La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Une « Réforme » made in USA Alain Chaptal Université Paris 8 MSH Paris-Nord LabSic Paris 13 Membre de lInternational.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Une « Réforme » made in USA Alain Chaptal Université Paris 8 MSH Paris-Nord LabSic Paris 13 Membre de lInternational."— Transcription de la présentation:

1 Une « Réforme » made in USA Alain Chaptal Université Paris 8 MSH Paris-Nord LabSic Paris 13 Membre de lInternational Advisory Council du programme Partners In Learning de Microsoft mais les opinions exprimées ici nengagent que leur auteur et en aucune façon Microsoft

2 Quelques données de base pour le primaire et le secondaire Nbre décoles % décoles Nbre délèves % délèves Nbre denseig nants % denseig nants Public %50 millions 88,6 %4 millions88 % Charter ,9 %1,4 million 2,5 % Privé ,1 %5 millions 8,9 % %

3 Six éléments de contexte Un enseignement scolaire public décentralisé mais sous la pression (bipartisane pour lessentiel) du fédéral : La culture de la modernité Lillusion récurrente de la supériorité du modèle de lentreprise pour une éducation considérée comme garante de la compétitivité américaine : Un enseignement supérieur concurrentiel : Le fort turn over des enseignants 25 % des écoles US ont des taux de pauvreté supérieur à 75 %

4 USA : vers un complexe édu-industriel ? Référence à un précédent historique : – Un auteur : Dwight David Eisenhower, discours télévisé du 17 janvier 1961 avertissant des dangers de undue influence exercée par le military-industrial complex et suggérant que une engaged citizenry constituait la seule défense contre le misplaced power du lobby militaro- industriel. – Une définition : lintrication des intérêts et influences des militaires, des industriels de larmement et du gouvernement fédéral – Une réalité économique : un vaste bloc coordonné dindustries

5 Vers un complexe édu-industriel ? Aux USA, un discours de la « réforme » porté par quatre séries dacteurs : – Des décideurs politiques locaux ou fédéraux – Des industriels, notamment de lanalyse des données ou de lévaluation (cf. Murdoch) – Des fondations puissantes : Broad, Gates, Walton Family – Des Think Tanks Une thématique simple et un discours de défiance vis-à-vis des enseignants mis sous pression : – Les écoles sont en échec (cf. PISA) et nenseignent pas les compétences du 21 ème siècle nécessaires pour la compétitivité – Cest de la faute aux enseignants inefficaces. Il faut les évaluer notamment en fonction des résultats de leurs élèves et les payer selon leur mérite (et remettre en cause la garantie demploi…). – Et développer les systèmes alternatifs : Charter Schools ou Vouchers

6 1- le rôle des politiques

7 La politique de ladministration Obama Lamplification des approches de ladministration Bush, de la loi NCLB et du AYP généralisant les tests et les sanctions en fonction des résultats Sur le modèle de Chicago : – Le développement des Charter Schools – « Turning Around » les écoles en échec, un choix limité à 4 options : remplacer le principal et la moitié au moins des enseignants ; transformer lécole en Charter ; la fermer ; la transformer en changeant le principal, les programmes et en accompagnant les enseignants (une option très encadrée). Lévaluation des enseignants au moins partiellement sur la base des résultats de leurs élèves aux tests et la mise en œuvre de la Performance Pay.

8 De puissants leviers financiers La stratégie des Competitive Grants. Un concours de beauté pour les Etats : Race to The Top (RTT) et ses 4 milliards de $ ; ou i3, le Investing In Innovation Fund, (650 millions). Les deux critères déligibilité de RTT : lever le « cap » sur les Charter Schools, évaluer les enseignants au moins en partie sur les résultats de leurs élèves. Le TIF, Teacher Incentive Fund pour des projets de performance-based compensation, créé en 2006 avec 99 millions de $ gonflé à 400 millions.

9 Turning around, une approche idéologique un discours fondé sur lassociation transparence - choix des parents – indicateurs - incitations relevant non dune approche scientifiquement fondée mais dun système dopinion servant des intérêts le « modèle » de Chicago, un bilan plus quambigu (http://ccsr.uchicago.edu/publications/Trends_CPS_ Full_Report.pdf )http://ccsr.uchicago.edu/publications/Trends_CPS_ Full_Report.pdf une absence de preuves soulignée par la communauté scientifique

10 Merit Pay : zéro impact Létude la plus rigoureuse (et négociée avec le syndicat) en matière de performance-based compensation et de ses effets sur les résultats scolaires Une répartition aléatoire 300 enseignants de math volontaires de « middle schools » de Nashville, élèves des classes 5 à 8 de 2006 à 2009 Des bonus variant de 5 à $ annuels Des effets positifs mineurs pour la classe 5 les seconde et troisième années du projet mais sans aucune suite. Aucun effet mis en évidence pour les classes 6 à 8.

11 Les sérieuses limites du value-added model La drôle de « cuisine » de la ville de New York Les mises en garde du gratin de la recherche : Economic Policy Institute, 29 août 2010, Briefing Paper # 278 Problems with the Use of Student Test Scores to Evaluate Teachers Met en cause la variabilité annuelle et la considérable marge derreur, citant le Board on Testing and Assessment of the National Research Council of the National Academy of Sciences : …VAM estimates of teacher effectiveness should not be used to make operational decisions because such estimates are far too unstable to be considered fair or reliable. Et létude de lIES ( Institute of Education Sciences, Error Rates in Measuring Teacher and School Performance Based on Student Test Score Gains, Type I and II error rates for comparing a teachers performance to the average are likely to be about 25 percent with three years of data and 35 percent with one year of data. Corresponding error rates for overall false positive and negative errors are 10 and 20 percent, respectively.

12 Une évolution de la notion dévaluation : des élèves aux établissements et désormais aux enseignants. Lillusion de pouvoir enfin pénétrer les secrets de la « boîte noire » de la classe « Merit Pay » ou « Performance Pay » : une vieille idée (UK : Revised Education Code de 1862) qui fait son chemin. Une réalité banale pour les enseignants américains du Supérieur. Les leçons oubliées de 1862 : aux USA et au UK, la réduction déjà observée des curriculum : Teaching to the Test, les tricheries. Comment évaluer le mérite ? Après léchec de lévaluation hiérarchique, le fonder sur les résultats des élèves ? Plus facile à dire quà faire dans le scolaire. Cf. Institut de la FSU, Payer les profs au mérite ?

13 Un impact majeur : les législations de défiance

14 USA, un changement dans le rôle des TICE lourd de conséquences « The trend is a major philosophical shift in the White House concerning the role of technology in education. During the Clinton administration, federal leaders viewed technology as a way to open new educational horizons. Now, under the current administration and the demands of the education law championed by President Bush, the emphasis is on technology as a tool for analyzing achievement data » « Learning management systems, digital curriculum, and online summative and formative assessments have the distinctive capability of collecting real-time data on the progress of each student against learning objectives. Instant feedback for students and personalized analytics for teachers provide the support for continuous improvement and competency-based progress » Education Week, Technology Counts 2005, Vol. 24, Issue 35, p. 8, 5 mai 2005 Digital Learning Now!, Foundation for Excellence in Education, December 2010 p. 12

15 National Educational Technology Plan 2010 NETP calls for revolutionary transformation rather than evolutionary tinkering. The NETP presents a model of 21st century learning powered by technology, student learning data can be collected and used to continually improve learning outcomes and productivity. Many of our existing educators do not have the same understanding of and ease with using technology that is part of the daily lives of professionals in other sectors. Improving productivity is a daily focus of most American organizations in all sectors – both for- profit and nonprofit – and especially so in tight economic times. Education has not, however, incorporated many of the practices other sectors regularly use to improve productivity and manage costs, nor has it leveraged technology to enable or enhance them. We can learn much from the experience in other sectors. Redesigning education in America for improved productivity is a complex challenge

16 Une nouvelle approche : une e-evaluation où tout est enregistré et analysé : le cas des Virtual Schools FLVS : des enseignants disponibles de 8 H à 20 H, 7 jours sur 7; les corrections et réponses aux mails exigés sous 48 heures (12 heures pour les coups de téléphone) ; une évaluation par les « principals » tous les mois. North Carolina VS : lanalyse des « chats » du système de messagerie instantanée, lenregistrement des conversations par Skype ; Chaque enseignant reçoit un signal; vert, jaune ou rouge (viré). Un processus très rapide. Les 345 enseignants sont des contractuels sans les garanties de leurs homologues à plein temps des écoles publiques. Des questionnaires de satisfaction Cf. EdWeek.org elearning report 2 p. S16

17 Retour sur la genèse de la culture des tests La préhistoire : les premiers standards de connaissance de Thorndike au début 1900 (au même moment que les tests dintelligence de 1905 de Binet et Simon) Les prémices : 1965, Elementary and Secondary Education Act (ESEA) : grande nouveauté, le fédéral finance léducation ce qui conduit le Congrès à prendre des garanties. Lamendement du sénateur de New York, Robert Kennedy, exige que ceux recevant des fonds démontrent quils ont été bien dépensés en évaluant et rendant compte (reporting) de lefficacité des programmes soutenus par le Fédéral. Faute de quoi, ils ne seraient plus éligibles lannée suivante. 20Truth%20About%20Testing/Introduction.pdf 20Truth%20About%20Testing/Introduction.pdf Un chercheur déterminant dans les années 80 James Popham, inventeur de la MDI (Measurement Driven Instruction) … et directeur-fondateur de IOX, skinnérien en phase avec lapproche alarmiste de Reagan (A Nation at Risk 1983) mais qui fera plus tard son autocritique.

18 Un cadre de référence fort mais lautonomie dans lapplication A partir des idées développées dans A Nation at Risk, le standards movement a gagné en importance et débouché sur une initiative de ladministration Bush père sous la forme dun programme America 2000 (U.S. Department of Education, 1991), issu des travaux de la National Governors Conference de 1989 à Charlottesville, Virginia A cette conférence, le gouverneur Bill Clinton a joué un rôle important en suggérant, sinspirant des approches du management « moderne » de Margaret Thatcher au Royaume Uni, que chaque Etat développe une politique dite de tight-loose accountability fixant à la fois des objectifs contraignants en termes de standards et de résultats mais laissant les acteurs décider de sa mise en œuvre. America 2000 offrait ainsi un cadre permettant aux Etats de déveloper de nouveaux objectifs éducatifs. Rompant avec cette approche fédéraliste, en 1994, le Président Clinton a fait passer la loi Goals 2000: Educate America Act qui déplace le centre de décision du local vers les Etats et le national en jouant sur le levier de lattribution des fonds et de la pression attendue du public en fonction des résultats du High-stakes testing Une approche qualifiée de Reform by comparisons, envisageant déjà le merit-pay en fonction des résultats. Les prémices : 1965, Elementary and Secondary Education Act (ESEA) : grande nouveauté, le fédéral finance léducation ce qui conduit le Congrès à prendre des garanties. Lamendement du sénateur de New York, Robert Kennedy, exige que ceux recevant des fonds démontrent quils ont été bien dépensés en évaluant et rendant compte (reporting) de lefficacité des programmes soutenus par le fédéral. Faute de quoi, ils ne serainet plus éligibles lannée suivante. 20Truth%20About%20Testing/Introduction.pdf 20Truth%20About%20Testing/Introduction.pdf Un chercheur déterminant dans les années 80 James Popham, inventeur de la MDI (Measurement Driven Instruction) … et directeur-fondateur de IOX, skinnérien en phase avec lapproche alarmiste de Reagan (A Nation at Risk 1983) mais qui fera plus tard son autocritique.

19 Bush et la loi NCLB Bush, devenu en 1994 gouverneur du Texas, mettra dabord en œuvre cette approche Tight-Loose et la généralisation des tests dans son Etat Devenu Président, son premier texte dimportance sera la loi NCLB de 2001, No Child Lef Behind, passée avec le soutien des Démocrates, qui étend cette approche nationalement. NCLB généralise les tests annuels en Maths et Anglais jusquau collège et une fois au moins au lycée. Elle fixe lobjectif de 100 % des élèves « proficient » en Maths et Anglais en … sans définir ce niveau Elle impose des AYP pour les établissements et ce, pour toutes les catégories (ethniques, special, ELL) délèves. Faute de quoi, tout un arsenal de sanctions est prévu, allant jusquà la transformation de lécole ou sa fermeture.

20 2- les industriels Lindustrie des tests : CTB-McGraw Hill, ETS, Harcourt Educational Measurement, NCS Pearson, Riversside Publishing (Houghton Mifflin group)… Celle de lanalyse des données numériques et du profiling des élèves comme Wireless Generation rachetée par Murdoch Rupert Murdoch vient en effet dinvestir 360 million de $ pour acquérir 90% de Wireless Generation, et dembaucher une personnalité en vue, ancien responsable des écoles de New York, Joel Klein "When it comes to K through 12 education, we see a $500 billion sector in the U.S. alone that is waiting desperately to be transformed by big breakthroughs that extend the reach of great teaching," said Murdoch Les industriels « ordinaires » du secteur des TIC et des contenus

21 Le technicien du Film. n°159 (Avril-Mai 1969) Lépoque du CES de Marly –le –Roy ? Du passé ? En Idaho, Tom Luna Superintendent of Public Instruction fait passer une loi Students Come First prévoyant notamment déchanger des crédits de personnels contre le financement de la généralisation du e-Learning

22 3- les 3 grandes fondations Bill et Melinda Gates Foundation Elie Broad Foundation Walton family Foundation La promotion des valeurs et méthodes de lentreprise La foi dans le marché La puissance financière: Gates 3,5 milliards de $ dans les 5-6 prochaines années

23 Des moyens considérables au service de ladvocacy Gates 2009 : 373 millions $ dont 78 millions pour ladvocacy, quatre fois plus quen 2005 Weve learned that school-level investments arent enough to drive systemic changes, déclare Allan C. Golston, le president du programme US de la foundation. The importance of advocacy has gotten clearer and clearer. Un rôle dentrainement vis à vis des autres fondations qui, pour 72 % dentre elles supportent désormais ladvocacy (contre 60 % les années précédentes cf. Benchmarking 2010: Trends in Education Philanthropy ) mais 38 % seulement des expérimentations. Au total, environ 4 milliards de $ par an de force de frappe.

24 Une stratégie de relais. Parmi les 360 grants de Gates : – 3,5 millions à une initiative new-yorkaise to mount and support public education and advocacy campaigns. – 3,5 millions à Harvard pour la mise en place de strategic data fellows pour jour le rôle de entrepreneurial change agents dans des districts à Boston, Los Angeles et ailleurs – Un soutien à RTT en offrant $ de consulting aux Etats qui se portaient candidats pour élaborer leur proposition – Un soutien massif à la réalisation du Common Core Academic Standards – Le soutien aux syndicats (6,3 millions sur 3 ans)… mais aussi 2 millions de social action pour promouvoir le film Waiting for Superman qui cible lAFT – Laide à la création et au développement de groupes dinfluence proposant une alternative aux syndicats comme Educators for Excellence ou Teach Plus. – A investi 90 millions dans Renaissance 2010, la Turn Around Strategy de Chicago

25 La Broad Foundation investit dans la formation des cadres Broad Superintendents Academy finance la reconversion vers léducation de cadres militaires, professionnels du droit ou des gouvernances politiques. Représente en 2009, 43 % des postes ouverts dans les grands districts, présents au total dans 53 grandes villes dans 28 Etats. Broad Residency pour des professionnels ayant un master destinés à devenir des managers. Broad subventionne également leurs salaires (50 % la première année, 25 % la seconde). Rick Hess, AEI, in With the Best of Intentions: How Philanthropy Is Reshaping K–12 Education (2005) : By seeking to alter the composition of the educational workforce, pipelines offer foundations a way to pursue a high-leverage strategy without seeking to directly alter public policy. En 2010, le Broad Residency a reçu 3,6 millions de la Gates Foundation Got Dough? How Billionaires Rule Our Schools, Dissent Magazine, hiver 2011

26 Linterpénétration, les collusions La première équipe des principaux collaborateurs de Duncan : – La première chief of staff, Margot Rogers, venue de Gates; – Sa remplacente en 2010, Joanne Weiss, venue du New Schools Venture Fund, largement financé par Gates; – Assistant Secretary for Civil Rights Russlynn Ali a travaillé pour Broad, LA Unified School District et le Education Trust, bénéficiaire de Gates; – general counsel Charles P. Rose, fondateur de Advance Illinois, largement subventionné par Gates; – Assistant Deputy Secretary for Innovation and Improvement James Shelton a travaillé à la fois pour Gates et le New Schools Venture Fund. Duncan lui-même a été membre du board of directors de la division Education de Broad jusquen février 2009.

27 Linterpénétration, les collusions (suite) Le journaliste Steven Brill raconte dans Class Warfare le rôle déterminant dans lélaboration des règles de RTT de Jon Schnur, ancien White House Associate Director for Educational Policy sous ladministration Clinton, conseiller senior du Vice President Gore pour léducation, special assistant to U.S. Secretary of Education Richard Riley et cofondateur en 2000 de New Leaders for New Schools (cible : les urban schools) avec Ben Fenton, ancien consultant de McKinsey, Mike Johnston, ancien de Teach for America et Monique Burns, avocat specialisée dans les charter schools.Class WarfareTeach for America Joel Klein, ancien White House Councel sous Clinton puis US Assistant Attorney General de la division anti-trust (Microsoft) puis Chancelor NYC Department of Education avant dêtre recruté par Murdoch pour diriger son offre éducation. A contrario, la duplicité dont témoigne laffaire Linda Darling Hammond

28 Des indicateurs simples pour une éducation « Teacher Proof » Behind these promises and threats lies a simple theory: scores are not high enough, because teachers are either lazy, don't work hard, or aren't motivated enough to do a good job. So teachers will work harder and be more successful if they can get more money, and they will work harder and be more successful if their livelihoods and reputations are on the line. UK : une dernière proposition du Labour juste avant les élections de 2010 : « Teaching License » renouvelée tous les 5 ans Diane Ravitch, Differences/2009/09/the_nclb_paradox_enters_the_tw.htmlhttp://blogs.edweek.org/edweek/Bridging- Differences/2009/09/the_nclb_paradox_enters_the_tw.html

29 Le pas supplémentaire : la presse évalue les profs LA Unified School District : enseignants des « grade » 3 à 5 de 470 écoles primaires évalués selon la méthode dite de la « valeur ajoutée » (différence entre résultats statistiquement attendus et observés) pour langlais et les maths entre 2002 et Un mois après son lancement, un premier suicide denseignant attribué au palmarès par United Teachers

30 Un très fort développement du e- Learning aussi bien à luniversité sous des formes diverses (Blended ou diplômes à distance : cf. MIT OCW ou U of Phoenix OnLine) que pour le scolaire. Des usages scolaires principalement au lycée : options rares, préparation au College et remédiation.

31 Vers la privatisation ? Un système public sous pression : – Menacé dans son financement – Menacé dans son identité – Des enseignants mis en cause dans leur professionnalisme – Des syndicats désorientés Des paradoxes: – Linvocation de Pisa : tests / Finlande – Linvocation de Pisa : teacher bashing / considération – Une « accountability » qui sarrêt aux limites des chaînes de Charter Schools – Les discours sur les compétences du 21 ème siècle, la révolution pédagogique / les solutions behavioristes du type stimulus-réponse

32 Et lAngleterre ? Merit pay ? Un rapport parlementaire de janvier 2010 du children, schools and families select committee a dénoncé le système dévaluation de la performance jugé profondément défectueux dautant plus quil va de pair avec une « ahurissante » (bewildering) accumulation de priorités. Une étude menée durant cinq ans par une équipe dOxford, publiée en juin 2009 et considérée comme linvestigation concernant la further education, les 14-19, ans la plus importante depuis cinquante ans, The Nuffield review, a jugé « contre-productifs » les changements incessants dans léducation et souligné pour le stigmatiser le rôle que jouent désormais les valeurs de lentreprise dans léducation. Extraits de lanalyse des conséquences de laccent mis sur le « management de la performance » : …/… Cf. Cf.

33 "The consumer or client replaces the learner. The curriculum is delivered. Aims are spelt out in terms of targets. Audits (based on performance indicators) measure success defined in terms of hitting the targets. » "As the language of performance and management has advanced, so we have proportionately lost a language of education which recognises the intrinsic value of pursuing certain sorts of question... of seeking understanding [and] of exploring through literature and the arts what it means to be human." Le rapport critique ce quil analyse comme une transposition très simpliste de méthodes de management de lentreprise imposées aux écoles au nom dobjectifs et dindicateurs appauvrissants : "The Orwellian language of 'performance management and control' has come to dominate educational deliberation and planning, namely the language of measurable 'inputs', 'outputs', of 'performance indicators' and 'audits', of 'customers' and 'deliverers', of 'efficiency gains' and 'bottom lines'. Perhaps George Orwell's 1984 should be made the essential reading for all trainee teachers."

34 Les Academies Environ 200 Academies sous les travaillistes pour les zones défavorisées Plus de 1000 de mai 2010 à septembre 2011 soit au total 6 % des établissements Et maintenant 24 Free Schools

35 Le New Public Management ou le « monde enchanté des indicateurs et des incitations » laccent mis sur la performance au détriment dune gestion des moyens, des mécanismes contractuels pour encadrer le fonctionnement des unités, la mise en concurrence de celles-ci pour faciliter le libre choix des usagers, la décentralisation des budgets. Pour une synthèse Cf. Romuald Normand 2008 p. 51 David Osborme et Ted Gaebler (1992), Reinventing Government, How the Entrepreneurial Spirit is Transforming the Public Sector ou Clarke, John et Newman, Janet (1997): The Managerial State. Power, Politics and Ideology in the Remaking of Social Welfare, Sage Publications, London. Cf. Beauvallet 2009, Les stratégies absurdes p. 10

36 Un article de foi : malgré labsence de preuve, malgré la faillite du modèle conceptuel mise en évidence par la crise, la persistance de lapproche libérale issue du consensus de Washington (1989) Indeed, we heard that evidence can do little in politically charged areas. Several interviewees spoke of the dominant belief in markets, and the associated belief that choice and competition will lead to lower costs and higher standards. We were told this was an article of faith amongst policy makers, leading to (for example) league tables, self-governing schools and colleges and activity-based budgets. Instinct or Reason: How education policy is made and how we might make it better CfBT Education Trust 2010 p.27 Laccent mis sur lexécution dobjectifs chiffrés et non plus sur des valeurs ou des missions dintérêt général

37 Des idées qui rôdent en France aussi Cf. rapports Camdessus (2004), Pochard, Attali 1 ou Maguain en 2008 « Une évaluation rigoureuse de lengagement des enseignants doit être mise en place et influer sur la carrière. » Attali 2, 2010 p. 11 Note danalyse n° juillet 2011 du Centre dAnalyse Stratégique « institution d'expertise et d'aide à la décision placée auprès du Premier ministre. » Page 11 : « Pour les enseignants dont les élèves passent des épreuves nationales, un indicateur de valeur ajoutée, semblable à celui que la direction de lévaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) produit déjà pour les lycées, permettrait aux enseignants de situer lefficacité de leurs pratiques par rapport aux enseignants ayant des élèves comparables en termes dâge, dorigine sociale et de niveau scolaire initial. …/… Un deuxième élément dévaluation pourrait être constitué par des questionnaires remplis par les élèves. On prétend souvent que les élèves ne sont pas capables de juger de la qualité dun enseignant. Cela est inexact. Dans le cadre du projet MET (encadré 4), les chercheurs ont expérimenté lutilisation dun questionnaire reposant sur 27 questions précises touchant à divers aspects du travail de lenseignant.

38 Une période difficile pour les éducateurs, des évolutions inquiétantes mais il faut aussi se souvenir du caractère cyclique de lillusion de la supériorité du modèle de lentreprise pour une éducation jugée garante de la compétitivité américaine : – The efficiency period fin des 20s ( cf. Callahan 1962 Education and the Cult of Efficiency ) – 1957, le traumatisme de Spoutnik et le National Defense Education Act de La conférence de Woods Hole ( cf. Bruner 1960 The Process of Education ) – Performance Contracting : , le management scientifique Behaviouriste, accountability « Ce qui reste un mystère, cest la raison pour laquelle les éducateurs continuent de croire que lentreprise commerciale peut tout faire mieux, y compris léducation. Tout aussi dérangeant est le constat que si peu dattention ait été donnée aux dangers quune telle conception représente pour un société libre. » Daniel Tanner 1973 – 1983 A Nation at Risk, le désarmement unilatéral – 2001 NCLB: tests et accountability. – 2011 Vers un assouplissement de NCLB ?


Télécharger ppt "Une « Réforme » made in USA Alain Chaptal Université Paris 8 MSH Paris-Nord LabSic Paris 13 Membre de lInternational."

Présentations similaires


Annonces Google