La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES EN PSYCHIATRIE Nadira COULEUVRIER Corinne BARTOLI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES EN PSYCHIATRIE Nadira COULEUVRIER Corinne BARTOLI."— Transcription de la présentation:

1 LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES EN PSYCHIATRIE Nadira COULEUVRIER Corinne BARTOLI

2 Nos patients ?

3 Diverses indications: Anxiété et épisode confusionnel Trouble de lhumeur, trouble délirant Sujet suicidaire et autre conduites autodestructrices Trouble du sommeil Démence et troubles psychiatriques intriqués à des affections neurologiques Trouble du comportement : sexualité, alimentation, usage de linstitution, hétéro-agressivité……

4 Le service de psychiatrie du sujet âgé Hôpital Charles Foix, depuis 1978…. Le service nest pas sectorisé, pas dhospitalisation sous contrainte. Comprend 3 unités de soin 2 Unités ambulatoires : Consultation médico-psychologique Hôpital de Jour 1 Unité dhospitalisation aiguë : U.P.G de 20 lits : DMS= 45 jours, ouverte uniquement de 13h à 19h Pratique « la psychiatrie de liaison » Participe à « la consultation mémoire » Propose son expertise et expérience au CLIC7 : «commissions complexes » Perspectives : Développement de lambulatoire par une consultation située dans la ville Partenariat avec les structures dhébergement des personnes âgées

5 Organigramme – Service de Psychiatrie du sujet Agé Hôpital Charles Foix 7 Av de la république Ivry Sur Seine – Tél – Fax : Dr J. PELLERIN Chef de service H.D.J Dr B. TOUVEREY (psy. responsable) 1 psychologue 2 IDE 3 Aides soignant 1 ergothérapeute U.P.G Dr C. PINQUIER (psy. responsable) 1 interne 1 gériatre 2 psychologues 7 IDE 12 Aides soignant 1intendant 2 Agents Hospitaliers Consultation médico- psychologique 4 psychiatres 2 psychologues 3 IDE 1 Secrétaire médical Me H. GEORGIOU Cadre de santé Melle L. BOURNAZEL Secrétaire médicale Me J. FRUGERE Assistante Sociale

6 Une équipe pluridisciplinaire mais surtout une réponse individuelle Montaigne écrivait: « nous ne somme que des hommes, et nous tenons les uns aux autres que par la parole » Divers espaces de parole : – Réunion Soignant-soigné ( Lundi) – Staff entrée-sortie ( Mardi) – Réunion clinique appelée réunion de synthèse ( Jeudi) – Espace clinique des groupe ( vendredi) – Divers: conseil de service, réunion thématique, rencontres informelles, réunion dencadrement Travail délucidation de la pratique quotidienne, de remobilisation du sens, la rupture avec certaines représentations

7 Le rôle propre infirmier : textes de loi Le dernier décret infirmier du 24 juillet 2004 : regroupe les actes et règles professionnels... – spécificité de la prise en charge dans le domaine de la santé mentale linfirmier accomplit les actes et soins suivants : 1.Entretien d'accueil du patient et de son entourage ; 2.Activités à visée sociothérapeutique individuelle ou de groupe ; 3.Surveillance des personnes en chambre d'isolement ; 4.Surveillance et évaluation des engagements thérapeutiques 2 éléments : la notion de « surveillance » du patient (état de conscience, comportement et tous signes cliniques) la notion de « prise en charge individuelle » : Obligation de lentretien individuelle infirmier-patient et son entourage et de ladaptation de la réponse aux besoins Evolution de la P.E.C du patient, à la fois pluridisciplinaire et individuelle

8 Laccueil infirmier Premier soin que lIDE doit assurer auprès de toute personne admise Condition de la perception globale de la P.E.C. Lentretien infirmier daccueil : Cest un entretien de type semi-directif (recueil de données): lIDE cadre le discours. Moindre aspect spontané des associations du malade. Ses caractéristiques: Respect de la confidentialité et l'intimité des échanges Recueil des informations concernant le patient et son environnement Obligation dinformation du patient sur ses droits et modalités de P.E.C. Transmission par écrit et oralement des observations utiles à l'identification des symptômes, des risques et des pathologies et des actes réalisés

9

10 Lentretien infirmier « Dites-moi ce que vous pensez que jai besoin de savoir pour pouvoir vous aider ?». Elle fait appel au fondement de la relation daide selon Carl Rogers : La capacité à ne pas savoir : considérer que sa nouvelle situation ou demande La compréhension empathique : saisir par la disponibilité et lécoute la situation Le respect chaleureux du choix du patient : chaque personne est unique Etre authentique et congruent : être digne de confiance La reformulation : effort de compréhension en reformulant ce qui est dit Méthode et outils Faire entendre au patient quil nous mandate pour laider et que nous le mandatons pour nous aider à laider. –Identifier les ressources et les compétences du patient –Sintéresser au moment où le symptôme ne sest pas produit –Sintéresser au moment ou le patient a décidé de se soigner –Sintéresser aux changements survenus avant la première rencontre –Sintéresser à ce qui va bien et non pas uniquement à ce qui va mal

11 La pratique de la référence soignante Méthode et outils: Conduite commune en collaboration avec léquipe pluridisciplinaire Position complémentaire de la fonction IDE propre. Les référents sont le plus souvent lIDE et laide soignant qui réalisent laccueil Tout au long de lhospitalisation, les soignants référents sorganisent pour être présents aux entretiens et conduisent son projet de soin La synthèse lors des réunions pluridisciplinaire : les référents présentent le patient, décrivent son comportement au sein du service, et lévolution de ses symptômes.

12 Laccueil à lUPG Laccueil du patient à lUPG est organisé, un staff « entrée-sortie » a lieu le mardi matin, il permet de programmer les dates dentrée et de sortie des patients. Dans cette réunion, le psychiatre responsable de lunité présente une synthèse des futures entrées (provenance, motifs damissions, état psychique, somatique et dépendance, risque suicidaire et conduites addictives..), il se concerte avec léquipe sur la légitimité de lhospitalisation et la commodité des dates et heures choisies pour ladmission.

13 Avant son entrée dans lunité, le patient ou un de ses proches voire lambulancier pour le patient isolé, se rendent au service des admissions pour remplir le volet administratif du Dossier du Patient « DP ». Une fois admis, le patient est accueilli et installé par les soignants, il est vu ensuite par le psychiatre en entretien médical daccueil. A chaque admission les soignants doivent accomplir et remplir un protocole de prévention de la légionellose. Chaque patient dispose dun « DP » tenu par les soignants selon le référentiel de lAP-HP. Il comporte 4 volets : dossier psychiatrique, médical, examens complémentaires et dossier de soins.

14 Linfirmier doit assurer les actes relatifs à son rôle propre et décris dans le code de la santé publique, à savoir : un rôle de prévention, déducation à la santé, daide au diagnostic (en collaboration avec le médecin qui, lui seul, définira le type de pathologie présenté par le patient et en informera celui-ci), de soins et de suivi du patient. Outre cet aspect général du rôle propre infirmier, il doit sefforcer de développer lautonomie du patient, faire appel à toutes ses facultés, stimuler ses ressources physiques et psychiques afin quil puisse surmonter son handicap, être associé à son projet de soin, être informé sur son traitement et à terme se réinsérer harmonieusement dans son cadre de vie. La participation active de lenvironnement familial ou affectif est aussi recherchée. Voilà en quoi le travail en services psychiatriques diffère des services de soins généraux, et où le soin trouve sa spécificité.

15 Le recueil de données Constitue la première étape de la démarche clinique qui est linstrument logique par excellence pour organiser le travail infirmier. Elle permet de : nous situer par rapport aux problèmes de la personne et poser le diagnostic infirmier; planifier les interventions nécessaires; dassurer la surveillance clinique tout au long dun épisode de soins; déterminer les besoins immédiats de la personne; découvrir ses besoins globaux de santé; apprécier la progression de son état; évaluer les soins reçus; contribuer aux décisions médicales et au travail de léquipe pluridisciplinaire, en raison des informations transmises.

16 La nature des données à recueillir antécédants Présentation sociale Examen physique Histoire familiale Histoire de la maladie

17 Lobservation: nous permet davoir une perception globale de la personne, de son expression faciale, de son aspect physique, de ses difficultés majeures, de son niveau de souffrance et de ses comportements les plus évidents. Peut être une aide en attendant que nous possédions de plus amples informations. Mais, elle peut aussi être un piège qui enracine nos perceptions dans le préjugé. Les habitudes de vie: ces données permettent didentifier certains problèmes et de garantir la satisfaction des besoins de la personne pendant son séjour en milieu de soins et dassurer la qualité de son espace de vie pendant ce temps.

18

19 Le recueil de données nous permet dévaluer Les risques Lhistoire récente du patient : les moments de manifestation, la forme et la durée, comportement Le niveau dautonomie du patient pour évaluer les besoins perturbés Sinformer de la personne à contacter au cas de besoin

20 Exemple: Anxieté et agressivité élements à surveiller Facteur délenchant > Réaction de panique Passage à lacte ; agitation, agressivité… Phase de récupération > Stabilisation

21 Nietzsche écrivait dans son livre «Humain trop humain» que « La souffrance d'autrui est chose qui doit s'apprendre et jamais elle ne peut être apprise pleinement» ce qui sous-tend la nécessité dun processus dobservation efficace. Cest la condition pour que nous puissions nous approcher le plus possible de la réalité souffrante du malade. Rappelons-nous que la douleur nest pas toujours évidente et que « la coupe de la souffrance na pas la même taille pour tout le monde.

22 Actipidos: outil de travail Est un dossier patient électronique Ce logiciel se déploie dans les établissements de gériatrie depuis 2002, et couvre aujourdhui 13 établissements, il est utilisé par 7000 personnes. Il permet laccès à linformation relative aux patients : prescriptions, transmissions, suivi…. A lheure actuelle, le logiciel répond à lexigence précédente par contre on note la difficulté à lutiliser comme un moyen pour une démarche de soins.

23 Cas concret M. P 82 ans vient dune clinique pour épisode dépressif majeur avec éléments délirants. Atcds médicaux : - Diabétique insulino-dépendant - Hypertension artérielle - Cardiopathie - Maladie de Parkinson diagnostiquée en 2009 Atcds psychiatriques: - Trouble bi-polaire - Nombreuses hospitalisations

24 Cas concret (suite) Présentation sociale: Vit à domicile avec son épouse Son fils âgé de 50 ans Passage à domicile trois fois par semaine dune aide ménagère. Pas de mesure de protection Histoire de la maladie Suivi depuis plus de 30 ans pour ses tb bi-polaire, sous lithium. Traitement interrompu en 2009 pour altération de la fonction rénale. Février 2010, hospitalisé en clinique pour décompensation anxio- dépressive lorsquil apprend que son fils souffre dun cancer du larynx suite intoxication éthylique. Neuf séances de sismothérapie sont réalisées puis sortie

25 suite Juin 2010, rechute dépressive modérée, hospitalisation dans une clinique puis amélioration de son état avec traitement anti- dépresseur. Septembre 2010, apparition de symptômes dépressifs brutaux avec clinophilie, replié sur lui-même, hospitalisation. Nouveau traitement (thymo-régulateur), avec examens radiologiques. 10 séances de sismothérapie sont réalisées. Prise en charge somatique (cardio, pulmonaire………..), infection urinaire suite à un globe avec pose dune sonde urinaire à demeure. Echec de désondage, ECBU toujours positif. Sortie avec augmentation horaires passages aide ménagère, rendez-vous prévu pour un bilan uro-dynamique à lhôpital. Placement de son épouse en institution pour prise en charge M. A. M. P décompense à nouveau ; syndrome mélancoliforme, transféré à lUPG le 29 novembre 2011

26 Accueil du patient, présentation du service, de léquipe. Connaissance des antécédents, évaluation globale en première intention. Le patient arrive en brancard, parle, garde les yeux ouverts, contact facile. Le patient semble invalide, aucun mouvement pour se mobiliser. Porte une sonde urinaire à demeure. Entretien médical avec les soignants référents. Jugement clinique établi (peut évoluer) Selon les besoins perturbés, actions et évaluations prévues: Pas de coordonnées de son épouse, le patient ne sait pas dans quelle institution elle se trouve.

27 Suite Contact avec son fils pour nécessaire hygiène, vestimentaire et entretiens familiaux planifiés avec lui, en présence du patient. Evaluation et réajustement thérapeutique si besoin. Planification rendez-vous en urologie, surveillance sonde urinaire, état cutané, douleur. Présentation du patient à léquipe lors de la synthèse avec prise en charge, élaboration des actions de soins en regard des problèmes de santé (contact fils, recherche coordonnées épouse pour visite, diabète, mobilité-kiné, sonde urinaire, encouragé lors des différents soins pour travailler avec lui son autonomie, écoute et relationnel……..)

28 A ce jour, M. P demande une permission pour rendre visite à son épouse accompagné de son fils, marche seul (prise en charge kiné 2f/s), effectue les soins dhygiène avec aide partielle, participe aux différentes activités du service et envisage son devenir (probablement institutionnalisation avec son épouse) Au niveau somatique, ne présente plus dinfection, son état général sest amélioré, ne porte plus de sonde. Diabète stabilisé. Découverte dune tumeur rénale de petite taille sans traitement envisagé, le patient nen parle pas.


Télécharger ppt "LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES EN PSYCHIATRIE Nadira COULEUVRIER Corinne BARTOLI."

Présentations similaires


Annonces Google