La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

UGTM CRISE ÉCONOMIQUE IMPACTS ET PLANS DE RELANCE Par : M. Khalid SBIA Membre du Bureau Exécutif de lUGTM Coordonnateur du Conseil des Experts Mars 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "UGTM CRISE ÉCONOMIQUE IMPACTS ET PLANS DE RELANCE Par : M. Khalid SBIA Membre du Bureau Exécutif de lUGTM Coordonnateur du Conseil des Experts Mars 2010."— Transcription de la présentation:

1 UGTM CRISE ÉCONOMIQUE IMPACTS ET PLANS DE RELANCE Par : M. Khalid SBIA Membre du Bureau Exécutif de lUGTM Coordonnateur du Conseil des Experts Mars 2010

2 DE LA CRISE FINANCIERE A LA CRISE ECONOMIQUE La crise du système financier international s'est rapidement propagée à lEconomie à travers le monde notamment par le biais des difficultés rencontrées par les Banques matérialisées par un resserrement des conditions de crédit qui pèsent sur: l'investissement des Entreprises. la consommation des ménages; LEconomie mondiale se retrouve plongée dans une grave récession impactant de manière différenciée lensemble des espaces régionaux.

3 I) IMPACTS DE LA CRISE Net ralentissement après une expansion pendant plusieurs années A) Impacts différenciés sur les pôles de léconomie mondiale AMÉRIQUE LATINE La région a bénéficié d'une demande interne dynamique qui lui a permis, relativement, de résister aux chocs externes financiers et commerciaux. USA la croissance est revenue en un an de 2% à 1,1% à cause de la chute de linvestissement immobiliers et de la baisse de la consommation intérieure. Lemploi a régressé (le taux de chômage sest élevé à 5,8% au lieu de 4,6%).

4 ASIE Au Japon, le PIB a marqué une contraction de 0,7%, après avoir progressé de 2,4% en 2007, en raison essentiellement du tassement de linvestissement et de lessoufflement de la demande extérieure. Dans les pays émergents dAsie, le PIB a marqué une augmentation de 6,8% au lieu de 9,8% en La croissance en Chine est revenue de 13% à 9%, consécutivement au fléchissement des exportations. ZONE EURO Après avoir enregistré un taux de croissance de 0,7% en 2008, la Zone Euro devrait connaître un recul de son PIB en 2009 (4%) avant de se redresser sensiblement en une forte augmentation du chômage à 9,9% en 2009 et 11,7% en Les économies émergentes dEurope ont vu leur taux de croissance revenir de 5,4% à 2,9%.

5 B) IMPACTS SUR LÉCONOMIE MAROCAINE Sur le secteur financier La crise internationale a eu un impact relativement faible sur le secteur financier : les Banques ne détiennent pas de créances hypothécaires «toxiques »; les avoirs des Banques à létranger restent modestes par rapport à leurs fonds propres; les investissements étrangers à la Bourse de Casablanca revêtent un caractère stratégique, la part du flottant est inférieure à 5%. Sur le secteur réel La crise a eu un impact sur : Tourisme : les nuitées recensées dans les établissements classés ont fléchi de 3% et le taux doccupation est revenu de 48% à 45%. Les recettes de voyages se sont établies à 57 milliards, en baisse de 2,9%, au lieu dun accroissement de près de 11 % en 2007 et de 30 % en A fin septembre 2009, les recettes de tourisme ont connu un fléchissement de plus de 8%.

6 Exportations : Baisse des exportations de plus de 33% (A fin septembre 2009). Les secteurs les plus touchés sont: Textile (-3%) Équipements automobiles (-24%) Aéronautique (-25%) Transferts MRE : Repli des rapatriements qui sont revenus de 55 à 53 milliards de dirhams. A fin septembre 2009, ces transferts ont connu une baisse de 9,7%. IDE : les investissements directs étrangers ont atteint 27 MMDH, en 2008, soit une baisse de 11 MMDH par rapport au niveau enregistré à fin Jusquà fin septembre 2009, les IDE ont connu une chute de plus de 35%. Finances publiques : Baisse des recettes fiscales (146MM en septembre 2008 contre seulement 135 MM en septembre 2009 soit une chute de 7,5%). Le solde négatif des échanges commerciaux sest aggravé, atteignant 167,4 MM soit 24,3% du PIB au lieu de 22% en 2007.

7 II) STRATÉGIES DE RÉPONSE A) BENCHMARK INTERNATIONAL: INITIATIVES NATIONALES ET INTERNATIONALES Plan de sauvetage américain: 700 MM.$ Plan de sauvetage européen: 200 MM. Prise de participation publique dans les Banques Concertation et coordination des politiques monétaires à léchelle internationale (baisse des taux directeurs des Banques centrales, injections de liquidités); Refonte de lordre économique mondial et remise en cause des aspects de la régulation dont labsence exacerbent les crises ; Harmonisation des normes comptables et amélioration de la transparence des marchés de produits dérivés ; Révision des pratiques de rémunération des dirigeants de banques pour éviter des prises de risque excessives ; Révision du mandat, de la gouvernance et des besoins en capitaux des institutions financières internationales.

8 2) Principales mesures : a) Poursuite du soutien de la croissance économique en vue de créer de lemploi et augmenter les revenus des citoyens : Poursuite du relèvement des revenus des ménages avec un total des augmentations des revenus au titre des années 2009 et 2010 denviron 16 MMDH et de la politique de soutien des prix des produits de base; Augmentation de linvestissement public durant les années 2009 et 2010 de 39,8 % passant de 116 MM en 2008 à 162 MM en 2010; Soutien des secteurs exportateurs touchés : promotion des exportations par le biais du Fonds de promotion des exportations(enveloppe allouée au secteur au titre de 2010 sélève à 400 MDH). B) AU NIVEAU NATIONAL : 1)Mise en place dun Comité de Veille Stratégique

9 c) Soutien au financement des entreprises : renforcement des garanties octroyées par lEtat aux banques pour le financement des besoins en fonds de roulement et pour les remboursements de crédits à moyen et long terme; d) Préservation de lemploi : prise en charge par lEtat sur une durée de 6 mois renouvelables des cotisations patronales à la CNSS et des charges patronales concernant les salaires inférieurs à 3500 DH pour les entreprises relevant de secteurs vulnérables en contrepartie du maintien des effectifs. e) Promotion du secteur touristique : un plan daction «CAP 2009» doté de 100 MDH, ciblant les régions a fort potentiel touristique. En outre, en mai 2009, un montant supplémentaire de 300 MDH a été alloué au renforcement de la promotion touristique intérieure b) Accélération du rythme des réformes et de la mise en œuvre des politiques sectorielles pour renforcer la compétitivité et lattractivité du pays sur la base dun effort mieux réparti sur le plan territorial : poursuite des grands chantiers, Plan Maroc Vert, Plan Halieutis, Plates-formes Industrielles Intégrées, stratégie énergétique, Eau…

10 g) Consolidation des transferts des MRE à travers : Octroi dune subvention à hauteur de 10% du coût du projet (pas moins de 1 MDH et pas plus de 5 MDH) à tout détenteur de projet dinvestissement; Gratuité, jusqu'au fin 2009, des transferts d'argent par l'intermédiaire des banques marocaines ou leurs réseaux à l'étranger ; Baisse, à partir de juin 2009, de 50% la commission de change appliquée à l'ensemble des transactions avec l'extérieur ; Renforcement du fonds de garantie "Damane Assakane' dans le domaine de limmobilier et extension de son éligibilité aux MRE. f) Soutien de la formation : une enveloppe de 180 MDH au secteur du textile et du cuir et à celui des équipements automobiles

11 III) AXES DAMÉLIORATION DE LACTION PUBLIQUE : Renforcement de la solidarité sociale en vue dassurer une meilleure répartition des fruits de la croissance et améliorer les indicateurs de développement humain en particulier dans le monde rural et les zones montagneuses ; Mise en œuvre dune réforme profonde du système actuelle de compensation aveugle pour un meilleur ciblage des populations démunies ; Renforcement du pouvoir dachat des citoyens à travers la poursuite et la crédibilisation du dialogue social dune part, et la révision du système de rémunération des fonctionnaires afin de réduire les disparités entre les salaires dautre part; Réduction des disparités régionales et spatiales;

12 Consolidation de la dimension sociale de laction du gouvernement afin de garantir laccès des citoyens aux services publics de base (éducation, santé, logement ….); Qualification et mise à niveau du facteur humain ainsi que la promotion de la recherche scientifique; Saisie des nouvelles opportunités que favorisent la crise; Nécessité de renforcer la régulation financière afin de faire face aux problèmes dasymétrie dinformation et se concentrer sur la surveillance des risques systémiques; Consolidation des mécanismes mis en place pour la lutte contre léconomie souterraine

13 MERCI POUR VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "UGTM CRISE ÉCONOMIQUE IMPACTS ET PLANS DE RELANCE Par : M. Khalid SBIA Membre du Bureau Exécutif de lUGTM Coordonnateur du Conseil des Experts Mars 2010."

Présentations similaires


Annonces Google