La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Christophe LOPEZ Les cannes passent au moulin LA FABRICATION DU SUCRE Le suc (jus, vesou) se déverse dans un canot 1 ère chaudière (la Grande) + cendres.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Christophe LOPEZ Les cannes passent au moulin LA FABRICATION DU SUCRE Le suc (jus, vesou) se déverse dans un canot 1 ère chaudière (la Grande) + cendres."— Transcription de la présentation:

1 Christophe LOPEZ Les cannes passent au moulin LA FABRICATION DU SUCRE Le suc (jus, vesou) se déverse dans un canot 1 ère chaudière (la Grande) + cendres et chaux. Le feu purge en faisant monter les écumes quil faut enlever 2 e chaudière (la Propre): écume à nouveau + cendre, chaux, herbes… 3 e (le Flambeau) et 4 e chaudière (la Lessive): le vesou est purgé, disparition des écumes 5 e chaudière (le Sirop): le vesou épaissit et devient sirop quil faut écumer

2 Christophe LOPEZ Quand le sirop est purifié, il passe dans la batterie où il cuit à gros bouillons Épaissi, on y ajoute de la chaux et de lalun Le sucre retiré de la batterie est mis à reposer dans le rafraîchissoir jusquà ce que le grain se forme avec une croûte On le remue avec la pagalle, puis on le porte dans le canot à laide du bec-de-corbin Refroidi, on le met en barriques où il purge par des trous. Écumes et gros sirops sont dirigés vers la guildiverie (tafia)

3 Au temps des isles à sucre, Jacques DE CAUNA Purgerie = décantation du sucre dans des moules, afin de le débarrasser de la chaux et de la cendre (ajoutées au vésou avant la cuisson pour le purifier) Christophe LOPEZ

4 Au temps des isles à sucre, Jacques DE CAUNA Entrée en guerre des Français au côté des colons américains (guerre dIndépendance) Christophe LOPEZ

5 Siège de la Cie des Indes occidentales (créée en 1664 par Colbert) La Rochelle devient le 1 er port pour le commerce avec lAmérique Christophe LOPEZ

6 Culture Transformation Vente Pas de division du travail Concentration verticale (autarcie) DEPENSES DE LHABITATION 9% Matériel, outils 12% Bâtiments 13% Frais relatifs au sucre 12% Entretien atelier 28% Investissements (esclaves…)

7 LA VIE DU COLON BLANC La Grand-Case est rustique: ni tapisseries, ni vitres Les meubles sont en bois du pays (acajou) Leffort porte sur le service de table: couverts, porcelaines, argenterie Saladier aux esclaves, Musée du Nouveau-monde, La Rochelle Christophe LOPEZ

8 Journée-type: Lever avec le soleil, appel du matin devant sa porte Petit déjeuner, affaires courantes jusquau repas, fait manger les négrillons puis leur prière, leur catéchisme, visite aux malades, prière Courte sieste Tournée dinspection sur les plantations Tombée de la nuit, gestion 05:30 07:30 14:30 16:30 17:30 Repas frugal (pain, confitures) 19:00 Heure maximale du coucher 21:00 Le maître surveillant les travaux des champs, deuxième moitié du XIXe siècle, Lithographie en couleurs, 0,455 m X 0,60 m, Musée du Nouveau monde, La Rochelle. Christophe LOPEZ

9 Rares distractions: Promenades, visites aux voisins, réceptions, « redoutes » (bals organisés par les femmes de couleur) Le régisseur remplace le propriétaire lorsquil est absent : Jean-Baptiste Renard (il touche 10% du revenu brut) : Pierre Rasseteau, ancien économe et cousin des Fleuriau Il meurt empoisonné : Michel-Joseph Leremboure EMPLOYES BLANCS Christophe LOPEZ

10 Après 1786, les fonctions sont dissociées: PROCUREURGERANT Marchandises, vivres, achats Comptabilité, justice 1 à 3 visites par mois Réside en ville 3% revenu brut Exploitation agricole Michel-Joseph LEREMBOURE puis son fils Augier-Marie Jean-Baptiste ARNAUDEAU, cousin Fleuriau Vit sur lhabitation Gère les esclaves 7% du revenu brut, logement, domestiques, vin, farine

11 Autres employés blancs: - Économe (surveille, compte les esclaves…): reste peu ou décède Salaire entre 800 et Livres/an - Raffineur: mieux payé - Guildivier: payé 1/6 e du rhum produit De nombreux Blancs ont des difficultés à se placer: « la colonie regorge de monde » Beaucoup darrivants de France succombent aux maladies - Chirurgien: souvent très jeune et moins efficace que les guérisseurs noirs Salaire environ Livres/an - Vétérinaire: tournées de 500 Livres/an/habitation abonnée - Charpentier, maître-maçon, artiste peintre, apothicaire, sage-femme…

12 Origine souvent chrétienne de leurs noms: - Prénoms composés: Jean-Charles, Pierre-Louis, Marie-Jeanne, Anne-Flore.. - Diminutifs: Catiche, Zabeth, Nanette, Guilou, Bibianne, Jaquette… - Calendrier: Noël, Toussaint, Janvier, Samedy… - Origine: Catherine Aoussa (Afrique), Rosette Léogane (Haïti), Zabeth Petit- Bois (quartier)… - Fonction: Jean Charron, Pierre Café… - Physique: Grand-André (le + âgé)… - Traversée: Jolicoeur, Tempête… - Littérature: Périne, Nérestan (Voltaire) - Thème: Azor, Polidor, Mentor, Castor… - Mythologie: Neptune, Bacchus, Diane.. LES ESCLAVES Christophe LOPEZ

13 Macabre Passavoir Betacorne Lanclume Dément Grossepièce Lavidange Vulgaire Malcousu Comestible Nègrobar Zéro Satan Gros- désirs Pasbeau Gouacide Crétinoir Lavable Prout Trouabal EXEMPLES DE « NOMS DE LA HONTE »

14 « Nations » des Africains: Guinéens (Aradas: groupe le + nombreux) Soudanais (Bambaras) Les créoles représentent Les 2/3 des esclaves en 1789 Bantous (Congos: + du 1/3 des esclaves de St-Domingue vers 1800) Christophe LOPEZ

15 20-40 ans: population utile 135 hommes et 121 femmes Mortalité infantile: « Mal de mâchoire » = tétanos infantile effort des conditions daccouchement (en ville, formation) encouragement des familles nombreuses (concubinage) pour renouveler la main dœuvre

16 Un esclave vaut entre et livres, selon lâge et le sexe hommes ans Paiement souvent en sucre Pas de trace détampage Ils travaillent au bout de 6 mois adolescents ans (négrillons) par petits groupes (douzaine) au printemps (pour acclimatation) NOUVEAUX ESCLAVES (Bossales) Christophe LOPEZ

17 HIERARCHIE AU TRAVAIL Nègres hors culture: domestiques, ouvriers, gardiens, à lhôpital Nègres de jardin ou de pioche (60 à 80 bossales) Esclaves à talent (Créoles): sucriers, cabrouetiers, maçons, charpentiers… Commandeur Promotions sociales (ancienneté)/ punitions Hiérarchie en fonction de lâge: Enfants, vieillards gardiennage Christophe LOPEZ

18 Femme mulâtre de la Martinique, accompagnée de son esclave, LACHAUSSEE Jeune, 1805, daprès Jacques GRASSET DE SAINT-SAUVEUR ( ), Gravure coloriée, tirée de la série Amérique Septentrionale-Possessions françaises, 11,9 cm X 8,6 cm, Musée dAquitaine, Bordeaux. Un planteur entêté, extrait du journal La Caricature, vers , Lithographie, 26,5 cm X 20 cm, Musée dAquitaine, Bordeaux. 1 métis sur 2 est qualifié 1 créole sur 5 1 africain sur 7 Christophe LOPEZ

19 JOURNEE DUN ESCLAVE 05:30 Appel par la cloche ou lambi, prière, déjeuner 07:00 Déjeuner dans les champs, travail en ligne 12:00 Pause 14:00 Changement de champ 17:30 Coucher du soleil, retour avec du bois et de lherbe Soir Bref repas, prière, appel Dimanche: travail sur le lopin particulier (nourriture de base bananes, patates, igname, riz, mil Christophe LOPEZ

20 - Nègres de jardin (village de 28 cases) VIE QUOTIDIENNE Hiérarchie dans lhabitation (environ 60 cases pour 250 à 300 esclaves): Danse, combats de coqs, contes (« Cric-Crac »), histoires de loups-garous et de zombis… - Privilégiés: domestiques (près de la Grand-Case) - Esclaves à talent (12 cases) - Commandeur (à lentrée, assez loin) Christophe LOPEZ - Plus loin encore, ceux quil faut isoler: bossales, « pianistes » Scorbut,« mal destomac » (carences), « fièvres »,dysenterie,pleurésie, « verrette » (variole),gale,chiques, MALADIES 15% environ meurent de vieillesse (63 ans en moyenne) Christophe LOPEZ

21 LE MARRONNAGE Marron: esclave en fuite Sanctions (Code Noir): oreilles coupées, fleur de lys sur lépaule, jarret coupé, mort Beaucoup sont repris (méconnaissance du pays, poursuite par des créoles) Grand marronnage: fuir lesclavage 3 cas en 10 ans Petit marronnage: se cacher temporairement après une faute Geôle en ville (il faut payer pour en retirer lesclave) Souvent âgés, rarement des nègres de jardin ou des bossales

22 FORTUNE A LA MORT DAIME- BENJAMIN FLEURIAU Livres ST-DOMINGUE: Lhabitation + les maisons de Port-au-Prince LA ROCHELLE: Une demi-douzaine de maisons au centre dont lhôtel particulier de lactuel Musée du Nouveau-Monde La terre et seigneurie de Touchelongue Une douzaine de cabanes dans les marais Une vingtaine de lots de marais salants (Ré) Diverses rentes, créances, arriérés, argenterie, équipages, mobilier…. Barriques de sucre

23 La veuve Fleuriau prend la suite des affaires aidée par ses fils Aimé-Paul, POLITIQUE Louis-Benjamin, homme de science SCIENCE Christophe LOPEZ Aujourdhui, la propriété Fleuriau appartient en majeure partie à M. Bernard Odéide, descendant du général Tancrède Auguste (président) Elle est toujours plantée en cannes, qui alimentent lusine sucrière de la HASCO (Haytian and American Sugar Company) à Chancerelles, qui occupe lemplacement de lancien quartier des esclaves

24 Christophe LOPEZ

25

26

27 BIBLIOGRAPHIE: quelques pistes - Travaux du GEREC-F, LAmérique des plantations, La casa grande brésilienne et lhabitation antillaise du XVIIe siècle au XVIIIe siècle, : pour les relations entre esclaves et les différentes hiérarchisations au sein dune habitation.www.potomitan.info/travaux/plantations.html - Site du CNDP Le système esclavagiste colonial, Traite négrière, esclavages et abolitions, : pour liconographie adaptée au niveau scolaire mais aussi pour les courtes videos. - Esclavage, système esclavagiste et traite négrière, Christian Delacampagne, : pour des statistiques concernant la traite transatlantique. - Le sucre: histoire et géographie dun esclavage, Article de Marcel Dorigny, 30 mai 2000, : pour une approche du sujet à travers un produit devenu courant. - Journal de lîle de la Réunion, le quotidien dinformations, Esclaves chez Mme Desbassayns, : pour une létude dune habitation, son fonctionnement. - Atlas des esclavages, Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Edition Autrement, Collection Atlas/Mémoires, décembre 2007 : classique incontournable (cartes, textes, graphiques mais aussi, et surtout, les Codes noirs). - : pour une visite guidée interactive de lhabitation mais aussi de la colonie.www.lesanneauxdelamemoire.com - : pour le plan dune habitation.www.kapeskreyol.potomitan.info - Quatrième conférence du CM 98 (Comité Marche du 23 mai 1998), Linstitut des Français descendants desclaves, : pour les détails sur la vie quotidienne et le désir de liberté des esclaves.www.cm.org - Lesclavage par limage, : pour les nombreuses gravures, désormais dans des musées différents mais réunies ici.www.comite-memoire-esclavage.fr ICONOGRAPHIE, SITOGRAPHIE: quelques pistes - Au temps des isles à sucre, Histoire dune plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Jacques de Cauna, Editions Karthala, 2003: pour une étude de cas très précise avec chiffres, tableaux et iconographie. - La documentation photographique n°8032, Les traites négrières, Olivier Pétré-Grenouilleau, 2003, : pour une vision globale mais aussi les ressources iconographiques.www.ladocumentationfrancaise.fr - Vingt-et-un jours dhistoire, Daniel Vaxelaire, 2005, Edition Orphie: pour une approche pédagogique et illustrée de lesclavage dans les Antilles Christophe LOPEZ - Conférence du CVUH (Comité de vigilance face à lutilisation publique de lhistoire), Enseigner lhistoire des traites négrières, de lesclavage, des résistances et des abolitions, : pour une approche pédagogique de la question, les questions à se poser en tant quenseignant. - « Les noms de la honte, une séquence occultée de lesclavage », Réforme, n°3303, 15 janvier 2009,: pour lhistoire des patronymes ridicules des Antilles que les maîtres ont infligé aux esclaves lors de leur affranchissement.

28 BIBLIOGRAPHIE HISTOIRE DU SUCRE HISTOIRE DU SUCRE, Jean MEYER, Editions Desjonquières, 1989 LE SUCRE Une histoire douce-amère, Elizabeth ABBOTT, Fides, 2008 AU TEMPS DES ISLES A SUCRE, Histoire dune plantation de St-Domingue au XVIIIe siècle, Jacques DE CAUNA, Edition Karthala, 2003 LES ENGAGES DU SUCRE, Michèle MARIMOUTOU-OBERLE, Océans éditions, 1999 BOIS-ROUGE, Une sucrerie réunionnaise, 2006 QUARTIER FRANÇAIS, Une histoire réunionnaise de 1923 à aujourdhui, Félix TORRES, Océans éditions, 2003 CANNA CRIOLA, François-Louis ATHENAS, Océans éditions, 2001 (photographies NB) HISTOIRE DUNE PASSION…, Le sucre de canne à La Réunion, Sudel FUMA, Océans éditions, 2002 XVIe-XVIIIe siècles Christophe LOPEZ


Télécharger ppt "Christophe LOPEZ Les cannes passent au moulin LA FABRICATION DU SUCRE Le suc (jus, vesou) se déverse dans un canot 1 ère chaudière (la Grande) + cendres."

Présentations similaires


Annonces Google