La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Georges VIALA, Président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Georges VIALA, Président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde."— Transcription de la présentation:

1 1 LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Georges VIALA, Président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde

2 2 GASPILLAGE ALIMENTAIRE = GASPILLAGE ENERGETIQUE LAGRICULTURE INTENSIVE DANS LES PAYS DEVELOPPES EST TRES DEPENDANTE DU PETROLE

3 3 Le tiers des aliments produits chaque année dans le monde pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé (selon un rapport de la FAO) 1,3 milliard de tonnes chaque année !

4 4 670 millions de tonnes dans les pays développés 630 millions de tonnes dans les pays en développement

5 5 LES CONSEQUENCES - Dilapidation des ressources : eau, terre, énergie, travail, capital - Emissions de gaz à effet de serre (au niveau mondial, la production agricole génère 14 % des émissions de gaz à effet de serre dûs aux rejets des élevages, aux engrais azotés et au CO2 produit par les engins agricoles)

6 6 Aux USA, ce gaspillage entraîne la dilapidation dun quart de leau douce consommée annuellement dans le pays et léquivalent en énergie de 300 millions de barils de pétrole par an !

7 7 DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT : des pertes alimentaires LES PRINCIPALES CAUSES : mauvaises conditions de récolte mauvaises conditions de transport et de stockage (infrastructures défaillantes) formation insuffisante aux méthodes de conservation des aliments lurbanisation éloigne les lieux de consommation des lieux de production

8 8 LES 3 PRINCIPAUX ACTEURS DU GASPILLAGE DANS LES PAYS DEVELOPPES 1.LINDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE ET LA GRANDE DISTRIBUTION 2.LA RESTAURATION COLLECTIVE 3.LES PARTICULIERS NOTA : le gaspillage au stade de la production agricole est devenu négligeable sauf en cas de crise sanitaire (ex : concombres en mai 2011)

9 9 QUELQUES CHIFFRES EN FRANCE (Source : Ministère de lEcologie et ADEME) Invendus rayons primeurs (fruits et légumes), rayons poissonnerie, boucherie, charcuterie, fromage et rayons surgelés dans la grande distribution : T/an Restes des restaurants commerciaux ( T/an) et des restaurants collectifs ( T/an) Invendus des étals des marchés : T/an

10 10 LES CAUSES DU GASPILLAGE DANS LINDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE ET LA GRANDE DISTRIBUTION Désajustements entre loffre et la demande (trop grand décalage entre les commandes et les comportements des consommateurs) Ruptures dans la chaîne du froid Critères esthétiques Marges de sécurité dans les dates limites de consommation Manque de sensibilisation du personnel au gaspillage Conditionnement des produits (formats surdimensionnés) Conditions climatiques Manque de communication entre les différents acteurs de la chaîne dapprovisionnement Pression marketing

11 11 LES CAUSES DU GASPILLAGE DANS LA RESTAURATION COLLECTIVE Comportements des consommateurs Méconnaissance des produits Portions trop importantes Aléas climatiques ou sociaux (grèves) Variabilité du nombre de convives Anomalies dans la fabrication des repas

12 12 LE GASPILLAGE CHEZ LES PARTICULIERS En Europe et en Amérique du Nord, chaque consommateur gaspille entre 95 et 115 kg par an contre 6 à 11 kg pour le consommateur de lAfrique subsaharienne et dAsie du Sud et du Sud-Est En France, chaque français jette en moyenne 20 kg de nourriture par an dont 7 kg de produits alimentaires non déballés : ce gaspillage génère tonnes de déchets (Source ADEME)

13 13 LE GASPILLAGE CHEZ LES PARTICULIERS : POURQUOI ? Peu de gens se rendent compte quils jettent autant et peu savent que la production alimentaire consomme autant de ressources Le gaspillage est lié à limportance que lon accorde à la nourriture : les ménages consacrent aujourdhui 15 % de leur budget à la nourriture contre 40 % il y a soixante ans; moins de temps consacré à la préparation des repas (30 mn en 2008; 1h30 en 1975)

14 14 QUELQUES SOLUTIONS POUR REDUIRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

15 15 DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT : dans ces pays les petits paysans et leurs familles représentent les trois quarts des victimes de la faim (en 2010, 925 millions de personnes souffraient de la faim dans le monde) Appui à la petite agriculture familiale (ex : Agrisud) Accès direct des petits paysans aux acheteurs Réinstauration dune protection aux frontières pour limiter les importations alimentaires dans les pays les plus pauvres et garantir aux paysans des prix rémunérateurs Investissements dans les infrastructures, le transport, la transformation

16 16 DANS LES PAYS DEVELOPPES Chez les particuliers : -Apprendre à organiser son réfrigérateur -Cuisiner les restes -Découvrir des astuces pour conserver les aliments -Préférer la coupe et le vrac -Reprendre le réflexe de la liste des courses -Apprendre à gérer les dates de péremption -Privilégier les circuits courts : plus les lieux de consommation sont éloignés des lieux de production, plus la chaîne dapprovisionnement devient complexe et les risques de perte augmentent

17 17 DANS LES PAYS DEVELOPPES LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE dans la grande distribution, dans les industries agro-alimentaires et dans la restauration collective : UNE OPPORTUNITE pour nourrir les personnes les plus démunies qui souffrent de malnutrition via des structures spécialisées (ex : Banques Alimentaires) pour limiter les risques sanitaires

18 18 QUELQUES CHIFFRES Aux USA : 38 millions dAméricains connaissent une précarité alimentaire En Europe : 13 millions de personnes bénéficient de laide alimentaire dans 19 pays En France : 2,6 millions personnes bénéficient de laide alimentaire

19 19 DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE LHOMME (Article 25)* « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien- être et ceux de sa famille, notamment pour lalimentation, lhabillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires … » * Adoptée par lAssemblée Générale des Nations Unies le 10 Décembre 1948

20 20 LES BANQUES ALIMENTAIRES (BA) HISTORIQUE 1967 : 1ère BA (Food Bank) à Phoenix/USA 1984 : 1ère BA en France (à Paris) 1986 : Lancement de la BA de Bordeaux et de la Gironde 2011 : 200 Food Banks aux USA 2011 : 240 BA dans 21 pays européens 2011 : 79 BA en France

21 21 ROLE DES BA Associations sans but lucratif ayant pour objectif la collecte et le stockage daliments non périssables et leur mise à disposition gratuite ou quasi-gratuite aux plus démunis par le biais dautres Associations intermédiaires dans le cadre daccords de partenariat Leur finalité est donc de répondre à lurgence sociale par laide alimentaire et de lutter contre le gaspillage des produits alimentaires pour nourrir ceux qui ont faim

22 22 LES 79 BA en FRANCE En 2010, elles ont distribué tonnes de denrées à Associations et organismes sociaux qui ont permis de nourrir toute lannée personnes représentant léquivalent de 185 millions de repas

23 23 LA BA de BORDEAUX et de la GIRONDE (BABG) En 2010, la BABG a distribué tonnes à 136 Associations et CCAS de la Gironde qui ont permis de nourrir en moyenne personnes Origines des tonnes : - Collecte de Novembre ……………… 448 t 9,79 % - Dotation Union Européenne ……… t 27,65 % - Retraits dEtat ……………………… t 2,99 % - Producteurs et IAA …………………. 388 t 8,48 % - Grande Distribution ……………… t 41,66 % - Autres BA …………………………… t 9,42 %


Télécharger ppt "1 LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Georges VIALA, Président de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde."

Présentations similaires


Annonces Google