La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Fons Joncosa, aux sources de Fontjoncouse. Emile Cauvet: Etude historique sur létablissement des Espagnols dans la Septimanie et sur la Fondation de Fontjoncouse.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Fons Joncosa, aux sources de Fontjoncouse. Emile Cauvet: Etude historique sur létablissement des Espagnols dans la Septimanie et sur la Fondation de Fontjoncouse."— Transcription de la présentation:

1 Fons Joncosa, aux sources de Fontjoncouse

2 Emile Cauvet: Etude historique sur létablissement des Espagnols dans la Septimanie et sur la Fondation de Fontjoncouse. Louis Lapeyre: Histoire de Fontjoncouse. Histoire Générale de Languedoc

3 711 Invasion de la péninsule Ibérique par les cavaliers berbères de Tarik. Le dernier roi Wisigoth de Tolède est vaincu à Guadalete. 719 Prise de Narbonne par Al Samah qui fit payer cher aux Narbonnais leur résistance. 737 Bataille de la Berre. Charles Martel surprend les Musulmans dans les gorges de la Berre et met en déroute les armées dUmar venues au secours de Narbonne. Cependant la ville résiste et ne peut être prise. 759 Pépins le Bref prend Narbonne. Les Wisigoths armés par les Arabes affaiblis, lui ouvrent les portes.

4 778 Larmée Franque pénètre en Espagne, mais Charlemagne (roi , empereur ) doit se retirer pour aller combattre les Saxons. Une partie tente de prendre Saragosse et subira un mauvais sort dans les vallées de Roncevaux. Une partie occupe la Catalogne. Charlemagne cherchait a y établir une Marche. Les Espagnols qui sétaient ralliés à la cause de Charlemagne sexposaient aux représailles du cruel Emir Abd Alraham et senfuirent en Septimanie. Les autres Espagnols poussés par les exactions dont ils étaient victimes et la misère, firent de même. 792 LEmir Hescham proclame «l algihad ».

5 Les armées Arabes pillaient et rançonnaient les populations. A cela sajoutaient charges et impôts qui aboutissaient à une confiscation complète. Le plus souvent, ils émigraient dans les montagnes ou les contrées voisines. Mais on a vu des pères vendre leurs enfants pour se créer des ressources et il nétait pas rare quon e fit des eunuques de ces enfants. Rien ne pouvait égaler linfortune de ces habitants (E.Cauvet).

6 Chronique de Moissac: »Les Franks assiègent Narbonne. Les représentants de Pépin, roi des Franks, promettent sous serment aux Goths qui habitent cette ville que, sils la livrent, ils garderont leur loi. Cela fait, les Goths tuent les Sarrasins qui formaient la garnison de Narbonne, et livrent la ville à larmée Franque ». Les Wisigoths de Narbonne, soutenus par leurs semblables de larrière pays ne se soumirent pas pour autant à Pépin le bref, qui dévasta la Septimanie quil ne pouvait occuper.

7 Après la révolte qui livra Narbonne à Pépin tous les Arabes furent expulsés, y compris les populations civiles. Les « renégats », chrétiens convertis par opportunisme ou suite à des mariages mixtes, constituaient un groupe influent. La foi chrétienne nétait pas très ardente en Septimanie et les Wisigoths consentaient à épouser des musulmans. Tous furent expulsés de Gothie.

8 Le Pays déjà épuisé par les dévastations Arabes, devint un « désert dhommes ». Le domaine du fisc arabe fut augmenté de toutes les propriétés qui appartenaient aux Sarrazins et de tous les biens abandonnés. Les Wisigoths sétaient déjà attribué les deux tiers des propriétés privées. Les Comtes Goths à qui Pépin avait laissé ladministration du Pays soccupèrent dabord de la restauration et de la reconstitution de lEglise. Les terres ne rapportant rien, des revenus fixes lui furent concédés (salines, autres).

9 Quel que soit le propriétaire de la terre, il fallait des bras pour la travailler. Les Espagnols, fuyant la guerre, arrivèrent très opportunément. Les nobles Wisigoths furent richement dotés. La foule des migrants pauvres (minores) choisit la région de Narbonne où il y avait le plus de terres libres. Théodulfe, Ostrogoth dorigine, envoyé par Charlemagne ( missi dominici ) à Narbonne (après 781) décrit ainsi son arrivée:

10 « Bientôt, nous touchons les murs de Narbonne, dont la splendeur fixe mon regard (*).Un cortège nombreux vient à ma rencontre, joyeux de mon arrivée. Jy vois les débris des Wisigoths, qui faisaient partie de la population de Narbonne, avant que les malheurs des temps les eussent décimés, et une foule démigrants espagnols que le tyrannie des sarrasins a rejetés dans ce pays. Tous reconnaissent en moi un compatriote et acclament un protecteur ».

11 La mise en valeur des terres occupées se transformait en un droit de propriété. Les tenants de ces manses ne payaient pas le cens et ne devaient que ce qui était du à lempereur et/ou au Comte. Les nobles Hispani, dont un bon tiers de Wisigoths, occupèrent de grands domaines retournés à la friche et devaient régulièrement justifier de leurs titres, surtout sils navaient pas entièrement restauré leur territoire. Les minores, vu leur manque total de ressources, ne pouvaient rapidement mettre en valeur des terres. Les monastères, déjà eux-mêmes bénéficiaires de donations de terres, constituèrent des colonies daprisionnaires à qui ils apportaient, vivres, outils, semences, et les consolations spirituelles.

12 Il faisait partie de ces nobiliores, à qui les Franks avaient confié un commandement militaire. Il est dorigine Wisigothique. Il combattit les Arabes lors de la tentative de création dune Marche dEspagne par Charlemagne en 778. En 792, le vizir Abd Almaleck concentre une armée en Catalogne. Jean fait partie de ceux qui harcèlent cette armée afin de retarder son arrivée en Septimanie ou Gothhie. Jean fut victorieux lors dun engagement au lieu dit ad pontes, non loin de Barcelone. Il enleva un important butin à lennemi.

13 Fin 792, Jean se rend en Septimanie pour y refaire sa fortune et acquérir un domaine. Il choisit un terrain quon appelait « Fontejoncosa » non loin de la Berre. Cétait un désert, entouré de déserts. Les immenses forêts de chênes verts étaient peuplées dours, de sangliers et de cerfs. Il fit en ce lieu son aprision. Il était tenu de remettre une partie de son butin à son roi (Louis le Pieux, ou le débonnaire) et devait aussi se faire concéder par lui le domaine de Fontjoncouse.

14

15 Jean se rendit auprès de Louis le Pieux, en Bavière pour lui remettre un cheval de prix, un haubert et une épée indienne à fourreau garnie dargent et lui demander formellement la concession du domaine de Fontjoncouse. Louis écrivit à Sturmion, Comte de Narbonne, pour que Fontjoncouse soit remis à Jean. En 793 Jean demande confirmation à Charlemagne qui le reçoit comme son vassal, ce qui lui donnait une position considérable. nécessaire.

16 Le diplôme se trouvait dans les archives de larchevêché de Narbonne, suite à lacquisition quils firent de la seigneurie de Fontjoncouse en 963. Ces archives furent détruites lors de la révolution française (elles contenaient les preuves de tous les ancien privilèges). Seuls quelques volumes furent épargnés par le feu. La copie du diplôme de 793 que détenaient les archevêques fut sauvée et cest ainsi que lhistoire singulière de Jean lhispani nous est parvenue. Histoire singulière par la personnalité de Jean, mais pas unique dans les Corbières. Ainsi, les Ibérinus, devinrent seigneurs de Durban dans les mêmes conditions que Jean, mais avec moins déclat et pour une plus longue durée.

17 Muni de son diplôme délivré par Charlemagne, Jean repart pour Narbonne et remet au Comte Sturmion la lettre de Louis le Pieux. Sturmion, accompagné de ses juges se rendit à Fontjoncouse qui était en friches. Il fit planter des bornes aux quatre orientations du domaine afin que dautres migrants ny fassent point d aprisions. Les travaux de mise en valeur furent très lents à cause de la famine qui sévissait.

18 Jean avait amené un de ses frères Wuillemir et son fils, Teofred. Il semble quil était veuf. Il fit venir dEspagne un certain nombre de colons quil attacha à son domaine : Christian, Fedance et Ildebone étaient mariés et avaient amené leur famille. Atonelle, Ele, Mancion, Amunne et Aserrar, plus jeunes, étaient célibataires. Un prêtre nommé Ombolat, fut adjoint à la petite colonie. Ces vingt cinq personnes se mirent à lœuvre et construisirent en peu de temps des maisons et des bâtiments agricoles, mirent en culture les terres.

19

20 Plaid de 834: « Ces hommes (ceux que Jean avait établis sur le domaine de Fontjoncouse) sétaient recommandés à lui et lavaient pour patron; tout ce quils avaient construit ou mis en culture, les maisons, les locaux, les jardins, les champs et les vignes, ils lavaient fait par suite des dond et des libéralités que Jean leur avait consentis, mais non par leur aprision, ni par la libéralité du Comte, du Vicomte ou de toute autre personne ».

21 Les Wisigoths détenteurs de vastes domaines et soucieux de disposer dune influence morale sur les populations, choisirent des clients a qui ils donnaient des armes, des objets mobiliers ou des terres. Les donataires ( buccellarii) devaient à leur patron obéissance, fidélité et assistance. Cette relation entre Jean et ses compagnons témoigne de leur origine Wisigothique. Les Septimaniens conservèrent lusage de leurs lois après la conquête Franque pour plusieurs siècles encore.

22 Jean et son fils Teofred, firent lobjet de confirmations de leurs droits en 814, lors de lAvènement de Louis le Pieux, en 844 et 849 par Charles le Chauve. Le diplôme de 814 confirme Jean dans ses possessions, mais il le met aussi à labri des entreprises des Comtes ou des Fonctionnaires contre sa personne ou ses biens. Sur son domaine, Jean est dépositaire du pouvoir judiciaire de manière absolue et règle en maître les différends sur son domaine. Cette trace est la plus ancienne dune telle immunité.

23 Les colons espagnols construisirent une église dédiée à Sainte Léocadie (reconstruite depuis). Sainte Léocadie est la patronne de la cathédrale de Tolède et Jean un noble Wisigoth, cette dédicace accrédite lidée que Jean et ses affidés étaient originaires de Tolède, dernière capitale du Royaume Wisigoth. Des célébrations avec les Tolédans ont eu lieu à Fontjoncouse en 2004.

24

25 E. Cauvet attribue aux descendants de Jean la construction de léglise de saint Victor. Remaniée par Pierre de Lerce au 12 ème siècle, la construction dorigine est rattachée par les archéologues aux églises de tradition Wisigothique. Ceci étant acquis, le site de cette chapelle intrigue: est-ce un ex-voto suite à linstallation réussie à Fontjoncouse? Outre laventure monastique, on sait quil y avait encore un chapelain à saint Victor au 13 ème siècle. Etait-il le pasteur des bergers?

26 E. Cauvet attribue également aux Hispani, la construction de léglise saint Christophore. Jean lHispani était Catholique, au contraire de nobles wisigoths ariens qui étaient venus en Septimanie à partir de 589, lorsque les Wisigoths se convertirent en tant que nation, au Catholicisme. Il ne reste aujourd'hui plus rien de léglise dédiée à saint Christophore, qui appartient au sanctoral Wisigothique primitif. Louis Lapeyre démontre que cette église était de rite arien ( dédicace, orientation, etc.). Elle naurait donc pas été construite par les compagnons de Jean…

27

28 Jean avait donc choisi Fontjoncouse, un lieu certes abandonné et désert, mais bien nommé et localisé et pas vierge de toute trace d occupation humaine. La construction Saint Christol non loin de la Villa de Palats, mais à lécart, la rattache à la première arrivée des Wisigoths dans nos contrées, lorsquil étaient ariens et enterraient leurs morts au chevet de leurs églises.

29

30 En 963, lunique descendant de Jean lHispani sappelle Jean de Fontjoncouse, où il réside avec son épouse Ode et ils navaient pas dhéritier. Ce qui pouvait être considéré à lépoque comme un péché. Le 17 Avril 963, ils firent donation de leur propriété à larchevêque Aimeri de Narbonne, sous réserve de lusufruit au dernier vivant. Ayant pendant 200 ans résisté à bien des attaques dont faisaient lobjet les aprisionnaires, la première famille de Fontjoncouse succomba faute de descendants.

31 Lhistoire de Fontjoncouse allait se poursuivre paisiblement sous la houlette des archevêques ou de leurs affiliés, puis sous nos institutions modernes. Lemprise viticole sest considérablement amoindrie et le territoire souvre à dautres aprisionnaires: gastronomie, sports mécaniques, escalade, géologie, randonnées, asinerie, ainsi quà ceux qui sont sensibles à la magie de ces lieux, à leur fabuleuse genèse…

32


Télécharger ppt "Fons Joncosa, aux sources de Fontjoncouse. Emile Cauvet: Etude historique sur létablissement des Espagnols dans la Septimanie et sur la Fondation de Fontjoncouse."

Présentations similaires


Annonces Google