La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelques données sur linflammation. Inflammation réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire douleur, tuméfaction,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelques données sur linflammation. Inflammation réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire douleur, tuméfaction,"— Transcription de la présentation:

1 Quelques données sur linflammation

2 Inflammation réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire douleur, tuméfaction, rougeur, chaleur implique la participation de systèmes nappartenant pas sensu stricto au système immunitaire les quatre types dhypersensibilité provoquent une inflammation diffusion, cascade

3 Inflammation Implique la migration de cellules de limmunité naturelle ou adaptative au sein de lorgane agressé (quelle que soit la cause de lagression-physique, chimique, réaction dhypersensibilité)

4 Trafic des cellules de limmunité

5 Recirculation des lymphocytes

6 Rôle de lendothélium vasculaire dans la migration des cellules immunitaires Molécules dadhésion des endothéliums vasculaires –pour que la migration vers le tissu agressé se produise, il faut que la cellule immunitaire puisse adhérer à lendothélium vasculaire –tant les cellules immunitaires que les cellules endothéliales possèdent des récepteurs à cet effet : les CAMs (leucocyte specific cell- adhesion molecules)

7 Les CAMs les CAMs interviennent aussi pour stabiliser les interactions entre cellules immunitaires (par exemple pour augmenter laffinité de linteraction TCR/peptide-CMH lexpression des CAMS nest généralement pas constitutive (elle est du moins modulable) et dépend de lactivation cellulaire

8 Quatre familles de CAMs Sélectines Molécules de type mucine Intégrines Superfamille des immunoglobulines Il y a des interactions entre CAMs de familles différentes! Certaines CAMs sont présentes sur les cellules immmunitaires, dautres sur les endothéliums

9 Sélectines Certaines sur les cellules immunitaires (L), dautres sur les endothéliums Glycoprotéines membranaires qui possèdent un domaine terminal de type lectine Interaction initiale avec lendothélium Reconnaissance sélective de résidus polysaccharidiques présents au niveau de certains endothéliums vasculaires : choix de lorgane dans lequel la cellule va aller

10 Molécules de type mucine molécules fortement glycosylées (notamment sialylées) qui interagissent avec les sélectines Ligands des sélectines

11 Intégrines présentes sur tous les leucocytes (lymphocytes, polynucléaires, macrophages) interactions avec endothélium et interactions intercellulaires interactions avec les molécules de la superfamille des immunoglobulines hétérodimères plusieurs familles dintégrine partagent la même chaîne

12 Intégrines labsence génétique de certaines chaînes provoque un déficit immunitaire

13 Superfamille des immunoglobulines domaines de type immunoglobulines présentes sur endothéliums vasculaires ligands des intégrines ICAM-1, -2, -3 et V-CAM

14

15

16 Les quatre phases de lextravasation

17

18 Rôle des sélectines dans linteraction initiale avec lendothélium (rolling) Pendant le rolling, exposition du neutrophiles à des facteurs solubles qui lactivent : les chimioattractants –chimiokines : IL-8,... –produits du complément (C3a et C5a), produits bactériens

19 Les quatre phases de lextravasation Lactivation provoque un changement conformationnel des intégrines du polynucléaire ce qui permet une interaction de forte affinité avec certaines molécules de la superfamille des immunoglobulines sur lendothélium vasculaire : la cellule sarrête et est prête pour lextravasation

20 Une différence entre la migration des lymphocytes et des neutrophiles neutrophiles : migration vers tous les organes enflammés lymphocytes : migration sélective vers certains tissus ou organes lymphoïdes (selon le type de lymphocytes considérés) : homing

21 Le homing Phénomène dextravasation qui permet aux lymphocytes de retourner dans un tissu lymphoïde donné Les HEV (high endothelial venules) des ganglions lymphatiques

22 HEV

23 Rôle essentiel des sélectines et de leur ligands (de type mucine) dans le homing des lymphocytes on parle aussi dadressines vasculaires

24 Homing des lymphocytes T naïfs et activés/mémoires les lymphocytes T naïfs et activés/mémoires recirculent différemment ils possèdent des molécules dadhésion et des récepteurs chimiokiniques différents lymphocytes T naïfs : organes lymphoïdes secondaires lymphocytes T activés ou mémoires : tissus (organes lymphoïdes tertiaires)

25

26 Les chimiokines large famille de petits polypeptides ( aa) contrôlent la migration des cellules immunitaires dans les tissus (lymphocytes ou polynucléaires, organes lymphoïdes ou tissus inflammatoires) deux sous-groupes –C-C –C-X-C Récepteurs de chimiokines (CCR ou CXCR) : protéines à sept domaines transmembranaires couplés à une protéine G

27

28

29 Les différentes cellules immunitaires (neutrophiles, éosinophiles, macrophages, lymphocytes B, T helper 1, T helper 2, cytotoxiques, cellules NK) ont des jeux de récepteurs chimiokiniques différents

30

31 Les quatre systèmes enzymatiques du plasma et leurs médiateurs Le système des kinines –formation de bradykinine peptide vasoactif puissant Le système de la coagulation –rôle chémoattractant des fibrinopeptides Le système de la fibrinolyse Le système du complément

32

33 Les kinines, la coagulation, la fibrinolyse initient linflammation en cas dagression non antigénique (p.ex. physique, chimique,...), ils participent en outre à lamplification des phénomènes inflammatoires dorigine immunitaire

34 La phase aiguë de linflammation rôle central du neutrophile –la première cellule « sur le terrain » –sécrétion de chimiokines par le neutrophile pour attirer dautres types cellulaires (macrophages) recrutement secondaire des macrophages (5-6h) –sécrétion dIL-1, dIL-6, de TNF- expression accrue de molécules dadhésion (intégrines) par les endothéliums réponses systémiques

35

36 Réponse systémique aiguë dans linflammation systéme nerveux central –fièvre –sécrétion dACTH foie : sécrétion des protéines de la phase aiguë (acute phase proteins) –CRP (C reactive protein) –fibrinogène –facteurs du complément Moelle hématopoïétique –augmentation de la myélopoïèse

37


Télécharger ppt "Quelques données sur linflammation. Inflammation réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire douleur, tuméfaction,"

Présentations similaires


Annonces Google