La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La mobilisation des résultats de « Maya » pour soutenir les interventions communautaires d'amélioration de la qualité de vie de personnes vivant avec le.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La mobilisation des résultats de « Maya » pour soutenir les interventions communautaires d'amélioration de la qualité de vie de personnes vivant avec le."— Transcription de la présentation:

1 La mobilisation des résultats de « Maya » pour soutenir les interventions communautaires d'amélioration de la qualité de vie de personnes vivant avec le VIH Mélina Bernier, COCQ-SIDA Joanne Otis, CReCES Symposium inter associatif

2 Contexte La recherche communautaire engage les milieux scientifique et communautaire dans un processus de coproduction de connaissances. Or, la simple disponibilité des résultats ne garantit pas leur mise en application en vue de lamélioration des interventions et du renforcement des capacités des acteurs.

3 ?!?!?!? Prédicteurs de la qualité de vie des FVVIH. Projet MAYA. Modèle final [χ2 (18, N=224)= 17,63, p=0,48, CFI= 1,00, TLI=1,00, RMSEA= 0,0001] Durée de vie depuis le diagnostic Discrimination vécue R 2 =0.05 n.s. Soutien social R 2 =0.13** Proportion de personnes connaissant le statut sérologique R 2 =0.21*** Santé mentale R 2 =0.51*** Fonctionnement physique R 2 =0.12** ARV non/oui Pays de naissance Canada/autre Maternité non/oui -0.21** 0.17* -0.37*** 0.17* -0.28***-0.39***0.21** 0.33*** 0.23** -0.36***-0.23*** -0.16* 0 n.s. DDVSS SM FP

4 Contexte Un processus de mobilisation des connaissances est nécessaire pour assurer lappropriation des résultats de la recherche par le milieu communautaire et une rétroaction vers la population de létude.

5 Un exemple: MAYA La COCQ-SIDA, en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada en éducation à la santé de lUniversité du Québec à Montréal, a voulu assurer la mobilisation et la mise en action des connaissances produites dans le cadre de létude MAYA. o Recherche communautaire initiée par la COCQ-sida, sous la direction scientifique de Joanne Otis (UQAM). o Réalisée entre 2006 et 2008 sur la qualité de vie des PVVIH et ses déterminants. o 904 PVVIH suivies à 4 reprises à 6 mois dintervalle. o Partenariat communautés-universités-milieux cliniques.

6 CADRE CONCEPTUEL DE MAYA MACRO Conditions socio- structurelles Réseau social (ampleur et diversité) État immunologique et virologique Zones dimpact sur la santé et le bien- être Usage du condom Facteurs démographiques /socio- économiques (discrimination, inégalité, pauvreté, violence, victimisation) Qualité de vie Facteurs cognitifs et comportementaux Environnement social Stratégies dajustement (coping) et autres caractéristiques individuelles Observance Poursuite du traitement sans interruption volontaire Facteurs culturels Relation avec le médecin Soutien social MÉSOMICRO Santé/Bien-être

7 Stratégie de mobilisation et objectifs Une session de formation de deux jours a été privilégiée afin dassurer une mobilisation des connaissances produites dans le cadre de la recherche communautaire Maya. o Il fallait dabord mettre en action un processus consultatif et participatif visant à optimiser le contenu de la formation, o puis outiller les participants à ajuster leurs interventions ou à offrir de nouvelles interventions en se basant sur les connaissances transférées.

8 Processus itératif et progressif Établissement des conditions du partenariat entre les chercheurs et le milieu communautaire (Contrat de collaboration) Première rencontre entre léquipe de recherche, des intervenants de première ligne et des PVVIH : o Identification des besoins de formation des intervenants en fonction des données disponibles (problématiques particulières) o Identification des analyses différenciées à effectuer (par groupe, par sexe, etc.) et des sous analyses en fonction des préoccupations des intervenants Seconde rencontre entre léquipe de recherche, des intervenants de première ligne et des PVVIH : o Présentation des résultats o Échange sur la signification des résultats o Discussion sur la façon de transposer les résultats en outils dintervention Conception dune série doutils dintervention maison basés sur ces données (théoriques, pratiques, expérientielles

9 Structure de la formation Rappel des objectifs et de la méthodologie de la recherche. Description de la qualité de vie et de ses déterminants, pour justifier les thématiques retenues. Distribution et présentation dun « petit guide de technique dintervention » présentant brièvement vingt- trois techniques dinterventions éducatives. Série dateliers thématiques –Présentation des résultats de la recherche sur ce thème et discussion –Expérimentation des outils dintervention maison –Discussion sur leur contexte dutilisation et leur application dans dautres contextes

10 Vue densemble des thèmes retenus et des outils correspondants ThématiquesDiversité doutils dintervention Résoudre des problèmes et sajusterMises en situation pour explorer les processus de résolution de problèmes Apprivoiser son traitementObserver son observance Interagir avec son médecinQuel type de patient etes-vous? Santé psychologiqueQuestionnaire dévaluation de sa santé psychologique Ressources Symptômes, santé physique et qualité de vie Repérage des symptômes et qualification de leur sévérité Sexualité, zones de perte de contrôle et résilience Mises en situation pour explorer les différents contextes du risque Chaîne de prise de risque pour identifier les zones de perte de contrôle

11 Exemple:Observer son observance Présentation des résultats concernant lobservance par groupe cible oTaux dobservance oConséquences positives et négatives oObstacles rencontrés et conditions facilitatrices Mises en situation et grille dentretien

12 Observer son observance Grille dentretien à saveur motivationnelle Quelle importance accordez-vous à lobservance de vos médicaments? (sur une échelle de 1 à 10, 1 signifiant une importance minime et 10 une très grande importance). –Justifiez votre réponse en dégageant les conséquences positives et négatives que vous voyez à être observant (balance décisionnelle). –Discutez de limportance relative pour chacune des conséquences. Lesquelles ont le plus dimpact sur vous et sur votre observance au quotidien? –À partir des éléments discutés, identifiez un objectif qui vous aidera à respecter lobservance de vos traitements. Cet objectif doit être réaliste et à court terme. Lorsque vous pensez à cet objectif, où situez-vous votre sentiment de confiance? (sur une échelle de 1 à 10, 1 signifiant un sentiment de confiance très bas et 10 un sentiment de confiance très haut). –Précisez ensuite pourquoi vous avez choisi ce chiffre plutôt quun autre. Pour vous aider, faites la liste des éléments qui peuvent nuire ou faciliter latteinte de votre objectif. – Lors des prochaines semaines, quelles stratégies allez-vous mettre en œuvre pour vaincre les contraintes et favoriser les éléments qui facilitent latteinte de votre objectif? Ces stratégies doivent être concrètes et réalistes.

13 Exemple: Symptômes et qualité de vie

14 Exemple: Sexualité, zones de perte de contrôle et résilience Présentation des résultats concernant les RANP par groupe cible oTaux de RANP oConséquences positives et négatives oObstacles rencontrés aux pratiques sécuritaires et conditions facilitatrices oProfils de zone de perte de contrôle Chaîne

15 La situation... Linterprétation... Lémotion... La décision Comprendre que le risque est une chaîne, un enchaînement de situations, interprétations, émotions et décision/comportements

16 Définition des étapes de la chaîne Situation/Contexte : La situation est un élément extérieur, un événement, une circonstance. Ex. : Luc a rencontré un gars il y a quelques jours et ils se sont échangé leur numéro de téléphone. Luc lui a laissé un message hier et il na pas encore eu de retour dappel. Interprétation : Il sagit de la lecture dune situation, de la façon de percevoir la situation. Cette lecture peut être positive ou négative. Ex : Luc na pas reçu de retour dappel dun gars qui lui plaît beaucoup (situation). Son interprétation : je ne suis pas assez beau pour lui, je ne lintéresse pas. Émotion : Il sagit de la réaction émotive créée par linterprétation, non par la situation. Les émotions peuvent avoir divers degrés dintensité et indiquent à quel point nous sommes atteints par linterprétation. Ex. : Luc croit quil nest pas assez beau pour le gars (interprétation). Son émotion : il se sent triste et rejeté. Décision/Comportement : Le comportement est laction qui suit lémotion. Ex : Luc se sent triste (émotion), car il na pas eu de retour dappel du beau gars quil a rencontré il y a quelques jours (situation) et pense quil nest pas assez beau pour lui (interprétation). Il décide daller au sauna afin de baiser un gars qui lui fera sentir quil est désirable (décision/ comportement). Cette décision ou ce comportement le place dans une nouvelle situation, elle-même sujette à une nouvelle interprétation et ainsi de suite.

17 Mise en situation Lhistoire érotique de Marie Marie a 38 ans et vit avec le VIH depuis 5 ans. Situation et émotions : Depuis quelques semaines, Marie fréquente Javier, un homme séronégatif. Javier est au courant du statut sérologique de Marie, ils en ont déjà parlé, mais nont pas discuté du sujet de la sexualité comme il sagissait dun début de fréquentation. Ce soir, pour la première fois, Javier a invité Marie chez lui. Avant de quitter, elle vérifie quelle a des condoms sur elle, juste au cas. Marie est très fébrile de se retrouver seule avec Javier. Elle est tellement bien quand elle est avec lui, il lui fait oublier tous ses petits tracas. Marie espère que ce sentiment est réciproque, car elle aimerait bien que leur relation devienne plus sérieuse. Après avoir discuté toute la soirée autour dun bon repas et dune bonne bouteille de vin, Javier demande à Marie de rester à coucher, invitation que Marie accepte avec grand plaisir. Allongés sur le lit lun contre lautre, Marie se sent proche de Javier et en sécurité. Ils sembrassent et se caressent sensuellement et passionnément.

18 Mise en situation (suite) Relation sexuelle avec prise de risque Interprétation: Marie se dit quils sont tellement dans un beau moment dintimité quelle ne peut lui demander de mettre un condom, car intimité et condom ne vont pas ensemble. Décision / comportement: Marie décide de ne pas y penser et doublier pour une fois le condom. Meilleure relation sexuelle avec un condom Interprétation: Marie se dit quintimité et amour correspondent au respect. Il est donc important de se protéger soi-même et de protéger lautre surtout quil y a possibilité dune relation amoureuse. Décision / comportement: Marie va chercher un condom dans son sac et le met à Javier tout en lembrassant.

19 Mise en situation (suite) Stratégies et plan daction Identifier les éléments (zones de perte de contrôle) qui pourraient expliquer la prise de risque quil y a eu dans cette situation. (Exemple de zones de perte de contrôle : difficulté à négocier le condom, quête de sensations fortes, quête dintimité, difficulté à saffirmer ou à communiquer, consommation dalcool et de drogues, accessibilité et disponibilité des condoms, présomptions erronées du statut sérologique, événements de vie stressants). Identifier les éléments, facteurs, stratégies, ou moyens dans le scénario de la « meilleure relation sexuelle avec condom » qui ont favorisé lutilisation du condom.

20 Avantage pour les communautés Les outils « clé en main » répondaient directement aux préoccupations et aux besoins des intervenants. La concertation entre les chercheurs, les intervenants et les PVVIH a permis de valider les outils et dassurer leur facilité dutilisation. De plus, cette concertation a permis de réfléchir à la pertinence et au potentiel des pistes d'intervention et des outils découlant de létude. Les intervenants ont vu le potentiel de transférabilité des outils à dautres problématiques, contextes ou populations.

21 Avantages pour les chercheurs Amélioration de la validité des résultats (validité de signifiance) et soutien à leur interprétation et mise en contexte. Identification dautres avenues danalyses. Identification dautres questions de recherche émergentes. Accélération des démarches ultérieures (lien de confiance, savoir faire,…). Mais il y a des coûts importants.

22 Conclusion En plus dillustrer une stratégie prometteuse visant à accélérer lappropriation et la mise en action des résultats de la recherche par les communautés, cette expérience est un exemple de mobilisation des connaissances basée sur les principes de la recherche communautaire : équité et réciprocité (partage des savoirs par lequel lexpertise de chacun est reconnue et mise à profit), rigueur scientifique, engagement, signifiance et rétroaction pour les communautés impliquées.

23 Remerciements Riyas Fadel : coordonnateur de projet à la COCQ-SIDA, candidat à la maîtrise en sexologie à lUniversité de Québec à Montréal et chercheur communautaire. Ludivine Veillette-Bourbeau : sexologue (BA), agente de recherche à la CReCES et candidate à la maîtrise en santé communautaire à lUniversité de Montréal. Sara Mathieu : sexologue (BA), agente de recherche à la CReCES et candidate à la maîtrise en éducation à lUniversité du Québec à Montréal.


Télécharger ppt "La mobilisation des résultats de « Maya » pour soutenir les interventions communautaires d'amélioration de la qualité de vie de personnes vivant avec le."

Présentations similaires


Annonces Google