La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lindexation des salaires au Luxembourg : éléments de réflexion.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lindexation des salaires au Luxembourg : éléments de réflexion."— Transcription de la présentation:

1 Lindexation des salaires au Luxembourg : éléments de réflexion

2 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

3 CEPLDialogue analyse - mars Quest-ce que lindexation des salaires ? Liaison des salaires au niveau du coût de la vie, cest- à-dire aux prix à la consommation ; généralisée en 1975 Automatique au Luxembourg parce que, dès que linflation augmente de 2,5% sur une moyenne mobile de six mois, les salaires sont augmentés dans la même proportion Un certain degré dautomatisme connu aussi dans dautres pays

4 CEPLDialogue analyse - mars Pourquoi une indexation des salaires ? Choix politique, emprunt de solidarité, en faveur de la cohésion sociale visant à conforter le niveau de vie et le bien-être de la population Atout pour le Luxembourg : climat social excellent et productivité particulièrement élevée (avec des coûts salariaux évoluant à un rythme inférieur à ses partenaires)

5 CEPLDialogue analyse - mars Contribution à la croissance : variation par rapport à la période précédente

6 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

7 CEPLDialogue analyse - mars Aucune relation ne peut être établie entre les tranches indiciaires et les augmentations de prix

8 CEPLDialogue analyse - mars IPCN : Indice des Prix à la Consommation National Chaque pays peut calculer ses propres indices de prix reposant sur des méthodologies nationales. Les différences entre les IPCH et les IPCN tendent à sestomper en Europe. IPCH : Indice des Prix à la Consommation Harmonisé. Il permet une mesure de lévolution des prix conformément à des règles communes pour lensemble des pays de lUE. IPCN : Indice des Prix à la Consommation National Chaque pays peut calculer ses propres indices de prix reposant sur des méthodologies nationales. Les différences entre les IPCH et les IPCN tendent à sestomper en Europe.

9 CEPLDialogue analyse - mars Au Luxembourg seule différence entre IPCH et IPCN : pondérations différentes liées à la consommation des frontaliers en tabac, alcool et carburants essentiellement. Mais les évolutions de prix sont les mêmes entre les deux indices

10 CEPLDialogue analyse - mars Le patronat utilise lIPCH pour dénoncer le caractère inflationniste de léconomie (et donc la mise en danger de la compétitivité) et pour indirectement remettre en cause lindexation des salaires. Mais lIPCH ne reflète pas mieux les hausses de prix que lIPCN dans le cas du Luxembourg.

11 CEPLDialogue analyse - mars De lIPCH à lIPCN : mesurer la consommation résidente Un écart grandissant avec les mêmes variations de prix

12 CEPLDialogue analyse - mars Inflation sous-jacente : Calculée par le Statec en excluant certains produits dont les prix sont déterminés hors du Luxembourg : le gas-oil, lessence, pommes de terre, le café, le thé, les infusions, le cacao, le chocolat en poudre, le gaz de ville, le gaz naturel, le gaz liquéfié, les combustibles liquides, les combustibles solides, les lubrifiants, les additifs les fleurs Permet de mesurer lévolution des prix propre au Luxembourg

13 CEPLDialogue analyse - mars De lIPCH à linflation sous-jacente : reflet de linflation dorigine intérieure La baisse continue du taux dinflation sous-jacente montre que les autorités ont su maîtriser la dérive des prix.

14 CEPLDialogue analyse - mars De linflation sous-jacente à linflation endogène Par exemple: les prix administrés : mesures discrétionnaires des administrations publiques ayant un impact direct sur les prix à la consommation les prix du tabac les loyers qui évoluent avec un certain retard sur les prix de ventes dépendant pour partie de logiques spéculatives Certains prix dont les variations sont déterminées dans le pays (et sont donc intégrés au calcul de linflation sous-jacente calculée par le Statec) peuvent toutefois être déterminés par des événements déconnectés du rapport entre loffre et la demande ou indépendants des phénomènes monétaires.

15 CEPLDialogue analyse - mars Possibilité daffiner plus avant les variations de prix propres à léconomie luxembourgeoise Sont exclus : - les prix administrés - le tabac - les loyers Permet de mesurer les véritables tensions inflationnistes de léconomie Inflation endogène

16 CEPLDialogue analyse - mars Pondération pour mille des prix administrés version BCL en 2005

17 CEPLDialogue analyse - mars Impact sur lIPCN en points de pourcentage des prix du tabac

18 CEPLDialogue analyse - mars Depuis 2001 où elle avait atteint son maximum, linflation endogène ne cesse de reculer montrant une amélioration par les autorités de la maîtrise des causes internes de linflation

19 CEPLDialogue analyse - mars Depuis 2000, un écart avec linflation de la zone euro en baisse et qui est même légèrement favorable au Luxembourg en Comparaison internationale

20 CEPLDialogue analyse - mars Sur lensemble de la période, une inflation au Luxembourg conforme à la zone euro. Ceci est dautant plus remarquable que le pays a connu une forte croissance économique, à limage de lIrlande qui a connu une inflation beaucoup plus forte.

21 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

22 CEPLDialogue analyse - mars Des ménages défavorisés davantage touchés par linflation

23 CEPLDialogue analyse - mars Alimentation, loyers, eau, électricité : Des postes de dépenses -incompressibles car ce sont des besoins primaires -qui augmentent plus vite que linflation -qui sont plus importants chez les ménages à faible revenu : 339 pour Q1 253 pour Q2 208 pour Q3 184 pour Q4 156 pour Q5 Des ménages modestes donc plus sensibles à linflation

24 CEPLDialogue analyse - mars Des produits dont les prix évoluent moins vite que linflation qui sont plus pondérés chez les ménages à revenus élevés

25 CEPLDialogue analyse - mars Faible pondération des loyers dans lIPCN

26 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

27 CEPLDialogue analyse - mars système ne serait pas social car, en sappliquant à la totalité du salaire, il accorde (logiquement) des augmentations plus forte aux revenus élevés Le système ne serait pas social car, en sappliquant à la totalité du salaire, il accorde (logiquement) des augmentations plus forte aux revenus élevés Mais la progressivité de limpôt fait que, en termes relatifs, si les augmentations de salaires nets sont dégressives avec le revenu, elles sont toutefois plus importantes pour les petits revenus Rappel : linflation frappe davantage les ménages défavorisés et lindex est un rattrapage ex-post du pouvoir dachat

28 CEPLDialogue analyse - mars

29 CEPLDialogue analyse - mars Et lEtat est également bénéficiaire de lindexation

30 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

31 CEPLDialogue analyse - mars Une simple sortie de lindice du tabac et de lalcool pénaliserait les ménages à faible revenu Car ils sont proportionnellement plus consommés par les ménages à faible revenu.

32 CEPLDialogue analyse - mars Effet prix décisif La protection vis-à-vis de produits qui créent des assuétudes et nuisent à la santé doit sopérer au travers dune réduction de la demande et par dimportantes mesures daccompagnement. Le prix de ces biens et, partant, leur niveau de taxation représentent un instrument privilégié de réduction de la demande. Une politique de prix permettrait : de réduire la consommation de ces produits et ainsi de diminuer leur pondération dans lindice et donc de réduire linflation.

33 CEPLDialogue analyse - mars En sortant les carburants, on ne résout ni le problème des prix, ni le problème sanitaire et environnemental. Plus utile dinstaurer des mesures de promotion dénergies moins polluantes et/ou alternatives lors de déplacements automobiles ainsi quune politique daménagement du territoire et environnementale pour permettre : de réduire la consommation dénergie et ainsi de diminuer leur pondération dans lindice et donc de réduire linflation.

34 CEPLDialogue analyse - mars Une indexation qui na aucune raison dêtre remise en cause 1.Lindexation : comment et pourquoi ? 2.Une économie qui nest pas exagérément inflationniste 3.Une inflation qui affecte davantage les ménages modestes 4.Une indexation à vocation sociale 5.La politique de santé ne passe pas par une modification de lindexation 6.Coût de lindexation pour les salariés et les entreprises

35 CEPLDialogue analyse - mars Coût dune indexation pour les salariés et les entreprises

36 CEPLDialogue analyse - mars Rappelons quil sagit en effet dun rattrapage ex-post des salaires ; il sagit dune restauration du pouvoir dachat Mais attention !!! Au moment où les salaires sont réévalués, les entreprises ont déjà bénéficié des augmentations de prix

37 CEPLDialogue analyse - mars Sur base des chiffres de la comptabilité nationale 2004 : Sur base des chiffres de la comptabilité nationale 2004 : Une tranche indiciaire coûte en effet 326 millions, soit 1,27% du PIB. Une tranche indiciaire coûte en effet 326 millions, soit 1,27% du PIB. Non seulement, une augmentation des prix de 2,5% et précédant lindexation entraîne un surplus de consommation de 309 millions. Non seulement, une augmentation des prix de 2,5% et précédant lindexation entraîne un surplus de consommation de 309 millions. Mais en plus, une croissance du PIB de 4% avec un « prix du PIB » qui augmenterait de 2,5% aboutit en termes nominaux à une augmentation du PIB nominal de 6,6%, soit 1.693,8 millions permettant largement dabsorber le coût dune tranche indiciaire. Mais en plus, une croissance du PIB de 4% avec un « prix du PIB » qui augmenterait de 2,5% aboutit en termes nominaux à une augmentation du PIB nominal de 6,6%, soit 1.693,8 millions permettant largement dabsorber le coût dune tranche indiciaire.

38 CEPLDialogue analyse - mars Effets dun plafonnement

39 CEPLDialogue analyse - mars

40 CEPLDialogue analyse - mars

41 CEPLDialogue analyse - mars

42 CEPLDialogue analyse - mars D-K : Economie marchande (1)

43 CEPLDialogue analyse - mars D-K : Economie marchande (2)

44 CEPLDialogue analyse - mars Valeur ajoutée pour 1 euro de rémunération des salariés (2003 sauf FR 2002)

45 CEPLDialogue analyse - mars Classement aux différents stades de la création de richesse (1) Industrie manufacturière

46 CEPLDialogue analyse - mars Classement aux différents stades de la création de richesse (2) Commerce, réparations et articles domestiques

47 CEPLDialogue analyse - mars Classement aux différents stades de la création de richesse (3) Transports et communication

48 CEPLDialogue analyse - mars Classement aux différents stades de la création de richesse (4) Activités financières

49 CEPLDialogue analyse - mars Annexes Evolution de lensemble des prix Evolution des prix – Produits alimentaires (évoluant plus vite que linflation) Evolution des prix – Produits alimentaires (évoluant moins vite que linflation) Evolution des prix – Alcool et tabac Evolution des prix – Produits – Vêtements – Chaussures Evolution des prix – Logement Evolution des prix – Ameublement – Equipement de la maison Evolution des prix – Santé Evolution des prix – Transport Evolution des prix – Communication – Loisirs – Culture – Enseignement Evolution des prix – Divers et Horeca


Télécharger ppt "Lindexation des salaires au Luxembourg : éléments de réflexion."

Présentations similaires


Annonces Google