La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LINFIRMIER DE DEMAIN, QUELLES ÉVOLUTIONS LA RÉFORME L.M.D. ENTRE COMPÉTENCE et RECONNAISSANCE Chantal CATEAU Jeudi 03 juin 2010.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LINFIRMIER DE DEMAIN, QUELLES ÉVOLUTIONS LA RÉFORME L.M.D. ENTRE COMPÉTENCE et RECONNAISSANCE Chantal CATEAU Jeudi 03 juin 2010."— Transcription de la présentation:

1 LINFIRMIER DE DEMAIN, QUELLES ÉVOLUTIONS LA RÉFORME L.M.D. ENTRE COMPÉTENCE et RECONNAISSANCE Chantal CATEAU Jeudi 03 juin 2010

2 2 INTRODUIRE SOUS QUELQUES MOTS

3 3 COMPÉTENCES EFFICIENCE PERFORMANCE SOINS CONNAISSANCE RECONNAISSANCE

4 4 SOUS LES RÉFORMES

5 5 RÉFÉRENTIEL de COMPÉTENCES DÉVELOPPEMENT Professionnel CONTINU FORMATION INITIALE et CONTINUE LOIT H.P.S.T. A.N.A.P. COOPÉRATIONS PRATIQUES AVANCÉES entre PROFESSIONNELS

6 6 Sous le vocable SOIN – OFFRE de soins dans un contexte de contraintes, comment exercer le métier ? Répondons-nous toujours mieux aux besoins de santé en faisant preuve découte dattention à lautre, de prendre soin pour optimiser la présence des Professionnels auprès des personnes soignées ?

7 7 Sous quelles évolutions valoriser loffre de formation et lexpertise des professionnels : la recherche clinique, les partenariats, linter professionnalité, linterdisciplinarité, les ressources mutualisées, la conception apprenante de lorganisation autour de projets communs La volonté de partage favorable à rendre visible le travail prescrit et le travail réel !

8 8 Sous quelles formes ? appréhender les changement de posture, sortir du cloisonnement, développer lattractivité, fidéliser le nombre de professionnels formés, reconnaitre les expertises et les pratiques de formation innovantes, mettre en valeur des actions conduites par les professionnels accès à la recherche publications décrits professionnels, revalorisation des carrières, …

9 9 LOPPORTUNITÉ DUNE RÉFORME CENTRÉE SUR LES COMPÉTENCES

10 10 La notion de compétences est au cœur de la réforme. Cest une approche pragmatique qui représente une opportunité dans le champ de lenseignement supérieur professionnel

11 11 La réforme sera telle efficace pour le soignant de demain ?

12 12 Les contraintes, les obligations, les tensions, de toutes parts, ne doivent pas nous empêcher davoir des espaces de réflexion professionnelle comme celui de ce jour.

13 13 1 er NIVEAU – MACRO LES RÉFORMES DES POLITIQUES

14 14 LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ ENJEU INTERNATIONAL MAJEUR

15 15 LES GRANDS DÉFIS INTERNATIONAUX EN MATIÈRE DE RESSOURCES HUMAINES POUR LA SANTÉ

16 16 LE MONDE FAIT FACE À DES BESOINS DE SANTÉ CROISSANTS Les 59 millions de professionnels de santé ne suffisent pas et suffiront de moins en moins face à : - La forte croissance démographique - Laccroissement continu de lespérance de vie - Lapparition de nouvelles maladies et la persistance de grands enjeux sanitaires - La multiplication des conflits et des catastrophes naturelles - La demande croissante de soins

17 17 DES BESOINS EN PROFESSIONNELS DE SANTÉ ET EN FORMATION SANS PRÉCÉDENT ! Dans son rapport mondial 2006, lO.M.S. estime à 4,2 millions le nombre de recrutements nécessaires pour faire face aux besoins de santé dici 2015 dont un million de professionnels de santé dici 2015 pour lAfrique et les Etats-Unis

18 18 ACTIONS SUR LENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE Plan daction national des Ressources Humaines en Santé Politique de renforcement de lattractivité des métiers de la santé pour les étudiants (campagnes de recrutements, bourses détudes, reconnaissance des diplômes, etc.) Régulation de la démographique médicale (quotas, etc.) Régulation, évaluation et accréditation des universités, des instituts de formation et des curricula Équipements des universités et instituts Recrutements, incitations pour les enseignants

19 19 ACTIONS SUR LEXERCICE PROFESSIONNEL Améliorer la répartition territoriale (zones rurales/urbaines) et entre secteurs public/privé Encourager la formation continue Évaluer les pratiques professionnelles Développer et encadrer le transfert de compétences Renforcer les règles de déontologie, régulation/contrôle Améliorer les règles dexercice, la diffusion des bonnes pratiques, etc.

20 20 ACTIONS POUR LIMITER LES SORTIES DE LA PROFESSION Incitations : rémunérations, harmonisation et valorisation des statuts/carrières, conditions de travail, etc. Bonifications retraites liées à laccroissement des annuités Concertation avec les institutions financières internationales pour augmenter les investissements dans les systèmes de santé et les RHS

21 21 DES STRATÉGIES TOUT AU LONG DE LA VIE PROFESSIONNELLE À LENTRÉE Préparer le personnel de santé Planification Enseignement Recrutement À LA SORTIE Faire face à lusure des effectifs Emigration Choix de carrière Santé et sécurité Retraite EN PÉRIODE dACTIVITÉ Améliorer la performance des agents Encadrement Rémunération Assistance technique Formation continue Disponibilité Compétence Réactivité Productivité PERFORMANCE DU PERSONNEL

22 22 DES RÉFORMES SUCCESSIVES IMPACTS sur les collectifs de travail - loi HPST, territoires santé, nouvelle gouvernance avec pôles dactivités, TCA, contractualisation - Coopérations - Pratiques avancées - D.P.C. - A.N.A.P. - Recherche Efficience – qualité des soins Performance de loffre de soins

23 23 Evolution du contexte État Ministère de lenseignemen t supérieur DGOS Quota Formations Diplômes dÉtat LMD ECTS Région Jeunes / emplois Territoires Secteur Sanitaire et social Les professions Paramédicales RéingénieriePasserelles UN CONTEXTE EN MOUVANCE SYNOPTIQUE Démographie PA. Médicale Se former tout au long de la vie Europe Harmonisation des diplômes Employabilité Mobilité Accords de Bologne La profession dinfirmier(e ) Evolution de carrière Expertise Coopération – Pratiques avancées Suivi des patients atteints de pathologies chroniques Consultations, prescriptions… Attractivité Les hôpitaux Contraintes économiques Loi réforme de lhôpital – Patient, santé, territoire (2107/2009)

24 24 TITRE IV – LOI H.P.S.T. LORGANISATION TERRITORIALE DU SYSTÈME DE SANTÉ Les Agences Régionales de Santé (A.R.S.) Au niveau de leurs objectifs : renforcement de lancrage territorial des politiques de santé simplification du système de santé et association, au niveau régional, de lÉtat et de lAssurance Maladie Mise en place de nouveaux outils pour améliorer lefficacité du système de santé décloisonnement hôpital/ambulatoire/médico-social Au niveau de leur organisation : un directeur général, nommé en conseil des ministres un conseil de surveillance >représentants de lÉtat, de lAssurance Maladie, des collectivités locales, des usagers une conférence régionale de santé, deux commissions de coordination des politiques de santé + pour les établissements : plus de simplicité, lARS étant linterlocuteur unique des professionnels de santé + pour les patients : une proximité renforcée avec les acteurs sanitaires et médico-sociaux

25 25 TITRE IV LORGANISATION TERRITORIALE DU SYSTÈME DE SANTÉ Les Agences Régionales de Santé (A.R.S.) Acteurs essentiels du système de santé au niveau de la région > définition et mise en œuvre de la politique régionale de santé, dans le respect des objectifs nationaux, afin de veiller à la gestion efficiente du dispositif sanitaire, social et médico- social

26 26 Les Agences Régionales de Santé (A.R.S.) Interlocuteurs unique placés sous la tutelle des ministres chargés de la santé, des personnes âgées, des personnes handicapées et de lAssurance Maladie, qui se substituent aux sept structures aujourdhui en place> Agences Régionales de lHospitalisation (A.R.H.), Directions Régionales et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS et DDASS), Unions Régionales des Caisses dAssurance Maladie (URCAM), Groupements Régionaux de Santé Publique (G.R.S.P.), Missions Régionales de Santé (M.R.S.), Caisses Régionales dAssurance Maladie (CRAM, dans leur volet « sanitaire ») Personnes morales, autonomes moralement et financièrement + pour lorganisation sanitaire : plus de simplicité, de proximité, une coordination améliorée entre les acteurs

27 27 MISSIONS A.R.S. - D.R.J.S.C.S.

28 28

29 29

30 30 D.R.J.S.C.S./A.R.S Formation des auxiliaires médicaux, des aides- soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers et préparateurs en pharmacie Les D.R.J.S.C.S. sont en charge de la certification des diplômes Les.A.R.S. sont en charge du contrôle pédagogique et de la démographie développement des compétences des directeurs dinstituts de formation

31 31 DRJSCS = Certification des diplômes Modification en cours du décret du 10 décembre 2009 pour préciser que le Préfet de Région ou par délégation le Directeur Régional de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale désigne et préside les jurys relatifs aux diplôme dÉtat et les délivre

32 32 ARS = Suivi pédagogique des instituts et démographie paramédicale larticle L du Code de la Santé Publique prévoit que les A.R.S. contribuent à évaluer et à promouvoir la qualité des formations des professionnels de santé. rôle des conseillers techniques et pédagogiques au sein des A.R.S.

33 33 Rôle renforcé des directeurs dinstitut chargés de lorganisation et de la présidence des jurys des épreuves dadmissibilité et dadmission dans les instituts présidence des jurys de passage dune année sur lautre organisation de lexamen final en vue de la délivrance du diplôme dÉtat

34 34 Lévolution de loffre de soins => doit servir les besoins de santé publique et prendre en compte également le développement des sciences et des techniques qui impose aux professionnels de santé une réactualisation fréquente de leurs connaissances (D.P.C. article 59 de la Loi HPST, F.T.L.V.V.A.). La prise en charge dans un service de soins infirmier sinscrit très souvent dans un parcours de santé.

35 35 EN RÉSUMÉ : UNE RÉFORME POUR LAVENIR Une organisation des soins optimisée pour les patients garantie dune offre de soins de qualité, en tenant compte des spécificités et des capacités des établissements et des professionnels accessibilité à la prévention et aux soins pour tous, en fonctions des niveaux de recours fluidification du parcours de soins entre la ville, lhôpital et le secteur médico- social Des professionnels mieux formés, responsabilisés et reconnus valorisation des équipes pour dynamiser la gestion amélioration des formations, initiale et continue, renforcement de lévaluation des pratiques professionnelles, incitation aux coopérations entre professionnels implication renforcée en matière déducation thérapeutique du patient et qualité des soins

36 36 QUELS ENJEUX et QUELS DEVENIRS ? RÉFORME L.M.D.

37 37 La réforme de la formation infirmière est mise en œuvre depuis la rentrée de septembre Dans nos institutions, la réforme de la formation infirmière est concomitante de la mise en en place de lAgence Régionale de Santé (A.R.S.) et de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (D.R.J.S.C.S.)

38 38 La mise en œuvre de la formation concerne plusieurs instances qui devront se concerter et conjuguer leur action : lA.R.S. la D.R.J.S.C.S. Le Conseil Régional de Rhône-Alpes

39 39 Au niveau national, la dynamique daccompagnement du changement est impulsée par le réseau des conseillers nationaux et régionaux en soins (pédagogique et technique). En région Rhône Alpes, une réelle volonté de changement autour de la réforme de la formation infirmière est en marche.

40 40 La réflexion multiforme est engagée par lensemble des acteurs : le Conseil Régional avec létude prospective des besoins( emploi / formation) pour les métiers en tension, les problématiques de stage… les instituts de formation en intra et en inter- instituts dans le cadre du Comité dEntente des Formations Infirmière et Cadre (C.E.F.I.E.C.) et dans les réunions fonctionnelles départementales et/ou de territoires de stage les établissements de soins : activation des référents de stage, initiation dun ou plusieurs groupes- projet centré(s) sur la réforme en partenariat ou non avec les IFSI

41 41 Accompagner la réforme est une priorité dans la mission de la conseillère pédagogique régionale. Elle est chargée également de donner des repères, dassurer le suivi et de participer à lévaluation de la formation mise en œuvre

42 42 RESTENT DU RESSORT DES A.R.S Les autorisations de travail pour les diplômes extracommunautaires les autorisations de travail pour les étudiants en médecine Usage des titres professionnels dostéopathes, de chiropracteurs et de psychothérapeutes

43 43 RESTENT DU RESSORT DES A.R.S. TRANSITOIREMENT autorisation de remplacement autorisation de cabinets secondaires agrément des sociétés constituées dauxiliaires médicaux Puis compétences transférées aux ordres professionnels

44 44 2 ème NIVEAU – MESO PROFESSIONNELS / ENCADREMENT

45 45 Dans le contexte politique de régionalisation des formations de professionnels paramédicaux, la Région doit soutenir les initiatives qui auront un impact sur le développement des compétences des professionnels prenant en charge nos concitoyens au niveau sanitaire et social. Pour pouvoir disposer de professionnels de santé de qualité et suffisamment nombreux, il sagira de renforcer la coordination entre la formation initiale et continue en sappuyant sur les schémas régionaux de formation professionnelle, maintenir lattractivité des métiers, fidéliser les professionnels sur les départements en déficit.

46 46 Comprendre de contexte de la réforme Mesurer les enjeux pour la profession LA RÉFORME LMD LES CHANGEMENTS

47 47 POINTS FORTS Harmoniser et référencer les pratiques professionnelles Faciliter lintégration et enrichir lencadrement Renforcer le partenariat IFSI/PÔLE et UNITÉ Instaurer une complémentarité des rôles et responsabilités de chacun des acteurs Uniformiser le déroulement de la formation au plan national

48 48 AUTOUR DE LA LICENCE MASTER DOCTORAT (L.M.D.) En France, la demande professionnelle est « ambiguë » avec des contradictions face aux perspectives : un désir collectif de reconnaissance professionnelle à un juste niveau, soit grille de niveau III ; également avec lespoir dune meilleure rémunération des perspectives dévolution de carrière reconnues dans la filière universitaire la possibilité de valoriser les savoirs infirmiers jusquau doctorat et ainsi, de mener de vraies recherches en soins infirmiers la possibilité de travailler à niveau égal avec les autres professionnels de la santé, toutes disciplines confondues

49 49 LICENCE MASTER DOCTORAT Intégration du Diplôme dÉtat Infirmier dans la filière LMD Adapter la formation aux nouvelles compétences, dans un système de santé en évolution Une meilleure reconnaissance de la formation avec lobtention dECTS : « Européan Crédits Transfer System », système de crédits développé par lUnion Européenne ECTS pour obtenir le diplôme dÉtat - chaque semestre est validé par 30 ECTS Accéder à de nouvelles passerelles avec les autres filières de formation en soins Lobtention du grade de licence

50 50 LE PROGRAMME DES ÉTUDES Il est construit à partir des trois référentiels suivants : référentiel métier référentiel dactivités, inscrites dans le Code de la Santé Publique référentiel de compétences En terme de capacités à …. Pour construire le référentiel de formation Attesté par lobtention du Diplôme dÉtat Infirmier = grade licence

51 51 PARMI LES GRANDS CHANGEMENTS PÉDAGOGIQUES Le programme de formation affirme lalternance – IFSI/Stages Une orientation universitaire pour une intégration dans le système de lenseignement supérieur Les modalités pédagogiques sont totalement rénovées par : - Les compétences - Les unités denseignement - Les méthodes et les outils pédagogiques Lengagement de létudiant dans sa formation est fortement sollicité Le partenariat avec les professionnels de santé est renforcé (formateur référent de stage)

52 52 LA DÉFINITION DU MÉTIER dINFIRMIER Évaluer létat de santé dune personne et analyser les situations de soins Concevoir et définir des projets de soins personnalisés Planifier des soins, les prodiguer et les évaluer Mettre en œuvre des traitements

53 53 LA FINALITÉ DE LA FORMATION Professionnaliser le parcours de formation de létudiant Lamener à être un praticien autonome, responsable

54 54 FINALITÉ : DEVENIR UN PROFESSIONNEL COMPÉTENT CEST VISER UNE ÉVOLUTION CONSTRUCTIVE DU SOIN La dimension du prendre soin sexerce à différents niveaux : Personne Soins de proximité Autour du service rendu

55 55 FINALITÉ : VALORISER LES EXPERTISES Être en CAPACITÉ : Daccompagner Repérer Orienter des recherches Proposer des formations, des écrits dans lévolution des soins et des pratiques Promouvoir les partenariats, les échanges, les mutualisations Travailler sur les comparaisons de référentiels et de situations, pour nous enrichir les uns et les autres

56 56 FINALISER Valoriser les recherches en stage en pédagogie – les faire connaître Réduire clivages et cloisonnements entre sanitaire social – médico-social Promouvoir lauto-évaluation et le sentiment dauto-efficacité (en ayant les moyens matériels financier et temporel)

57 57 Mobilisation des ressources et des savoirs Théoriques associés Relationnel et sociaux associés Méthodologiques associés Pratiques associées Moyens mis à disposition (équipement, organisation, management…) ExpérienceImplication RESULTAT ATTENDU - Législation - HAS… SITUATION PROFESSIONNELLE LAPPROCHE PAR COMPÉTENCE Pour agir avec compétence

58 58 LES DIX COMPÉTENCES EN SOINS INFIRMIERS Les cinq compétences dites « Cœur du métier » Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs

59 59 LES CINQ COMPÉTENCES DITES « TRANSVERSALES » Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques Organiser et coordonner des interventions soignantes Informer et former des professionnels et des personnes en formation

60 60 UN CHANGEMENT DANS LAPPRENTISSAGE Létudiant devient acteur privilégié de son apprentissage Il participe, construit son professionnalisme, sur la base de sa propre expérience avec lappui des personnes rencontrées et des formateurs « la rencontre » est facilité par la richesse des questionnements et des « croisements » dans les acquisitions il manifeste une motivation renforcée par un soutien pédagogique pertinent et individualisé Bien accompagné, il exprime un réel plaisir dapprendre

61 61 LA MISE EN RELATION DES CONNAISSANCES À ACQUÉRIR ET LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES REQUISES PAR LES ENSEIGNEMENTS SUIVANTS Les sciences dites « contributives » : sciences humaines, sociales et de droit, les sciences biologiques et médicales Les sciences et techniques infirmières : fondements et méthodes, interventions Lintégration des savoirs et la posture professionnelle : UE dintégration Et les méthodes de travail, technologies informatiques et de Communication ; langlais

62 62 POUR UNE AFFIRMATION PROFESSIONNELLE LE STAGE SERA QUALIFIANT par : Létablissement dune convention de stage tripartite, dune charte, dun livret daccueil et dencadrement de létudiant Un engagement clair des professionnels concernés Un partage de documents : formateurs, soignants et étudiants Des évaluations partagées et réciproques La reconnaissance dune compétence acquise et la capacité à la transmettre Le lien entre les professionnels est renforcé par laffirmation du principe de formation par lALTERNANCE

63 63 Finalité Former un infirmier(e) généraliste débutant Faisant preuve dautonomie, de responsabilité, de réflexion et dadaptation lors des situations courantes de soin. Processus de professionnalisation Etudiant Connaissance de soi, confiance, sérénité, questionnement, maîtrise du jugement, des émotions, des responsabilités. Développemen t Personnel Acquisition des compétences Savoirs théoriques, méthodologiques Savoirs agir Savoirs relationnels Portefeuille de ressources, de réseaux, Projet professionnel Ethique personnelle Développemen t Professionnel Acquisition progressive des compétences (C1 à C10 selon semestre) Maître de stage Formateur référent Tuteur Professionnel de proximité Intervenants Alternance IFSI/STAGE

64 64 Principes Pédagogiques IFSI Lien fort IFSI / stage Formation construite et structurée autour de situations de soin. Individualisation de la formation Parcours de stage Apprendre à apprendre – Modèle socioconstructiviste Pédagogie active centrée sur létudiant et lalternance intégrative Progressivité dans les apprentissages - Comprendre - Agir - Transferer

65 65 Intégrer les savoirs reçus Développer de nouveaux savoirs (cliniques, législatifs, sciences humaines, organisationnels, relationnels) Acquérir des connaissances procédurales : raisonnement, méthodes, processus…… Emotionnel, Cognitif, Réglementaire, Ethique Guidage Charte Offre de stage Objectifs prescriptifs Définir les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels Validation des compétences Maître de stage Tuteur Professionnels de proximité Formateurs En lien avec le référentiel de compétences et les règles de bonnes pratiques Analyses de situations Réflexivit é Développer Posture – réflexion Jugement clinique Habilités gestuelles Prise de distance Gestion des émotions Ecoute centrée sur la personne soignée Proposer des soins de qualité Evaluer ses compétences Pour Principes Pédagogiques Stages COMPRENDRE AGIR TRANSFERER Lien fort IFSI / stage Qualification des lieux de stages Progressivité de lapprentissage et de lévaluation Parcours individualisé de létudiant PORT FOLIO Agir auprès dune personne présentant une question ou un problème de santé.

66 66 Les professionnels de proximité Infirmiers Nomme les savoirs utilisés et accompagne sa réflexion Questionne, explique les risques liés aux soins Consulte le Port Folio pour cibler les situations, activités ou soins à confier à létudiant (parcours) Organise les activités dapprentissage de létudiant en lien avec les éléments du référentiel de formation Le guide indique ce qui est conforme aux bonnes pratiques, ce qui doit être amélioré. Travaille en duo avec létudiant et laisse progressivement létudiant mener des activités en autonomie Fonction dencadrement pédagogique au quotidien Facilite lexplication des situation du vécu de stage Lencourage dans ses recherches et sa progression Fait le point sur lencadrement avec le tuteur de façon régulière

67 67 Le Tuteur Infirmier(e) Missionné, garant de la progression Volontaire Expérimenté Intéressé et compétent en encadrement Missionné Organise le parcours de stage en fonction des objectifs Assure un accompagnement individuel et évalue la progression (entretiens) Met en relation létudiant avec les professionnels de proximité et le maître de stage Autorise létudiant à participer à des activités de soins en dehors de lunité. Echange avec létudiant autour de situations et de questions. Travaille avec le formateur de lIFSI référent du stage Propose des solutions en cas de difficultés ou de conflits Transcrit les progrès de létudiant dans le port folio Evalue la progression de létudiant dans lacquisition des compétences (avis des professionnels de proximité) et formalise celle-ci sur le port folio en fin de stage. Linfirmier(e) Fonction pédagogique Accompagnement

68 68 Le Maître de Stage Cadre de santé Responsable Garant de la qualité Règle les conflits, les litiges Veille à la mise en place de moyens Assure le suivi avec lIFSI Accueille et manage Veille à létablissement dun livret daccueil spécifique Veille à la diffusion et à lapplication de la charte Cadre de santé Fonction Organisationnelle et institutionnelle

69 69 Le Formateur Référent de stage Règle au fur et à mesures les questions Conseil, soutien pédagogique, suivi du parcours des étudiants Contribue à la formation clinique de létudiant et à lanalyse de ses pratiques Assure la coordination avec le maitre de stage Collabore avec le tuteur dans le suivi des étudiants Accompagne les équipes dans lutilisation du référentiel de formation Enrichir des liens Organise des rencontres avec les étudiants sur les lieux de stage ou à lIFSI Régule les difficultés éventuelles

70 70 3 ème NIVEAU – MICRO ÉTUDIANTS - APPRENTISSAGES

71 71 CONCRÈTEMENT : LE PORTFOLIO ? OUTIL DE LÉTUDIANT Comporte pour chacun des stages des éléments : Sur le cursus de formation de létudiant, écrits par celui-ci avant son arrivée en stage Danalyse de la pratique de létudiant à partir des activités réalisées en stage, rédigée par létudiant Dacquisition des compétences au regard des critères cités qui sont remplis par le tuteur, en concertation avec léquipe dencadrement, lors de lentretien dévaluation du stage Sur la réalisation des actes, des activités ou des techniques de soins, à remplir par le tuteur, en concertation avec léquipe dencadrement et létudiant pendant le stage Du bilan de la progression de létudiant, réalisé par le tuteur, lors de chacun des stages Toutes ces étapes de formation sont faites AVEC et en présence de létudiant

72 72 Évaluation continue / semestre des unités denseignement Capitalisation Compensation Diplôme dEtat dInfirmier si toutes les compétences sont acquises MODALITÉS DÉVALUATION EN LIEN AVEC LE RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES (CERTIFICATION) Validation annuelle des compétences Port folio Stage complémentaire Si besoin Formateur Référent Equipe pédagogique Jury final Stage + + Grade de licence

73 73 COMPÉTENCES RECHERCHE RECONNAISSANCE

74 74 LA RÉFORME CONCRÈTEMENT, CE QUI CHANGE Dimension européenne Réingénierie des diplômes paramédicaux Calendrier 2010 – 2012 Évolutions statutaires Groupement Coopération Sanitaire (G.C.S.) – Licence Commission dAttribution Crédits Évaluation Suivi de la réforme (AERES) Préconisations Recherche

75 75 LE PASSAGE À lUNIVERSITÉ POUR LES FORMATEURS LES ENJEUX ? Des pistes : De réflexion Dorientation De construction De recherche Qui valorisent lexpertise et les compétences reconnues

76 76 UN FORMATEUR EST UN CRÉATEUR DE SITUATIONS DAPPRENTISSAGES Quil provoque à travers lanalyse de situations professionnelles : en laboratoires cliniques en ateliers en organisant du temps pour individualiser les parcours

77 77 LES SAVOIRS SE METTENT AU SERVICE DES COMPÉTENCES Les formateurs, sont en prise directe avec les universitaires. Les enseignements universitaires sont influencés par lapproche (compétences)

78 78 AXES DE TRAVAIL À DÉVELOPPER

79 79 À LA CROISÉE DES RÉFORMES Une obligation travailler autrement sur des partages dexpériences : des partenariats entre structures de soins et I.F.S.I. et des ressources collaboratives

80 80 LEVIERS dACTIONS

81 81 PROJET DETABLISSEMENT PROJET DÉCOLE Investir les missions hospitalières La fonction recherche La formation continue Développer loffre de formation et lorganisation apprenante

82 82 FAIRE ÉVOLUER LES MISSIONS DES I.F.S.I. Diversifier loffre de formation en lien avec les plans de santé publique Développer les axes du plan Alzheimer – Mesure 20

83 83 Développer le plan de qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques Favoriser les usagers et les AIDANTS, etc.

84 84 Adapter et diversifier les réponses en matière doffre de formation : Faciliter laccès aux formations Renforcer le contrat dobjectifs « sanitaires, médico-social » Développer les logiques transprofessionnelles Développer les compétences collectives

85 85 Accompagner les pratiques avancées Favoriser les passerelles

86 86 ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DE LA FORMATION Avec référentiels existants : EHESP AFNOR

87 87 LES PROJETS en IFSI – ÉVOLUTION Suivi des cohortes Étudiants : interruptions de formations Formation au TUTORAT Master de recherche Certification des INSTITUTS en lien avec le Conseil Régional

88 88 Créer des instituts en pôles de références en matière de formation initiale et continue Renforcer les liens de coopérations dans la mutualisation des compétences des formateurs et la gestion des stages Développer les enseignements à distance e- learning, visio conférence

89 89 CONCLUSION Les contraintes, les obligations, les tensions, de toutes parts, ne doivent pas nous empêcher davoir des espaces de réflexion professionnelle comme celui de ce jour. Pour vous fédérer, collaborer ensemble dans une vision managériale et prospective MERCI


Télécharger ppt "LINFIRMIER DE DEMAIN, QUELLES ÉVOLUTIONS LA RÉFORME L.M.D. ENTRE COMPÉTENCE et RECONNAISSANCE Chantal CATEAU Jeudi 03 juin 2010."

Présentations similaires


Annonces Google