologie visuelle Aspects positivistes de limage filmique."

Présentations similaires


Annonces Google