La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ramón R. Abarca Fernández. Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Espérance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ramón R. Abarca Fernández. Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Espérance."— Transcription de la présentation:

1 Ramón R. Abarca Fernández

2 Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Espérance de vie: 63 ans

3 Ramón R. Abarca Fernández 2. LES SOCIÉTÉS DES ANDES Dans les sociétés des Andes, la réciprocité est le ressort le plus important de la circulation et de la production de biens. Le principe d'équivalence domine celui de l'offre et de la demande. Les marchés sont typiques à cet égard, qui sont parfois divisés en plusieurs quartiers où se pratiquent dans l'un, troc et échange monétaire, dans l'autre, don et réciprocité, ce qu'illustre bien le fait qu'un marchand doit même changer de costume lorsqu'il change de quartier, ici, vêtu à l'occidentale pour l'échange, et là de son poncho traditionnel pour la réciprocité. Machupicchu

4 Ramón R. Abarca Fernández 3. RICHESSE ET POUVERTÉ Le Pérou, synonyme de richesse, héritier de brillantes civilisations amérindiennes, joyau de l'Empire espagnol, disposant d'abondantes ressources minérales et énergétiques, baigné par un océan généreux, doté d'un vaste espace allant du Pacifique aux marges amazoniennes, semble pourtant, à l'aube du XXIe siècle, au fond du gouffre. Misère et violence se sont acharnées sur les héritiers des fils du Soleil. Les inégalités sociales et spatiales, aggravées par l'application d'une politique ultralibérale au début des années 1990, menacent la cohésion sociale.

5 Ramón R. Abarca Fernández 4. SOCIETÉ CIVIL ET DROITS La ".société civile " réfère à des associations humaines volontaires et des réseaux d'organisations qui s'y tissent en rejoignant les organisations sociales et les formes de communication publique susceptibles de donner naissance à une culture démocratique et à des consensus sur les actions pour résoudre des problèmes concrets. Les droits de la personne sont le fondement nominal de la vie démocratique. L'État doit les reconnaître en tant que tels. Ils ne sont pas " négociables ", sous aucun prétexte. Mais, au Pérou, ils sont négociables, especialment les droits relatifs : a. à la sécurité physique, b. au bien-être, c. à la non-discrimination, d. à la participation.

6 Ramón R. Abarca Fernández Au Pérou, il n'y a pas une culture des droits de la personne qui tient compte de la totalité de la vie des personnes. Les rapports de pouvoir prédominent dans l'ordre social, cela se reproduit dans l'ordre juridique et politique. On justifie aisément la violence, et l'on est moins sensible aux violations si elles frappent les personnes les plus démunies et les plus discriminées. Les peuples autochtones sont marginalisés et le respect de leurs droits bafoués. La violence terroriste, des années 80, exercée contre la population par le gouvernement et des groupes armés dopposition a ouvert de profondes blessures. La culture de la coca destinée au marché mondial est aussi venue au perturber la vie sociale des communautés

7 Ramón R. Abarca Fernández 5. PROTECTION DES DROITS? Au Pérou, la protection des droits de la personne est étroitement liée au processus de démocratisation qui a subi quelques revers ces 15 dernières années. L'État, confronté à la tâche ardue de prétendre relever l'économie léguée par les régimes antérieurs et de résoudre le problème aigu du conflit armé, n'a pas respecté les engagements importants que le Pérou a pris face à la communauté internationale en matière de droits de la personne. Il a instauré un modèle politique autoritaire fondé sur des règles ad hoc, il s'est comporté comme un gouvernement qui se cache derrière les formalités démocratiques sans respecter les véritables règles du fonctionnement démocratique.

8 Ramón R. Abarca Fernández 6. IDENTITÉ? L'identité de Pérou semble être: Fils d'Europe (conquérants) et d'Amérique (conquis). Tension entre tradition et modernité: a.Tradition: Pérou est fils de contre-réforme face au rationalisme et sécularisation en Europe, (religion, famille large, valeurs collectives (?), autoritarisme). b.Modernité: Annexée économiquement à lEurope du Nord et à lAmérique du Nord (capitalisme, individualisme, rationalisme, État de droit [?], démocratie [?]...) Las Casas disait: "Un Espagnol mange en un jour plus qu'un Indien pendant un mois", et qu'il "semblait aux indiens que ces gens-là (les conquistadores) sont venus au monde rien que pour manger. (Historia de las Indias, Mexico 1951)()

9 Ramón R. Abarca Fernández a)Tension permanente entre tradition endogène, syncrétique (nouvelle société) et une modernité toujours exogène (importée) b)Une modernité imposée par l'imitation de modèles étrangers et par les échanges avec le Nord. Elle ne s'applique pas dans toutes ses conséquences, entre autres, celles touchant la distribution de richesses et du pouvoir. c)Doù hypocrisie: faire semblant d'être d'accord avec la logique de la societé industrielle et les valeurs politiques modernes, les deux étrangères d)Dilemme vers : comment sadapter à la modernité sans renoncer à son identité, une identité fragile, parce quhétérogène. La modernité pérouviene devra assumer pluralisme culturel et racial. Doit se réconcilier avec ses racines multiples. IDENTITÉ ET TENSIONS

10 Ramón R. Abarca Fernández 7. PAUVRETÉ ET DISCRIMINATION La pauvreté et la discrimination historique à l'endroit des ethnies, des cultures, des femmes et des personnes est dramatique; elle empêche les espaces de transformation et de progrès La politique sociale de l'État est fondée sur le recours du travail gratuit des secteurs organisés des femmes, qui collaborent aux campagnes de santé, d'éducation, d'alimentation et d'habitation. Trois symptômes importants révèlent la faiblesse des liens entre la société civile et l'État : a)La crise des partis politiques, b)L'incapacité de constituer des courants d'opinion d'opposition, et c)Le manque de mécanismes de surveillance des décisions du pouvoir exécutif

11 Ramón R. Abarca Fernández a)La pauvreté, lanalphabétisme, linsuffisance des infrastructures, les coûts insignifiants de la main dœuvre, le peu de ressources naturelles b)Faible niveau de compétences humaines en général c)Insuffisance de lentretien du réseau de communication. Présent au population pèrouvienne comme une societé discriminée. 7. PAUVRETÉ ET DISCRIMINATION (2)

12 Ramón R. Abarca Fernández Quatre approches ont dominé le champ des études pérouviennes sur la réalité actuelle. a) Pathologique: observer le Pérou sous langle de ce qui ne fonctionne pas; identifier les maux; b) Modernisatrice: concevoir que Pérou reproduit la trajectoire occidentale avec un retard; c) Culturaliste: considérer que les différences tiennent à une culture différente; d) Dépendantiste: admettre la réalité dune domination, sans analyser les causes et effets. 8. PARADIGMES POUR ANALYSER LE PÉROU

13 Ramón R. Abarca Fernández 9. ¿EVOLUTION DE LA RESPONSABILITÉ CIVIL? Chaque individu, en vertu de sa qualité dêtre humain, a le droit dêtre traité avec dignité. (cpmcnet.columbia.edu/dept/sph/popfam) Mais, les enfants des rues au Pérou, ils nont pas des possibilités de formation élémentaire, leurs chances déchapper à la pauvreté sont faibles. ¿Oú est-il la responsabilité civil?

14 Ramón R. Abarca Fernández Lexclusion social est un fait de lexistence des secteurs de la societé dans la quelle ils sont exclus de lexercice des se droits et de laccès aux services sociaux basiques. Cettes gents-là ils sont privés de laccès à linformation et au connaissance, à la justice ou aux services sociaux de la santé ou leducation. Ils se trouvent toujours exclus jusqua des indicateurs sociaux, et sa situation nest pas visible dans les pourcentages nattionals.

15 Ramón R. Abarca Fernández Pucallpa Au Pérou, il ny a pas un modele de la responsabilité. Un on discute sur la liberté, la responsabilité… Mais selulement avec des paroles, au Parlement. Le peuple, les gents ils sont contestataires. Ils paralysent son travail, ses activités et ils marchent par les rues et les places. Tout le monde fait la grève. Le peuple protestet par la miserable situation economique et social dans la quel habite.

16 Ramón R. Abarca Fernández


Télécharger ppt "Ramón R. Abarca Fernández. Population urbaine: 70.1% 1. Population total: 27.1 millions Population rural: 29.9% Population de moins de 14 ans: 37.0% Espérance."

Présentations similaires


Annonces Google