La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LHEURE DE VIE DE CLASSE. Un temps de parole et de régulation de la vie scolaire L'heure de vie de classe est ce temps particulier qui permet aux élèves.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LHEURE DE VIE DE CLASSE. Un temps de parole et de régulation de la vie scolaire L'heure de vie de classe est ce temps particulier qui permet aux élèves."— Transcription de la présentation:

1 LHEURE DE VIE DE CLASSE

2 Un temps de parole et de régulation de la vie scolaire L'heure de vie de classe est ce temps particulier qui permet aux élèves de s'exprimer sur la vie de la classe, la vie de l'établissement, leur vie tout court. Elle suscite les enthousiasmes comme les réticences. Les uns y voient un cadre pour aplanir les tensions, gérer les conflits, aider chacun à trouver sa place au sein de l'école. Les autres redoutent son aspect défouloir, critiquent son manque de structuration, son inutilité. Cette heure qui bouscule l'ordonnancement des cours traditionnels n'est pas toujours facile à exploiter. Et pourtant, les problèmes d'incivilité, de violence, de démotivation qui affectent l'institution scolaire peuvent trouver là un espace de médiation et de prévention. D'où ce dossier qui explicite les enjeux et les modalités de ce dispositif.

3 En 1999, suite au rapport sur le collège de l'an 2000 et la consultation sur la vie lycéenne, deux notes au B.O. préconisent l'inscription d'une heure de vie de classe dans l'emploi du temps des élèves, au collège comme au lycée. L'intention est claire : donner la parole aux élèves, favoriser le dialogue avec les enseignants et les membres de l'équipe éducative. L'objectif est d'offrir aux établissements un outil de médiation pour réguler la vie de la classe, désamorcer les conflits et ouvrir l'école sur les préoccupations adolescentes. On sait aujourd'hui combien l'absence de communication entre élèves et adultes, l'absence de parole sur le sens de l'école et l'absence de prise des élèves sur leur vécu scolaire peuvent faire violence.

4 Apprendre à mieux vivre ensemble pour mieux apprendre ensemble Certes, l'heure de vie de classe ne saurait constituer une panacée et peut s'avérer un outil à manier avec précaution si le climat d'un établissement est par trop tendu. Il n'empêche que de nombreux sujets tels que le rôle des délégués, la préparation d'un conseil de classe, des actions de prévention ou encore le travail sur l'orientation y sont abordés avec profit. Les bénéfices : une meilleure ambiance dans la classe, un retour fructueux sur leur propre pratique, des élèves davantage concernés par les apprentissages. Comme si apprendre à mieux vivre ensemble permettait de mieux apprendre ensemble. Les apprentissages ne sont d'ailleurs pas absents de l'heure de vie de classe que ce soit lapprentissage de la citoyenneté (exprimer ses idées, les confronter, de façon régulée), de la démocratie (chercher à dégager, de façon négociée, avis et propositions), de la vie ensemble (réfléchir avec d'autres, à soi, son attitude, son avenir). En fait, l'heure de vie de classe apparaît comme un lieu charnière de la vie scolaire où l'individu se confronte au groupe, où les élèves nouent des relations différentes avec les personnels-adultes, où la classe rencontre l'établissement, où se croisent éducation et instruction.

5 Qui anime l'heure de vie de classe ? Les textes officiels le stipulent clairement. Si l'heure de vie de classe est placée sous la responsabilité du professeur principal (ou du CPE au lycée), il n'est pas le seul à pouvoir l'animer. Sont également susceptibles d'intervenir : - les autres enseignants, - le CPE, - le co-psy (indispensable pour parler d'orientation), - le documentaliste, - les personnels de santé, - l'assistante sociale, - et aussi, ponctuellement, des intervenants extérieurs selon le thème abordé. Au lycée, l'heure de vie de classe peut être animée par des élèves. La présence dun deuxième adulte s'avère tout à fait positive, ne serait-ce que pour faciliter le débat, le relancer, le recentrer. Un adulte non enseignant apporte, lui, une autre relation aux élèves, un éclairage différent.

6 Le rôle de l'animateur – Être garant des règles et de lautorité. Il ne doit pas laisser dire nimporte quoi, être clair sur les attentes. – Savoir écouter ce que tous les élèves ont à dire, sans forcément le commenter ou y répondre. Il est important à ce propos de veiller à n'exclure personne. « Ainsi, si un élève se marginalise, il est utile de lui demander quand même son opinion et, le cas échéant, de lui faire prononcer son refus de participation. » – Savoir seffacer pour atténuer son rôle de professeur, souvent de professeur principal, et donner ainsi aux élèves loccasion de sexprimer le plus librement possible. – Guider les échanges, aider à reformuler le questionnement ou les critiques des élèves. L'animateur joue le rôle de médiateur en faisant en sorte que les préconisations, les avis émergent d'une prise de décision collective. – Connaître sa marge de manœuvre : il doit savoir que l'on ne peut apporter de résolution à toutes les questions soulevées par les élèves. L'essentiel est qu'ils aient été entendus. – Ne pas sortir de ses attributions : il ne doit pas « jouer au psy », sauf s'il possède une compétence en ce domaine. Ne pas oublier que le but est la régulation de lensemble et non de cas individuels.

7 À quel moment ? Au lycée : « Les heures de vie de classe sont inscrites à l'emploi du temps de tous les élèves. Si la fréquence et les modalités d'organisation peuvent être variables selon les établissements, elles doivent cependant avoir lieu au minimum tous les mois.» (B.O.). À partir de là, deux possibilités sont ouvertes : - la régularité (une fois par quinzaine au collège, tous les mois au lycée) qui fait que l'heure est attendue et s'installe dans les esprits. C'est la solution adoptée par la plupart des établissements ; - la souplesse, en concentrant les séquences réservées à l'heure de vie de classe à des moments précis de l'année (début de sixième pour l'entrée au collège ou avant un conseil de classe ou pour pouvoir répondre à des demandes d'élèves, de professeurs, d'autres membres de la communauté éducative). Attention cependant à ce qu'une heure de vie de classe, convoquée de manière exceptionnelle, suite à un événement particulier (problème de discipline par exemple), ne se transforme pas en mini-tribunal.

8 Quel que soit le mode choisi, il paraît essentiel, pour un bon fonctionnement, que ces heures soient inscrites dans l'emploi du temps des élèves et du professeur principal et qu'elles bénéficient d'une reconnaissance officielle au sein de l'établissement

9 Selon quelles règles ? L'heure de vie de classe doit « permettre une prise de parole des élèves et un dialogue avec un ou plusieurs adultes », indique le B.O. Une pratique qui ne s'improvise pas et exige l'instauration préalable d'un cadre et de règles précises permettant d'établir un climat de confiance et de favoriser la bonne circulation de la parole. Dans la mesure du possible, il revient au professeur principal de les fixer et de vérifier leur application. Leur élaboration peut faire l'objet dun travail avec les élèves, lenseignant pourra leur faire écrire et signer. Ces règles peuvent alors constituer une charte de l'heure de vie de classe.

10 Règles pour favoriser la prise de parole - Le respect : écouter celui qui parle, ne pas juger, ne pas se moquer, utiliser un langage correct, ne pas monopoliser la parole, ne parler qu'en son nom, rapporter des faits,.... Élèves comme professeurs peuvent s'inscrire pour demander la parole. On peut aussi demander que chaque orateur se lève pour parler. - La confidentialité : les propos tenus en heure de vie de classe ne sont pas rapportés au dehors. Seule exception : si ces séances font apparaître des faits graves (maltraitance, idées de suicide…), ils doivent être communiqués. - La liberté : parler n'est pas une obligation. Même si tout le monde doit pouvoir le faire. À l'animateur de veiller à ce que les élèves timides parviennent à s'exprimer. - La modération (ou discrétion) : les élèves doivent se garder de dénoncer un comportement, une attitude, une parole, un geste, de leurs camarades comme de leurs professeurs. Cette règle est aussi à respecter de la part des professeurs envers les élèves et les collègues de travail.

11 Pour faire respecter les règles, il est conseillé de désigner parmi les élèves : - un président de séance, qui distribue la parole ; - un secrétaire de séance, qui inscrit les noms de ceux qui demandent la parole, prend en note les avis proposés, les résolutions adoptées ; - un « gardien du temps », qui gère la répartition et la durée de la parole pour éviter des bavardages intempestifs. On peut aussi ouvrir un temps de parole en mettant en place un « conseil », au sens de la pédagogie institutionnelle. Il s'organise selon une forme précise. Le groupe s'installe en cercle. Avant de commencer, on désigne un gardien de l'heure. Le conseil est soutenu par une loi : pour prendre la parole, il faut s'inscrire auprès du président de séance ; le dialogue direct et les moqueries sont interdites ; le temps du conseil est limité ; ce qui s'y dit ne peut être répété ailleurs. Ce n'est donc pas un lieu de débat mais « d'émergence d'une parole entendue par le groupe ».

12 Que faire en cas de mise en cause d'un collègue ? Il peut arriver qu'au cours d'une heure de vie de classe, un collègue soit mis en cause par les élèves. Comment réagir ? Lanimateur ne peut laisser dire nimporte quoi et doit rester intransigeant sur certains points. Bien souligner que lheure de vie de classe nest pas le bureau des doléances infondées et surtout pas lendroit où lon puisse attaquer un enseignant avec laval dun autre. Cela dit, refuser complètement dentendre, risque de rompre la confiance. À l'inverse, une écoute trop complaisante peut être interprétée comme un accord. Il sagit donc dêtre très vigilant, de rester le plus neutre possible, damener les élèves à réfléchir à leur propre comportement, de leur faire reformuler la plainte en une phrase acceptable par tous et élaborée en commun, éventuellement en sollicitant la position de chacun. Ensuite, on peut : - intervenir directement auprès du collègue concerné, avec diplomatie bien sûr et en protégeant aussi ses « sources » ; - orienter les élèves vers une prise en charge de leurs problèmes en renvoyant les élèves (voire les délégués) vers le collègue mis en cause afin qu'ils règlent eux-mêmes leur différend. Leur expliquer comment présenter leur souci au professeur, sans agressivité, avec la volonté daméliorer le travail ;

13 - inviter le collègue pendant lheure de vie de classe. Il est nécessaire que le professeur principal ou le secrétaire de séance reprécise oralement, pour clore la discussion, les décisions prises pour améliorer la situation. Il peut y avoir une solution encore plus radicale qui interdit toute mise en accusation des absents (élèves comme professeurs). Avec quels contenus ? Que fait-on en heure de vie de classe ? De quoi va-t-on parler ? Inquiétudes récurrentes ! De fait, les textes suggèrent un cadre, un contenant plus que des contenus. Au collège, les objectifs sont cependant définis : « – Aborder des questions qui ne peuvent trouver leur place dans les cours ; problèmes d'actualité, de société, de citoyenneté, de vie au collège. – Prévenir les problèmes de comportement. – Éduquer au respect des autres, à la maîtrise de l'écoute des autres, apprendre à articuler les arguments. – Dialoguer sur le règlement intérieur et élaborer une charte des droits et devoirs au collège et/ou dans la classe. » Et un incontournable, en troisième, l'éducation à l'orientation.

14 Au lycée, il est juste précisé que l'heure de vie de classe doit permettre « un dialogue permanent sur toute question liée à la vie de classe, à la vie scolaire ou tout autre sujet intéressant les lycéens ». À partir de là, il s'avère important de construire un projet sur l'année et d'éviter des séances fourre-tout en préparant chacune d'elles.

15 Préparation Rencontrer les enseignants qui animent la vie de classe dun même niveau peut permettre de préparer les contenus tout au long de lannée, de partager les expériences (positives et négatives) et les idées de débat, de mettre en commun des fiches et des supports de travail. Thèmes possibles : - Problèmes relationnels : élèves-profs, élèves-élèves, élèves-parents, régulation des conflits, des difficultés. - Incivilités, violences, citoyenneté, socialisation (travail sur la loi, le règlement intérieur, droits et devoirs des collégiens, lycéens, initiation au débat). - Réflexion sur le travail, le sens de lécole. - Méthodologie : organisation du travail, cartables, emploi du temps, aide méthodologique… (surtout pour les petites classes), recherche dautonomie. - Santé, information sur les conduites à risque avec des professionnels extérieurs : sur ces points, il faut prendre en compte les questions et pudeurs des adolescents qui, sils veulent en parler, rechignent souvent à le faire avec un adulte quils connaissent. Un intervenant extérieur qualifié est donc bienvenu. Éducation à la solidarité, éducation aux médias.

16 - Connaissance de soi. - Orientation, projet personnel, projet professionnel (préparation des découvertes des entreprises et journées portes ouvertes en lycée pour lorientation). - Élection des délégués, préparation du conseil de classe. Passer par l'écrit Le passage par l'écrit permet de lutter contre le bavardage et d'offrir un temps de réflexion individuelle. Que ce soit pour lancer un débat, pour faire réfléchir un groupe sur des problèmes donnés ou pour préparer un conseil de classe, il peut savérer très utile dutiliser des supports papier (fiches à remplir, images, articles,...) comme bases de travail. Ils aideront les élèves à entrer dans le sujet prévu et laisseront une trace écrite de ce qui a été dit et fait.

17 Organiser la séance Un ordre du jour établi en début de séance aidera à conduire l'heure de vie de classe. Cela permet à chacun de préparer son intervention et de mieux sinscrire dans le débat collectif. On peut aussi mettre à la disposition des élèves un cahier de « libre expression », où chacun peut faire part de ses soucis, de ses difficultés, de ses idées. Après un temps d'échange collectif, on peut engager des travaux de réflexion par petits groupes de 5-6 élèves dont un rapporteur. Leur mise en commun doit mener à la prise de décisions non imposées mais discutées et négociées. Les avis et les résolutions peuvent être votés à bulletin secret ou à main levée. Conserver une trace Chaque heure de vie de classe fait lobjet dun compte rendu succinct (ordre du jour, problèmes, thèmes, avis, résolutions) rédigé par les élèves (en commun par la classe ou bien en groupes), avec laide des adultes présents. Ce texte est destiné à tous les élèves (y compris les absents) et les membres de l'équipe éducative. Il peut être soumis à validation des présents. Les comptes rendus et autres traces écrites des séances peuvent être consignés dans un cahier réservé à l'heure de vie de classe.

18 Cette trace s'avère également importante pour les enseignants impliqués afin qu'ils puissent mener une réflexion sur les enjeux, leurs pratiques et revenir sur le déroulement.

19 FIN


Télécharger ppt "LHEURE DE VIE DE CLASSE. Un temps de parole et de régulation de la vie scolaire L'heure de vie de classe est ce temps particulier qui permet aux élèves."

Présentations similaires


Annonces Google