La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Assuétudes Usage de drogues États de dépendance et autres problèmes Scor Global Life Luxembourg, le 11 décembre 2009 Prof. I. Pelc U.L.B. – CHU Brugmann.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Assuétudes Usage de drogues États de dépendance et autres problèmes Scor Global Life Luxembourg, le 11 décembre 2009 Prof. I. Pelc U.L.B. – CHU Brugmann."— Transcription de la présentation:

1 Assuétudes Usage de drogues États de dépendance et autres problèmes Scor Global Life Luxembourg, le 11 décembre 2009 Prof. I. Pelc U.L.B. – CHU Brugmann

2 Assuétudes Usage de drogues États de dépendance et autres problèmes Au Grand Duché du Luxembourg il nexiste pas, actuellement, de surveillance épidémiologique systématique de lusage des drogues. On estime généralement quil y aurait de 3000 à 5000 usagers de drogues, soit 0.6 à 1 % de la population générale ( habitants) dentre eux seraient des usagers problématiques, soit 0.2 %. Pour des soins spécialisés, bon nombre dentre eux se rendent dans les pays avoisinants et principalement en Allemagne.

3 Professeur Isidore PELC Professeur Isidore PELC Titulaire honoraire de la chaire de Psychologie Médicale U.L.B. Directeur honoraire du Laboratoire de Psychologie médicale, alcoologie et toxicomanies U.L.B. Représentant de la Belgique à lO.M.S. pour la santé mentale. Chef de Service honoraire du Service de Psychiatrie du CHU Brugmann. Directeur Médical honoraire de lInstitut de Nursing Évelyne Anspach (Haute École Francisco Ferrer). Président fondateur de la Fondation pour l'Étude et la Prévention des Maladies de Civilisation. Ancien doyen de la Faculté de Médecine de lU.L.B. Président de la section Santé Mentale et Facteurs Psycho-Sociaux de la Santé (Ministère de la Santé - Belgique). Président de la cellule « Politique de santé en matière de drogues » auprès du Ministre Fédéral de la Santé Publique. Chef de Projets en Santé Mentale et Assuétudes - CEMUBAC (Activités de Coopération en Thaïlande, au Népal, au Cambodge, au Laos et au Vietnam).

4 Concernant les assuétudes … Une assuétude nest pas uniquement le résultat de lusage dune drogue, de son abus ou encore dun état de dépendance. Un comportement dassuétude nous confronte à des problèmes tels que lautonomie et la dépendance, le plaisir et lauto- destruction, la complétude et le manque, le pouvoir et la misère et, finalement, la vie et la mort. … Isy Pelc in « Les Assuétudes: abus et états de dépendance – Alcool, Tabac, Médicaments, Drogues » Editions de lUniversité de Bruxelles, 1983 I. Pelc – Assuétudes – juin 2007

5 Approche bio-psycho-sociale des assuétudes Substances Individu Environnement I. Pelc – Assuétudes – juin 2007

6 Concept de dépendance Assuétudes De lhabitude... Usage excessif Dépendance psychologique Dépendance physiologique... à lesclavage !!! I. Pelc – Assuétudes – juin 2007

7 Facteurs de dangerosité des drogues Dépendance physique Dépendance psychique Neurotoxicité Toxicité générale Dangerosité sociale nulle ou presque très faible faible moyenne forte très forte Héroïne :MDMA (ectasy) :Psychostimulants :Cocaïne : Benzodiazépines : Alcool : Tabac : Cannabinoïdes) : ? Source : B. Roques, La dangerosité des drogues, Odile Jacob, 1999, p. 298

8 Estimation de lusage de drogues en Europe (OEDT – 2008) Population générale (15-64 ans – 322 millions dhabitants) Prévalence VieDernière année Dernier mois Cannabis74 Mio (22.1 %)22.5 Mio (6.8 %)12 Mio (3.6 %) variations 1.5 à 38.6 % 0.4 à 14.6 % 0.1 à 7.2 % Cocaïne13 Mio (3.9 %)4 Mio (1.2 %)1.5 Mio (0.4 %) variations 0.1 à 8.3 % 0.0 à 3.1 % 0.0 à 1.1 % variations 0.1 à 8.3 % 0.0 à 3.1 % 0.0 à 1.1 % Amphétamines, 12 Mio(3.5%)2 Mio (0.5%) ecstasy 0.0 à 11.7 % 0.0 à 1.3 % ecstasy 0.0 à 11.7 % 0.0 à 1.3 % et hallucinogènes et hallucinogènes Opiacés1.4 Mio (0.4 %)- En les décès dus aux opiacés (principalement 0.37 à 0.46 % représentaient 3.5 % de lensemble des décès en injection) pour les 15 – 39 ans - Principale drogue consommée dans 50 % des demandes de traitement : usagers avec tr. de substitution

9 Drogues illicites - Belgique 2004 HommesFemmes Total Lifetime16 %10 % 13 % Last year7 %3.2 % 5 % Population générale Variations en fonction de lâge Last year15 – 24 ans12 % 35 – 44 ans2.3 %

10 Drogues illicites – Belgique (1) 2007 – 2008 (11 – 19 ans) N = 7736LifetimeLast yearLast month prevalenceprevalenceprevalence MarijuanaBoys or hashishGirls Total Other illicit drugBoys (marij.or hashishGirls not included)Total XTCBoys Girls Total InhalantsBoys Girls Total AmphetaminesBoys Girls Total

11 Drogues illicites – Belgique (2) 2007 – 2008 (11 – 19 ans) N = 7736LifetimeLifetime prevalenceprevalence Not prescribedBoys6.2Magic mushroomsBoys3.6 hypnotics and Girls7.8Girls1.5 sedativesTotal7.0Total2.6 Not prescrivedBoys3.2GHBBoys1.6 psychostimulantsGirls1.9Girls1.3 (for ADHD)Total2.6Total1.4 LSD or otherBoys3.2Anabolic steroidBoys0.9 hallucinogensGirls1.8Girls 0.2 Total2.5Total0.6 CrackBoys1.8Drugs by injectionBoys0.4 Girls0.8Girls0.4 Total1.3Total0.4 CocaineBoys3.8Alcohol together with Boys3.6 Girls3.0pills – in orderGirls2.8 Total3.4to get highTotal3.2 HeroinBoys1.2Alcohol together withBoys15.9 Girls1.0cannabisGirls9.1 Total1.1Total12.5

12 Drogues illicites - Belgique 2007 – 2008 (11 – 19 ans) Frequency of use during lifetime or more Cannabis Other illicit drug Amphetamines LSD or other hallucin Crack Cocaine Ectasy GHB Heroin Magic mushrooms Inhalants Not prescribed hypnotics and sedatives psychostimulants (for ADHD) Anabolic steroid Drugs by injection Alcohol together with pills – in order to get high cannabis

13 Drogues illicites - Belgique 2007 – 2008 (11 – 19 ans) Prevalence and frequency of cannabis use among students in secondary schools (%) All studentsBoysGirls Lifetime prevalence Last year prevalence Occasionnal use (less than once a week) Regular use (at least once a week)

14 Drogues illicites - Belgique Région de Bruxelles Capitale et de Flandre Décès liés à lusage de drogues De 4 à 20 décès par milliers dhabitants Complexité de lévaluation (overdoses, infections, pathologie mentale, suicide, violence, accidents…) De 4 à 20 décès par milliers dhabitants Complexité de lévaluation (overdoses, infections, pathologie mentale, suicide, violence, accidents…) Traitements de substitution (méthadone, Buprénorphine) ont contribué à la réduction des dommages. Traitements de substitution (méthadone, Buprénorphine) ont contribué à la réduction des dommages.

15 Drogues illicites - Belgique Pourcentage dI.V. drogues parmi les personnes HIV positives Évolution de 1985 à 2007

16 Drogues illicites - Belgique Hépatites chez usagers de drogues avec injection Hépatite B : +/- 30 % Hépatite C : +/- 50 à 70 % Diminution nette des contaminations si prise en charge précoce (Programme de réduction des risques)

17 Assuétudes Facteurs de risque Environnement familial et des pairs avec usage de substances (y compris alcool, médicaments, sédatifs, anxiolytiques, somnifères, anti-douleur, tabac, …) Précocité dusage de drogues, poly consommation Auto-thérapie pour stress, troubles psychologiques et/ou psychiatriques associés Personnalité : difficultés relationnelles, faible estime de soi, recherche de sensation, goût du risque, ADHD Statut social de la substance (cocaïne = divertissement ; cannabis = appartenance au groupe) Génétique (COMT et cannabis)

18 Assuétudes Facteurs de protection Maturité de personnalité Bien-être personnel et relationnel Liens sociaux et familiaux Perception de support par les autres Environnement culturel favorable (sports, culture, expression artistique) Acquisition de valeurs (Bon – Beau – Vrai) Acquisition dune estime de soi, daffirmation de soi, dempathie… Prévention : Ateliers du Bien-être et du Développement Humain Durable Ateliers du Bien-être et du Développement Humain Durable

19 Assuétudes Dépistage des drogues (1) Échantillons : Sang – Urines – Sueur – Salive – Cheveux Méthodes : - Immuno-Assay : direct sur échantillon - Chromatographie : traitement de léchantillon Seuils (sensibilité) : fixés par guidelines - E-U : SAMHSA : Substance Abuse and Mental Health Services Administration - Europe : Société Européenne de dépistage des drogues - En Belgique : V.U.B. Prof. V. MAES U ZG Prof. A. VERSTRAETE ULG Prof. C. CHARLIER - E-U : SAMHSA : Substance Abuse and Mental Health Services Administration - Europe : Société Européenne de dépistage des drogues - En Belgique : V.U.B. Prof. V. MAES U ZG Prof. A. VERSTRAETE ULG Prof. C. CHARLIER

20 Assuétudes Dépistage des drogues (2) Sang : fenêtre de dépistage limitée Urines : qualité de prélèvement et transport Autres :Cheveux, salive, sueur Fenêtre de dépistage AvantagesDésavantages Cheveuxqq mois à indéfini Reproductiblenégatif pour usage récent Cumulatif ds le tps Technique compliquée Influence cosmétiques Cheveuxqq mois à indéfini Reproductiblenégatif pour usage récent Cumulatif ds le tps Technique compliquée Influence cosmétiques Saliveqq heuresà qq jours Non invasifTechnique sensible Peut être diluée Sueurjusquà qq semaines Mesure cumulativeVariabilité inter-sujets possible (patch)

21 Assuétudes Dépistage des drogues (3) Faux positifs : - Médicaments (codéine – metamphetamine in nébuliseur Vickx) - Boissons fortifiantes : thé à base de coca - Inhalation passive de cannabis Amphétamines médicales : indiquées dans narcolepsie coupe-faim ADHD détectées au seuil de 1000 ng/ml : 5 jours de 300 ng/ml : 6 jours Cannabis : 1 cigarette détecté pendant 2 à 4 par jour souvent 1 mois parfois jusquà 3 mois Cocaïne : 1 prise ; détecté durant 1 semaine jusquà 3 semaines Opiacés : une dose I.V. détecté durant 1 à 2 jours Un pain (BAGEL) avec graines de pavot (popy seeds) : 1.5 gr de graines = 1 mg morphine

22 Complications de santé aigues et chroniques Toxicité aigue : céphalées, nausées, tachycardie, conjonctives injectées, comportement bizarre : ébriété, euphorie, délire, surtout paranoïaque Toxicité chronique : déficit des fonctions cognitives, déstructuration de la personnalité, troubles de la perception, syndrome « amotivationnel », sentiment de persécution Cannabis

23 Complications de santé aigues et chroniques Toxicité aigue : Overdose et décès, collapsus cardio-respiratoire, collapsus cardio-respiratoire, hémorragie intracrânienne, hémorragie intracrânienne, infarctus du myocarde, infarctus du myocarde, dose létale : 2 mg/kg de poids dose létale : 2 mg/kg de poids Toxicité chronique : Dépendance surtout psychique HTA, Tachycardie, arythmie ( Dopamine) Mydriase Troubles neuropsychiques : sensation de fatigue et sommeil, sensation de fatigue et sommeil, inappétence, nécrose cloison nasale, inappétence, nécrose cloison nasale, hyperthermie hyperthermie Cocaïne

24 Complications de santé aigues et chroniques Toxicité aigue : Overdose et décès, myosis myosis hypothermie hypothermie dépression respiratoire dépression respiratoire coma coma dose létale : non tolérant : 1 mg/kg de poids dose létale : non tolérant : 1 mg/kg de poids tolérant : 40 mg/kg tolérant : 40 mg/kg Toxicité chronique : Tolérance vis-à-vis de analgésiques et sédatifs Dépendance psychique et physique Digestif : constipation, occlusion intestinale Circulatoire : hypotension, arythmies Neurologique : tremblements Psychique : tr. mémoire, angoisse, dépression Opiacés

25 Complications de santé aigues et chroniques Toxicité aigue : Syndrome psychotique, (hallucinations, paranoïa), Tachycardie, arythmies cardiaques, Décès par overdose convulsions, hémorragies cérébrales, hyperthermie, infarctus du myocarde Toxicité chronique : Tolérance Dépendance physique et psychique Bouffées délirantes Troubles schizoïdes et paranoïa Amphétamines et Ecstasy (MDMA)

26 Complications de santé aigues et chroniques Toxicité aigue : Amnésie Relaxation musculaire Endormissement Dépression respiratoire Coma GHB (Acide Gamma Hydroxybutyrique)

27 Conclusions 1. La consommation de drogues est un problème de Santé Publique, par divers aspects. Toutefois, les dommages de santé pour spectaculaires quils soient, restent marginaux en nombre. 2. En Belgique et au Luxembourg, une large diversité de formes daccueil et de soins pour usagers de drogue existe au sein de la couverture sanitaire généralisée. 3. Le mode de consommation, les caractéristiques de la personne et les conditions denvironnement doivent être considérés pour apprécier les troubles et dommages potentiels. 4. Ceux-ci touchent essentiellement des jeunes. La toute grande majorité dentre eux cesse la consommation ultérieurement (25-30 ans). 5. A des âges plus avancés, persiste un petit groupe dusagers de drogues. Leur détérioration psycho-sociale est importante et nécessite une aide médico-sociale permanente. Au cas contraire, ils vivent à la rue, clochards. N.B. La dépendance au jeu par les dégâts financiers provoqués est une cause importante de rupture sociale.

28


Télécharger ppt "Assuétudes Usage de drogues États de dépendance et autres problèmes Scor Global Life Luxembourg, le 11 décembre 2009 Prof. I. Pelc U.L.B. – CHU Brugmann."

Présentations similaires


Annonces Google