La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelles stratégies peut-on utiliser pour stimuler lexpression des contenus locaux? Charles Kamdem Poeghela.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelles stratégies peut-on utiliser pour stimuler lexpression des contenus locaux? Charles Kamdem Poeghela."— Transcription de la présentation:

1 Quelles stratégies peut-on utiliser pour stimuler lexpression des contenus locaux? Charles Kamdem Poeghela

2 Des pistes Dans la charte de constitution des collections et dans le plan de développement des collections, prévoir des documents dont les contenus traitent des réalités locales. Inclure de plus en plus de livres en langues locales dans les programmes scolaires dès la petite enfance.

3 Des pistes Promouvoir la lecture à haute voix, les heures du conte les conférences débat. Loralité est une donnée importante dans notre anthropologie culturelle « lOralothèque »* ( Pr Samassékou) => Culture chaude

4 Bibliothèque/ Médiathèque : actrice de la chaine du livre La bibliothèque/Médiathèque doit faire des acquisitions de livres en langues locales et proposer des animations assorties de prix. La bibliothèque/médiathèque, notamment en milieu rural ou sémi urbain, peut collecter des histoires traditionnelles écrites en langues locales et les éditer ( micro édition), même de façon sommaire. Ex: Bibliothèque municipale dArlit dans le nord du Niger, soutenue par BSF

5 Bibliothèque/Médiathèque : vecteur de diffusion du patrimoine matériel et immatériel La bibliothèque/médiathèque peut promouvoir le patrimoine matériel ( exposition) et immatériel ( savoirs locaux).

6 Bibliothèque/Médiathèque : vecteur de diffusion du patrimoine matériel et immatériel Contribuer à lalphabétisation, à la lutte contre lillettrisme… en utilisant les contenus locaux qui parlent aux gens car ceux -ci se sentiront en phase avec ce quils voient, avec ce quon leurs dit, avec ce quils lisent.

7 La bibliothèque/Médiathèque et ses partenaires pour la promotion des contenus locaux La bibliothèque/médiathèque doit impérativement travailler en partenariat avec les administrations déconcentrées et décentralisées de lEtat.

8 La bibliothèque/Médiathèque et ses partenaires pour la promotion des contenus locaux LEtat DOIT soutenir la chaîne du livre local en respectant l « accord de Florence » ( 1950) et son « protocole de Nairobi » ( 1976). Ceci pourra améliorer la compétitivité des éditeurs locaux, et même les auteurs africains; encourageant ainsi la production des contenus locaux.

9 La bibliothèque/Médiathèque et ses partenaires pour la promotion des contenus locaux Au Cameroun par exemple, daprès les statistiques des éditeurs locaux, les multinationales occidentales contrôlent près de 80% du marché du livre scolaire dans le pays. Or ce sont les bénéfices gagnés sur le livre scolaire qui financent le livre culturel peu de livre culturel accessible au plus grand nombre

10 La bibliothèque/Médiathèque et ses partenaires pour la promotion des contenus locaux Ceci implique donc que les acteurs locaux de la chaîne du livre au bout de laquelle on trouve la bibliothèque/médiathèque publique nont presque pas de moyens matériels et financiers pour développer une vraie politique éditoriale locale incluant lusage des langues maternelles comme supports dexpression.

11 La bibliothèque/Médiathèque et ses partenaires pour la promotion des contenus locaux En plus de lEtat, Les écoles, les associations, les communautés, les éditeurs sont des partenaires « naturels » de la bibliothèque/médiathèque publique dans la production, la diffusion et lanimation autour des contenus et savoirs locaux

12 La bibliothèque/médiathèque publique comme « 3 e lieu » En Afrique, pour stimuler lexpression des contenus locaux dans nos bibliothèques/médiathèques publiques, celles ci doivent être perçues par tous ( enfants, jeunes, adultes) comme étant le « 3 e lieu » après la maison et lécole et/ou le lieu de travail.

13 La bibliothèque/médiathèque publique comme « 3 e lieu » La bibliothèque/médiathèque publique doit être un lieu de brassage intergénérationnel Cesser de nêtre que des lieux dapprentissage, détude Culture froide. Elle doivent être des lieux de médiation culturelle, des lieux de vie où se côtoient allègrement loral et lécrit, Culture Chaude

14 La bibliothèque/médiathèque publique comme « 3 e lieu » Nous essayons au CLAC de Yaoundé de puis 5 ans, den faire un « 3 e lieu » pour la population.

15 Une vue du CLAC en 2009

16 Le CLAC aujourdhui, avec le soutien de BSF

17 Visite de Madame La Ministre de la Culture au CLAC

18 Le Club des lecteurs

19 Des philosophes camerounais se réunissent au CLAC

20 Club de la presse : des journalistes débattent de lactualité

21 De la musique au CLAC

22 De la danse au CLAC

23 Formation des bibliothécaires de lecture publique àlutilisation des SIGB, avec le soutien de lIFC

24 Le CLAC offre un accès aux TIC

25 Des bibliothécaires du CLAC travaillent sur les collections

26 Je vous remercie CLAC Yaoundé (237)


Télécharger ppt "Quelles stratégies peut-on utiliser pour stimuler lexpression des contenus locaux? Charles Kamdem Poeghela."

Présentations similaires


Annonces Google