La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

In Lucchini Riccardo : Sociologie de la survie. L’enfant dans la rue

Présentations similaires


Présentation au sujet: "In Lucchini Riccardo : Sociologie de la survie. L’enfant dans la rue"— Transcription de la présentation:

1 Les enfants de Montevideo et de Rio de Janeiro : éléments de différentiation.
In Lucchini Riccardo : Sociologie de la survie. L’enfant dans la rue. Paris : PUF, 1996, pp

2 Table des matières Difficultés majeures et enjeux d’une typologie
Définition du concept de déviance Approche dialectique maison - rue Définition bidimensionnelle de l’enfant de la rue Approche interactionniste : notion de « carrière » Approche interactionniste : système « enfant - rue » 5.1 Dimension Physique / Spatiale et Temporelle 5.2 Formes de sociabilité 5.3 Aspect dynamique 5.4 Dimension identitaire 5.5 Dialectique entre la socialisation familiale et la socialisation–rue 5.6 Aspect motivationnel Conclusion Bibliographie

3 Difficultés majeures et enjeux d’une typologie de l’enfant de la rue
Difficulté majeure Absence d’une définition précise de l’enfant de la rue Enjeux du développement d’une typologie Enjeux scientifiques et pratiques Selon Herreros, si le sociologue d’intervention veut assumer les implicites de sa pratique, il doit opérer des réorientations radicales dans ses choix. Construction herméneutique entre pratique et théorie Applicabilité plus aisée Remise en question de l’image appliquée à l’enfant de la rue comme personnage type de la scène urbaine 1

4 Définition du concept de déviance selon deux approches
2 Approche fonctionnaliste Selon K. Merton, « la déviance est le produit d’aspirations légitimes - donc culturellement déterminées - induites au cours de la socialisation, mais qui ne peuvent pas être satisfaites ». Selon A. Cohen, la déviance, produite par des aspirations modelées et des valeurs de conformités, est le résultat d’un état de frustration sociale ressentie par les jeunes des classes populaires s’échappant dans une sous-culture de groupe en guise de solution. Acteur : objet des contraintes du système Approche interactionniste La carrière déviante est toujours le fruit d’un discours sur la normalité de la part du groupe stigmatisant, ainsi que des modifications identitaires et comportementales de l’individu qui est l’objet du contrôle social stigmatisant.

5 Approche dialectique maison – rue
Unité familiale Enfant abandonné Social Asocial Morale Amorale Normalité domestique Déviance de la rue Enfant vivant à la maison, aimé Enfant de la rue, non aimé Pureté, agréable à vivre Danger Hygiène Saleté Enfant Vermine Lieu d’intégration Mauvaise et anomique Construction négative faite par des adultes Enfant de la rue comme un produit de la structure environnante

6 Définition bidimensionnelle de l’enfant de la rue
Dans une tendance fonctionnaliste, plusieurs institutions s’en occupant définissent les enfants dit à risque par deux dimensions : physique et sociale. élevée Dimension sociale Contacts avec adultes responsables faible élevé B âge sexe police/ répressions Situation socio-économique Identité / représentation force des liens affectifs famille d’origine Dimension physique Permanence dans la rue A A : Enfant dans la rue B : Enfant de la rue Enfant de la rue comme un produit de la structure environnante

7 Approche interactionniste : notion de carrière chez H. Becker
Sociologie de la déviance Carrière déviante : on ne devient pas déviant du jour au lendemain Déviance primaire : acte qui transgresse la norme Déviance secondaire : étiquette posée sur cet acte (déviance telle que la considère les interactionnistes) Entrepreneurs moraux, 2 types de groupe : Ceux qui définissent les standards et les normes, qui s’engagent dans des groupes qui ont le pouvoir de faire passer des idées (classes favorisées) Une fois les idées acceptées, deuxième groupe fait respecter les normes établies sans y adhérer forcément (ex. policier) Application intéressante au cas de l’enfant de la rue

8 Approche interactionniste : système « enfant-rue » posé par R. Lucchini
1 PHYSIQUE / SPATIALE 2 TEMPORELLE 3 DIALECTIQUE SOCIALISATION FAMILIALE / SOCIALISATION-RUE 4 FORMES DE SOCIABILITE DYNAMIQUE 5 (ACTIVITES) IDENTITAIRE 6 MOTIVATIONNELLE 7 Dimensions s’influencent mutuellement L’enfant n’est pas le simple produit de la structure environnante. Conclusion

9 Dimension Physique / Spatiale et Temporelle
Ces dimensions incluent l’existence de territoires dans la rue, le mouvement progressif vers la rue et l’alternance de l’enfant entre la rue et un autre lieu (famille, institution). Continuum entre deux pôles qui marquent ces dimensions : Départ choisi et progressif Expulsion brutale et immédiate (A) (B) Indicateurs Rio de Janeiro Montevideo Fugue/départ progressif Départ progressif (choisi et comme processus) Fugues répétées Alternance/circuit entre les champs Alternance entre deux champs : rue-famille et rue-institution rue = champ pivot Circuit entre différents champs (rue, famille, institution, école, etc.) rue ≠ champ pivot Programme d’assistance Aucune comparaison, sauf un contrôle social informel moins fort Plus fortement institutionnalisé, institutions d’assistance Présence/absence de territoire groupal Absence Àge 10 – 17 13 – 15

10 Encadrement institutionnel Violence institutionnelle
Formes de sociabilité Elles décrivent l’organisation sociale des enfants de la rue pouvant participer à plusieurs de ces groupes : bande, réseau, near-group ou dyade. Indicateurs Rio de Janeiro Montevideo Type de groupe Réseau, near-group Petit groupe, dyades Présence de bande Absence de bande fortement organisée Identité collective Faible Quasi inexistante Encadrement institutionnel Absence Présence Violence institutionnelle Présence d’adultes Présence d’adultes privés L’organisation sociale dépend de stratégies de survie centrées principalement sur la rue. L’enfant entreprend une démarche plus individuelle que collective. Il recherche des avantages dans les différents champs.

11 Aspect dynamique (Activités)
Il s’agit des activités lucratives et ludiques ainsi que consommatoires (drogues). Le degré d’institutionnalisation des enfants a une influence sur leur rapport à la rue en terme d’utilisation. Indicateurs Rio de Janeiro Montevideo Activités lucratives et ludiques Peu de travail régulier Présence partielle de travail régulier Consommation de drogues Habituelle (inhalants) Peu habituelle Degré d’institutionnalisation Faible Fort L’enfant observe, apprend puis utilise la rue, la rue est un champ pivot pour l’enfant. L’enfant alterne entre différents champs et a un rapport plutôt provisoire à la rue (moyen de chantage, instrument de travail)

12 Dimension identitaire
Dépendant de l’image qu’ils ont de la rue et de l’image de soi. Carrière de l’enfant de la rue : a) Eloignement progressif de l’enfant de chez lui Rio de Janeiro Montevideo b) Rue observée : enfant garde une certaine distance avec la rue Rue est un moyen de chantage et de protestation passive c) Rue alternante et assumée : avec ses contradictions et revendique son statut Rue intermédiaire/alternante : entre protestation passive et utilisation active d) Rue utilisée et refusée : enfant reconnaît que la rue ne lui offre plus de débouchés Rue assumée (instrument de travail) et intégrée d’un point de vue identitaire Progression d’un type à l’autre Alternance entre les différents rapports Identification au champ « rue » Forte : l’enfant se définit par des compétences : Rue utilitaire Faible : l’enfant se distancie de l’identité d’enfant de la rue Rue stigmatisante Interaction entre enfants et avec adulte Négociations entre enfants : "enfant victime" et "enfant leader“ Avec adultes : utilitaire Très nombreuses négociations identitaires

13 Dialectique entre la socialisation familiale et la socialisation-rue
Processus de socialisation familial déficient arrivée dans la rue est une nouvelle étape du processus de socialisation Rue est une « sous-culture » faite de règles que les enfants appliquent en fonction du contexte et de l’événement. Ils participent à cette « sous-culture » selon la façon dont ils perçoivent la rue, ce qu’ils y font, mais aussi selon leurs références familiales. Rue est définie par 8 dimensions selon Lucchini (charge symbolique) : Positive Négative Neutre Ludique Autonomie Apprentissage Stigmatisante Ennui Mutante Résiduelle Transitoire

14 Aspect identitaire de la motivation Plan psychosociologique
Aspect motivationnel Manière dont l’enfant perçoit la rue comme un moyen susceptible de résoudre ses problèmes. Elle comprend l’identité sociale et l’identité personnelle. Deux aspects principaux de la motivation : Aspect identitaire Plus l’enfant s’identifie avec la rue et un style de vie et plus il est motivé par un séjour prolongé. Aspect utilitaire Avantages matériels que la rue offre par rapport à la maison Indicateurs Rio de Janeiro Montevideo Aspect identitaire de la motivation Fréquent Quasi absent Plan psychosociologique Hétérogénéité forte Hétérogénéité faible

15 Conclusion Approche interactionniste
7 dimensions du système « enfant-rue » Système transposable mais non universel Retour

16 Bibliographie Cohen, A. K. (1955). Delinquent Boys: the Culture of the Gang. New York : Free Press. Lucchini, R. Déviance et enfants de la rue en Amérique latine. Les limites d’une approche fonctionnaliste. In M. H. Soulet (Ed.). De la non-intégration. Fribourg : Éditions universitaires 1994, pp Id. Les enfants de Montevideo et de Rio de Janeiro : Éléments de différentiation. In R. Lucchini (Ed.). Sociologie de la survie. L’enfant dans la rue. Paris : PUF, 1996, pp Merton, R. K. (1968). Social Theory and Social Structure. New York : Free Press Stoecklin, D. Cours sur les Théories et pratiques dans la sociologie d’intervention. Département des sciences de la société de l’Université de Fribourg, Fribourg (non publié). 2 1 1 2


Télécharger ppt "In Lucchini Riccardo : Sociologie de la survie. L’enfant dans la rue"

Présentations similaires


Annonces Google