La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Congrès des UCSA Bordeaux 29 Janvier 2010. 1 secteur somatique 4 IDE somatiques 1 médecin généraliste, coordinateur 2 dentistes 2 kinésithérapeutes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Congrès des UCSA Bordeaux 29 Janvier 2010. 1 secteur somatique 4 IDE somatiques 1 médecin généraliste, coordinateur 2 dentistes 2 kinésithérapeutes."— Transcription de la présentation:

1 Congrès des UCSA Bordeaux 29 Janvier 2010

2

3 1 secteur somatique 4 IDE somatiques 1 médecin généraliste, coordinateur 2 dentistes 2 kinésithérapeutes Plusieurs intervenants spécialistes (ophtalmo, orl, méd. du sport, gastro.) 1 secteur psychiatrique 2 IDE psychiatriques 2 psychiatres 3 psychologues

4 Quelques chiffres : Incidence annuelle mondiale du CCR: 1 million et décès par an en France : pays dEurope où lincidence annuelle est des plus élevée soit : après sein et prostate devant les poumons Incidence qui augmente depuis 20 ans, en 1985 à en 2005 (+ 50%) 2 ème cause de mortalité par cancer après le poumon Dépistage de la population entre 50 et 74 ans car dépiste 52 % des CCR et plus le dépistage est précoce meilleur est le pronostic

5 Population concernée 230 détenus à Poissy 58 détenus entre 50 et 74 ans soit 25% de la population pénale de Poissy Début de la campagne de dépistage fin 2008

6 Mission de prévention individuelle touchant 25% des détenus de la Centrale de Poissy, les autres actions collectives touchent environ 33% des détenus au mieux. dans le même temps quà lextérieur, notamment des campagnes dinformation relayées par les médias prévention individuelle nouant un dialogue différent avec le patient-détenu

7 Dans la vie en dehors des murs : Campagne dinformation nationale de la population générale par les médias précédée de formation auprès des médecins généralistes 1 er envoi avec étiquettes pour se rendre chez son médecin généraliste qui remettra/expliquera les tests Hémoccult II Rappel par courrier 3 mois après si non fait Rappel et envoi kit 6 mois après si non fait Si test positif : coloscopie proposée

8 Dans la vie entre les murs: (entre octobre 2008 et mars 2009) Le personnel médical : Information / formation du personnel médical par rapport au dépistage du CCR dans la population générale par les tests Hémoccult II dès septembre 2008 Les patients-détenus: 1 - Information par affichage 2 - inscription pour étiquettes auprès ADMY 3 - remise kit de dépistage après exclusion des « temporaires » ou « définitifs » en fonction atcd 4 - retour du kit et envoi 5 – relance si besoin

9 Lentretien lors de la remise des kits de dépistage a concerné tous les 58 patients-détenus de la tranche dâge Temps certain; expliquant de nouveau le bien fondé et comment pratiquer ce test En effet, le test nest pas forcément très simple à réaliser car le patient doit effectuer lui-même deux prélèvements de selle, sur trois selles différentes (soit 6 prélèvements au total) et déposer ces échantillons sur des plaquettes en carton.

10 Sur 58 patients concernés 8 refus 7 exclus (en fonction leur ATCD) Sur 43 kits distribués 6 non rendus même après relance 37 tests effectués ( 33 Hémoccults II + 4 recueils classiques directs des selles ) Donc 37/51 = 72,5 % de patients-détenus dépistés

11 Sur les 37 tests effectués : 35 résultats négatifs 2 résultats positifs ( 2 coloscopies acceptées retrouvant 1 polype + 1 à refaire pour cause de mauvaise préparation refusée à ce jour)

12 8 tests en tout à refaire, (et 1 fois: 3 fois) sur les 37 patients, soit 21,6°/ o, alors que dans la population générale le taux de tests non analysables est de 3,8°/ o seulement. On propose plusieurs hypothèses à cette mauvaise rentabilité : des explications insuffisantes et/ou mal adaptées données aux patients par l'équipe soignante Une capacité de compréhension parfois altérée chez certains de nos patients l'absence d'intimité de la vie carcérale qui majore la difficulté à réaliser le test

13 2 résultats positifs, élevés car lon pouvait s attendre à trouver 2 à 3 % de positif comme dans la population générale soit 1 résultat positif au maximum, mais population étudiée tellement petite… Par contre avec 72,5 % de participation on peut espérer réduire la mortalité de près de 30 % au moins ( dans population générale,50 % participation = réduction mortalité 20% et pour 100% participation réduction de 40 %) mais encore population étudiée tellement petite…

14 Concerne la même tranche dâge Inspirée de lenquête Fado-sein… qui est vérifiée par les résultats suivants Sur 58 personnes 56 dépistages (96%) 1 résultat anormal 2 refus Mais non associé au T.R. qui est souvent un frein dans ce milieu un peu plus quailleurs

15 Plus les actions de prévention dans le cadre déducation à la santé sont simples plus la population concernée adhère que ce soit en milieu carcéral ou non, ici PSA simple prise de sang participation à 96 % Malgré la relative difficulté de réalisation du test de dépistage du CCR, la participation de 72,5% est satisfaisant puisque dans la population générale le taux de participation moyen s'élève aujourd'hui à 42% et est notamment plus important chez les femmes que chez les hommes

16 Ressentis positifs des patients-détenus : Dépistage dans le même temps que la population générale : amélioration de limage générale de lUCSA et renforcement de la relation de confiance que nous tentons dinstaurer. La mise en place dentretien individuel autour du questionnaire a permis de créer un dialogue autour de la santé en générale (questionnement sur leurs peurs notamment) et que le patient-détenu sinscrive alors dans une démarche de soin autonome.

17 Bénéfices pour le patient-détenu : Outre lintérêt médical, le patient-détenu y trouve dautres bénéfices dont celui dêtre reconnu, considéré et traité comme un être humain. Il est plus susceptible alors de développer et consolider une estime de soi. On peut aussi supposer, que de les inclure,(même en les prenant par la main), dans un projet concernant toute la population, peut leur permettre d'investir ou de réinvestir une place au sein de l'ensemble de la communauté humaine. Ces hypothèses alimentent un des questionnement de la posture soignante en prison : entre maternage excessif, (qui mène à l'infantilisation) ou attention et reconnaissance particulière portée à chacun, (qui mène à l'autonomie). La marge de manœuvre est étroite et il n'est pas toujours facile de trouver « la place juste », dans notre exercice quotidien de soin en milieu carcéral.

18 Ces actions de dépistage à maintenir régulièrement comme hors les murs permettent au patient-détenu de: réinvestir sa santé, se la réapproprier pour la poursuivre le jour de sa sortie retrouver une place parmi la population générale Au total cest certainement participer à une meilleure réinsertion de la personne détenue.

19 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Congrès des UCSA Bordeaux 29 Janvier 2010. 1 secteur somatique 4 IDE somatiques 1 médecin généraliste, coordinateur 2 dentistes 2 kinésithérapeutes."

Présentations similaires


Annonces Google