La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Accès et service universel, du global au local, létendue dun champ en débat Annie Chéneau-Loquay Directrice de recherche au CNRS Centre détude dAfrique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Accès et service universel, du global au local, létendue dun champ en débat Annie Chéneau-Loquay Directrice de recherche au CNRS Centre détude dAfrique."— Transcription de la présentation:

1 1 Accès et service universel, du global au local, létendue dun champ en débat Annie Chéneau-Loquay Directrice de recherche au CNRS Centre détude dAfrique noire (CEAN-IEP Bordeaux) Symposium NetSuds 2007, Dakar novembre 2007

2 2 « Un accès universel, ubiquitaire, équitable et financièrement abordable aux infrastructures et aux services TIC, constitue l'un des défis de la société de l'information et devrait être l'un des objectifs de tous ceux qui participent à son édification » 1 Comment répondre à ce défi en Afrique ? Extrait de la déclaration du Sommet mondial de la société de linformation, Genève décembre 2003.

3 3 A - Comment définir le service et laccès universel ? B - Les enjeux de l'accès universel aux TIC pour l'Afrique

4 4 A - Comment définir le service et laccès universel ? Sont des principes de base des politiques publiques en Afrique comme ailleurs. – Focalisé au départ sur le service téléphonique fixe, –« doit évoluer au rythme du progrès technique, des développements du marché et de l'évolution des besoins des utilisateurs » Concernent le service universel des communications électroniques qui fournit à tous un service téléphonique de qualité à un prix abordable. – assure l'acheminement des communications téléphoniques, des communications par télécopie et des communications de données –à des débits suffisants pour permettre l'accès à Internet, en provenance ou à destination des points d'abonnement, – ainsi que l'acheminement gratuit des appels d'urgence. Pour appliquer ces principes, une politique daccès et de service universel aux TIC implique différents domaines en interrelation

5 5 Sur le plan géographique –un accès ubiquitaire = linterconnexion dun territoire du local au global, lexistence de réseaux matériels dinfrastructures ; câbles et satellites intercontinentaux jusquà la boucle locale, au dernier kilomètre de la liaison chez le client, – implique de : compléter les liaisons vers les grandes dorsales intercontinentales un aménagement numérique des territoires pour déployer le haut débit jusque dans les zones rurales. des systèmes daccès et de services collectifs ou privés dans les localités

6 6 Des systèmes immatériels dinfo-structure permettant la circulation de linformation dans les réseaux –avec linteropérabilité[1] des différents systèmes en jeu[1] –et la convergence des différents média, –et donc la mise en place de systèmes de normes et de régulation concertés et efficaces. On peut faire référence ici typiquement au protocole universel dInternet dit TCP IP qui intègre le son, limage et lécrit et à lopposition entre des standards propriétaires et des standards ouverts (open source, open access). Toutes questions qui se réfèrent à la gouvernance de lInternet et plus largement des TIC. [1] A et B seront dit interopérables si, grâce à une ou plusieurs norme(s) externe(s) qu'ils respectent, ils en viennent entre autre à pouvoir être compatibles. L'interopérabilité est générale et ne concerne pas a priori des éléments ou systèmes particuliers. Elle existe au travers de normes et formats respectés par tout élément ou système qui souhaite intégrer un plexus interopérable (Wikipedia)[1] Sur le plan juridique

7 7 Sur le plan culturel et éducatif la mise en œuvre de contenus adaptés aux différents publics, – la production de connaissances à diffuser et échanger –des programmes de formation pour améliorer les compétences pour concevoir, gérer et utiliser ces technologies. Ce sont là tous les enjeux concernant linformation, les media, la diversité culturelle et léducation à linformatique..

8 8 Sur le plan socio-économique Transversal, se retrouve dans les différentes couches, infrastructures, info-structures et contenus ; laccès et les services pour tous, donc équitables et financièrement abordables mettent en jeu –soit la seule concurrence entre les entreprises privées –soit le partenariat entre public et privé que prône le SMSI –soit un service public délivré au bénéfice des plus démunis par un Etat seul ou en partenariat et/ou sous le contrôle de la collectivité.

9 9 Le plan daction du SMSI préconise de sen remettre au jeu du marché …. « Des politiques propres à créer, à tous les niveaux, des conditions favorables de stabilité, de prévisibilité et d'équité dans la concurrence devraient être établies et mises en oeuvre d'une manière susceptible, non seulement de mobiliser davantage d'investissements privés pour le développement des infrastructures TIC, …. mais introduit aussi lidée dun service public mais encore de répondre aux obligations de service public dans les régions où les mécanismes traditionnels du marché ne fonctionnent pas ». On parlait dune obligation de service universel (OSU) Que peut signifier cette notion dune obligation de service public ?

10 10 B - Les enjeux de l'accès universel aux TIC pour l'Afrique I - Une amélioration de la connectivité internationale et régionale II - relocaliser le trafic local III - Le sans fil, LA solution à léchelle locale ? IV - Laccès mutualisé : un modèle Africain Conclusion -les TIC, un bien public mondial ?

11 11 Problématique : une étape cruciale du développement du réseau Internet, la diffusion généralisée du haut débit pour de nouveaux usages multimédia fait dInternet le vecteur universel pour tous les secteurs socio économiques, = une reconfiguration de laccès que lon peut caractériser comme « un aménagement numérique » des territoires

12 12 Un même problème sur toute la planète : diffuser le haut débit à des coûts acceptables pour les différents protagonistes, de lopérateur à lutilisateur final. Des solutions différentes selon que lon se situe au centre ou en périphérie du système. Deux logiques économiques saffrontent…. –le modèle coopératif où le réseau deviendrait un bien public mondial, (débuts de lInternet et certaines tendances actuelles) –la pure logique du marché … mais pas à la même échelle – pays développés, la question de laménagement numérique des territoires se pose à léchelle régionale et à celle des pôles urbains – En Afrique, déficits de connexion à toutes les échelles, globale, intercontinentale, nationale et locale.

13 13 I – Améliorer la connectivité I – 1 - Trois idées à relativiser : 1) La dimension planétaire, lubiquité de la « toile mondiale » Les satellites installés et les câbles à fibre optique donnent un accès virtuel Cest lusage qui détermine laccès et pas linverse et cet usage est lié à différents facteurs les politiques et stratégies des Etats et des opérateurs privés nationaux les coûts pratiqués par les acteurs occidentaux qui dominent les marchés le niveau de solvabilité des zones desservies. La connexion des zones rurales aux satellites et aux câbles coûte plus cher que celle des zones urbaines

14 14 2) S on invulnérabilité la multiplicité des routes possibles garantirait lacheminement des données même en cas de coupure - Certains pays Africains ont une bande passante internationale détenue par un seul opérateur étranger et sont donc très vulnérables. - La Sierra Leone a été coupée du réseau pendant plusieurs mois. La déterritorialisation du système technique satellitaire est donc un mythe 3) Le cyberespace, une toile uniforme tendue sur le monde Cest plutôt une étoile : au centre un pôle dominant avec quelques satellites. –Les pays du G8 dominent dans deux des trois couches des réseaux de télécommunications : la couche physique (linfrastructure) la couche intermédiaire de gestion (linfostructure) Les contenus ou services locaux sont peu développés –=> Les Etats-Unis = plaque tournante des réseaux et des flux d'information mondiaux, en particulier pour Internet.

15 15 I – 2 - Une amélioration de la connectivité internationale et régionale I Câbles ou/et satellites ? Un accès par satellite demande un accord bilatéral entre deux entreprises commerciales pour le développement dun projet national. Un accès par câble demande une concertation internationale dune toute autre ampleur Pour SAT 3 – un modèle propriétaire Pour EASSY, un accès plus ouvert ? Quid de RASCOM ?

16 16 Architecture du réseau Internet en Afrique Subsaharienne Source :lobservatoire de laccès haut-débit en Afriqueobservatoire de laccès haut-débit en Afrique

17 17

18 18 Mais des infrastructures sous utilisées La capacité réelle entre la fibre et le satellite se répartirait autour de 40/60 % pour lAfrique (en 2004) –De bonnes perspectives pour les opérateurs de satellites car difficultés pour installer la fibre –Mais erreurs sur la croissance du marché SAT 3 était utilisé à 10% de ses capacités après 2 ans –Le problème du coût (accès réservé aux membres du consortium) –Le problème du dernier kilomètre –Le monopole des opérateurs nationaux

19 Linfo structure : des revenus qui vont des pays pauvres vers les pays riches Au niveau de linfo structure, des fournisseurs d'accèsAu niveau de linfo structure, des fournisseurs d'accès –Les niveaux global et international offrent la connectivité –le niveau local permet laccès –La qualité de la connectivité est déterminée par la capacité de la bande passante offerte

20 20 Débits de la largeur de bande Internet au niveau interrégional, 2003 Source : Pri Metrica

21 21

22 22 Un système hiérarchisé défavorable aux plus pauvres LAfrique est absente du segment des fournisseurs daccès globaux 5 opérateurs en des USA, Worldcom, Sprint, ATT et Genuity 1 de Grande Bretagne, Cable and Wireless 60 environ USA :UUNET, Level3, Sprint et ATT WorldNet. Autres : British Telecom, Cable and Wireless, France Telecom, NTT, Singtel, Teleglobe, Telia et Telstra 8000 fournisseurs de service

23 23 Les revenus vont de la périphérie au cœur du système Les prix de la bande passante ont chuté de 70% entre les grandes villes des Etats-Unis et dEurope depuis 1998 les autres parties du globe nont pas connu une pareille baisse Pour les fournisseurs de dorsales Internet des pays développés – les coûts internationaux dans les PVD imputables à la médiocrité des infrastructures de télécommunications aux niveaux régional et national le nombre moins élevé quailleurs de points déchange de trafic entre homologues surtout labsence de véritable concurrence dans bon nombre de pays en développement.

24 24 II - Linterconnexion régionale en chantier II Le défi du haut débit II Relocaliser le trafic local

25 25 II Le défi du haut débit Transit des flux locaux vers les plus gros réseaux internationaux =un héritage dun Internet de première génération qui fonctionne correctement pour des messages courts. La révolution numérique en cours => une nouvelle proximité entre les utilisateurs et les nœuds déchange de données pour - diminuer les effets de latence - faire baisser les coûts La distance redevient un facteur discriminant.

26 26 1.5Gbps de bande passante sortante (2002) 13Mbps intra- Africain!!! Le tarif international très élevé decourage les liens multiples Le manque de peering a des effets en cascade – beaucoup de sites Africains sont hébergés à l'extérieur!

27 27 II - 2- Relocaliser le trafic local Créer des points déchange à léchelle régionale inter africaine et nationale permet – déchanger le trafic local sans passer par les grandes artères mondiales –donc à des prix plus bas, –D augmenter le trafic et rentabiliser ces échanges. De nouveaux acteurs en jeu. – Les associations dentreprises comme AFRISPA et dans les pays développés surtout, les collectivités locales. – AFRISPA en appelle aux Etats, aux investisseurs et à laide internationale pour les créer, avec le soutien de lUIT. Egalement nécessaire: –créer des transporteurs de données (carriers) régionaux, –plus d'investissement dans l'infrastructure à fibre optique

28 28 Mais des obstacles essentiels : Certains pays ont un monopole avec des fournisseurs daccès internationaux comme – le Kenya jusquen 2004 et lAfrique du Sud., le Sénégal Problème de fond la faiblesse du trafic entre les pays pour justifier dengager des investissements. – En 2005, 5,9% de la largeur de bande de lAfrique du Sud acheminée vers dautres pays dAfrique, un débit de 52 Mbits sur 881,5. Or lAfrique du Sud est le pays le plus puissant dAfrique et une plateforme pour les pays voisins. –les autres pays entre 1 et 5% du trafic. Trafic sortant africain plus important que le trafic local (adresses) et essentiellement dirigé vers les pays développés –contrairement aux pays développés où près de 60% du trafic est national.

29 29 Le prix nest pas un problème réel, un point déchange Internet = 6500 dollars, labsence dun esprit de coopération entre les opérateurs locaux, le manque de confiance réciproque, un environnement législatif défavorable. Autres facteurs: la situation géographique ; un pays côtier connecté au câble et en position stratégique comme le Sénégal bénéficie davantages que son voisin malien enclavé na pas. Ces distorsions ne sont plus atténuées par une politique déquipement à léchelle régionale

30 30 III - A léchelle locale III Du point de vue des infrastructures Enjeu principal celui de la boucle locale et le pouvoir est davantage entre les mains des acteurs locaux. « Laménagement numérique » des territoires peut être envisagé même dans les pays les plus pauvres dès lors que le coût aura diminué. Le plus grand défi pour le service universel la modernisation du réseau d'accès au client son extension au monde rural son interconnexion. Les systèmes daccès sans fil à Internet à haut débit - réseaux à grande distance, via les satellites ( vsat par exemple), - réseaux locaux (avec la technique wifi, wimax),wifi - réseaux métropolitains (avec des liaisons radio classiques). sont décrits par lUIT comme étant la solution pour le futur pour lAfrique : le portage sur Internet de contenus et de services locaux appropriés par les populations locales serait possible.

31 31 Selon certains spécialistes, les réseaux sans fil ne seraient quune solution transitoire car on renonce à fournir un accès de masse au téléphone –il n'y aurait pas d'alternative au développement d'une infrastructure filaire au sol qui s'intègre naturellement dans les autres réseaux (eau et électricité notamment), –utilise les mêmes tranchées, –repose sur la même infrastructure humaine (services techniques des collectivités locales, cartes du sous-sol, etc). »

32 32 III- 2 - Les formes locales : un modèle africain Un phénomène hyper urbain –Profondes inégalités spatiales Réseaux mal répartis, discontinus, service médiocre, coûts élevés Problème de lélectrification –Des territoires lacunaires Des hyper centres connectés aux périphéries rurales oubliées Avec lADSL, lencastrement urbain (Dakar) Les réseaux hertziens peuvent ils se jouer de la rugosité des territoires ? Linverse du modèle occidental: Un accès partagé Le télephone : un outil adapté à des sociétés de loralité dans les télécentres de petits kiosques pour louer des mobiles Des cartes pré-payées (économie du détail) soffrir des unités Utiliser Skype

33 33 Pour internet Lordinateur personnel pour les privilégiés Très mince élite, 3% de la population au Sénégal Un partage : Lutilisation de nombreux accès au public Le modèle télécentrecommunautaire porté par les ONG utile pour faire connaître Internet sessoufle Convergence des media (radio, telephone, internet) Laccès privé domine : modèle exporté La médiation : Lutilisation dintermédiaires qui font linterface entre loutil et lusager –Leffet nouvelle génération : les plus jeunes sont les plus instruits Des marchés de loccasion Des produits recyclés venus du Nord ou dAsie par Dubai Par les intervenants du nord Pour léducation Un public jeune, étudiant plutôt masculin mais aussi de petits entrepreneurs, des fonctionnaires, des employés dONG

34 34 Mais au-delà des types de connexion un problème de fond : la compatibilité des TIC avec léconomie informelle Des systèmes matériels défaillants qui ne répondent pas à des normes techniques et organisationnelles pour fonctionner dans la durée Des conditions impliquant un état du droit or la majorité des activités économiques sont peu ou pas enregistrées et fonctionnent selon des systèmes informels.


Télécharger ppt "1 Accès et service universel, du global au local, létendue dun champ en débat Annie Chéneau-Loquay Directrice de recherche au CNRS Centre détude dAfrique."

Présentations similaires


Annonces Google