La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Létat de Luçon Finances et démographie. Luçon champion de louest… pour lendettement Une Marianne de plomb bien méritée : Sur une centaine de communes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Létat de Luçon Finances et démographie. Luçon champion de louest… pour lendettement Une Marianne de plomb bien méritée : Sur une centaine de communes."— Transcription de la présentation:

1 Létat de Luçon Finances et démographie

2 Luçon champion de louest… pour lendettement Une Marianne de plomb bien méritée : Sur une centaine de communes (107) de plus de 8500 habitants du grand Ouest (Basse-Normandie, Bretagne, Pays de la Loire), Luçon est la ville championne incontestée de lendettement en 2007 !

3 Endettement Il se juge en fonction du nombre dannées dépargne brute quil faudrait pour rembourser la dette. Plus le délai est long, plus la commune est endettée. Ce nest pas la dette elle-même qui compte, mais la capacité à la rembourser. Lépargne brute (ou autofinancement brut) cest la différence entre le total des recettes et les dépenses de fonctionnement.

4 Endettement : les cinq premiers

5 Performance de gestion Elle est mesurée par la part que représente, par rapport aux recettes, la différence entre recettes et dépenses de fonctionnement courant (hors opérations exceptionnelles et intérêts de la dette). Elle indique le degré de maîtrise des dépenses de gestion courante (personnels, fournitures, entretien…) par rapport à lévolution de ses recettes.

6 Endettement et performance de gestion en Vendée

7 Luçon : le surendettement Ces données tirées dOuest-France (26 octobre 2008) donnent une idée cruelle de lampleur du désastre. Regardons-y de plus près en examinant dabord les subventions reçues qui démontrent la nullité de la gestion, puis la Capacité dAutoFinancemant nette (CAF nette) avant de rentrer dans le détail du surendettement.

8

9 Subventions reçues Il est remarquable de noter que, sauf en 2002 et 2003, où le montant est proche de la moyenne de la strate (ensemble des villes de 5000 à habitants), ces maigres subventions sont très inférieures à cette moyenne. Cela dénote une totale incompétence (mais nempêche pas la municipalité de sattribuer un parking pour le lycée, entièrement pris en charge par la région).

10 CAF nette On a vu que la CAF brute était la différence entre recettes totales et charges de fonctionnement. La CAF nette est ce qui reste quand on a remboursé le capital des emprunts. A Luçon, elle est constamment négative, ce qui veut dire quil faut emprunter pour rembourser les… emprunts. Cest la définition même du surendettement.

11

12

13 Emprunts En mettant de côté l'année 2003 (la faiblesse des emprunts est sans doute à relier au coup de semonce du précédent rapport de la Chambre régionale des comptes), on constate que Luçon emprunte largement plus que la moyenne de la strate jusqu'à plus de 3,5 fois plus en 2007 et, sur toute la période, plus de deux fois plus ! En valeur absolue, l'emprunt de 2007 est de 4,5 Millions d'euros. Année électorale oblige !rapport de la Chambre régionale des comptes

14

15 Charges financières (intérêts des emprunts) Malgré des renégociations de la dette, les intérêts des emprunts viennent grever les dépenses de fonctionnement. Elles obèrent donc fortement la capacité dautofinancement brute. Elles sont constamment au dessus de la moyenne de la strate, de plus du double en 2006, 2007.

16

17 Remboursement demprunts (capital) Le remboursement de la dette en capital (l'amortissement) vient, lui, grever les investissements. Il est aussi constamment au-dessus de la moyenne de la strate. Mais si, de 2001 à 2005 (avec une poussée de fièvre en 2003) la différence est réduite, l'écart se creuse en 2006 pour atteindre plus du double en 2007 ! Nouvelle preuve dune gestion erratique.

18

19 Encours total de la dette La dette totale par habitant, constamment au dessus de la moyenne de la strate (mais cela ne peut étonner), après un léger tassement en 2003, repart de plus belle en 2005 pour s'envoler en 2007 (année électorale de toutes les gabegies).Elle est 2 fois supérieure à la moyenne nationale en 2006, 2,2 fois en Tous ces chiffres montrent assez clairement la fuite en avant cyniquement délibérée pour assurer une réélection. Et ce sont des contribuables qui subissent une pression fiscale particulièrement élevée, supérieure à la moyenne nationale, qui vont casquer...pression fiscale

20 Ce nest quun échantillon de ce quon trouve dans le rapport de la Chambre Régionale des Comptes des Pays de la Loire, rapport presque aussi sévère que le précédent. Incompétence et impéritie résument bien ce qui ressort du simple examen des comptes de 2001 à 2007 et de ce rapport. Mais ce dernier montre aussi que le non respect des lois et règlements (des dizaines de cas sont cités) ne relève pas que de la négligence et de lincompétence, mais dune volonté délibéréele précédentcomptes de 2001 à 2007non respect des lois et règlements Plus grave encore est le mensonge fait aux électeurs sur létat des finances de la ville par le Maire sortant. Mensonge auquel sajoutent des fallacieuses promesses électorales quil savait intenables. Et il a osé cyniquement affirmer sur son blog que les électeurs dupés, en le réélisant, « ont ainsi validé laction conduite pendant 7 ans ».mensonge fait aux électeurs

21 Si jsuis tombé au fond Cest la faute à de Mouzon ! Le Maire se complait à réécrire lhistoire en dénigrant le passé et en travestissant la réalité. Pour se justifier face aux graves difficultés financières actuelles, il avance comme principal argument quil avait à combler un sous-équipement initial. Autrement dit, il fait porter le chapeau à ceux qui, en 1995, aurait laissé une ville sinistrée, exsangue, mourante. Rien naurait été réalisé avant son arrivée providentielle (à lexception bien sûr de la période bénie de Richelieu).

22 La situation en 1995 En matière durbanisme : le centre ville avait été entièrement réaménagé (places du Petit-Booth, du Minage, des Acacias, de la Fontaine) ; les Halles rénovées ; lOffice du Tourisme construit ; les lotissements en extension … Sur le plan économique : 27 ateliers-relais étaient implantés ; le Parc Atlantique développait sa première tranche et IRM était installé… Pour les services publics : quatre nouvelles structures (caserne des pompiers, Hôtel des impôts, Trésorerie principale, école JeanMoulin) avaient été construites ; la Mairie agrandie ; le permis de construire de la nouvelle Gendarmerie déposé... Au niveau des équipements sportifs et culturels : la piscine, la bibliothèque, une maison des associations, le centre de loisirs de la Motte aux Dames, la base de loisirs offraient leurs services aux Luçonnais.

23 Côté finances Agitant un morceau de papier, lors du conseil municipal sur le rapport de la chambre régionale des comptes, le maire a mis en cause la situation financière de 1995 pour justifier son impéritie. La dette était de près de 78 MF, mais, sur cette somme, 26,5 MF correspondaient à des investissements produisant des revenus (ateliers- relais, centre des impôts et trésorerie). Alors que les gros investissements des 13 dernières années produisent des charges de fonctionnement. Les 9641 F de dette par habitant, soit 1470, sont à rapprocher des 1907 actuels.

24 Un patrimoine municipal bradé D. Souchet, idéologue MPF, considérant sans doute que les ateliers-relais étaient un premier pas vers le collectivisme, les a bradés, gardant les dettes et se privant des loyers qui les remboursaient. Lancienne gendarmerie a elle-aussi était bradée…

25 En résumé après 13 ans de municipalité Souchet-Perrier

26 Le nouveau blason de Luçon Ce nouveau blason montre létat de Luçon après plus de 13 ans dUMPF.

27 Démographie : un peu de recul Selon un journal de l'époque, les populations de cinq communes en 1908 étaient : La Roche-sur-Yon = Fontenay-le-Comte = 8940 Luçon = 6670 Challans = 5360 Les Herbiers = 3840 En 2006, La Roche-sur-Yon = (+ 400 %) Challans = (+340 %) Les Herbiers = (+400 %) Fontenay-le-Comte = (+ 170 %) Luçon = (+ 150 %) Certes, il faut tenir compte de l'absorption par La Roche du Bourg et de St André d'Ornay, de celle, par Les Herbiers, d'Ardelay et du Petit Bourg, mais les écarts sont tels que le différentiel de croissance avec Luçon est énorme. Et la comparaison avec Challans, plus du double de croissance, est indubitable.

28 Population La croissance de 4,5 % sur la période 1999 à 2006 est à comparer aux 10,66 % du Département et 7,08 % de la Région. Ce qui veut dire que beaucoup d'autres communes ont bien plus progressé, ainsi Ste Gemme-la-Plaine de plus de 15%, Nalliers de 12%, Lairoux de 10,9%, etc. Luçon devient bien la 9 e ville de Vendée*, mais en perdant une place par rapport au dernier recensement (elle était même 7 e en 1990).

29 Répartition par âge Les répartitions selon l'âge font apparaître une stagnation des 0-19 ans, une baisse sensibles des jeunes adultes de 20 à 39 ans, et une augmentation des tranches d'âge au delà de 40 ans.

30 Population active La population active totale est, en proportion, pratiquement constante (40,9 % en 1999, 40,7 % en 2006). En revanche la proportion de retraités progresse de presque 6 points*. * Ce constat, contrairement aux insinuations de lUMPF municipale nimplique pas de jugement de valeur, pas plus que le constat dune augmentation plus par solde migratoire que par solde naturel nimplique un quelconque rejet de nouveaux arrivants.

31 La zone de comparaison est la France entière. Deux données sont évidentes la part des retraites est largement supérieure à la moyenne nationale, en revanche celle des salaires est nettement inférieure.

32 Entreprises ( ) Lors de ses vœux a annoncé 65 entreprises de plus depuis 2002 : la réalité est toute autre =

33 Un graphique bizarre Dans Luçon Action de décembre 2008 apparaît en page 2 un graphique censé montrer la baisse des demandeurs demplois. Mais bizarrement, les chiffres ne portent que sur 2003, 2005 et 2007, à croire que les années paires, lURSAAF ne comptait pas les demandeurs demplois…

34 Le vrai graphique LURSAAF a bien fait les comptes, même les années paires. Le vrai graphique fait apparaître une réalité plus nuancée, puisque la baisse la plus nette est en 2006 (et que le point de départ, 2002 est plus bas que 2003).

35 Pour compléter : Notre site : lucon.info/http://www.lucius- lucon.info/ Notre blog : ble.org/ ble.org/ Notre publication : Lucius


Télécharger ppt "Létat de Luçon Finances et démographie. Luçon champion de louest… pour lendettement Une Marianne de plomb bien méritée : Sur une centaine de communes."

Présentations similaires


Annonces Google