La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les familles québécoises depuis la Révolution tranquille. Mutations sociales, mobilisation des mouvements, transformations politiques. Jane Jenson Département.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les familles québécoises depuis la Révolution tranquille. Mutations sociales, mobilisation des mouvements, transformations politiques. Jane Jenson Département."— Transcription de la présentation:

1 Les familles québécoises depuis la Révolution tranquille. Mutations sociales, mobilisation des mouvements, transformations politiques. Jane Jenson Département de science politique Université de Montréal

2 La Révolution tranquille « Le 22 juin 1960, jour de lélection de Jean Lesage, samorçait une ère de grands changements au sein de la société québécoise qui sest donné les moyens de mieux contrôler son développement… Cette période appelée Révolution tranquille [qui] a vu le Québec se doter de plusieurs de ses grandes institutions et devenir un État moderne » aura en effet modifié en profondeur la situation des enfants, de la jeunesse, des parents et des aînés. À regarder : lÉtat, les mouvements sociaux et les mutations sociales

3 Les années de la Révolution tranquille Les années de nouvelles politiques publiques Pour faire face à une société en mutation rapide : mutations sociales, économiques, culturelles tendances dans toutes les sociétés tendances particulières du Québec Stratégie guidée par la notion de « rattrapage » mais certaines actions ont dépassé les autres, pour devenir lavant-garde

4 Quelles étaient ces mutations?

5 Lespace socioéconomique des familles québécoises : mutations dans le temps Un espace familial plus diversifié

6 Un espace familial peu agricole et fortement urbanisé Guy Rocher, en 1972 « L'image du Québec et de l'homme québécois a rapidement évolué depuis une quinzaine d'années. Le Québécois a été à la recherche d'une représentation de lui-même, d'une définition de son entité collective, de sa place et de son rôle en Amérique du Nord et dans la civilisation occidentale. […] On a d'abord voulu se débarrasser de l'image d'un Québec à vocation rurale, vivant accroché à la société industrielle nord-américaine, mais toujours en marge d'elle parce que ses valeurs devaient nécessairement s'inspirer des traditions du milieu agricole. »

7 Un espace familial fortement urbanisé Développement de la population en banlieue. Trajets quotidiens et maisons individuelles.

8 Le rapport au marché du travail : leffacement de Monsieur Gagnepain et de Madame Aufoyer La vie professionnelle des femmes ressemble davantage à celle des hommes. La restructuration des revenus demande que les familles « mobilisent » plus de travail.

9 La démographie : un enjeu permanent « En quinze ans, la fécondité au Canada est passée de 3,89 enfants par femme dans la période , à 2,07 en Dans aucun pays occidental la chute n'a été aussi brutale. Mais au Canada même, elle est encore plus spectaculaire dans la province de Québec : on passe de 4,02 enfants par femme en à 1,88 pour la période La traditionnelle sur-fécondité du groupe francophone a disparu, donnant à l'évolution démographique un important retentissement politique. C'est la fin de la revanche des berceaux ». Patrick Festy, 1976 La Famille Tremblay à Jonquière

10 La démographie : un enjeu permanent

11 Les formes familiales éclatées… « Laprès-guerre constitue lâge dor du mariage : fort taux de nuptialité et stabilité remarquable des unions qui étaient moins touchées par la mort quautrefois et encore peu dissoutes par les ruptures volontaires. Cest au début des années 1970 que les conduites matrimoniales saltèrent rapidement. » Renée B.-Dandurand, 1992

12 Quelles étaient les réponses aux mutations pendant et puis après la Révolution tranquille?

13 Des réponses initiales : un soutien aux familles types En 1961, le ménage québécois type se composait de deux parents, de plusieurs enfants et parfois dun parent âgé. La plupart de ces ménages vivaient en ville mais aussi en proportion appréciable dans de petites municipalités, voire dans une ferme. Le taux de divorce était très faible et peu de femmes célibataires devenaient mères. Non seulement lhomme était-il le seul pourvoyeur, mais la prospérité économique de laprès-guerre avait créé un marché du travail qui prémunissait généralement ses salariés contre la pauvreté. Cest aux besoins liés à ces familles types de laprès-guerre quont répondu les réformes majeures adoptées pendant la Révolution tranquille en matière de santé, déducation, de pensions de retraite, daide sociale et de développement urbain.

14 Le « rattrapage » de la Révolution tranquille Réformes en matière déducation 1961 : Grande charte de léducation Obligation faite aux commissions scolaires dassurer gratuitement lenseignement jusquà la onzième année Scolarité obligatoire jusquà 16 ans Plan quinquennal de financement des universités 1964 : Création du ministère de lÉducation 1967 : Création des cégeps 1968 : Création de lUniversité du Québec Maternelle gratuite et publique offerte dans les écoles Réformes en matière de santé 1957 : Loi sur lassurance hospitalisation (Canada) 1966 : Loi sur les soins médicaux (Canada) 1970 : Loi sur lassurance maladie (Québec) – régime public, gratuit, accessible et universel Sécularisation du régime Création des centres hospitaliers de soins prolongés (CHSP) et de centres daccueil et dhébergement (CAH) Réformes en matière daide sociale 1966 : Régime dassistance publique du Canada (RAPC) 1969 : Loi sur laide sociale, qui consacre le droit fondamental à cette aide 1970 : Création du ministère des Affaires sociales, né dune fusion du ministère de la Famille et du Bien-être et du ministère de la Santé Réformes en matière de pensions 1966 : Entrée en vigueur du Régime de rentes Création de la Régie des rentes Réformes en matière de politique familiale 1961 : Création du ministère de la Famille et du Bien- Être 1961 : Allocation scolaire pour enfants de 16 et 17 ans qui fréquentent lécole 1964 : Création du Conseil supérieur de la famille (aboli en 1971) 1967 : Allocations familiales pour les enfants de moins de 16 ans

15 Les mouvements sociaux dans lespace familial Ces réformes étaient le fruit denquêtes approfondies mises en œuvre par le gouvernement québécois et menées par des commissions qui ont consulté de nombreux experts de lintérieur et de lextérieur de ladministration politique. Mais il faut aussi compter avec plusieurs mouvements qui travaillaient en marge de ces experts et parfois en collaboration avec eux à la promotion dautres moyens de répondre aux besoins des familles québécoises. Voyons en quoi ont consisté trois de ces mouvements.

16 Le mouvement populaire et communautaire Des comités de citoyens sintéressent à léconomie sociale et solidaire mouvement axé sur la démocratisation des services et laccès universel; démocratie directe plutôt que recours à lÉtat et à ses institutions groupes autonomes de service, par ex. : cliniques communautaires groupes dâge dor, fédérés en FADOQ depuis 1970 coopératives dhabitation garderies

17 La garderie populaire : un legs de ces luttes Un modèle : la garderie à but non lucratif « Lidéal des garderies populaires voulant que la garde des enfants devienne une responsabilité collective a fait son chemin. La création de lOffice des services de garde à lenfance [en 1980] témoigne de la volonté du gouvernement de simpliquer dans le développement des services de garde. De plus, conformément aux principes qui animaient les prometteurs des années 1970, lOffice entend privilégier le développement des garderies à but non lucratif et contrôlées par les parents. » G. Desjardins, Faire garder ses enfants au Québec… une histoire toujours en marche, Financement initial à partir des fonds pour le développement social et communautaire. Le recours à la notion de communautaire reste dans le développement de léconomie sociale et les CPE.

18 Le mouvement des femmes : à la recherche de légalité dans un monde en mouvement Un élément de la Révolution tranquille visible très vite Élection 1961; Code civil : LAFEAS est créée en 1966; fusion de deux organismes féminins : les CED (Cercles déconomie domestique) et lUCFR (Union catholique des femmes rurales). Création de la FFQ en 1966 Revendications : création de garderies dÉtat, parité salariale, abolition des termes « ménagère » et « mère nécessiteuse », etc.

19 Les enjeux et campagnes Égalité des droits Égalité professionnelle et équité salariale dans un monde économique et social en mutation Mesures anti-pauvreté et infrastructures sociales les garderies les services à domicile les prestations familiales «1997… le mouvement des femmes a joué un rôle important pour mettre de lavant lidée du financement par le gouvernement du Québec de certaines infrastructures sociales, afin de créer des emplois destinés surtout aux femmes dans un contexte où des besoins sociaux importants étaient non comblés, notamment dans le domaine des services à domicile. Un groupe de travail sur léconomie sociale a donc été formé et a proposé de créer un réseau dentreprises déconomie sociale dispensant des services dentretien ménager à des personnes ayant des incapacités physiques et cognitives. » Jetté et Vaillancourt, 2010

20 Le mouvement familial : défis constants, adaptation à lhistoire Un mouvement à consolider au début de la Révolution tranquille revitalisation au même moment et dans les mêmes conditions des deux autres mouvements des années 1960 plusieurs tendances et plusieurs stratégies pour contribuer à la modernisation du Québec

21 Un mouvement en partenariat actif Un État sans politique familiale jusquaux années 1980 Les trois temps de la politique familiale québécoise: Énoncé de politique familiale de 1987 : reconnaissance des familles nombreuses et priorité au soutien financier aux familles 1997 : Politique familiale axée sur le développement des services de garde éducatifs, Régime québécois dassurance parentale et Allocation unifiée pour enfants ciblée aux bas revenus Soutien aux enfants pour équilibrer le volet financier – depuis 2005

22 En conclusion

23 Dune modernisation à lautre Ces trois temps de la politique familiale coïncident avec les temps de laprès- Révolution tranquille Après le rattrapage il y a eu : la crise économique des années 1980… et un virage « communautaire » pour partager les coûts le néo-libéralisme jusquà la fin des années 1990 : un État limité linvestissement social et dans lenfant : le retour de lÉtat et des partenariats… mais autrement

24 Quest-ce que le « paradigme de linvestissement social »? Trois principes de base : 1.La sécurité (de revenu, sociale) est fonction de la capacité dapprentissage pendant tout le parcours de vie. 2.Lorientation est tournée vers lavenir. 3.La société, et non plus seulement les individus, jouira de tous les avantages dun système structuré par ce paradigme. Résultats politiques : « lactivation » des parents; une redistribution de revenus en allocations et en compléments de salaire; laccent est mis davantage sur « lenfant » que sur ses parents et sa famille.

25 Les conséquences de cette « deuxième modernisation » pour les familles? Un retour à lÉtat « moderne », mais sur des bases différentes : lÉtat a repris sa place… et même la élargie… pour les jeunes; le marché est repoussé en ce qui concerne certains services, … mais pas tous; les secteurs privé et communautaire ont leur place; mais lindividu aussi doit « faire sa part ». Les mouvements doivent se positionner pour retrouver une place.


Télécharger ppt "Les familles québécoises depuis la Révolution tranquille. Mutations sociales, mobilisation des mouvements, transformations politiques. Jane Jenson Département."

Présentations similaires


Annonces Google