La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Margot Phaneuf, inf., Ph.D.1 Communication et soins : deux voies inséparables. Recueil dexercices pour novices.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Margot Phaneuf, inf., Ph.D.1 Communication et soins : deux voies inséparables. Recueil dexercices pour novices."— Transcription de la présentation:

1 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.1 Communication et soins : deux voies inséparables. Recueil dexercices pour novices

2 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.2 Objectifs Susciter la réflexion de létudiante sur Susciter la réflexion de létudiante sur certaines situations de soins et de relation certaines situations de soins et de relation avec le malade. avec le malade. Mettre en évidence la nécessité dune Mettre en évidence la nécessité dune communication efficace et chaleureuse communication efficace et chaleureuse pour accompagner, faciliter et faire pour accompagner, faciliter et faire accepter les soins et motiver la personne à évoluer accepter les soins et motiver la personne à évoluer vers un mieux-être. vers un mieux-être. Amener létudiante à chercher dans le registre de Amener létudiante à chercher dans le registre de ses comportements professionnels, ce quelle ses comportements professionnels, ce quelle pourrait utiliser dans de telles situations. pourrait utiliser dans de telles situations. Approfondir certains concepts de communication. Approfondir certains concepts de communication.

3 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.3 Laccueil du malade

4 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.4 Laccueil du malade Larrivée dun malade dans un service est un Larrivée dun malade dans un service est un moment important pour lui et pour linfirmière moment important pour lui et pour linfirmière Cest à travers ces premiers moments quil reçoit Cest à travers ces premiers moments quil reçoit limpression de la qualité de relation que lui limpression de la qualité de relation que lui réserve le personnel infirmier. réserve le personnel infirmier. Limpression reçue dans les premiers moments Limpression reçue dans les premiers moments est ensuite difficile à modifier. est ensuite difficile à modifier. Cest à ce moment que commence à se créer le Cest à ce moment que commence à se créer le partenariat de soins avec le malade et avec la partenariat de soins avec le malade et avec la famille. famille.

5 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.5 Laccueil du malade (suite 1) Même si nous sommes pressées, il est primordial de porter attention à la première impression. de porter attention à la première impression. Cet accueil doit être chaleureux afin daider la personne à sadapter au mieux à un milieu non personne à sadapter au mieux à un milieu non familier, avec des personnes inconnues. familier, avec des personnes inconnues. Linfirmière doit se présenter et situer la personne par rapport aux lieux physiques, aux personne par rapport aux lieux physiques, aux routines du service et sil y a lieu par rapport au routines du service et sil y a lieu par rapport au traitement qui lui sera administré. traitement qui lui sera administré.

6 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.6 Laccueil du malade (suite 2) Garder le contact visuel, sourire, si approprié sont des éléments de communication importants. Linfirmière doit aussi sécuriser le malade en lui faisant savoir que, si nécessaire, elle ou quelquun dautre, pourra laider. Il est de la plus haute importance déviter les réponses abruptes, montrant notre agacement ou notre lassitude.

7 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.7 Laccueil du malade (suite 3) Très souvent notre collecte de données débute au Très souvent notre collecte de données débute au moment même de laccueil, pendant que nous moment même de laccueil, pendant que nous installons la personne. Nous observons son installons la personne. Nous observons son expression faciale, son comportement, nous expression faciale, son comportement, nous recueillons ses plaintes et nous réalisons ce quil recueillons ses plaintes et nous réalisons ce quil faudra faire pour laider à satisfaire ses besoins : faudra faire pour laider à satisfaire ses besoins : lever, nourriture, élimination, etc. lever, nourriture, élimination, etc. Il faut nous rappeler que la communication est Il faut nous rappeler que la communication est partout : dans notre manière dêtre, de nous partout : dans notre manière dêtre, de nous vêtir et dans les gestes que nous posons. vêtir et dans les gestes que nous posons.

8 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.8 Bonjour Madame, je viens pour une intervention chirurgicale dun jour. Vous ne voyez pas que je suis occupée!

9 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.9 Bonjour, je viens conduire M. X. cest un patient du Dr Lemire. Où est-ce que je le mets? Laissez-le là, moi je nai pas le temps! Cest incroyable! Il faudrait tout faire à la fois!

10 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.10 Pouvez-vous nous dire où est mon père M. Dubois? Hé bien, je ne suis pas le bureau de renseignement! Vous auriez dû demander à laccueil. Pourquoi elle est pas gentille la dame?

11 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.11 Que pourriez-vous répondre à la place de ces infirmières pour manifester un comportement humain et professionnel ?

12 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.12 La demande de renseignements

13 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.13 La demande de renseignements Les malades et leur famille sont souvent Les malades et leur famille sont souvent anxieux et désirent obtenir des informations. anxieux et désirent obtenir des informations. Mais leurs demandes ne sont pas toujours Mais leurs demandes ne sont pas toujours pertinentes ni faites de manière agréable. pertinentes ni faites de manière agréable. Cependant, nous sommes celles qui devons Cependant, nous sommes celles qui devons comprendre leurs inquiétudes et les comprendre leurs inquiétudes et les comportements quils peuvent générer. comportements quils peuvent générer. Ces informations sont importantes pour les Ces informations sont importantes pour les rassurer, les aider à comprendre ce quil rassurer, les aider à comprendre ce quil leur arrive et pour prendre certaines leur arrive et pour prendre certaines décisions cruciales. décisions cruciales.

14 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.14 La demande de renseignements (suite 1) Certaines informations concernant le diagnostic, le pronostic ou parfois le traitement relèvent du médecin. Il ne nous appartient pas de les communiquer. Il peut donc arriver que nous ne puissions pas répondre à leurs attentes. Il faut alors nous excuser, et bien orienter les gens vers les personnes qui pourront les satisfaire. Notre réponse doit toujours quand même demeurer polie, chaleureuse, dans les limites de ce que nous pouvons ou savons. Il est aussi essentiel de montrer un comportement non verbal daccueil et de volonté daide.

15 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.15 La demande de renseignements (suite 2 ) Quil sagisse dune demande dinformation, de laccueil dune personne ou dun soin, notre comportement verbal et non verbal doit toujours être en accord : les mots doivent montrer notre disponibilité et notre expression faciale, notre intérêt et notre disponibilité. Rappelons aussi que la demande fréquente dinformations peut cacher une grande anxiété qui demande notre attention.

16 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.16 Pouvez-vous me dire à quoi sert ce médicament? Je ne suis pas votre infirmière. Ce nest pas moi qui devrait vous répondre!

17 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.17 Jai toujours de la difficulté à respirer, pourquoi? Il ny a que moi comme ça! Il ny a pas de raison à tout…! Est-que je vais toujours être comme cela?

18 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.18 Ma femme vous a demandé les résultats de ses tests il y a déjà deux jours. Vous avez dit que vous ne les aviez pas. Est- ce vrai? Euh! Je ne sais pas… Je ne suis pas au courant.. Est-ce que le médecin a enfin posé son diagnostic?

19 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.19 Que pourriez-vous répondre à la place de ces infirmières pour fournir une explication logique, respectueuse des personnes et des règles professionnelles?

20 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.20 Lexpression de la douleur

21 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.21 Lexpression de la douleur Le malade exprime souvent de la douleur et linfirmière est près de lui pour lécouter. La manière dont elle reçoit cette plainte est un moment crucial de leur relation. Il faut nous rappeler que la personne doit sentir notre réceptivité, quelle que soit sa plainte. Nous ne devons pas juger de la douleur des autres à partir de nos critères et de notre propre seuil de douleur. Ce qui peut sembler une douleur mineure pour nous, peut être importante pour la personne.

22 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.22 Lexpression de la douleur (suite 1) Il est essentiel de prendre le temps dentendre sa description et de lui manifester de lempathie. Il faut évaluer la douleur physique à partir des perceptions de la personne et sur une échelle de 1 à 10. Il faut aussi considérer les autres manifestations ou répercussions de la douleur : agitation, transpiration, inconfort, fatigue extrême

23 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.23 Lexpression de la douleur (suite2) Les soins de la douleur doivent souvent saccompagner de soins de confort. Des vêtements secs et une position antalgique font parfois des merveilles. Mais il faut également tenir compte des répercussions psychologiques de la douleur, tristesse, découragement, perte totale despoir et apporter notre soutien au malade. Cest un moment privilégié pour la relation daide.

24 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.24 Lexpression de la douleur (suite 3) La personne doit aussi être surveillée quant aux effets du médicament (hypoventilation, allergie, non-soulagement, etc.) Il arrive que nous devions aussi rassurer la personne au sujet des médications antalgiques parce quelle craint peut-être de perdre le contrôle de la situation. Le moment où la personne est souffrante est un moment de vulnérabilité où elle a particulièrement besoin du soutien de linfirmière.

25 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.25 Lexpression de la douleur (suite 4) Notre manière de répondre à sa plainte est cruciale. Par notre attitude nous pouvons minimiser sa souffrance et lui donner limpression quil se plaint pour rien. Linfirmière doit aussi éviter de faire la leçon au malade, dêtre moralisatrice et surtout de faire la sourde oreille. Les phrases banales du genre « Ne vous en faites pas, ça va bien aller » napportent aucun réconfort. La communication est un processus déchange circulaire et labsence de feed-back ou un feed- back inapproprié coupe la communication.

26 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.26 Je suis très très souffrante! Pouvez-vous me donner quelque chose ? Ne vous lamentez pas comme cela, vous dérangez tout le monde! Vous croyez que je me plains pour rien ?

27 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.27 Aie! Aie! Vous me faites mal ! Arrêtez! Cesse de te plaindre, ça ne donne rien! Si tu avais fait attention, tu naurais pas besoin de ce traitement!

28 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.28 Je suis fatiguée, jai mal au bras, pouvez-vous menlever ça…? Fais pas ton bébé gâté comme ça!

29 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.29 Jai tellement mal à la tête..! Est-ce quon est venu faire vos tests sanguins ce matin?

30 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.30 Que pourriez-vous faire pour vous montrer accueillante pour ces personnes souffrantes? Quels gestes relationnels? Quelles paroles? Quelles interventions infirmières?

31 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.31 Les critiques du malade

32 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.32 Les critiques du malade Les malades sont souffrants et anxieux et il arrive quils se plaignent des services reçus et des complexités dun système de santé sans âme. Il faut comprendre leurs difficultés et répondre à leurs reproches sans susciter ou augmenter leur agressivité. Dans la mesure du possible, selon nos capacités, nous devons tenter de corriger ce qui ne va pas. Mais nous ne sommes pas chargées de défendre le système.

33 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.33 Les critiques du malade (suite 1) Pour faire baisser lagressivité, il faut plutôt reconnaître le problème de la personne. Ça ne diminue en rien notre prestige professionnel. Autre chose importante, lorsque le malade se plaint du service ou de lhôpital, il ne faut pas le prendre pour soi et se sentir visée. Les réponses défensives déclenchent facilement lagressivité et les personnes malades nont que faire de nos prétextes de travail ou de pénurie de personnel.

34 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.34 Les critiques du malade (suite 2) Il arrive que linfirmière doive donner suite à la plainte du malade ou de la famille en lacheminant à la personne responsable ou au service concerné : cuisine, entretien, administration, etc. Il ne faut pas non plus en vouloir à la personne qui se montre critique envers ce que nous faisons ou le milieu où nous travaillons.

35 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.35 Ma femme est ici depuis trois heures, elle est souffrante et personne nest venu..!! Elle ne fait pas partie de mes malades! Sommes-nous dans un hôpital?

36 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.36 Allez doucement sil vous plaît! Vous êtes dune brusquerie… Vous me faites mal! Je nai pas que ça à faire vous savez!

37 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.37 Ben quoi! Je vous appelle depuis vingt minutes..!!! On na pas que vous, vous savez! Il y a des gens qui ont des besoins plus pressants que les vôtres!!! Avez-vous oublié que je suis là?

38 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.38 Dabord, ce nest pas ma faute et puis vous savez, les infirmières de nuit ont beaucoup de travail et elles sont peu nombreuses… Ma femme a appelé une partie de la nuit et personne nest venu! Quel genre dhôpital est-ce que cest ici?

39 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.39 Ma fille me dit quon ne soccupe pas beaucoup delle, elle ne mange pas, na même pas deau… Ben, elle na quà demander, on ne peut pas deviner!

40 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.40 Je mennuie tellement dans cet hôpital ! Ben, vous nêtes pas ici pour vous amuser!

41 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.41 Que pourriez-vous répondre à la place de ces infirmières pour faire face aux reproches sans être défensive et tout en étant ouverte et empathique?

42 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.42 Les réprimandes de linfirmière

43 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.43 Les réprimandes de linfirmière Les malades ne comprennent pas toujours les traitements que nous leur dispensons et lorganisation de nos services. La personne et lenfant malades sont plus nerveux, plus vulnérables et agissent parfois de manière difficile pour linfirmière. Face à des comportements mal adaptés, sils demeurent socialement acceptables et médicalement non nuisibles, il faut éviter les réprimandes ou les remarques négatives. Pour corriger la situation, on peut utiliser lhumour, la confrontation douce ou une simple demande de changement de comportement polie et sans agressivité.

44 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.44 Les réprimandes de linfirmière (suite 1) Il faut éviter les commentaires négatifs au sujet du malade. Les réprimandes de linfirmière brisent la relation de confiance avec lui et sa collaboration aux soins. Les reproches de linfirmière proviennent souvent dune volonté de pouvoir sur le malade surtout sil est jeune ou âgé. La conciliation et la stimulation de la motivation aux soins sont plus efficaces.

45 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.45 Les réprimandes de linfirmière (suite 2) Lévocation dun mieux-être, du plaisir de vivre, de retrouver une vie normale sont plus efficaces que les reproches pour motiver la personne. Il est important de sintéresser à savoir quest- ce qui est un intérêt, un plaisir pour le malade afin dutiliser ce qui lui plaît pour le motiver et dainsi personnaliser nos soins. Ce peut être de retrouver sa famille, son travail, daller dans la nature, de voyager, etc.

46 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.46 Les réprimandes de linfirmière (suite 3) Linfirmière doit évidemment faire tout ce qui lui est possible pour que le malade prenne le traitement prescrit. Mais sil est conscient, et intellectuellement compétent, elle ne peut rien lui imposer par la force. Elle est là pour soigner et non pour faire des réprimandes. Les comparaisons avec les autres malades sont toujours déplacées et les menaces doivent aussi être évitées.

47 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.47 Je suis fatiguée dêtre ici… Je voudrais partir, voir mes amis Tu es bien capricieuse!!! Mes autres malades ne sont pas comme toi!

48 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.48 Je tai dit au moins vingt fois de ne pas parler avec le thermomètre dans la bouche Tu es pourtant une grande fille!!! Tu devrais comprendre cela!

49 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.49 Quest-ce que vous avez à appeler comme ça à toutes les cinq minutes?

50 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.50 Lili, tu es toujours aussi insupportable Si tu continues, je vais te calmer moi ! Je veux encore jouer! Non je nirai pas me coucher !

51 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.51 Que dire à ces malades dont le comportement dérange sans utiliser de reproches ou de réprimandes?

52 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.52 Les réticences face à la demande de services du malade

53 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.53 Les réticences face à la demande de services Linfirmière appartient à une profession de services et elle doit répondre avec ouverture et gentillesse aux demandes du malade et de sa famille. Elle doit dabord écouter la personne et chercher à bien comprendre la demande. Sil lui est impossible de répondre aux attentes de la personne, elle peut toujours expliquer pourquoi et tenter den minimiser les inconvénients. Il est important de le faire avec gentillesse. Il nest pas possible de satisfaire toutes les demandes; certaines sont irréalistes, pour dautres les satisfaire pourrait être dommageable.

54 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.54 Les réticences face à la demande de services (suite 1) Le malade est parfois complètement dépendant de linfirmière pour la satisfaction de ses besoins. Elle doit comprendre lagacement et même lhumiliation que cela peut comporter pour le malade et de là, sa difficulté de les exprimer. Certaines personnes, timides ou habituellement très autonomes éprouvent plus de réticences à demander. Linfirmière doit alors être à laffût de ce dont elles ont besoin.

55 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.55 Les réticences face à la demande de services (suite 2) Par ailleurs, linfirmière ne peut se laisser agresser ni verbalement ni physiquement par les malades. Nous devons respecter les personnes, mais aussi nous faire respecter avec calme et dignité. Il est possible dutiliser la confrontation douce pour montrer lirréalisme ou lillogisme de la demande. Et, si la personne dépasse les limites de la bienséance, ou de lacceptable, il simpose de lui indiquer avec fermeté que ce comportement nest pas admissible.

56 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.56 Les réticences face à la demande de services (suite 3) Il faut nous rappeler quune demande peut en cacher une autre. Elle peut camoufler la peur lanxiété, le chagrin ou la dépression. Cest à nous de chercher à comprendre la situation. Notre réponse adéquate aux demandes de services calme lanxiété de la personne et lui rend la situation moins désagréable. À travers de petites choses concernant lalimentation, le change de literie, laide à la toilette et à lélimination, etc., linfirmière peut faire la différence entre la motivation aux soins, lévolution vers un mieux-être et la stagnation dans le découragement.

57 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.57 Est-ce que je pourrais avoir encore un peu de thé? À lhôpital on ne peut pas avoir tous ses caprices! Je ne suis quand même pas à son service!

58 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.58 Linfirmière de jour la changera à son arrivée Ma femme aurait besoin dêtre changée! Il ne se rend pas compte que jai fait toute ma nuit et que je suis fatiguée Quel hôpital!

59 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.59 Mon médecin devait venir me voir. Quest-ce qui se passe? Quest-ce que vous faites! Jai besoin de savoir! Il ne faut pas vous imaginer quil est toujours là!

60 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.60 Est-ce que ce serait trop vous demander que de maider à aller à la toilette? Il y a un préposé pour cela!

61 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.61 Comment répondre au malade qui demande quelques choses? Et, si on ne peut pas acquiescer à sa demande que lui dire et comment?

62 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.62 Le refus des soins par le malade

63 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.63 Le refus des soins par le malade Comme pour nous le traitement ou les soins sont quelque chose dessentiel, il nous semble incongru quon puisse les refuser. Pourtant, le malade a le droit de refuser un soin ou même la relation daide que nous lui offrons. Il faut dabord écouter le malade pour bien comprendre la raison de ce refus. Parfois, les raisons sont sérieuses et doivent être prises en compte dans les soins ou encore pour les communiquer au médecin (allergie, peur, etc.). Cest à nous dexpliquer au malade limportance du traitement ou des soins et de chercher à le motiver à les accepter.

64 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.64 Le refus des soins par le malade Devant le maintien du refus, on peut tout simplement dire à la personne quon reviendra un peu plus tard, quon lui laisse un temps pour y penser. Il ne faut surtout pas créer de situation bloquée, par nos commentaires négatifs. Généralement, après réflexion, les choses sarrangent. Après un tel incident, il ne faut pas en vouloir au malade qui a créé cet inconvénient. Le refus des soins peut parfois cacher un désir den finir. Cest à nous dapprofondir le sujet et dajuster les soins en conséquence.

65 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.65 Je suis découragée. nai pas le courage de me lever! Laissez moi tranquille! Cest pour votre bien. Cest pas pour moi !

66 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.66 Je ne veux pas prendre le sirop. Je veux voir ma maman!! Que tu aimes ça ou non là nest pas la question!!

67 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.67 Je ne veux plus ce médicament, je me sens plus malade après! Il nest pas possible darrêter, ce qui est prescrit est obligatoire!

68 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.68 Je regrette, mais cest maintenant que je suis disponible. Après cest ma pause! Je suis trop fatiguée et trop souffrante pour faire faire mon pansement.

69 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.69 Comment répondriez-vous au refus du malade? À quoi feriez-vous attention?

70 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.70 Lanxiété et la peur exprimées par le malade

71 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.71 Lanxiété et la peur exprimées par le malade La personne malade est souvent anxieuse et peut vivre de la peur des traitements, dune intervention ou même de lavenir, étant donné sa situation de santé. Linfirmière doit comprendre cette réaction à lépreuve quest la maladie, elle doit tenir compte de ces émotions et apporter son soutien à la personne. Parfois la peur et lanxiété ne sont pas ouvertement exprimées, mais le malade le manifeste par dautres comportements : manque dappétit, tristesse, mauvaise humeur, irritabilité, insomnie.

72 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.72 Lanxiété et la peur exprimées par le malade (suite) Linfirmière doit déceler lanxiété et la peur qui ne trouvent pas toujours à sexprimer, surtout chez les hommes où la peur est mal portée. Ils ont honte de dire leur frayeur. La compréhension et le soutien de linfirmière peuvent se manifester par le moyen de la relation daide. Il faut surtout éviter les fausses « réassurances » du genre « Ne vous en faites pas, cela va bien aller! »

73 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.73 Lanxiété et la peur exprimées par le malade (suite) Parfois lécoute et quelques explications accompagnées du toucher affectif suffisent à rassurer. Dans une situation de forte émotivité, le toucher est toujours très rassurant. Dans la communication avec le malade, il y a deux dominantes : lune informative et intellectuelle, et lautre émotive. Nous sommes toujours dans lune ou lautre de ces dominantes.

74 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.74 Lanxiété et la peur exprimées par le malade (suite) Si la personne est dans ne dominante émotive, elle capte peu les explications, les informations. Par exemple : une malade vous dit quelle a peur de lintervention. Elle est dans une dominante émotive. Si vous lui répondez que ce nest quune petite opération, elle ne sera pas rassurée et croira que vous nattachez pas dimportance à son émotion de peur. Il faut nous situer au même niveau que la personne, soit intellectuel, soit émotif.

75 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.75 Vous avez dit quil faut me faire un tubage gastrique. Cest effrayant! Mais non, mais non!!

76 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.76 Je mennuie de ma maman, Puis jai peur de rester ici! Ben voyons, il ny a rien de dangereux ici!!

77 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.77 Mon intervention de demain est-elle dangereuse? Je ne me sens pas rassuré! Il ne faut pas être inquiet, vous allez voir ce ne sera rien, ça va bien aller…

78 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.78 Mon soluté est arrêté, il va falloir me repiquer jai peur de ça! Si vous ne souffrez jamais rien de plus douloureux que cela dans votre vie, vous serez chanceuse!

79 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.79 Que pourriez-vous dire à ces personnes pour leur montrer que vous comprenez et respectez ce quelles vivent et que vous êtes là pour les aider.

80 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.80 Préparation à la médication et au traitement

81 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.81 Préparation à la médication et au traitement Les traitements sont essentiels à la guérison ou à lamélioration de létat de santé du malade. Il est donc important de les préparer et de préparer adéquatement la personne à les recevoir. Il faut en avertir la personne, mais pas nécessairement très à lavance, si elle est très anxieuse. Linfirmière doit aussi expliquer le but du traitement et son déroulement.

82 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.82 Préparation à la médication et au traitement (suite) Tout en portant attention aux gestes techniques, il faut aussi porter attention à la réaction de la personne (peur, douleur, pleurs). Il faut lui parler et lencourager. Pour la personne anxieuse on peut utiliser la stratégie « dinformation sensorielle », cest-à- dire préciser toutes les sensations quelle pourra ressentir : odeur, sensation de froid, de picotement ou de brûlure, etc. Il est important de remercier la personne de son courage et de sa collaboration. Après tout, elle nous permet de faire notre travail.

83 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.83 Hé! une piqure pour vous! Non, pas encore une fois! Vous savez que je naime pas ces injections. Laissez moi me reposer.

84 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.84 Allez hop! Cest lheure de lexercice! Pas encore!

85 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.85 Jerry, ton injection et un petit pansement, ça tirait? Pas du tout!!!

86 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.86 Ha non! Je ne savais pas que cétait aujourdhui. Je ne sens pas prête. Vous auriez dû me le dire avant. Je viens débrider votre plaie.

87 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.87 Que pourriez-vous dire et faire afin de mieux préparer ces personnes à leur traitement et de les informer adéquatement sur les soins à venir.

88 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.88 La satisfaction des besoins

89 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.89 La satisfaction des besoins Le rôle de linfirmière auprès du malade en est un de suppléance pour ce que la personne ne peut faire elle-même et quelle pourrait accomplir si elle en avait la force physique, la motivation et si elle possédait les connaissances voulues. Donc, linfirmière doit aider la personne dans la satisfaction optimale de ses besoins. Elle respecte les capacités de la personne et lui permet de faire ce dont elle est capable, quitte à la soutenir un peu.

90 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.90 La satisfaction des besoins Ce travail au quotidien demande patience et compréhension, car les malades sont parfois un peu difficiles. Linfirmière doit toutefois le faire avec bonne humeur et dévouement. Elle doit soccuper des besoins fondamentaux de la personne et doit sintéresser à savoir dans quelle mesure ils sont satisfaits (nourriture, sommeil, élimination, etc.) Si certains besoins ne sont pas satisfaits, elle doit chercher à comprendre ce qui se passe et planifier des interventions appropriées.

91 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.91 Jai soif, pouvez-vous me donner à boire? Vous ne savez pas quil ne faut pas boire avant une intervention?

92 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.92 Je nai pas faim, je ne veux pas manger! Mange, sans cela nous allons te gaver!

93 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.93 Quest-ce que vous avez à appeler comme ça toutes les cinq minutes?

94 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.94 Mon voisin de chambre mempêche de dormir! Faites quelque chose…!!! Quest-ce que vous voulez que jy fasse?

95 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.95 Javais besoin duriner, mais maintenant il est trop tard, vous avez pris trop de temps! La prochaine, fois il faut appeler avant !

96 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.96 Comment répondre à ces malades afin de mieux satisfaire leurs besoins, tout en tenant compte de leur autonomie?

97 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.97 Le congé du client

98 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.98 Le congé du client Le congé du client est létape finale des soins. Mais comme tout autre moment important, il doit être préparé. À ce moment, linfirmière doit fournir au malade les informations nécessaires à la poursuite du traitement et même procéder à certains enseignements essentiels : injection, pansement, etc. Elle doit aussi linformer, selon la situation, de la nécessité de revenir voir le médecin, et en préciser la date et lendroit : cabinet médical, clinique externe, CLSC, etc.

99 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.99 Le congé du client Il se peut que la personne présente des inquiétudes concernant son retour à la vie normale. Linfirmière doit sinformer de ce qui la tracasse, et voir si certaines interventions peuvent savérer nécessaires : information transmise au médecin pour une consultation avec le psychologue, une visite des infirmières à domicile, etc. Là encore, il faut lui apporter du soutien, rassurer la personne, mais sans minimiser ses appréhensions.

100 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.100 Voici vos ordonnances pour la poursuite du traitement. Mais moi je ne sais pas quoi faire avec ça!!!

101 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.101 Vous pouvez faire votre valise, vous avez votre congé. Je ne sais pas ce que je devrai faire, dois-je poursuivre un traitement? Je ne sais pas.

102 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.102 Maintenant, est-ce que je peux partir? Et, est-ce que jai quelque chose à faire? Sil y avait quelque chose, on vous laurait dit…!

103 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.103 Que dire et que faire afin de préparer ces personnes adéquatement pour leur congé de lhôpital?

104 Margot Phaneuf, inf., Ph.D.104 Fin


Télécharger ppt "Margot Phaneuf, inf., Ph.D.1 Communication et soins : deux voies inséparables. Recueil dexercices pour novices."

Présentations similaires


Annonces Google