La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Egalité de fait; égalité de droit ? Retour à la théorie des ordres de CS en guise déclairage. 3. Questions.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Egalité de fait; égalité de droit ? Retour à la théorie des ordres de CS en guise déclairage. 3. Questions."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Egalité de fait; égalité de droit ? Retour à la théorie des ordres de CS en guise déclairage. 3. Questions / Discussion (1/4 h environ par question) 4. En guise de conclusion Tentative de synthèse de la saison Réunion préparée avec Josette Delaporte, Delphine Laurent et Michel Rumeau.

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Rare avant le XIII e siècle, le mot « égalité » est issu du latin aequalitas. Définitions : Définitions : Petit Robert : a. Caractère de ce qui est égal (équivalence, parité, équilibre, ex aequo) b. Egalité matérielle ou réelle : égalité de fait entre des personnes ayant mêmes avantages naturels, mêmes aptitudes, mêmes fortunes... c. Egalité formelle ou extérieure : Egalité devant la loi. Egalité civile, politique, sociale. d. Rapport existant entre des grandeurs égales : = est le symbole mathématique qui lexprime. e. Qualité de ce qui est constant, régulier, uniforme : humeur, pouls, terrain (plat) etc Dictionnaire de philosophie Christian Godin : a. Lidentité est une forme absolue dégalité b. Uniformité, persistance dun même état (humeur, pouls, mouvement...) c. Absence de distinction établie entre les hommes. Légalité nest pas lidentité (au sens didentique) : Légalité des droits et des devoirs ou égalité civile ou politique (devant lurne) et juridique (devant la loi). Légalité soppose aux privilèges. Légalité des chances : linégalité théorique des résultats nétant due en principe quaux seuls mérites supposés. Légalité des conditions ou égalité sociale (systèmes de type communiste)

3 Notions/concepts 1.Les hommes sont-ils égaux ? La notion dégalité est ambiguë dans cette question; tout dépend de quoi lon parle : dégalité de faitdégalité de fait, cest-à-dire didentité (au sens didentique), ce qui signifie dans laffirmative que les hommes seraient identiques, pareil, tous les mêmes. dégalité de droitdégalité de droit, ce qui fait appel à une notion distincte de légalité de fait, puisque, dans laffirmative, cela signifie que les hommes, quoi quil en soit de légalité de fait, disposeraient tous des mêmes droits. 2.La théorie des ordres de CS est très éclairante sur ce point. En effet : Soit, cest dans la logique de lenchaînement descendant des primats, dans lordre des causes et de la connaissance que lon se situe et cest en terme dégalité de fait, en vérité que la question se pose. Soit, cest dans la logique de la hiérarchie ascendante des primautés, autrement dit dans lordre des valeurs qui ne dépend que de nous que lon se place et cest en terme dégalité de droit que la question a un sens.

4 La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville Primautés et primats /Angélisme et barbarie Lordre de lEconomie, des sciences et des technologies Cest lordre où lon se pose la question du vrai et du faux, du possible et de limpossible. Cest lordre de la « matière »; de la vérité par excellence. Lordre juridico-politique Cest lordre où lon se pose la question du légal et de lillégal. Cest lordre des lois de la vie en société. Cest parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois. Lordre de la morale Cest lordre où lon se pose la question du bien et du mal. Cest lensemble de nos devoirs : des règles que lon se fixe soi-même. Cest parce que nous ne sommes pas tout amour que nous avons besoin dune morale. Lamour Cest lordre de léthique. Cest ce qui éclaire la morale. Cest la valeur suprême de « lesprit ». Enchaînementdescendant des primats Ce qui est objectivement le plus important dans un enchaînement descendant de détermination. Le primat est explicatif : cest lordre des causes et de la connaissance. Cest ce qui sert à comprendre. Hiérarchieascendante des primautés Ce qui vaut le plus, subjectivement, dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur ou au plus élevé. Cest ce qui sert à juger et à agir. La dialectique (primat de la matière ou de la vérité/primauté de lesprit ou des valeurs) vaut aussi bien à titre individuel que collectif. On ne passe du primat à la primauté quà la condition de le vouloir : cest le mouvement ascendant du désir. Chaque ordre a sa logique propre : confondre les ordres entre eux est donc « ridicule ». Pour expliquer un ordre donné, on doit faire appel aux ordres inférieurs. Pour juger un ordre donné, on doit faire appel aux ordres supérieurs. La dialectique valeur / vérité sexerce ainsi de proche en proche. Soumettre un ordre donné, avec ses valeurs propres, à un ordre inférieur : renoncer à la primauté, cest de la barbarie. Prétendre annuler ou déstructurer un ordre donné au nom dun ordre supérieur : oublier le primat, cest de langélisme. Principales références : Le capitalisme est-il moral ? / Dictionnaire philosophique (primats et primautés) Document réalisé par JP Colin et validé par André Comte-Sponville

5 QUESTIONS 1.Les hommes sont-ils égaux de nature ? 2.Pourquoi légalité de droit ? 3.Comment et jusquoù légalité ? 4.Sans légalité la justice serait-elle possible ?

6 1.Les hommes sont-ils égaux de nature ? Animation Michel Rumeau Légalité est-elle synonyme didentité ? La nature est-elle égalitaire ?

7 1. Les hommes sont-ils égaux de nature ? 1.Que signifie égalité ? De légalité à lidentité. La notion dégalité na de sens que relative à un critère. On parlera par exemple de légalité de 2 distances, de 2 poids, de 2 fortunes, de 2 intelligences (quoique !)... Mais une distance nest pas comparable à un poids et ne saurait donc lui être égale. Une égalité absolue (tous critères confondus) cest une identité. Prise absolument la notion devient autre. « On ne peut rester fidèle à la notion dégalité quà condition daccepter quelle soit relative » dit CS. Identifiés selon lenchaînement descendant des primats de CS (ce qui sert à comprendre), les hommes ne sont pas égaux de nature. Dieu merci, sinon quel ennui ! Prise absolument la notion dégalité rejoint celle didentité. On ne peut lui rester fidèle quà condition quelle soit relative. 2.La nature est-elle égalitaire ? Les hommes ne sont ni aussi forts, intelligents, beaux, généreux etc... les uns que les autres. Ne sont-ce pas précisément leurs différences qui sautent aux yeux ? Parfois ces différences peuvent séquilibrer ou se compenser. Mais la comparaison reste alors éminemment subjective. Parfois et peut-être plus souvent, elles sajoutent : certains semblent avoir alors toutes les chances ou tous les talents. Ne fut-ce que parce que tout être humain est génétiquement singulier, à lévidence la nature nest pas égalitaire. La nature na que faire de légalité ! De par la diversité de lunivers, nest-elle pas précisément tout le contraire ?

8 2.Pourquoi légalité de droit ? Pourquoi lhomme devrait-il accepter les « diktats » de la nature ? Nest-ce pas précisément parce quelle nest pas de fait que légalité de droit a un sens ? Confondre légalité de droit avec légalité de fait nest-ce pas être « ridicule » (1) ? (1) Qualificatif utilisé par Pascal

9 2. Pourquoi légalité de droit ? 1.Pourquoi lhomme devrait-il accepter les diktats de la nature ? A quoi pourrait bien servir légalité de droit si les hommes étaient égaux de fait ? Nest-ce pas précisément parce que les hommes sont inégaux de fait que légalité de droit a un sens ? Pourquoi lhomme devrait-il accepter aveuglément les lois de la nature ? A quel titre lhomme devrait-il soumettre ses principes, ses valeurs aux lois de la nature ou aux résultats des laboratoires ? Etre un homme nest-ce pas précisément résister à la nature, à sa propre nature ? Pourquoi légalité de droit ? Tout simplement parce quelle nest pas de fait ! Légalité de droit ne peut exister quà condition que les hommes la veuillent. A quoi pourrait bien servir lesprit sil ne résistait pas à la matière ? 2.Confondre légalité de fait avec légalité de droit, nest-ce pas être ridicule ? Ce nest pas parce que la biologie réfute le racisme quil est haïssable. Ce serait confondre le fait et le droit. Même si demain la biologie nous disait le contraire, ça ne changerait. Cest parce que le racisme est contraire à nos valeurs quil est haïssable. Cest au titre de la hiérarchie ascendante des primautés (des valeurs quon aime et que lon veut / ce qui sert à juger et à agir) de CS, quil convient de faire appel concernant légalité de droit et non pas à lenchaînement descendant des primats (ce qui sert à comprendre). Ce nest pas parce que la vérité de la matière a un sens que celle de lesprit doit avoir le même. Ce nest pas parce que les hommes sont inégaux de fait quils nont pas droit à la même dignité. Comme le dit CS après Pascal, confondre les ordres entre eux, cest sexposer au ridicule. Nest-ce pas précisément parce que la matière (la nature) est inégalitaire que légalité de droit, celle de lesprit a un sens, une valeur ? Ne pas confondre la vérité de la matière avec celle de lesprit, nest-ce pas une condition nécessaire pour savoir les regarder en face lune et lautre ?

10 3.Comment et jusquoù légalité ? Animation Delphine Laurent Légalité doit-elle tendre à légalitarisme ? Les régimes totalitaires ne sont-ils pas, du moins théoriquement, égalitaristes ? Si administrer ce qui est de lordre de la morale, cest confondre lordre moral avec lordre juridico-politique, jusquoù faut il aller ?

11 3. Comment et jusquoù légalité ? 1.De légalité de droit à légalitarisme Le développement des aspirations sociales a entraîné une critique de linsuffisance de la simple égalité des droits. Marx par exemple, lui reproche dêtre purement formelle ou illusoire. La pensée de légalité soriente alors vers un égalitarisme qui tend à égaliser les moyens et conditions dexistence. Pour Tocqueville, cette passion de légalité sociale est le trait dominant des démocraties modernes. Vouloir administrer lordre moral, nest-ce pas confondre lordre de la morale avec lordre juridico-politique ? Ce nest pas de dogmatisme religieux dont il sagit alors mais de totalitarisme. Lun comme lautre ne sont-ils pas contraires à la liberté ? Légalité de droit nest pas légalitarisme. Légalitarisme tend à légalité de fait. Légalitarisme nest-il pas que la forme extrême de légalité, celle qui tend à uniformiser en faisant obstacle à la liberté ? Si légalité des chances est connexe à légalité de droit, la discrimination positive nest-elle pas connexe à légalitarisme ? 2.Egalité des chances et discrimination positive entre égalité de droit et égalitarisme Parce quil tend à uniformiser les conditions sociales, légalitarisme tend à lidentité. Aussi peut-on penser que légalitarisme constitue un obstacle à la liberté individuelle. Pourquoi faudrait-il que les hommes vivent tous de la même façon sils ne le veulent pas ou ne sefforcent pas de sen donner les moyens ? Dans cette optique on peut penser quégalité et différences sont parfaitement conciliables, dès lors quil y aurait : Egalité des chances : même probabilité de réussite entre individus (compensation des inégalités innées, sociales et de circonstances (hasard); linégalité des résultats nétant due quà leurs seuls mérites Voire discrimination positive, au cas par cas selon les catégories de défavorisés, ce qui constitue un pas supplémentaire vers légalitarisme.

12 4.Sans légalité la justice serait-elle possible ? Justice et équité est-ce la même chose ? Légalité de droit est-elle une condition nécessaire et suffisante à léquité ?

13 4. Sans légalité la justice serait-elle possible ? 1.De la justice à léquité La justice est la vertu qui respecte légalité (le droit des individus) et la légalité (le droit de la cité), ce qui suppose que la loi soit la même pour tous et que le droit respecte les droits, afin que la justice (au sens juridique) soit juste (au sens moral). Léquité, « cest justice appliquée, justice en situation, justice vivante, et la seule qui soit vraiment juste » dit CS. « Cest un correctif de la loi » écrit Aristote, car la justice ne peut se réduire ni à légalité (donner ou demander à tous les mêmes choses ne serait pas juste : ex les impôts proportionnels) ni à la légalité (puisquune loi peut être injuste). Léquité, cest la justice au sens moral du terme. La justice au sens moral ne peut se réduire à légalité, mais sans égalité, ne fut-ce quen droits et devant la loi, aucune justice ne serait possible. Léquité, cest la justice au sens moral car la justice ne saurait se réduire ni à légalité ni à la légalité. 2.De légalité en tant que condition nécessaire mais non suffisante à la justice Quelle justice pourrait être rendue, si les citoyens nétaient pas égaux devant la loi de la cité ? (égalité des devoirs, des obligations) Quelle justice pourrait être rendue, si les lois de la cité ne respectaient pas les droits des individus (égalité des droits) Cest pourquoi, on peut penser que légalité est une condition nécessaire à la justice (au sens juridique/judiciaire). Mais qui pourrait prétendre quil suffit dêtre légaliste pour être juste ? (doù « le salaud légaliste » de CS) La justice au sens moral ne saurait se réduire ni à légalité ni à la légalité, puisque être équitable, cest précisément aller au-delà. Cest pourquoi, on peut penser que légalité nest pas une condition suffisante à la justice.

14 Que les hommes ne soient pas égaux de fait, nest-ce pas là que réside toute la richesse de laltérité ? Cest la richesse de la nature, celle qui nous éclaire en vérité mais qui ne dépend pas de nous. Que les hommes soient égaux en droit et en dignité, cest ce qui dépend de nous. Cette réponse là nest pas de raison, elle est du cœur. Ce nest pas la vérité de la nature qui simpose à nous. Cest la vérité du cœur qui résiste aux inégalités de la nature.

15 Mardi 14 octobre « Matérialisme-Idéalisme » Mardi 14 octobre « Matérialisme-Idéalisme » Mardi 18 novembre « Sentiment » Mardi 18 novembre « Sentiment » (attention : 3iem mardi du mois pour cause de 11 novembre) (attention : 3iem mardi du mois pour cause de 11 novembre) Mardi 9 décembre « Générosité » Mardi 9 décembre « Générosité » Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Les réunions de la rentrée : Pendant les vacances : Philo des champs à Revel en juillet Philo des champs à Revel en juillet Rando-philo en Provence au mois daoût Rando-philo en Provence au mois daoût


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Egalité de fait; égalité de droit ? Retour à la théorie des ordres de CS en guise déclairage. 3. Questions."

Présentations similaires


Annonces Google