La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES, URBAINES, PAYSAGERES ET ENVIRONNEMENTALES JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES, URBAINES, PAYSAGERES ET ENVIRONNEMENTALES JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes."— Transcription de la présentation:

1 ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES, URBAINES, PAYSAGERES ET ENVIRONNEMENTALES JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE TERRE-ECO ARTELIA

2 PREAMBULE : Le Cahier de Prescriptions Architecturales, Urbaines, Paysagères et Environnementales a pour but d'édicter les prescriptions qui serviront de lignes directrices à la conception des ilots. Ce document est une pièce constitutive du Dossier de Réalisation de la ZAC ECO-QUARTIER DAUDET. Il sera complété par des fiches de lot qui préciseront les ambitions qualitatives du projet et préconiseront ou suggèreront des dispositifs capables de les faire aboutir. Il est rappelé que les règles du PLU simposent à chaque programme. JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 1

3 INTRODUCTION - PRINCIPES DU PROJET JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 2 1. LES REGLES D'IMPLANTATION ALIGNEMENTS SUR L'ESPACE PUBLIC EPANNELAGE TRAITEMENT DES LIMITES DE L'OPERATION 2. TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES / PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES ENTRE LES LOTS ET L'ESPACE PUBLIC ESPACES PLEINE TERRE / COEURS D'ILOTS 3. PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ADRESSAGE / ACCES COMPOSITION LES OCCULTATIONS LES BALCONS LES TOITURES LE STATIONNEMENT 4. LES PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES INTRODUCTION ILOTS DE CHALEUR URBAINS BIODIVERSITE ET NATURE EN VILLE L'ECLAIRAGE PUBLIC LOCAUX TRANSFORMATEURS DECHETS GESTION DE L'ENERGIE CONFORT HYGROMETRIQUE GESTION DE L'EAU CONFORT VISUEL CONFORT ACOUSTIQUE QUALITE SANITAIRE DE L'AIR CHANTIER PROPRE SOMMAIRE

4 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE LES REGLES D'IMPLANTATION ALIGNEMENT SUR ESPACE PUBLIC LES DIFFERENTES IMPLANTATIONS Les implantations bâties participent à la mise en place de l'armature du quartier. Différents principes d'implantation sont développés afin de donner la lecture de cette armature : 1 - à l'alignement et en ordre continu; ce principe d'implantation, au caractère très urbain, borde les espaces publics principaux et accompagne les grands axes de composition urbaine (portion Ouest de la rue Daudet, trame paysagère Nord/Sud) 2 - à l'alignement et en ordre discontinu; ce principe d'implantation met en place une relation de porosité entre les espaces publics et les espaces de cœur d'ilots 3 - en retrait; ce principe d'implantation accompagne les espaces publics secondaires: il s'agit de préserver l'intimité des logements occupant le rez-de-chaussée, ou encore de créer des respirations dans les séquences bâties (voie secondaire entre ilots D et E) Enfin, des ouvertures visuelles sur les cœurs d'ilots et le grand paysage sont ménagées, principalement le long de la trame paysagère, afin d'introduire un effet de transversalité.

5 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE LES REGLES D'IMPLANTATION EPANNELAGE Lintégration des tissus résidentiels existants en périphérie du projet seffectue à laide dun travail de couture, et dune recherche de « vis-à-vis acceptables » en termes de gabarits et de prospects. Pour cette raison, le choix a été fait de privilégier les grands volumes au cœur de lopération (autour de la « jonction ») et le long du mail nord/sud. La périphérie du site accueille lhabitat intermédiaire, et lhabitat collectif gradé de R+3 à R+4. Coupe de principe

6 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE LES REGLES D'IMPLANTATION TRAITEMENT DES LIMITES DE L'OPERATION Les points de contact entre l'opération Daudet et les parties privées sont traités de manière à assurer le maximum d'indépendance et d'intimisation des jardins existants. Les clôtures associent des ouvrages maçonnés avec des accompagnements paysagés (câbles supports de végétation, plantations en jardinières, etc....)

7 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES PRIVE/PUBLIC Les espaces publics et privés construisent conjointement le paysage urbain. Les rapports formels et fonctionnels entre les domanialités, la hiérarchisation des échanges quils opèrent, la structuration et la gestion des seuils et des limites sont primordiaux pour la cohérence et la qualité du projet urbain. Les recommandations paysagères pour le traitement des interfaces entre le public et le privé visent ici à conférer une harmonisation sur lensemble de la ZAC. Laménagement favorise la compréhension des usages et les statuts des différents composants urbains.

8 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES PRIVE/PUBLIC La rue Daudet est la structure viaire dirrigation principale du quartier, elle est support de centralité et de dynamisme dans la continuité dune structure majeure de la ville, la rue Wallon. La voie porte une image volontairement urbaine, elle offre un gabarit classique structuré : trottoirs / voie / stationnements plantés. Dans sa section nord, elle prend un caractère plus paysagé Limite non-bâtie Clôture : muret h=50cm + serrurerie qualitative, H maxi 1,80 Bande « jardin » denvirons 5m de large en couvre sol et strates moyennes. Une continuité structurante de la ligne bâtie est recherchée, afin de souligner le caractère urbain de la rue, toute en ouvrant des fenêtres sur le paysage des cœurs dilots.

9 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES PRIVE/PUBLIC Laxe est pensé comme une bande urbaine active. Il est traité tel un espace partagé qui saccompagne de multiples usages: placette de marché, aire de jeux, terrain de pétanque, jardins familiaux ou partagés... Espace public fédérateur transversal, il est le liant social au cœur du quartier. Limite Sud/Ouest - des séquences « ouvertes » et « fermées » se succèdent le long de laxe. Une bande plantée constante de 1,5m est assurée sur le linéaire global. A léchelle du piéton, elle adoucit le rapport entre le bâti et lespace public. Les espaces ouverts seront marqués par une clôture en serrurerie qualitative couleur foncée, H = 1,80. Une transparence maximale est recherchée afin de faire participer lilot /jardins à lanimation de la rue. Limite Nord/Est - un grillage souple et simple de couleur foncée se développe le long de la limite entre jardins et co- proprieté. Sur les séquences de laxe ou prennent place des placettes, jeux etc, le grillage sera doublé de ganivelles ou autre habillage qualitatif afin de respecter une certaine opacité garant de lintimité de chacun. Sur le reste du linéaire la limite sera densément plantée.

10 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES PRIVE/PUBLIC Les dessertes sont des voies internes à léchelle du voisinage immédiat avec un usage et un gabarit limité. Desserte 02 Limite Nord : Le jardin ouvert sera bordé par une clôture en serrurerie qualitative couleur foncée, H = 1,80m. Une transparence maximale est recherchée afin de faire participer lilot /jardins à lanimation de la rue. Limite Sud : Bande plantée L=3.00 environ Desserte 01 Limite Sud/Ouest : Une bande de 0,80m plantée avec des couvre sol, vivace, arbustes et grimpants le long du bâtiment. Limite Nord/ Est : Limite construite, mur H = 2,00m maximum sur jardins. Privatiser au mieux les jardins..

11 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES TRAITEMENT DES LIMITES PRIVE/PUBLIC Vocabulaire de clôtures Continuité de la ligne bâtie et transparences sur les îlots jardins Continuité de la ligne bâtie, protection de lintimité des jardins Transparence sur îlot jardin

12 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 2 - TRAITEMENT DES ESPACES LIBRES - PRESCRIPTIONS PAYSAGERES ESPACE PLEINE TERRE / COEURS D'ILOTS Chaque lot devra comporter un pourcentage minimum (à définir) d'espace en pleine terre. Les végétaux employés pour les aménagements à lintérieur des cours et jardins privés devront prendre en compte la spécificité dun sol hydromorphe et compact Afin déviter la saturation en eau des fosses de plantation par remontée de nappe et asphyxie racinaire, les arbres de pleine terre seront plantés avec des fosses sup à 10 m3. Ces dernières pourraient être réalisée remblais en merlon à m du sol fini…. Une palette des possibles : Arbres Alnus glutinosa, incana ou spahetii, Carpinus betulus, Gleditsia triacanthos, Quercus Robur, quercus palustris, Acer platanoides campestris et pseudoplatanus, Prunus avium, Liriodendron tulipifera, Liquidambar styraciflua, Tilia cordata Populus alba, tremula Arbustes Amélanchier canadensis, Cornus sanguinea, Corylus avellana, Syringa vulgaris 11

13 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ADRESSAGE / ACCES Les accès aux garages / Principe. Les accès aux parcs couverts de stationnement seront obligatoirement dissociés des accès aux halls des immeubles. 12

14 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ADRESSAGE / ACCES Les halls des immeubles dhabitation Le principe général adopté pour la ZAC est laccès aux immeubles par les espaces extérieurs privés qui servent donc despaces de transition, à forte valeur paysagère, entre lespace public et les halls dentrée. Dans tous les cas, le parcours depuis la rue jusquà lentrée devra constituer une séquence paysagée de qualité et en pleine terre et devra garantir la lisibilité de ladressage et le confort daccès. Ceci conduira le plus souvent à un double effort de lisibilité: adressage clair de lespace privé (jardin, allée, cour…) sur lespace public; adressage clair de limmeuble sur lespace privé. Toutefois, les halls dentrée (et / ou les locaux communs) viendront autant que possible souvrir visuellement en alignement sur lespace public pour contribuer au repérage des entrées et à la qualité architecturale de lalignement. De rares exceptions (adressage direct du hall dentrée sur lespace public) seront autorisées lorsque la conception ou la situation de limmeuble limposeront, et sous réserve que la lisibilité de ladressage soit assurée. 13

15 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES COMPOSITION Les principes généraux de composition adoptés pour le projet urbain privilégient la diversité typologique pour les logements et les transparences visuelles (discontinuité). Le paysage urbain exprimera ainsi une forte connivence entre les édifices et le paysage proche (les jardins) et lointain (les massifs). Cette forme urbaine et paysagère doit bénéficier directement à la qualité résidentielle des logements: la discontinuité du bâti, avec des immeubles majoritairement de faible emprise et le plus souvent de 3 ou 4 logements seulement par niveau, doit favoriser lorientation multiple des logements (exploitation des angles et des failles notamment) pour profiter au mieux des orientations favorables (soleil dhiver) et des vues lointaines. Une diversité typologique, donc aussi architecturale, issue de la valorisation optimale de chaque situation, devrait également en résulter. Un principe général de dissociation entre le « socle » (répondant à des contraintes dalignement et de gestion des stationnement) et des étages courants est à privilégier: matériaux, géométrie… P.Gazeau - StDenis TOA - Rouen LAN - Paris Palma-Ripoll - TizonDugay - MontpellierTachon- Paris TRAITEMENT DE L'ANGLE FRACTIONNEMENTS ET FAILLES 14

16 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES COMPOSITION De même, les logements de rez-de-chaussée et les logements individuels et/ou intermédiaires devront trouver une identité architecturale particulière. Enfin, les étages élevés (R+5 et R+6) seront loccasion de développer des principes typologiques différents de ceux des étages courants et permettant dachever la structuration verticale des immeubles les plus hauts. R2K - Grenoble Choisy Delmas DEVELOPPEMENT DE PRINCIPES TYPOLOGIQUES DIFFERENTS DANS LES ETAGES ELEVES MARQUAGE DU SOUBASSEMENT, CORPS DE BATIMENT ET ATTIQUE TVK - ZAC Chaperon Vert fClermont - Paris ARCANE Architectes - Grenoble 15

17 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES LES OCCULTATIONS Les occultations extérieures constituent une proportion non négligeable de la façade et devront être pensées comme des éléments participant à la composition d'ensemble. Explorations architecture TRAITEMENT DES OCCULTATIONS AASB Beranger Gerbier - Grenoble Madec Architecte 16

18 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES LES BALCONS Chaque logement devra bénéficier d'un espace extérieur, dont la surface sera proportionnelle au nombre d'habitants. Afin que les balcons ne soient pas utilisés comme débarras, il est demandé de réaliser un cellier ou une cave pour chaque logement. Les façades pourront être végétalisées : intégration des surcharges probables à une végétalisation avec jardinières intégrées ou non (participation au confort de cet espace, meilleure gestion des vis à vis...) TRAVAIL SUR L'INTIMISATION Atelier OS - Châlons s/ Saône LEM Architectes Bouchayer-Viallet 17

19 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES LES TOITURES La toiture fait lobjet de nombreux enjeux et convoitises au regard des objectifs énergétiques assignés et des contraintes règlementaires (gestion des eaux pluviales à la parcelle avec débit de fuite limité) applicables au projet. Elle est aussi le lieu potentiel mais surtout habituel pour limplantation des équipements techniques. Elle peut aussi être accessible pour devenir un lieu de vie. Dernièrement, de nouvelles questions sur lagriculture en ville ou la biodiversité poussent également à la végétalisation, voire lenherbement de ces surfaces horizontales. De nombreuses fonctionnalités sont donc possibles en toiture et un arbitrage dans le cadre dune démarche environnementale transversale reste à formuler par les équipes de conception en fonction de lépannelage retenu, des ombres portées dun bâtiment à un autre, etc…. Les toitures les plus basses bénéficieront dune végétalisation semi intensive avec stockage des eaux pluviales pour permettre un écoulement gravitaire suivant le débit de fuite de 5l/s.ha vers le réseau collecteur. Les toitures les plus hautes par ilot ne bénéficiant daucun masque privilégieront lusage possible de photopiles > limportant porte sur la mutabilité et sur la juxtaposition possible de plusieurs fonctionnalités pour ne pas obérer à terme la possibilité de sorienter vers des bâtiments à énergie positive. (Horizon 2020) Toit du Gary Youth Center Toit du Gymnase des Vignoles - TOA ALMERE Valoriser les 5 ème façades des niveaux bas par une végétalisation semi intensive à minima (avec variation dépaisseurs pour favoriser la biodiversité) des niveaux hauts pour permettre à terme linstallation de panneaux solaires photovoltaïques 18

20 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 3 - PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES LE STATIONNEMENT Les contraintes géotechniques interdisant lenterrement des garages, le projet urbain a créé les conditions permettant den faire des éléments architecturaux à part entière: effet de socle, terrasses collectives ou individuelles, jardins surélevés, support dédification pour des logements individuels ou des serres, épaulement de chemins piétons ou de limites paysagées, etc… Pour chaque projet, lintégration architecturale des silos de stationnement sera un impératif. Les parcs de stationnement disposent de façades ou déléments suffisamment perméables pour assurer un renouvellement dair suffisant. Ils ne comportent pas de box pour:. éviter le risque de transformation des box en atelier, en cellier ou en remise car la conséquence directe serait un report immédiat du stationnement sur le domaine public. éviter des usages de locaux autre que le stockage de véhicules,. permettre un éclairage naturel optimisé en labsence dobstacle en raison dune structure porteuse verticale constituer majoritairement de poteaux. Il pourra être maximiser avec une sous face lisse et claire sans retombée de poutres La contrepartie à cette disposition sera la mise à disposition dun cellier privatif à léchelle du logement. Suzel Brout Perrine et AUM Architectes 19

21 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES INTRODUCTION Elle déclinera aussi les points forts, les points faibles, ceux potentiellement perfectibles avec propositions damélioration et ceux qui pourraient être rédhibitoires. Un suivi des indicateurs tout au long de lopération, y compris en phase dexploitation. Il est proposé que le tableau de bord EDD du SME se transforme en tableau dengagement de la part des promoteurs : une partie des items est incontournable et donc non négociable et lautre partie présente des degrés de liberté de manière à ce que lensemble des parties prenantes puisse être aussi acteurs et sapproprier le projet. Cest aussi une façon dintroduire de la variété, de la diversité dans la nature des réponses techniques et architecturales dans un univers de production de logements règlementaires » en faisant référence au dernier ouvrage de Monique ELEB Logement contemporain, entre conforts, normes et désirs ALMERE Le présent cahier des charges a pour objet dexiger à lensemble des acteurs un haut niveau de qualité environnementale tant pour le bâti que pour les aménagements extérieurs, dans la perspective dune labellisation Ecoquartier du projet de ZAC. Avec comme principal objectif la production dun urbanisme économe en foncier, en énergie et en ressources, qui favorise le vivre ensemble dans un cadre de vie agréable et respectueux de lenvironnement. Le projet sinscrit dans une démarche écoquartier avec lobjectif dune labellisation par le Ministère de lEcologie, du Développement Durable et de lEnergie. Une première démarche a été engagée par la ville de Saint Martin dhères par une signature par la ville de la Charte ecoquartier le 18 juillet 2013 faisant suite à la délibération du conseil municipal du 27 juin METHODOLOGIE SUIVI PERFORMANCE D.D. Pour être garant de la bonne prise en compte des objectifs de DD, un système de management environnemental (SME) est mis en place. Il sadosse sur un tableau de bord EDD qui précise les objectifs qualitatifs et quantitatifs en matière environnementale. Il intègre une série dindicateurs performantiels compatible avec lensemble des différents labels dont celui QEB Région Rhône Alpes.. Une participation aux réunions de cadrage en amont des projets à loccasion des tables rondes avec les promoteurs retenus,. Une intégration de clauses ( coercition, clause de séquestre,…) et dannexes dans le CCT spécifiant les engagements contractuels sur la performance environnementale. Un examen détaillé de la part de lAMO EDD en phase concours ou esquisse sur la base du tableau de bord environnemental avec ses indicateurs. Un rapport danalyse clair et objectif sera remis au terme de cette première phase. Une note de synthèse sera également rédigée sur la cohérence globale du projet proposé et permettra dapprécier sil y a eu une approche sectorielle au sein même de léquipe de concepteurs. 20

22 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES INTRODUCTION ALMERE LES GRANDS PRINCIPES EN MATIERE DAMENAGEMENT. La place prépondérante de la nature en ville ave une part importante despaces libres et naturels et une inscription du projet dans la trame verte communale avec sa trame paysagère et sa bande active. Une structure viaire frugale avec un espace partagé central. La constitution de courrées paysagées en lien avec lespace public. Un plan de composition urbaine détaillé avec un nouveau lieu de vie autour dune polarité,. Un traitement des frontages et des perméabilités entre public et privé avec un accent particulier sur le rapport entre halls dentrée des logements et la rue. Un traitement des marges et des abords par la prise en compte des ombres portées associé à un travail de couture avec les formes urbaines environnantes QUELS ENJEUX SUR LE SECTEUR?. La question de lidentité des lieux avec ses jardins familiaux qui ont été relocalisés dans le périmètre de la ZAC. La question de la couture urbaine dans un tissu disparate mêlant grand ensemble, logements collectifs et zone pavillonnaire. La qualité des espaces publics et collectifs par le traitement idoine des frontages, des clôtures, des abords et du lien avec la rue ou lespace paysager. Une densification qualitative et des constructions respectueuses de lenvironnement. La thématique du logements abordable dont lénergie et la simplicité technologique font partie > une attention particulière à léconomie générale du projet). Une implication citoyenne dans la construction de la ville. 21

23 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES ILOTS DE CHALEUR URBAIN ALMERE Ville inscrite dans la cuvette grenobloise qui présente les plus fortes amplitudes thermiques journalières et annuelles. Le projet daménagement contribue à la limitation de lilot de chaleur urbain, sensible à léchelle de la ville de Saint Martin dHères, grâce à :. Une continuité de la trame verte à léchelle de la commune avec dune part la bande active le long de la voie ferrée où sont déplacés les jardins familiaux et la création dune trame jardinée. Une implantation des bâtiments et des parcs de stationnement ( avec une entrée directe à partir de lespace public) permettant de maximiser le pourcentage de pleine terre et ainsi paysager les courées. Une toiture végétalisée (semi intensive à minima) au dessus des parcs de stationnement Le phénomène dilot de chaleur urbain est aussi tributaire de la couleur et de la nature du revêtement de sol et des éléments de façades, de la part des toitures végétalisées et de lisolation thermique par lextérieur. Une attention particulière sera portée par les concepteurs sur les points évoqués ci-avant. Travailler sur lalbédo des façades, des toitures mais aussi des voiries / Privilégier des matériaux de façade et des revêtements de sol de couleur clair pour un albédo maximal. Diminuer la chaleur anthropique / Limiter les intrans avec A > Offre alternative à la voiture ( Cf volet mobilité) B > Réduction drastique des besoins de climatisation. C > Respect du cycle de leau / Végétaliser les courées et la toiture des parcs de stationnement afin de favoriser lévapotranspiration Exemple dexigence en matière dalbédos 22

24 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES BIODIVERSITE ET NATURE EN VILLE ALMERE contribution à lépuration de lair, contribution au confort urbain par création de microclimats (évapotranspiration, rugosité au sol limitant le facteur éolien lhiver, …), rôle dans latténuation de la perception dune densité bâtie, protection des pieds de façade avec des haies arbustives. PART ET CHOIX DE LA VEGETATION La prise en compte de la trame verte doit se traduit dans le projet daménagement paysager par une répartition optimale majoritairement entre 2 niveaux de strates végétales : celle du sol et celle aérienne correspondant à la canopée des arbres à haute tige. La strate arbustive est plus limitée sur lespace public pour favoriser une lisibilité de ce dernier. Les courées intérieures peuvent par contre y recourir sans limitation. Les vertus du végétal savèrent importantes et multiples car il répond simultanément et transversalement à des nombreuses problématiques : participation à la lutte contre les effets dilots de chaleurs urbains, participation au développement de la biodiversité, contribution à lapaisement de la ville grâce notamment à son impact sur la perception sonore dun environnement exposé, 23

25 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES BIODIVERSITE ET NATURE EN VILLE ALMERE Les essences végétales sont, non seulement, indigènes et locales et donc maintiennent et respectent léquilibre écologique et la biodiversité du site, mais aussi non invasives et non allergisantes et donc sans nuisance pour la santé des usagers du quartier. Outre la fonction écologique des espaces verts, la végétation assurera de nombreuses autres fonctions environnementales à léchelle du site : la gestion des eaux pluviales, la régulation hygrothermique, la limitation du facteur éolien par la création dune rugosité un sol. Il est possible de qualifier la biodiversité et la régulation thermique des espaces extérieurs par un calcul de coefficients. Pour chacun des deux coefficients (biodiversité, régulation thermique), on calcule un taux global, somme des taux de chaque surface, pondérés par laire de la surface concernée : T GLOBAL = SUR TOUTES LES SURFACES (S SURFACE x T SURFACE ) S PARCELLE Revêtement minéral imperméable Béton, bitume, dallage CDBV =0 CRTH = 0 Façade végétalisée CDBV = 0,2 CRTH = 0,3 Revêtement minéral semi-imperméable Dallage CDBV = 0 CRTH = 0,1 Revêtement semi- ouvert Dallage bois, pavés gazon CDBV = 0,1 CRTH = 0,3 Toiture végétalisée intensive CDBV = 0,3 CRTH = 0,7 Toiture végétalisée extensive CDBV = 0,2 CRTH = 0,6 TYPE DE SURFACEEXEMPLEBIODIVERSITE CBDVREGULATION THERMIQUE CRTH Revêtement minéral imperméableBéton, bitume, dallage…0,0 Revêtement minéral semi-perméableDallage0,00,1 Revêtement semi-ouvertDallage bois, pavés gazon0,10,3 Espace vert sur dalleMini 60 cm de terre0,20,7 Espace vert sur dallePlus de 80 cm de terre0,50,8 Espace vert en pleine terreHaies vives, prairie, bosquet1,0 Façade végétalisée 0,20,3 Façade non végétalisée 0,0 Toiture végétaliséeCulture extensive0,20,6 Toiture végétaliséeCulture intensive0,30,7 Toiture non végétalisée 0,0 TOTAL PARCELLE EXEMPLES DE VALEURS 24

26 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES BIODIVERSITE ET NATURE EN VILLE ALMERE CHOIX DE MATÉRIAUX Le choix des matériaux constitutifs de lenveloppe devra intégrer la dimension relative à la biodiversité : Les vitrages réfléchissants seront proscrits. Une attention particulière sera portée sur les phénomènes de lixiviation des matériaux qui pourraient libérer des métaux lourds ou éléments polluants. Cas particulier des toitures terrasses semi intensives PART ET CHOIX DE LÉCLAIRAGE EXTÉRIEUR Une attention particulière sera portée sur les éléments de signalétique et une éventuelle mise en lumière nocturne du ou des bâtiments qui ne devra pas être la source de déséquilibre faunistique et floristique. Elle devra être développée en cohérence avec la stratégie développée avec léclairage public de la ZAC. AUTRES Pas de clôture opaque, Mur de soubassement à éviter Provision à prévoir pour nichoirs en béton de bois des Ets SCHWEGLER ou équivalent qui sera mis en œuvre avec les associations agréées par laménageur. Se référer également au guide établi par la LPO et le CAUE38, » Comment concilier Nature et Habitat » 25

27 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES L'ECLAIRAGE PUBLIC ALMERE Charte en faveur dun éclairage raisonné sur le territoire de Grenoble-Alpes Métropole Cahier technique de recommandations / Eclairage extérieur- Edition janv2013 Article 1 : néclairer que lorsque cest réellement nécessaire Article 2 : Néclairer que là où cest nécessaire Article 3 : Adapter lintensité aux besoins Article 4 : Prendre en considération limpact environnemental global des différents types dampoules Article 5 : Avoir une attention particulière dans les sites naturels. Faire baisser les niveaux de puissance et par conséquent la consommation énergétique.Travailler sur albedo des voiries pour limiter les besoins ( liens ++ avec lutte contre ICU). Recourir à un éclairage gradable grâce à la technologie LED en fonction des besoins (sans préjudice vis à vis des disposition prise pour la biodiversité dans les zones sensibles) 26

28 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES LOCAUX TRANSFORMATEURS ALMERE LES LOCAUX DE TRANSFORMATION MT/BT Le projet daménagement nécessite la création dun local de transformation MT/BT à intégrer dans une opération ( le choix dimplantation sera fonction de la typologie de lilot et du phasage de lopération pour permettre une mise à distance de ce local de tout local à occupation continue) Compte tenu des risques montrés par les études épidémiomogiques citées, les seuils de 0,2 ou 0,4 µT devraient être considérées comme limites pour des expositions de longues durées. Sans protection complémentaire, une mise à distance de 5m est considérée comme un minimum. 27

29 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE 4 - PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES DECHETS ALMERE La fréquence de collecte en fonction de la nature des déchets donne lieu à une dépose des containeurs 4 jours sur 7 sur un emplacement réservé sur lespace public facilement accessible pour les service de collecte de la METRO. Ce qui a tendance à disqualifier un espace pour devenir un « tiers espace à roulette ». Lobjectif et lambition portée sur cette thématique consiste à confondre le local de précollecte et celui de collecte pour éviter dune part des charges de transfert et dautre part contribuer à la qualification des espaces publics sept jours sur sept. LES LOCAUX DECHETS Ramassage des ordures ménagères La collecte seffectue principalement par deux moyens : -la collecte en porte à porte des déchets dans des bacs gris (ordures ménagères courantes) et des bacs verts « Je trie » (déchets constitués de matière valorisable). -la collecte en apport volontaire par les usagers de déchets en déchèteries (selon la nature ou le volume du déchet) ou en point de collecte de proximité (pour le verre essentiellement). Fréquence des collectes -Les lundis et vendredis, ramassage des poubelles grises : déchets putrescibles, non recyclables. -Les mardis et jeudis, collectes des poubelles vertes : emballages plastique, aluminium, fer, papier et carton non souillés pour recyclage. PRECONISATIONS Local de précollecte et de collecte ne faisant quun Implantation dun point de collecte de proximité pour le verre (à intégrer dans laménagement) Développement des pratiques de compostages en lien avec la trame jardinée et jardins ouvriers. 28

30 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES GESTION DE L'ENERGIE ALMERE LOGEMENTS Performance globale RT2012 sans utilisation de photopiles.(sans prise en compte dérogation transitoire sur le volet ECS compte tenu des dates de livraisons des premiers logements) Cep < 60 KWhep/m2 SHON ( et non pas 67,5) Pas de réseau ECS noyés dans les dalles/ exigence dun calorifuge très performant classe 4 sur 100% du linéaire de distribution Consommation parties communes < 10Kwhep/m2SHAB Evaluation des consommations hivernales et des besoins de chauffage par une S.T.D. (Simulation Thermique Dynamique) CAHIER DES PRESCRIPTIONS ÉNERGÉTIQUES Incontournable : 80% des logements biorientés ou traversants. Arbitrage entre confort dété et performance énergétique. Enjeu de simplicité technologique et couts ( cout dacquisition et cout global) avec la question du comptage. Démarche damélioration et de gain en matière détanchéité à lair par rapport à la base règlementaire. Recours à un réseau de chaleur. Approche bioclimatique en matière d'implantation et d'épannelage des bâtiments en cohérence avec les contraintes acoustiques du site et les orientations urbanistiques Vers un simplicité technologique et une étanchéité à lair performante

31 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES CONFORT HYGROTHERMIQUE ALMERE Privilégier des matériaux de façade et des revêtements de sol de couleur clair pour un albédo maximal. Choix dune inertie lourde Des occultations performantes sans préjudice vis à vis de lautonomie en éclairage naturel Une pourcentage de pleine terre maximal afin de favoriser l évapotranspiration Un paysagement traité conjointement avec la problématique de la gestion de leau Rendre possible la végétalisation des façades par les occupants ( surcharges et profondeur des balcons ou des loggias) A léchelle du bâtiment CONFORT DÉTÉ Il sera évalué sur la base dune simulation thermique dynamique dont les hypothèses sont précisées en annexe du présent cahier des charges(2 calculs STD sont donc à faire, un calcul été et un hiver une avec prise en compte des ponts thermiques). Recherche dune mobilisation maximale de linertie thermique par les planchers (dalles faux plafond) N.B. à léchelle urbaine CONTRIBUTION À LA LIMITATION DU PHÉNOMÈNE DE L'ILOT DE CHALEUR URBAIN Le phénomène dilot de chaleur urbain, sensible à léchelle de la ville de Saint Martin dHères, est notamment tributaire de la couleur et de la nature du revêtement de sol et des éléments de façades, de la part des toitures végétalisées et de lisolation thermique par lextérieur. Une attention particulière sera portée par les concepteurs sur les points évoqués ci-avant.

32 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES GESTION DE L'EAU ALMERE AEP ET STRATÉGIE DÉCONOMIE DEAU POTABLE ( BASE ) Réglementation : Nous demandons le respect strict de la réglementation concernant la qualité de l'eau dont notamment : Linterdiction des canalisations en plomb (DTU 60.1). Un taux limite de plomb dans les canalisations d'eau potable (l'OMS préconise un taux de 10μg/l). PRODUCTION DEAU CHAUDE SANITAIRE La production deau chaude sanitaire sera produite en cohérence avec la stratégie globale énergétique énoncée dans le cahier des charges. GESTION DES EAUX PLUVIALES Données: Sous sol faiblement perméables, nappe affleurante, 3 sous bassins versants avec 3 exutoires structurant par rapport à leur fil deau respectifs. Les eaux pluviales sont gérées à la parcelle avec un débit de fuite exceptionnellement autorisé de 5l/s.ha maximum sur le réseau collecteur public, à hauteur dun épisode pluvieux doccurrence trentennale au minimum. Les eaux pluviales seront donc obligatoirement stockées avant rejet (obligatoirement gravitaire) suivant débit de fuite autorisé. Solution privilégiée : stockage en toiture terrasse au dessus des parcs de stationnement pour permettre un écoulement gravitaire un paysagement qualitatif des espaces en pleine terre DISPOSITIONS À MINIMA EN MATIÈRE DE STRATÉGIE DÉCONOMIE DEAU ET DENTRETIEN E QUIPEMENTS SANITAIRES Un réservoir de chasse deau à double commande 3/6l. Les robinetteries seront de type mitigeur certifiés NF - Robinetterie sanitaire, de classe S ou B pour les éviers et lavabos, de classe A ou S pour les douches et de classe C ou D pour les baignoires. Les mitigeurs disposeront dune butée ou dun bouton ECO, les mitigeurs thermostatiques devront être équipés dun bouton STOP. C OMPTAGE La pression dalimentation sera limitée à 3 bars à lorigine de chaque logement. Un compteur individuel de classe C accessible pour chaque logement sera installé pour leau froide. Ce dispositif peut être complété dun système de relève à distance et dun affichage de la consommation dans le logement. Répartition des sous comptage permettant le contrôle suivant les usages (parties communes, espaces verts, autres,…)

33 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES CONFORT VISUEL ALMERE LUMIERE NATURELLE Les exigences pour les logements portent sur le Facteur de Lumière de Jour avec : > FLJ moyen de 1,5% pour les chambres et de 2% pour les séjours Les calculs seront opérés avec des hypothèses de photométrie de parois définis, à savoir 70% pour le sol, 50% pour les murs et 30% pour les plafonds. ECLAIRAGE ARTIFICIEL Dans les parc de stationnements, stratégie MdE GRAND PAYSAGE Le confort visuel se traduit à Saint Martin dhères (comme dans toute ville du bassin grenoblois) avant tout par un rapport au grand paysage exceptionnel avec les reliefs montagneux environnants. DEPERDITION ENERGETIQUE La recherche dun confort visuel pose alors la question du rapport de surface vitrée : le taux de vitrage devra tenir compte à la fois de la thermique dhiver (une paroi vitrée est globalement 5 à 7 fois moins performante quune paroi opaque) et de la thermique dété car elle contribue aussi à la surchauffe des logements y compris si la baie est occultée par transmission en raison du gradient de température entre lintérieur et lextérieur. Arbitrage sur taille des baies

34 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES CONFORT ACOUSTIQUE ALMERE ISOLEMENT EN FAÇADE La destination des bâtiments exige une ambiance sonore confortable pour les usagers. Afin de répondre aux exigences fixées par cette cible, l'accent sera mis tout particulièrement sur l'isolement du bâtiment aux bruits aériens extérieurs par rapport au classement acoustique des infrastructures routières et ferroviaires (Rocade Sud, voie ferrée). Lisolement des façades (Dn,T,A,tr calculé Dn,T,A,tr) sera déterminé en référence à larrêté du 30mai 1996 relatif «aux modalités de classements des infrastructures de transports terrestres et à lisolement acoustique des bâtiments dhabitation dans les secteurs affectés par le bruit ». Le classement des infrastructures routières sont précisées ci-après : Niveau 1 pour la Rocade Sud Niveau 2 pour linfrastructure ferroviaire situé au Sud Des bâtiments écran (parc de stationnement) ont été disposés au Sud SituationDescriptionCorrection Façade en vue directe.Depuis la façade, on voit directement la totalité de l'infrastructure, sans obstacles qui la masquent. Pas de correction Façade protégée ou partiellement protégée par des bâtiments. Il existe, entre la façade concernée et la source de bruit (l'infrastructure), des bâtiments qui masquent le bruit : - en partie seulement (le bruit peut se propager par des trouées assez larges entre les bâtiments) - en formant une protection presque complète, ne laissant que de rares trouées pour la propagation du bruit 3 dB (A) 6 dB (A) Façade en vue directe d'un bâtiment. La façade bénéficie de la protection du bâtiment lui-même : -façade latérale -façade arrière 3 B (A) 9 dB (A) 1 C A T. Voie Distance

35 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES QUALITE SANITAIRE DE L'AIR ALMERE CHOIX DES MATÉRIAUX FAIBLEMENT ÉMISSIFS Le choix des matériaux daménagement et de finitions sera opéré avec le souci constant de limitation des COV (composants organiques volatiles dont les formaldéhydes sont un des composants) à travers les différentes stratégies déconomie dénergie qui tendent à limiter le renouvellement dair au strict minimum. Un décret concernant une réglementation française sur les COV a été publié au journal officiel le 25 mars 2011, complété par la publication de larrêté le 13 mai Cette réglementation concerne un étiquetage obligatoire des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis utilisés à lintérieur de bâtiments : revêtements de sol, mur ou plafond cloisons et faux-plafonds produits disolation portes et fenêtres produits destinés à la pose des produits mentionnés ci-dessus Les produits retenus et mis en œuvre seront dans la classe démissivité A et A+ exclusivement. AÉRATION ET VENTILATION Le renouvellement de lair joue un rôle très important en terme de confort et de qualité de lair. La recherche de loptimisation de la ventilation pour limiter les déperditions thermiques pose la question du juste nécessaire taux de renouvellement dair pour assurer une qualité de lair satisfaisante sur le plan sanitaire. Plus précisément, -Les fibres minérales mises en œuvre justifieront des tests de non cancérologie (taille et bio solubilité des fibres) prévus par la Directive Européenne 97/69/CE du 5/12/97. Ces isolants ne sont pas accessibles aux utilisateurs malgré cela, et pour améliorer les conditions de travail des ouvriers, ils seront ensachés et leurs champs protégés. - Les colles, peintures, vernis et lasures justifieront dune marque NF Environnement, Ange Bleu, Eco label européen, Cygne blanc. -Les bois mis en œuvre seront dessence naturellement durable, sans traitement préventif, ou traitement certifié CTB P+ adapté (sans excès) à la classe de risque concernée. -Les bois reconstitués et agglomérés de bois : les panneaux de particule de bois collés : classe démission E1 de la norme EN (émissions en formaldéhydes) les panneaux de fibres seront de type HDF ou dur, qui ne contiennent pas de colle, à défaut, les panneaux de fibres appartiendront à la classe A de la norme EN ou à la classe démission E1 de la norme EN (dito) Taux de renouvellemen t dair Qualité de lair P Emissivité COV, Formaldéhydes Choix des matériaux Energie grise P Fiches de Donnée Environnementales et sanitaires

36 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES CHANTIER PROPRE ALMERE La limitation des poussières par arrosage. La limitation des salissures des voiries par obligation de passage des camions dans une aire de lavage. La limitation des horaires douverture et fermeture de chantier. La gestion coordonnée des installations de chantier à léchelle de la totalité du site. - La gestion des déchets de chantier avec la définition des moyens humains et matériels pour assurer la limitation de la production de déchets, le tri dans des bennes à dispositions, le stockage, lévacuation, le suivi, la traçabilité et la quantification des déchets par le biais de BSD. (Bordereau de Suivi de Déchets). - La valorisation des déchets de chantier : ces produits seront alors valorisés par des filières locales, ou évacués vers les sites de stockage ou de traitement adaptés à la nature des déchets suivant le plan départemental de gestion des déchets de chantiers. CHANTIER PROPRE En phase chantier, une charte interentreprises (entre corps détat, y compris leurs sous traitants respectifs) devra être établie et comprendra 4 volets : - La limitation des nuisances (bruits, odeurs, gênes riveraines). Ce volet définira les obligations des entreprises en matière dorganisation (phasage des travaux, clôture du chantier,…), démissions sonores (limitation des bruits du matériel de chantier), horaires douverture et fermeture de chantier. Le tri et la valorisation des déchets de chantier Lutilisation dhuile de décoffrage végétale pour les banches en phase gros œuvre, ceci pour éviter tout risque de pollution des sols. La limitation des bruits du matériel de chantier, avec une attention marquée au bruit des marteaux piqueurs provenant derreur de plan ou de mise en œuvre. Sur ce point précis, on peut envisager des actions préventives de revue de projet et de préparation de chantier destinées à éliminer le risque derreur en intégrant un objectif « zéro marteau piqueur ». La gestion des déchets intègrera les approches suivantes : le plan déchet analysé selon une approche de type cycle de vie : conception, construction, utilisation ou vie future du quartier, fin de vie ou déconstruction-démolition, la valorisation in situ (déconstruire et recycler sur place) systématisée si la qualité des matériaux à recycler le permet, selon une approche de type Ecologie Industrielle, létablissement dun schéma de gestion des déchets type SOGED, la quantification des déchets de chantier, réduction des déchets à la source (plan de calepinage), fonctionnalité, proximité et ergonomie des aires de tri, du stockage et de lévacuation des déchets, la prise en compte des déchets dangereux via filières délimination spécifiques et gérées par des prestataires qualifiés et habilités, lidentification de points de regroupement et de tri, (ou micro-déchèteries), devront permettre de promouvoir les trois filières de valorisation que sont le bois, les papiers/cartons et les métaux ferreux,

37 JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes Yves SAUVAGE Urbaniste associé AXE SAONE - TERRE-ECO - ARTELIA ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CPAUPE PRESCRIPTIONS ENVIRONNEMENTALES CHANTIER PROPRE ALMERE Les produits ainsi concernés : Huile de décoffrage (huile minérale exclue) Produits bitumineux Etanchéité élastomère remplacée par une membrane à base de molécules polyoléfines exemptes de chlore Mastics Mousse expansive Colle….. Peinture…. la sélection des matériaux et des modes dassemblages/construction pour faciliter une déconstruction sélective et optimiser le tri et les valorisations ultérieures ; sélectionner des matériaux valorisables dans les projets de construction ; sélectionner des matériaux dont les impacts seront moindres. - La prise en compte du risque chimique. Les professions du bâtiment et des travaux publics sont parmi les plus exposées aux risques d'accident du travail et de maladie professionnelle. En complément de laction du coordinateur SPS qui sinscrit dans un strict cadre réglementaire, des exigences complémentaires seront formulées au regard des risques chimiques que peuvent rencontrer les applicateurs sur chantier : * Exclusion des produits caractérisés par les symboles R45, R46, R49, R60 et R61, Absence de substance avec VLE (Valeur limite dexposition) Limiter toutes sources de nuisance dues au chantier selon la charte inter-entreprises Gérer et valoriser les déchets du chantier Sélectionner les matériaux dont les impacts sont moindres


Télécharger ppt "ZAC ECO-QUARTIER DAUDET CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES, URBAINES, PAYSAGERES ET ENVIRONNEMENTALES JANVIER 2014 ARCANE Architectes Urbanistes."

Présentations similaires


Annonces Google