La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Laboratoire Bio-Services Par : André Langlais, T.P. Congrès de lAESEQ 1 er avril 2011.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Laboratoire Bio-Services Par : André Langlais, T.P. Congrès de lAESEQ 1 er avril 2011."— Transcription de la présentation:

1 Laboratoire Bio-Services Par : André Langlais, T.P. Congrès de lAESEQ 1 er avril 2011

2 En opération depuis 1991; Accrédité en chimie et en microbiologie par le MDDEP; Accrédité ISO 17025; Équipe comptant 20 professionnels et techniciens.

3 Plus de pieds carrés. 4 départements distincts : Laboratoire de chimie, laboratoire de microbiologie, analyse de lair, échantillonnage et caractérisation. Plus de analyses par année.

4 NOS CLIENTS Puisatiers Centres de pompes Municipalités et Villes Hôtels Campings Camps dété Consultants Sociétés détats et organismes paragouvernementaux

5 POURQUOI ? Lors de la vente dun bien immobilier, le prêteur exige que leau soit potable. Vente dun bien immobilier

6 Autres occasions Vérifier le respect des normes de potabilité (suivi continuel); Vérifier le rendement des équipements de traitement ou des opérations/ ajustements; Définir le niveau de contamination; Définir les critères de conception dunités de traitement; Préparer une preuve pour un litige. POURQUOI ?

7 DOÙ PROVIENNENT LES NORMES ET RECOMMANDATIONS Règlement sur le captage de leau souterraine Larticle 21 mentionne que leau destinée à la consommation humaine doit respecter les dispositions de larticle 3 du Règlement sur la qualité de leau potable. Règlement sur la qualité de leau potable Larticle 3 mentionne que leau destinée à la consommation humaine doit satisfaire aux normes de qualité de leau potable définies à lannexe 1. Lannexe 1 du règlement mentionne donc les normes microbiologiques.

8 DOÙ PROVIENNENT LES NORMES ET RECOMMANDATIONS Recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada - Santé Canada Les recommandations pour la qualité de l'eau potable au Canada concernent les contaminants microbiologiques, chimiques et radiologiques. Elles visent également les caractéristiques physiques de l'eau, comme le goût et l'odeur.

9 LES NORMES ParamètresNormes Coliformes totaux 10 UFC / 100 ml* Coliformes fécaux (E. coli) Exempt de bactérie Entérocoques (facultatif)Exempt de bactérie Colonies atypiques 200 UFC / 100 ml Turbidité5 UTN Nitrates-Nitrites10 mg/l

10 RECOMMANDATIONS Santé Canada Recommandations en matière de santé et d'esthétique pour les paramètres chimiques et physiques. + de 80 paramètres différents. Évolution des normes : Manganèse - Modifications à prévoir.

11 QUAND ? Léchantillon doit être représentatif. Erreurs commises régulièrement : Prélèvement immédiat après une désinfection; Prélever lorsque leau nest pas utilisée couramment : - Prélèvement hivernal pour un chalet saisonnier; - Résidence inhabitée.

12 COMMENT ? Le prélèvement a une importance primordiale lorsque lon caractérise une eau. Il faut : - Valider la méthode de prélèvement; - Établir la liste des paramètres danalyses; - Vérifier les critères de conservation et de préservation et sassurer davoir le matériel; - Vérifier le délai maximal avant lanalyse. ATTENTION : Il sagit dun geste professionnel encadré par le RQEP*. Conséquences légales.

13 COMMENT ? Valider la méthode de prélèvement Sassurer de bien connaître la méthode de prélèvement et les précautions à prendre. Une moindre erreur de manipulation peut influencer les résultats danalyses. Note : Au niveau de lincertitude de mesure (facteurs qui influencent les résultats), 50 % des facteurs proviennent de léchantillonnage lui-même tandis que 25 % proviennent de lanalyse.

14 COMMENT ? Valider la méthode de prélèvement Prévenir le gel ou le réchauffement des échantillons; Présence de robinets déchantillonnage ou non; Préparation des robinets; Matériel déchantillonnage. ATTENTION ! LES CLIENTS NE DISENT PAS TOUJOURS TOUTE LA VÉRITÉ.

15 COMMENT ? Établir la liste de paramètres danalyses Définir clairement la liste danalyses à réaliser en se basant sur la réglementation, les guides ou encore les critères de performance attendus. Prendre en considération le délai danalyse. Le laboratoire vous fournit les demandes danalyses afin de simplifier le processus.

16 COMMENT ? Délais danalyses Forfait #1 : Délai danalyse maximal 24 h à 48 h » Coliformes totaux (et Colonies atypiques) » Coliformes fécaux Forfait #2 : Délai danalyse maximal 48 h à 72 h » Coliformes totaux (et Colonies atypiques) » Coliformes fécaux » Entérocoques Forfait #3 : Délai danalyse maximal 24 h » Coliformes totaux (présence/absence) » E. coli (présence/absence)

17 COMMENT ? Selon les règles de lart : Aussitôt quil y a des colonies atypiques, il faut les « confirmer ». Cest-à-dire quil faut valider si des coliformes totaux ne se « déguisent » pas en colonies atypiques. Cette « confirmation » nécessite 24 h supplémentaires dincubation. Ce contrôle qualité est obligatoire !

18 LÉCHANTILLONNAGE BACTÉRIOLOGIQUE ET PHYSICO-CHIMIQUE ÉTAPE 1 Retirer laérateur du robinet

19 LÉCHANTILLONNAGE BACTÉRIOLOGIQUE ET PHYSICO-CHIMIQUE ÉTAPE 2 Avec un linge à usage unique imbibé deau de javel, nettoyer lextrémité du robinet. Laisser couler leau froide pendant 5 minutes pour être certain de prélever de leau qui na pas été en contact prolongé avec la plomberie de la maison. Ne pas rincer la bouteille déchantillonnage.

20 LÉCHANTILLONNAGE BACTÉRIOLOGIQUE ET PHYSICO-CHIMIQUE Pendant ce temps, remplir le formulaire du laboratoire. Vous pouvez agrafer votre carte daffaires sur la partie gauche de la demande danalyse. Éviter de tousser au-dessus de la bouteille. Inscrire le lieu déchantillonnage et la date sur la bouteille. ÉTAPE 3

21 LÉCHANTILLONNAGE BACTÉRIOLOGIQUE ET PHYSICO-CHIMIQUE Réduire le débit du robinet jusquà ce que le filet deau soit denviron ¼ de pouce de diamètre. Remplir la bouteille déchantillonnage spécifiquement préparée par le laboratoire jusquà la marque indiquée. Attention de ne rien introduire dans la bouteille, tels le bout du robinet, les doigts, etc. Gardez le bouchon dans lautre main. ÉTAPE 4

22 LÉCHANTILLONNAGE BACTÉRIOLOGIQUE ET PHYSICO-CHIMIQUE Bien fermer la bouteille et la placer immédiatement dans une glacière. Ne pas oublier de joindre un réfrigérant (ICE PACK). Placer dans un réfrigérateur jusquà la collecte par le laboratoire. ÉTAPE 5

23 EXEMPLE POUR DÉMONTRER QUE LEAU EST POTABLE Analyse des paramètres inorganiques métaux lourds Paramètres organiques pesticides hydrocarbures ATTENTION ! ÉVALUER LENVIRONNEMENT IMMÉDIAT. LA PRÉSENCE DE FERMES, DE STATIONS DESSENCE OU DE DÉPOTOIRS À PROXIMITÉ PEUT JUSTIFIER LANALYSE DE DAUTRES PARAMÈTRES. RÉSERVOIR DE DIESEL RÉSERVOIR DE DIESEL ÉCURIE

24 EXEMPLE POUR DÉMONTRER QUE LEAU EST BONNE AU GOÛT ET NE SOUILLE PAS Paramètres esthétiques ou organoleptiques - Fer- Chlore résiduel - Manganèse- Sulfure dhydrogène - Dureté- Sodium - Tannins-lignines- Chlorures - Alcalinité- Etc.

25 ÉCHANTILLONNAGE POUR PHYSICO-CHIMIE EXCLUSIVEMENT LES ÉTAPES DÉCHANTILLONNAGE SONT LES MÊMES MAIS IL NEST PAS NÉCESSAIRE DE DÉSINFECTER LE ROBINET. ATTENTION ! LES PRÉSERVATIFS SONT SOUVENT DES ACIDES FORTS OU DES BASES FORTES DONC IL Y A RISQUE DE BRÛLURES CHIMIQUES.

26 COMMENT ? Vérifier les critères de préservation Avant léchantillonnage, il faut sassurer que les bouteilles déchantillonnage contiennent les préservatifs requis. Léchantillonnage doit se faire selon les méthodes standardisées. Après léchantillonnage, les bouteilles doivent être conservées selon les normes énoncées par le laboratoire.

27 OÙ ? Le robinet le plus utilisé de la résidence. Idéalement un robinet à 2 manettes afin déviter un risque de présence deau chaude. Si laérateur (ou tout autre accessoire) ne senlève pas, changez de robinet. Évitez les robinets extérieurs.

28 Les risques de prélever Apparence de conflit dintérêts. Risque de poursuite. Risque derreur.

29 Depuis 20 ans, nous avons prélevé et analysé plusieurs centaines de milliers déchantillons deau potable, deaux usées domestiques et industrielles, deau souterraine et de surface, de sols, de matériaux contaminés et de lixiviat. Nous pouvons vous aider à faire encore mieux ! Laboratoire Bio-Services vous a offert cette présentation

30 Pompes et puits Laboratoire Bio-Services a été créé initialement pour répondre aux besoins résidentiels, nous possédons une expertise très poussée en ce domaine. Nos chargés de projets se feront un plaisir de vous aider afin de satisfaire vos clients et éviter des litiges. À vous den bénéficier !

31 Merci de votre attention !

32 LA DÉSINFECTION DUN PUITS PAS SI SIMPLE QUE ÇÀ Par : André Langlais, T.P. Congrès de lAESEQ 1 er avril 2011

33 Importance de lanalyse Le seul moyen de vous assurer que leau dun puits est sans danger, cest de la faire analyser par un laboratoire accrédité par le MDDEP. Lanalyse chimique est un geste professionnel reconnu exclusivement aux chimistes dûment membres de lOrdre des chimistes du Québec.

34 VÉRIFICATIONS PRÉLIMINAIRES Létat du tubage du puits et son environnement immédiat. Toute ouverture peut permettre à leau de surface de sintroduire dans le puits et le contaminer. L'intrusion d'un petit animal ou d'insectes suffit.

35 VÉRIFICATIONS PRÉLIMINAIRES Les installations de traitement deau potable peuvent aussi être contaminées. Une forte concentration de chlore peut détériorer le système. Nous recommandons de dériver le système avant désinfection. La désinfection doit suivre une procédure particulière si de bons résultats sont attendus.

36 VÉRIFICATIONS PRÉLIMINAIRES Si on peut observer des particules en suspension dans le puits, il est préférable de le pomper jusqu'à ce que leau soit claire et limpide. Un pH de leau trop élevé nuit à la désinfection. Idéalement, on doit abaisser le pH entre 6 et 7,5 avant de désinfecter.

37 PRÉPARATION Eau de javel « pure »; Minimum 5 % dhypochlorite de sodium; Besoin dun produit « frais » (la concentration dhypochlorite diminue avec le temps); Solution industrielle plus concentrée possible, mais attention au dosage.

38 ÉTAPE 1 - INSTALLATION Raccordez un tuyau darrosage très propre (neuf de préférence) au robinet extérieur de la maison. Placez lautre extrémité dans le tubage du puits. Faites-le descendre suffisamment pour éviter quil vous éclabousse au moment de le mettre en fonction.

39 ÉTAPE 2 - CALCUL En fonction du diamètre du puits, calculez la quantité deau de Javel requise pour désinfecter votre puits. ATTENTION ! Il ne faut pas tenir compte de la profondeur du puits, mais de la hauteur deau dans le tubage.

40 ÉTAPE 2 - CALCUL Lobjectif est datteindre une concentration de 50 mg/l de chlore pour un temps de contact de 24 h. Il est possible davoir une concentration de 100 mg/l pour un temps de contact de 12 h. Attention de ne pas trop chlorer. Cela pourrait endommager léquipement de captage ou la tuyauterie.

41 ÉTAPE 2 - CALCUL Exemple : La quantité nécessaire pour un puits de 150 mm (6 pouces) de diamètre et dont la hauteur deau est de 15 mètres (50 pieds) est de : 1 litre avec une solution mère de 5%. C1V1 = C2V2

42 ÉTAPE 3 - CHLORATION Pour les puits tubulaires, diluer le chlore dans un seau avant de verser dans le puits (réduction du risque de corrosion du tubage et des accessoires de pompage). Pour les puits de surface, diriger le liquide désinfectant le plus loin possible des instruments de pompage et remuer leau avec une tige propre afin de diluer leau de Javel.

43 ÉTAPE 3 - CHLORATION Ouvrir le robinet extérieur muni du tuyau darrosage qui renverra ainsi l'eau dans le puits durant 30 minutes. Arroser abondamment la partie du tubage intérieur qui est au-dessus du niveau deau pendant 5 minutes. ATTENTION ! Comme le chlore détruit les vêtements, assurez-vous davoir des vêtements, gants et lunettes étanches et offrant une bonne protection. Le contact de leau de Javel avec les yeux peut causer des blessures importantes et provoquer une perte dacuité visuelle. Éloignez les enfants et les animaux domestiques durant ces opérations. NUTILISEZ AUCUN SAVON DÉTERGENT OU AUTRE PRODUIT DU GENRE. CELA POURRAIT PROVOQUER DES RÉACTIONS CHIMIQUES DOMMAGEABLES ET DANGEREUSES.

44 ÉTAPE 4 - TUYAUTERIE Ouvrir un à un les robinets de la résidence jusqu'à ce quune forte odeur de chlore apparaisse, puis refermer les robinets. Il est aussi conseillé dactionner les cabinets daisance et toute autre robinetterie. Ne laissez aucun point mort dans le réseau. Drainez également le réservoir hydropneumatique.

45 ÉTAPE 5 – EAU CHAUDE (facultatif) Note : Cest un bon moment, si le cœur vous en dit, de vidanger le réservoir deau chaude. Placez linterrupteur en position arrêt ou, si le réservoir fonctionne au gaz, fermez la vanne darrivée et à laide dun tuyau, vidangez le réservoir. Remplissez-le deau désinfectée et drainez les robinets deau chaude.

46 ÉTAPE 6 - CONTACT Laisser leau chlorée durant 12 à 24 h dans les conduites avant de les drainer. Placer sur chaque robinet un collant rouge indiquant de ne pas utiliser leau. Au mieux, mettre le commutateur de la pompe en position « Fermé » afin déviter son utilisation.

47 ÉTAPE 7 - PURGE Opération délicate; Techniciens expérimentés; Ne peut être retourné aux installations septiques; Ne peut être dirigé vers un lac, un cours d'eau ou un fossé; Neutraliser le chlore avant le rejet dans lenvironnement.

48 ÉTAPE 7 - PURGE Drainez chaque robinet de la résidence, le cabinet daisance, la douche et tout autre robinet afin de vidanger correctement les conduites. Faites aussi couler leau du réservoir deau chaude et remplissez-le deau exempte de désinfectant avant de le remettre en fonction.

49 ÉTAPE 8 - ATTENTE Attendre 5 à 10 jours avant déchantillonner. Durant cette période, interdire la consommation de leau. Utilisation domestique permise. Attention ! Si coliformes fécaux ou E. coli excédant 20 UFC/100 ml, leau ne doit pas être utilisée pour lhygiène personnelle.

50 ÉTAPE 9 - ANALYSE Si les résultats danalyses montrent à nouveau la présence de bactéries dangereuses pour la santé, il faut effectuer une seconde désinfection, voire une troisième... C'est quelquefois nécessaire pour venir à bout de microorganismes qui colonisent depuis longtemps dans un puits.

51 Désinfection des équipements de traitement Vérifiez avec vos fournisseurs déquipements, les procédures recommandées. Assurez-vous ne pas affecter la qualité des médias, tels les résines ou média filtrant. Dans le pire des cas, désinfectez les réservoirs et remplacez les médias.

52 ÉTAPE 10 – TRAITEMENT CHOC (au besoin) Parfois, il faut alors « utiliser les grands moyens ». Pour éliminer une sorte de couche visqueuse ou limon biologique qui colle aux surfaces en contact avec leau (pompe, fils, conduites, tubage, etc.). Le remède? Retirer les installations de pompage, curer le tubage et nettoyer les accessoires afin denlever toutes les adhérences.

53 SUIVI Nouvelle analyse après trois mois pour vérifier que tout est en ordre. Puis, comme le recommande le MDDEP et Santé Canada, il faut analyser l'eau tous les six mois. Votre allié : votre laboratoire !

54 INFORMATIONS IMPORTANTES Les informations données dans ce document sont simplement à titre indicatif. Laboratoire Bio- Services inc. ne peut et ne se tient aucunement responsable des dommages ou autres inconvénients qui peuvent être causés en utilisant ces recommandations à moins quil soit spécifiquement mandaté par le client pour exécuter les travaux. Aucune réclamation ne pourra donc être déposée à ce sujet.

55 Merci de votre attention !


Télécharger ppt "Laboratoire Bio-Services Par : André Langlais, T.P. Congrès de lAESEQ 1 er avril 2011."

Présentations similaires


Annonces Google