La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C. POIRIER(1), G. GRAS(1), JP. LEBEAU(2), L. GUILLON(1), E. HUARD(3), JF. DAILLOUX(4), G. LE MOAL(5), L. BERNARD(1) (1) MALADIES INFECTIEUSES, CHU BRETONNEAU,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C. POIRIER(1), G. GRAS(1), JP. LEBEAU(2), L. GUILLON(1), E. HUARD(3), JF. DAILLOUX(4), G. LE MOAL(5), L. BERNARD(1) (1) MALADIES INFECTIEUSES, CHU BRETONNEAU,"— Transcription de la présentation:

1 C. POIRIER(1), G. GRAS(1), JP. LEBEAU(2), L. GUILLON(1), E. HUARD(3), JF. DAILLOUX(4), G. LE MOAL(5), L. BERNARD(1) (1) MALADIES INFECTIEUSES, CHU BRETONNEAU, TOURS (2) DUMG, CHU TOURS (3) RÉSEAU VIH VAL DE LOIRE, BLOIS (4) RÉSEAU VIH 37, TOURS (5) COREVIH CENTRE POITOU CHARENTES, TOURS Faisabilité et Acceptabilité des Tests Rapides dOrientation Diagnostique en Cabinet de Médecine Générale Congrès SFLS Poitiers novembre 2013

2 Pour cette présentation, cet intervenant a déclaré navoir aucun lien dintérêt Déclaration lien dIntérêt

3 Plan National de lutte contre le VIH et les IST [1] Elargissement et renforcement du dépistage Population de 15 à70 ans hors notion dexposition à un risque, au moins 1 fois au cours de leur vie Dépistage ciblé dans les populations à forte incidence Réaffirmation de limplication des médecins généralistes dans le dépistage du VIH (1)Haute Autorité de Santé (HAS). Recommandations en santé publique : Dépistage de linfection par le VIH en France, Stratégies et dispositif de dépistage. St Denis : HAS, 2009 : 41p. TROD : Test Rapide dOrientation Diagnostique pour le VIH

4 Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des TROD [2] Les populations dites "à risque" Les situations dîtes d « urgence » « TROD peuvent être utilisés chez les populations insuffisamment rejointes par le modèle classique de dépistage » (2) Arrêté du 9 novembre 2010 fixant les conditions de réalisation des tests rapides dorientation diagnostique de linfection à virus de limmunodéficience humaine (VIH 1 et 2), JORF n°0266 du 17 novembre 2010

5 Objectif Analyser la faisabilité et lacceptabilité des TROD en cabinet de médecine générale

6 Matériel et Méthodes (1) Etude longitudinale, prospective Région Centre, de mai 2012 à juillet 2013 Analyse mixte (quantitative et qualitative) 3 parties 1 ère partie: Etude descriptive des opinions 2 ème partie : Etude de soins primaires interventionnelle 3 ème partie : Retour dexpérience

7 Matériel et Méthodes (3) 1 ère partie: Etude descriptive des opinions Objectif : Définir lopinion des généralistes vis-à-vis du dépistage du VIH et des nouvelles recommandations concernant lutilisation des TROD Population : Généralistes de la région Centre Envoi questionnaire à choix multiples (fichier URPS) Recueil des données : Recueil données sociodémographiques Profil en terme de prévention et de dépistage du VIH Opinions concernant les nouvelles recommandations, et lutilisation des TROD

8 Matériel et Méthodes (4) 2 ème partie : Etude de soins primaires interventionnelle Objectif : Evaluation pratique de lutilisation des TROD en médecine générale Population : Médecins volontaires parmi ceux participants à la première partie de létude Déroulement de la 2ème partie : 4 réunions dinformation 3 TROD par médecin + 1 classeur dassurance qualité TROD : INSTI HIV1/HIV 2® Recueil des données : Critère de jugement principal: nombre de proposition de TROD (suivie ou non de la réalisation dun TROD) Critères de jugement secondaire: analyse qualitative des conditions de proposition du TROD, et recherche des freins potentiels à leur utilisation

9 Matériel et Méthodes (5) 3 ème partie : retour dexpérience Objectif : Analyse des expériences, évaluation des freins à lutilisation des TROD Population : Échantillonnage raisonné Déroulement de la 3ème partie : Entretiens semi-dirigés en focus group et entretiens individuels Recueil des données: Analyse qualitative (QSR-Nvivo 10)

10 Résultats (1) 1ère partie : Etude descriptive des opinions 1000 questionnaires envoyés 352 réponses de médecins généralistes Âge moyen : 52 ans Sexe ratio H/F= 2 3,7 % appartiennent réseau toxicomanie, hépatite, VIH 30 % ne suivent aucun patient séropositif 63 % suivent de 1 à 4 patient séropositif 52% ont prescrit entre 2 et 5 sérologies au cours du mois précédent

11 Résultats (2) 56,8 20,2 17,6 1,9 3, ,3 23,8 1,4 3 Figure1 : Opinion concernant le dépistage généralisé de la population de 15 à 70 ans Figure 2 : Opinion concernant lutilisation des TROD en cabinet de médecine générale devant des situations à risque 71.3% sont favorables au dépistage généralisé de la population de 15 à 70 ans hors notion de facteur de risque 76,99% se déclarent favorables à lutilisation des TROD en cabinet de médecine générale devant des situations à risque

12 Résultats (3) 1ère partie Freins évoqués à lutilisation des TROD en médecine générale 73% (n=257) des médecins interrogés considèrent quil existe des freins à lutilisation des TROD en médecine générale 5 principaux freins : o les potentielles erreurs dinterprétation des tests (54,8% ) o le contrôle qualité (51,1%) o un manque de formation (50 %) o un allongement de la consultation (50%) o les questions des patients (30%)

13 Résultats (5) 2 ème partie 112 médecins volontaires 23 ont suivis les formations 69 TROD distribués 3 TROD utilisés sur 6 mois 2 lors dun accident dexposition à un risque viral 1 chez un patient toxicomane Tous négatifs

14 Résultats (6) 3 ème partie : Freins évoqués à lutilisation des TROD en médecine générale o TROD o Erreurs dinterprétation manipulation du test controversée o Contrôle qualité o Manque de formation o Immédiateté de la réponse o Moins performant que la sérologie o Soins primaires o Allongement de la consultation Organisation des soins primaires peu adaptée à la prévention et au dépistage o Maillage de laboratoires dense o Le VIH o Pathologie rare en médecine générale, peu dindications ressenties pour médecins et patients o Pathologie grave o Représentations sociales et culturelles de linfection o Questions des patients Domaine du spécialiste, de lhospitalier

15 Discussion Bonne acceptabilité par les MG mais très rare utilisation en pratique Etude française ( Wajsbrot A, EACS 2011, Abs. PS8/4) 84 médecins généralistes, 383 patients Test utilisé : VIKIA ® Médecins appartenant à réseau, activité de ville, rémunération? Taux de réalisation: 1,5 %

16 Conclusion Bonne acceptabilité (77%) mais faible faisabilité, voire utilité très limitée des TROD en médecine générale

17 Merci de votre attention


Télécharger ppt "C. POIRIER(1), G. GRAS(1), JP. LEBEAU(2), L. GUILLON(1), E. HUARD(3), JF. DAILLOUX(4), G. LE MOAL(5), L. BERNARD(1) (1) MALADIES INFECTIEUSES, CHU BRETONNEAU,"

Présentations similaires


Annonces Google