La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vieillissement et raisonnement. Sommaire Introduction Raisonnement inclusif Raisonnement déductif Raisonnement inductif Conclusion 2.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vieillissement et raisonnement. Sommaire Introduction Raisonnement inclusif Raisonnement déductif Raisonnement inductif Conclusion 2."— Transcription de la présentation:

1 Vieillissement et raisonnement

2 Sommaire Introduction Raisonnement inclusif Raisonnement déductif Raisonnement inductif Conclusion 2

3 Introduction Raisonnement inductif: permet dextraire des règles générales à partir dexemples particuliers, il est mis en œuvre dans des tâches où le sujet doit découvrir et tester une hypothèse. Raisonnement déductif: procédé de pensée par lequel on conclut à partir de propositions prises pour prémisses, à une proposition qui en résulte, en vertu des règles de la logique. Raisonnement inclusif: comparaison des extensions relatives dune classe à la classe qui lemboite. 3

4 Raisonnement inclusif Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Hypothèse: Les différences dans les performances dinclusion de classes chez les jeunes et les âgés sont en partie expliquées par les capacités dinhibition. 4

5 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Raisonnement logique nécessite 2 processus liés à lattention sélective: Processus dinhibition cognitive Processus dactivation Houdé (1995): Certaines erreurs de raisonnement ne seraient pas dues à un défaut de logique mais à un défaut dinhibition. 5

6 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Pour V. Pennequin & al., létude du développement de linhibition nécessite de sintéresser à un ensemble de processus liés: Flexibilité Résistance à linterférence 6

7 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Epreuve dinclusion des classes: Dessins de classes familières aux sujets: (Vêtements; Animaux) 7

8 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) 3 questions: Classique : Y a-t-il plus danimaux ou de chevaux? Modification: Peut-on modifier la situation pour quil y ait plus de chevaux que danimaux? Ecran: Je cache les dessins avec un écran, jenlève quelques animaux. Sous lécran, y a-t-il plus danimaux que de chevaux? 8

9 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Mesure de la flexibilité : Epreuve du Trail Making Test. Mesure de la capacité de résister à linterférence : Test de Stroop version papier. 9

10 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Résultats de lépreuve dinclusion des classes: scores ans60-75 ans75-95 ans 10

11 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Performances au Trail Making Test: diminution dès 60 ans. Performances au Stroop: diminution après 75 ans. Moyennes et écart-types (entre parenthèses) des scores dinclusion et dinhibition en fonction de lâge 11

12 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) Analyse de régression hiérarchique: 36,83% de la variance des scores dinclusion liée à la flexibilité. (Trail Making Test) 12

13 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) La résolution des épreuves dinclusion semble nécessiter majoritairement une capacité à déplacer son attention dun item pertinent à lautre: Activer le schème pertinent et inhiber le schème dangereux. Décline avec lâge 13

14 Valérie Pennequin, Fabienne Lauverjat, & Roger Fontaine (2007) La flexibilité permet denvisager plusieurs solutions possibles OU plusieurs stratégies possibles. Le déclin avec lâge des performances dinclusion de classes pourrait ainsi sexpliquer par une perturbation chez les âgés au niveau de la distribution stratégique. La diminution de la résistance à linterférence pourrait renvoyer à une difficulté dans la sélection stratégique. 14

15 Raisonnement déductif Light, Zelinski et Moore (1982) Salthouse, Mitchell, Skovroneck, & Badcock (1989) 15

16 Raisonnement déductif Light, Zelinski et Moore (1982) « The boys measured their heights: David was taller than Bob Bob was taller than James James was taller than Ron » 16

17 Light, Zelinski et Moore (1982) Deux types de questions: Question mémoire: Bob est-il plus grand que James ? Question inférence: James est-il plus grand que David? 17

18 Light, Zelinski et Moore (1982) 18

19 Raisonnement déductif Salthouse, Mitchell, Skovroneck, & Badcock (1989) Présentation au sujet de 4 blocs de 40 problèmes de raisonnement verbal: Chaque problème = 3 prémisses + 1 question 19

20 Salthouse, Mitchell, Skovroneck, & Badcock (1989) G et H varient en sens opposé E et F varient dans le même sens F et G varient en sens opposé 20

21 Salthouse, Mitchell, Skovroneck, & Badcock (1989) 3 Types de questions faisant varier la difficulté: Si G diminue, que se passe-t-il pour H ? Si F augmente, que se passe-t-il pour H ? Si E diminue, que se passe-t-il pour H ? 21

22 Salthouse, Mitchell, Skovroneck, & Badcock (1989) 22

23 Light & al; Salthouse & al. Conclusion: Les résultats suggèrent une interaction entre âge et complexité. Pour ces auteurs, les difficultés rencontrées par les âgés seraient dues aux ressources limitées de la MdT. Pose le problème de lexécution stratégique. 23

24 Raisonnement inductif F. Lauverjat, V. Pennequin & R. Fontaine (2005) A. Jeantin & V. Pennequin (2006) T. Nettelbeck & N.R Burns (2010) Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) 24

25 F. Lauverjat, V. Pennequin & R. Fontaine (2005) Objectif de lexpérience: Comprendre les déterminants cognitifs et non cognitifs des effets du vieillissement sur une tâche de raisonnement inductif. 25

26 F. Lauverjat, V. Pennequin & R. Fontaine (2005) Evaluation: Mémoire de travail (recodage de lettres) Inhibition (génération aléatoire de chiffres) Vitesse de traitement (barrage de figures) Raisonnement (identification de concepts) Facteurs environnementaux (fréquence activité, niveau de bien être, etc.) 26

27 F. Lauverjat, V. Pennequin & R. Fontaine (2005) Objectif: Identifier un concept en extrayant le/les points communs quentretiennent les différentes formes qui diffèrent selon plusieurs caractéristiques. Plusieurs niveaux de complexité. 27

28 F. Lauverjat, V. Pennequin & R. Fontaine (2005) Résultats: Les facteurs « environnement » et « vitesse/MDT » sont de meilleurs indicateurs que ne lest le facteur « inhibition » pour mesurer les effets de lâge sur les capacités de raisonnement. Corrélation significative entre activité intellectuelle et capacité de raisonnement. 28

29 A. Jeantin & V. Pennequin (2006) Objectif: Montrer que le déclin des 3 fonctions exécutives (flexibilité, remise à jour et inhibition) et la vitesse de traitement pourraient expliquer leffet de lâge sur le raisonnement inductif. 29

30 A. Jeantin & V. Pennequin (2006) Les fonctions exécutives : Flexibilité mentale: Plus-Minus Remise à jour: N-Back Lettres Inhibition: Stroop Vitesse de traitement : Code Tâche de raisonnement inductif : Tâche identification des concepts 30

31 A. Jeantin & V. Pennequin (2006) Résultats: Remise à jour, flexibilité et vitesse de traitement semblent expliquer le mieux la variance sur le raisonnement inductif. On peut ainsi se demander si il ny aurait pas un lien avec lexécution stratégique. Pour aller plus loin… 31

32 A. Jeantin & V. Pennequin (2006) Théorie du modèle de Johnson-Laird et Byrne (1991). Les individus construisent des modèles internes des prémisses : 1) Compréhension 2) Proposition de conclusion 3) Réfutation 4) Contre exemple 32

33 A. Jeantin & V. Pennequin (2006) Chez les personnes âgées : étape de réfutation qui semble être la plus altérée. Liée aux capacités limitées de la MdT. Remise à jour en MdT : fonction exécutive qui contribue le plus à la variance des performances de raisonnement. Maintien et manipulation des hypothèses pertinentes. 33

34 T. Nettelbeck & N.R Burns (2010) 2 hypothèses : Modèle en cascade : Lien causale entre âge et vitesse de traitement, vitesse de traitement et MdT, MdT et capacité de raisonnement. Le même modèle en cascade décrit la détérioration des capacités de raisonnement. Theorical developmental cascade 34

35 T. Nettelbeck & N.R Burns (2010) Matériel : Vitesse de traitement : 4 tests ( Digit symbol WAIS…) Mémoire de Travail : 3 tests ( Digit Span WAIS…) Capacité de Raisonnement : Cattell Culture Fair Test (séries, classification, matrice, condition) 35

36 T. Nettelbeck & N.R Burns (2010) Cattell Culture Fair Test 36

37 T. Nettelbeck & N.R Burns (2010) Résultats : Confirmation de lhypothèse en cascade chez lenfant. Chez les âgés, lien direct entre diminution des performances en raisonnement et MdT. Les changements liés à lâge sont indépendants de la vitesse de traitement

38 Raisonnement inductif Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) 38

39 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Hypothèses: Kausler (1994): Les âgés sont capables dutiliser des stratégies mais souvent et spontanément ils ne produisent pas ou nutilisent pas les stratégies efficaces. Charness; Guttentag (1985): Certaines stratégies optimales peuvent être très exigeantes pour les personnes âgées et elles sont donc peut être inefficaces dans lutilisation de ces stratégies. 39

40 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) 2 épreuves: Orientation spatiale Raisonnement inductif 2 groupes de participants: Gp1: Entrainé à lorientation spatiale (contrôle) Gp2: Entrainé au raisonnement inductif Méthode: Pré-test Entrainement Post-test 40

41 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Entrainement sur 4 types de problèmes: Répétition de lettres: AABBCC… Saut de lettres: ACEGI… Suite ordonnée: ABCD… Suite ordre inverse: ZYXWV… 4 stratégies enseignées: Dire à voix haute la série Souligner les répétitions Faire des « / » pour séparer les répétitions Faire des apostrophes pour indiquer les sauts 41

42 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Mesures: Test de séries de lettres (ADEPT) Test de séries de mots Test raisonnement PMA Thurstone Test de séries de nombres 42

43 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Résultats: Augmentation significative de lutilisation de stratégie sur les mesures au raisonnement inductif quand entrainement au raisonnement inductif. Suggère lutilisation de stratégies comme un mécanisme de gain dentrainement. Augmentation qui est associée à des gains plus importants sur le facteur dhabileté en raisonnement. Suggère que lacquisition de connaissances est un facteur significatif dans la production de gain dentrainement. 43

44 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Conclusion: Cette étude montre quil est possible dentrainer les âgés à des stratégies pour augmenter leur performance. Dautre part : Les participants à haut niveau déducation montrent un gain important dans lutilisation de stratégies quelques soit lentrainement. 44

45 Jane S. Saczynski, Sherry L. Willis, & K. Warner Schaie (2002) Limite: Lutilisation limitée de stratégies au pré-test est-elle due à une réticence à utiliser certaines stratégies ou à une incapacité? Soulève la question de savoir si le problème viendrait de la distribution stratégique ou du répertoire stratégique. 45

46 Conclusion Le facteur environnement joue un rôle important dans le maintien des capacités de raisonnement avec lâge. Le déclin des fonctions exécutives et le ralentissement de la vitesse de traitement semblent expliquer en partie la diminution des capacités de raisonnement. Les personnes âgés sont capables de développer des stratégies quand elles-y sont entrainées et daugmenter leur performance en raisonnement. Létude, dans les tâches de raisonnement, des différentes dimensions stratégiques, permettrait de mieux comprendre les effets délétères de lâge. 46


Télécharger ppt "Vieillissement et raisonnement. Sommaire Introduction Raisonnement inclusif Raisonnement déductif Raisonnement inductif Conclusion 2."

Présentations similaires


Annonces Google