La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Attention, dernière station avant l’apocalypse +<:o)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Attention, dernière station avant l’apocalypse +<:o)"— Transcription de la présentation:

1 Attention, dernière station avant l’apocalypse +<:o)
Trois points … c’est tout ! L’enfant roi Attention, dernière station avant l’apocalypse +<:o) Trois poèmes Pour approcher Le Principe Créateur Un Principe de toute éternité Un chemin du sommeil à l’éveil …

2 Un Principe de toute éternité…
Est-ce un Principe ou un dieu créateur ? Nul ne le sait, pas même nos détracteurs. L’Univers à ses lois, comme il se doit, Mais qu’en dire sans se pâmer d’émoi ? L’apôtre Jean, nous parle de ténèbres, De parole et d’autres oraisons funèbres. Puis-je la raison gardée et m’interroger, Sur ce principe que nul ne peut déroger ? Mais avant de comprendre il faut entendre, Entendre une musique sans se méprendre, Celle que l’univers offre à tous nos sens, Celle dont la parole en donne l’essence. La lumière luit dans des ténèbres ignorantes Peuplées d’esprits aux pensées implorantes. Mais les ténèbres ne l’ont point reçue, Laissant l’homme à ses pensées déçues. Ainsi, chacun réclame pour lui la lumière, Comme un dû, pour éclairer sa chaumière. Mais il faut savoir donner avant de recevoir, Ce n’est qu’après que l’on peut l’apercevoir. Savoir se donner, sans en rien s’abandonner, Se donner sur mille chemins de randonnées, Ceux que parcourent des pensées vagabondes, Dans des voyages où les épreuves abondent. Ainsi par l’effort, la lumière doit se mériter, Loin de nous l’espoir de pouvoir en hériter. Il nous faut déjà apprendre à ouvrir les yeux, C’est alors que la parole comblera nos vœux. Il nous faut œuvrer avec force et vigueur, Apprendre à suivre des chemins de rigueur, Alors peut être, qu’initiés que nous sommes, Nous veillerons sur le sommeil des hommes.

3 Un chemin du sommeil à l’éveil …
Le troupeau dort alors que veille le berger, Et chacun lové dans ses rêves mensongers, Croit vivre une aventure qui serait sienne, Une vie de répétition, une simple antienne. Chacun naît, l’esprit tel une page blanche, Mais capable de l’écriture de mille planches. Sur ce parchemin chacun relate ses rêves, Ceux d’un long chemin parcouru sans trêve. Chacun se construit de rêves sympathiques, De rêves personnels mais si mimétiques, Car nul ne se construit hors d’une altérité, Car tous, nous provenons d’une antériorité. Nous ne sommes pas une chaîne répétitive, Nous le serions sans une pensée créative, C’est un arbre qui ses frondaisons allonge Faisant progresser la somme de nos songes. Cet arbre majestueux est l’arbre de vie, Aux racines plongeant en terre à l’envie Aux frondaisons atteignant le plein ciel Pour atteindre la connaissance essentielle. Cet arbre symbolise l’humain et l’humanité, Montrant que l’un et l’autre forme une unité, Mais formant des êtres gigognes, ils diffèrent, Même si l’humain à son seul être se réfère. Il y a le chemin des hommes et de l’humanité, Des chemins initiatiques à parcourir sans vanité. Il est malaisé d’imaginer le songe des hommes, Et que dire de celui d’une humanité en somme ? L’humanité est encore un enfant en devenir, A son éducation les initiés doivent subvenir, Car la grande initiation est celle des nations, Pas celle de nombrilistes dévorés d’ambition.

4 L’enfant roi Le sort de l’enfant roi est entre nos mains,
Le sort de l’enfant roi est entre nos mains, Lui le fils de l’homme qui régnera demain. Nul humain, même oint, ne peut l’incarner, Car à l’humanité seule ce rôle est décerné. Tâchons de ne pas tout réduire à l’individu, Aidons cette humanité d’un travail assidu. Car elle est une étape vers l’être suprême, La maîtrise d’une connaissance extrême. Le principe créateur n’a aucune volonté, Il est l’ordre des possibles, de la nécessité. Il présente 7 phases en une boucle unies, Si les conditions nécessaires sont réunies. L’homme cet être pensant est l’une d’elles, Phase d’une boucle en rotation éternelle, Il n’en est pas la première, ni la dernière, Mais de l’esprit créateur, il est la charnière. Avant lui, née du chaos, il y eu la matière, Puis de l’inerte surgit la vie toute entière. Et chaque phase gardera son harmonie, Après l’humain, il y a toute l’humanité, Une humanité unie, forte de sa diversité. Elle est ainsi de la boucle, le 5° élément, Le point de passage vers le firmament. Le 6° ciel s’ouvre alors sur une trinité, Assurant par la fusion des temps l’unité, Du père, du fils et de l’esprit essentiel, Où se succèdent les Adams potentiels. Le 7° ciel est celui de la prime parole, Qui d’enseigner les Adams a le rôle, Porteuse de la connaissance originelle, Bouclant un recommencement éternel.

5 Trois colonnes Un Principe créateur L’Ein Soph « ce qui est infini »
Trois points … c’est tout ! Un Principe de toute éternité… Est-ce un Principe ou un dieu créateur ? Nul ne le sait, pas même nos détracteurs. L’Univers à ses lois, comme il se doit, Mais qu’en dire sans se pâmer d’émoi ? L’apôtre Jean, nous parle de ténèbres, De parole et d’autres oraisons funèbres. Puis-je la raison gardée et m’interroger, Sur ce principe que nul ne peut déroger ? Mais avant de comprendre il faut entendre, Entendre une musique sans se méprendre, Celle que l’univers offre à tous nos sens, Celle dont la parole en donne l’essence. La lumière luit dans des ténèbres ignorantes Peuplées d’esprits aux pensées implorantes. Mais les ténèbres ne l’ont point reçue, Laissant l’homme à ses pensées déçues. Ainsi, chacun réclame pour lui la lumière, Comme un dû, pour éclairer sa chaumière. Mais il faut savoir donner avant de recevoir, Ce n’est qu’après que l’on peut l’apercevoir. Savoir se donner, sans en rien s’abandonner, Se donner sur mille chemins de randonnées, Ceux que parcourt des pensées vagabondes, Dans des voyages où les épreuves abondent. Ainsi par l’effort, la lumière doit se mériter, Loin de nous l’espoir de pouvoir en hériter. Il nous faut déjà apprendre à ouvrir les yeux, C’est alors que la parole comblera nos vœux. Il nous faut œuvrer avec force et vigueur, Apprendre à suivre des chemins de rigueur, Alors peut être, qu’initiés que nous sommes, Nous veillerons sur le sommeil des hommes. Un chemin du sommeil à l’éveil … Le troupeau dort alors que veille le berger, Et chacun lové dans ses rêves mensongers, Croit vivre une aventure qui serait sienne, Une vie de répétition, une simple antienne. Chacun naît, l’esprit tel une page blanche, Mais capable de l’écriture de mille planches. Sur ce parchemin chacun relate ses rêves, Ceux d’un long chemin parcouru sans trêve. Chacun se construit de rêves sympathiques, De rêves personnels mais si mimétiques, Car nul ne se construit hors d’une altérité, Car tous, nous provenons d’une antériorité. Nous ne sommes pas une chaîne répétitive, Nous le serions sans une pensée créative, C’est un arbre qui ses frondaisons allonge Faisant progresser la somme de nos songes. Cet arbre majestueux est l’arbre de vie, Aux racines plongeant en terre à l’envie Aux frondaisons atteignant le plein ciel Pour atteindre la connaissance essentielle. Cet arbre symbolise l’humain et l’humanité, Montrant que l’un et l’autre forme une unité, Mais formant des êtres gigognes, ils diffèrent, Même si l’humain à son seul être se réfère. Il y a le chemin des hommes et de l’humanité, Des chemins initiatiques à parcourir sans vanité. Il est malaisé d’imaginer le songe des hommes, Et que dire de celui d’une humanité en somme ? L’humanité est encore un enfant en devenir, A son éducation les initiés doivent subvenir, Car la grande initiation est celle des nations, Pas celle de nombrilistes dévorés d’ambition. L’enfant roi Le sort de l’enfant roi est entre nos mains, Lui le fils de l’homme qui régnera demain. Nul humain, même oint, ne peut l’incarner, Car à l’humanité seule ce rôle est décerné. Tâchons de ne pas tout réduire à l’individu, Aidons cette humanité d’un travail assidu. Car elle est une étape vers l’être suprême, La maîtrise d’une connaissance extrême. Le principe créateur n’a aucune volonté, Il est l’ordre des possibles, de la nécessité. Il présente 7 phases en une boucle unies, Si les conditions nécessaires sont réunies. L’homme cet être pensant est l’une d’elles, Phase d’une boucle en rotation éternelle, Il n’en est pas la première, ni la dernière, Mais de l’esprit créateur, il est la charnière. Avant lui, née du chaos, il y eu la matière, Puis de l’inerte surgit la vie toute entière. Et chaque phase gardera son harmonie, Après l’humain, il y a toute l’humanité, Une humanité unie, forte de sa diversité. Elle est ainsi de la boucle, le 5° élément, Le point de passage vers le firmament. Le 6° ciel s’ouvre alors sur une trinité, Assurant par la fusion des temps l’unité, Du père, du fils et de l’esprit essentiel, Où se succèdent les Adams potentiels. Le 7° ciel est celui de la prime parole, Qui d’enseigner les Adams a le rôle, Porteuse de la connaissance originelle, Bouclant un recommencement éternel. L’enfant roi … Beauté = fais le dans l’harmonie Un Principe créateur L’Ein Soph « ce qui est infini » Trois colonnes Un Principe de toute éternité Sagesse = fais ce que tu dois Un chemin du sommeil à l’éveil … Force = fais ce que tu peux

6 L’Ordre Naturel des Choses Un principe rationnel
D’une approche scientifique L’Ordre de la Franc Maçonnerie Le Rite Écossais Ancien et Accepté Ses 4 mondes et ses 33 degrés Les 4 mondes de la Kabbale Et leurs niveaux de vertu L’Arbre de Vie de la Kabbale Et ses 10 séfiroth Les sens de lecture du tableau

7 l’Ordre Naturel des Choses
Le Pensant Individuel Le Pensant Collectif La boucle de l’Ordre Naturel des Choses La boucle d’un éternel recommencement Le Vivant La Trinité L’Inerte La Parole Le chaos

8 La boucle d’un éternel recommencement
Le TAO Chinois Le Pensant Individuel Le Pensant Collectif Le YIN principe féminin, de passivité, d’ombre, d’absorption, de la Terre Le YANG principe masculin, d’activité, De lumière, de pénétration, du Ciel) La boucle d’un éternel recommencement Le Vivant La Trinité L’Inerte La Parole Le chaos

9 La Kabbale de l’hébreux qabbalah, tradition
L’étincelle divine progresse dans un sens Descendant de l’arbre de vie La Kabbale de l’hébreux qabbalah, tradition Le courant mystique que constitue la kabbale a débuté au Moyen Âge dans des communautés juives de Provence, du Languedoc et d'Espagne. Il a produit, à la fin du XIIIe siècle, son document littéraire majeur, le Zohar (Livre de la splendeur)

10 La capacité de compréhension Des humains progresse dans un
Sens ascendant de l’arbre de vie

11 Des interactions complexes
Se produisent

12

13 Car le beau préfigure le juste
Mais quelque soit sa capacité de compréhension du monde L’humain peut en ressentir l’harmonie et la beauté Car le beau préfigure le juste Est juste, ce qui est conforme à l’Ordre Naturel des Choses Est Sage celui qui est en Ordre !

14 Atziluth : Ce monde contient seulement Kether. Il est appelé Monde des Emanations ou encore Monde des Archétypes. C'est le lieu du tout indivisible, de l'ensemble des potentialités, la racine des mondes Niveau de vertu : kadosh, l'homme de sainteté, celui qui à la fois comprend et veut ce que Dieu veut lorsqu'il donne la Thora Briah : Ce monde comprend Chokmah et Binah. Il est appelé Monde de la Création. C'est le lieu de la première scission, de la complémentarité, des outils primordiaux Niveau de vertu : hassid : le tsadik obéit à ce que la loi demande, tandis que le hassid veut par lui-même ce que la loi demande Yetzirah : Ce monde regroupe six sephiroth : Chesed, Geburah, Tiphereth, Netza'h, Hod et Yesod. Il est appelé Monde de la Formation. C'est le lieu de la construction, du modelage, de l'architecte et du terrassier. Niveau de vertu : tsadik avec les deux niveaux - le niveau universel dans l'ordre de la bonne volonté relativement à sa propre loi (mais néanmoins conforme à la charte des sept lois des Enfants de Noé), - le niveau absolu relatif à la loi révélée. Nota : ces 2 niveaux de vertu, sont relatifs aux niveaux d’éveil à la conscience de l’entité concernée (humain ou humanité). Le 1er niveau concerne le pré-conscient, l’entité se fixe ses lois, sans savoir si elles sont justifiées par rapport à la loi révélée. Au 2ème niveau l’entité est consciente, elle connaît enfin la loi révélée, et ses lois sont justifiées. La Capacité de Compréhension du Monde de l’humain progresse par paliers représentant quatre mondes distincts, nécessitant des vertus particulières Assiah : Ce monde contient uniquement Malkuth. Il est appelé Monde de la Matière. C'est le lieu où les éléments prennent forme, s'élèvent, résistent et se dégradent. Niveau de vertu : yachar, l'homme de rectitude, celui qui veut se conduire d'après le chemin droit et cela avant toute norme, avant toute loi. A ce niveau le sage se situe entre l’équerre et le compas, entre la rigueur et l’ouverture

15 La Kabbale utilise une échelle élévation de l’esprit : « l’Arbre de Vie » comportant 10 degrés appelés Sephiroth

16 La sephirah KETHER La sephirah GEBURAH La sephirah BINAH
La première séphire commence l'Arbre et n'a pas de commencement. Elle incarne l'étincelle divine elle-même. Cette "incarnation" est dépourvue de forme, même mentale et ne peut être comprise, d'après la Kabbale, qu'en faisant un avec elle, en devenant dieu. La maxime "Nul ne peut contempler la face de Dieu et continuer à vivre" semble s'appliquer tout particulièrement à Kether. Dans les traditions et les religions, elle représente le Dieu suprême, le Père hermaphrodite, le Créateur. Dans un système de pensée, elle peut être assimilée au postulat de départ, le concept-clé qui n'a pas d'antécédent et qui permet au système de se déployer. L'image du point, objet sans dimension, est fréquemment associé à Kether. Elle est Couronne car elle confère tout pouvoir à l'homme tout en étant distincte de son être, posée "au-dessus" de lui. La sephirah BINAH La troisième séphire densifie et concentre le flux de Chokmah. Binah est associée au principe féminin. Elle est la Mère dans toute son ambiguïté : celle qui donne la vie, c'est-à-dire qui façonne l'élan premier pour lui donner forme, mais aussi celle qui donne la mort, toute limitation du divin étant voué à la destruction. Cette restriction de Chokmah en Binah marque la naissance du Temps. La ligne, canalisée, se façonne et devient triangle. La deuxième dimension apparaît et, avec elle, les prémisses de la finitude. Binah est Compréhension, ce qui induit déjà une certaine dualité : on comprend quelque chose (qui nous était donc étranger) tandis que l'on est sage (synthèse, union).  La sephirah GEBURAH La cinquième séphire est intelligence radicale. Elle est discriminante : elle va à l'encontre du processus de cohésion de Chesed. Elle est force car elle disperse, guerre car elle oppose, chaos car elle détruit. Elle est courage car elle met à l'épreuve les créations de Chesed. Elle est souvent associée au principe du Mal et à Satan, l'Adversaire, "celui qui sème la discorde". Ceci ne signifie pas que Geburah soit "maléfique" (voir qualités des séphiroth). Ordre et chaos sont deux principes indispensables à l'équilibre du monde. De ce point de vue, il n'est pas étonnant que les mathématiques et la physique moderne s'en fassent aussi l'écho. Dans le corps humain, Geburah s'apparente au catabolisme (partie destructrice du métabolisme amenant la transformation de la matière vivante en déchets). Geburah est parfois appelée Din, la Justice, bien qu'on la qualifie de "sévère". La Justice serait plutôt l'action conjuguée du couple Chesed, Geburah. Cette dernière séphire peut être alors perçue comme étant la balance qui permettra de rendre le jugement final (de trancher). La sephirah CHOCMAH La deuxième séphire est expansion, une déferlante dans laquelle tout existe de manière indifférenciée. Elle est mouvement : le point s'animant devient ligne et acquiert la première dimension. Chokmah représente l'élan premier, le flux inexorable, le concept-père qui contient potentiellement tous les autres, le principe masculin. Elle est Sagesse en ce sens qu'elle incarne l'état ultime avant la fusion totale avec Dieu (la conscience cosmique). La sephirah CHESED La quatrième séphire est intelligence cohésive et réceptacle de tous les pouvoirs. Les formes rendues possibles par Binah sont maintenues et alimentées par Chesed. Elle assure leur pérennité. Chesed est cohésion et multiplicité. Elle est associée aux principes d'ordre, de synthèse et d'assimilation. Dans le corps humain, on peut l'associer à l'anabolisme. En termes d'attitude, elle est compassion et magnanimité. La sephirah NETZA’H La septième séphire est intelligence occulte, union de l'intellect et de la foi. Netza'h est associée à la beauté, sous toutes ses formes. Netza'h est élan mystique, confiance et enthousiasme. Elle est la sphère des émotions, des sentiment et plus généralement des élans, des tentatives de compréhension immédiate. Les errances de Netza'h deviennent alors coups de foudre ou projections (au sens de Jung : on octroie aveuglément à l'être aimé les qualités que l'on souhaite y trouver). Netza'h est Victoire car elle est but atteint, adéquation. Elle nourrit les tentatives de compréhension dans lesquelles on essaie d'entrer en résonance avec l'objet que l'on cherche à comprendre La sephirah HOD . La huitième séphire est intelligence absolue. Hod est associée aux formalismes, à la logique, aux systèmes formels, au rationalisme. Elle est Gloire car elle exprime la reconnaissance du savoir maîtrisé, codifié et délivré à tous. Hod dissèque les élans de Netza'h, analyse et oppose, démonte et argumente. Le flux de Netza'h, canalisé par Hod, engendre une boulimie de savoir, une versatilité, une inventivité extrême. Celui qui cherche à tout savoir, qui "dévore" les informations, se rencontre souvent dans la sphère d'Hod. Sous l'influence de cette séphirah, l'homme tente de comprendre un objet en l'analysant. Hod est le réceptacle de la connaissance figée (les livres), en ce sens elle est la gardienne des secrets, des savoirs et de la mémoire du monde La sephirah TIPHERETH La sixième séphire est intelligence médiatrice et union des influences. Elle est beauté, harmonie des formes et des idées. C'est un point d'équilibre mais aussi un carrefour : le lieu où la transmutation des énergies est possible. En ce sens elle est associée au sacrifice (renoncer à un acquis pour atteindre un état de conscience plus grand). Le soleil qui se consume en permanence pour briller est le symbole le plus utilisé pour désigner Tiphéreth. La sephirah YESOD La neuvième séphire est intelligence purifiante. Elle conçoit le moule des formes, les sculpte, assure leur intégrité. Elle façonne le fleuve de vie issu de Netza'h dans les structures complexes élaborées par Hod. Elle sélectionne les images résultant de l'union de ces deux principes pour ne garder que les esquisses pures et équilibrées. Ces images, ces plans, ces architectures, deviendront matière dans Malkuth. Ainsi Yesod est le fondement de toute chose s'incarnant. En tant qu'union de deux principes, elle est plaisir et jouissance. La lune, qui préside aux cycles menstruels chez la femme, est intimement liée à Yesod. La sephirah MALKUTH La dixième séphire est intelligence resplendissante. Elle est le réceptacle de toutes les influences. Malkuth incarne le stade ultime de la forme, dense et palpable, incapable d'exister plus concrètement. Elle est notre univers, notre planète, notre corps et toutes choses animées et inanimées qui nous entourent. Malkuth est le Royaume des formes imaginées enfin réalisées. Malkuth est aussi le lieu où les liens entre force et forme se dégradent et se rompent, le seuil où l'on "rend l'âme", où ce qui ne peut être assimilé devient déjection. Le défi de l'homme est sans doute de pouvoir maîtriser un jour la myriade d'énergies et d'influences qui s'agitent dans son royaume.

17 La génération des Adams
Une 1ère boucle, Un 1er Adam La postérité des Adams La Parole Le chaos L’Inerte Le Vivant Le Pensant Individuel Le Pensant Collectif La Trinité La Parole Le chaos L’Inerte Le Vivant Le Pensant Individuel Le Pensant Collectif La Trinité La Parole La Trinité Le Père Le Fils Un Adam représente une humanité toute entière, Ainsi les générations d’Adams se succèdent Reliées les unes aux autres par la Parole, Formant une Chaîne d’Union dans le temps et l’espace

18 Pour devenir l’Adam Rishon
Il progresse au travers des 4 Mondes pour atteindre la Connaissance Essentielle L’Adam primitif est l’Adam Kadmon

19 Il dispense alors la Parole
Sous la forme de fragments Que dans leurs quêtes Les nouveaux Adams pourront recevoir

20 Le prologue de Jean 1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. 2 Elle était au commencement avec Dieu. 3 Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. 4 En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. 5 La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. 6 Il y eut un homme envoyé de Dieu: son nom était Jean. 7 Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8 Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. 9 Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. 10 Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. 11 Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. 12 Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu,

21 J’ai dit … Pour cette fois +<:o)


Télécharger ppt "Attention, dernière station avant l’apocalypse +<:o)"

Présentations similaires


Annonces Google