La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lésions élémentaires des blessés par balles durant la révolution tunisienne: Expérience du centre de traumatologie de Ben Arous A,Abidi, D.Alifa, MA,Chaabouni,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lésions élémentaires des blessés par balles durant la révolution tunisienne: Expérience du centre de traumatologie de Ben Arous A,Abidi, D.Alifa, MA,Chaabouni,"— Transcription de la présentation:

1 Lésions élémentaires des blessés par balles durant la révolution tunisienne: Expérience du centre de traumatologie de Ben Arous A,Abidi, D.Alifa, MA,Chaabouni, M.Marouf, L.Rezgui Marhoul Service de radiologie CTGB Ben Arous

2 Introduction Les blessures par balles constituent un motif rare de consultations à nos urgences. Nous avons été amenés durant les évènements de janvier 2011 à prendre en charge 100 victimes de traumatismes balistiques. On propose de partager lexpérience du centre de traumatologie et des grands brulés de Ben Arous dans la prise en charge des blessés amenés à nos urgences et de discuter lapport des différents moyens dimagerie dans le bilan lésionnel complet.

3 Matériels et méthodes Etude rétrospective à propos de 100 patients vus aux urgences du centre de traumatologie et des grands brulés de Ben Arous durant le mois de janvier 2011, Tous nos patients ont été explorés par des radiographies standard, Un scanner multi barettes (16 barettes) a été réalisé aux différents étages chez 44 de nos patients, Les patients acheminés directement au bloc, les patients évadés et les patients décédés aux urgences ne sont pas inclus dans cette étude,

4 Résultat Patients âgés entre 17 et 55 ans avec une moyenne de 35 ans, Nette prédominance masculine ( n=80), Des civiles, des militaires, des policiers et des évadés de prison ont été engagés durant cette révolution, Les fractures des membres inferieurs ont été constatés dans la majorité des cas, Les lésions à létage cérébral consistent essentiellement en des fractures du massif facial, de la voute et des hématomes intra et extra axiaux, A létage thoracique, des lésions parenchymateuses et pariéto pleurales ont été essentiellement constatées avec quelques lésions médiatisnales,

5 Résultat Les lésions abdominopelviennes sont particulièrement graves avec une mortalité élevé essentiellement dans un tableau d état de choc septique ou hémorragique, Des lésions vasculaires des membres ont été constatées chez 6 patients dont une fistule artério veineuse, Des hématomes pariétaux et des débris métalliques dans tous les cas, Les associations lésionnelles ne sont pas exceptionnelles,

6 Etage cérébral

7 8 de nos patients Scanner multi barettes en fenêtre parenchymateuse et osseuse sans injection de produit de contraste, Débris métalliques dans tous les cas, Fractures du massif facial dans 4 cas avec hémosinus, Fractures de la voute dans 3 cas, Hémorragie méningée dans 5 cas avec hématomes intra parenchymateux, Pneumo encéphalie dans 5 cas, Aucune lésion intra parenchymateuse dans 1 cas, 4 patients intubés et ventilés tous décédés,

8 Orifice dentrée antérieure Absence dorifice de sortie La balle se situe dans le sinus sphénoïdal Fractures de léthmoide et de los sphénoïde

9 Aucune lésion parenchymateuse chez ce patient

10 Femme de 36 ans victime dune agression par arme à feu: coupes axiales de TDM cérébrale SPC a: HSD pariétal gauche avec hématome du cuir chevelu siège de débris métalliques, b: hémorragie méningée frontale gauche a b

11 c corp Corps étranger intra orbitaire, Pneumo encépahalie frontale gauche Fracture frontale gauche,

12 Etage cervical

13 9 de nos patients, Radiographies du rachis dans 7 suivies de TDM dans 4cas, TDM demblée dans 2 cas 1 cas de tétraplégie en rapport avec une lésion médullaire Dans trois cas fractures vertébrales dont 1 fracture de C1 avec lésion de lartère vertébrale droite, Débris métalliques sans lésion osseuse dans 6 cas

14 Patient tetraplégique victime dune agression par arme à feu, Factures mandibulaire et de la masse latérale droite de C1

15 Lésion de lartère vertébrale droite

16 Etage thoracique 19 de nos patients 11 cas de lésions pleurales et parenchymateuses, 4 cas de lésions médiatisnales associées, 13 cas de fractures costales, 3cas de fractures vertébrales Dans 6 cas débris métalliques et hématomes de la paroi sans lésion associée,

17

18 Les lésions sont souvent bilatérales

19 Epanchement péricardique

20 Hématome de la paroi thoracique Hématome lingulaire avec lésions bronchiques et pneumatocéles Verre dépolie en rapport avec de lhémorragie alvéolaire

21 Séquelles post opératoires dun traumatisme par arme à feu

22 Etage abdominopelvien 18 patients, 8 traumatismes pénétrants Le bilan lésionnel comportait: Un hémopéritoine dans 6 cas Une lésion dun organe plein dans 4 cas Une perforation dun organe creux dans 2 cas Fractures du bassin et du rachis lombaire dans 6 cas Lésion vésicale dans 2 cas Dans 4 cas association dun traumatisme abdominal pénétrant avec une lésion thoracique ou du membre inférieur, Les lésions à cet étage sont particulièrement graves

23 Hématome sous péritonéal en rapport avec une lésion de lartère iliaque interne avec saignement actif

24 Fractures des deus branches ischio pubiennes

25 Débris de plomb dans le muscle psoas gauche

26 Orifice dentrée: cuisse gauche Pas dorifice de sortie Lésions du rectum et de la vessie avec multiples débris métalliques en intra pelvien

27 Les lésions vasculaires

28 Lésion de lartère thoracique latérale gauche sans saignement actif visible

29 Lésions des trois artères jambières

30 Lésions de lartère et de la veine iliaques gauches avec fistule artèrio veineuse,

31 Lésions osseuses périphériques

32 Représentent les lésions les plus fréquentes, 14 cas de lésion des membres supérieurs, 18 cas de lésions bilatérales,

33 Discussion

34 Calibre= diamètre du projectile, La vitesse initiale dépend: De larme qui la tire, De la charge de poudre

35 Discussion Le comportement balistique dun projectile en milieu homogène mou, tel que le muscle vivant, est relativement bien défini, Chaque agent vulnérant est ainsi caractérisé par: une onde de choc sonique transmise par limpact et précédant le passage du projectile une zone dattrition résiduelle dite zone de cavitation permanente (crushing), faite de tissus broyés définitivement détruits, de dimensions variables proportionnelles au pouvoir vulnérant de chaque projectile, un phénomène de cavitation temporaire plus ou moins important correspondant à un refoulement tissulaire élastique bref de lordre de quelques millisecondes et très brutal (stretching).

36 Discussion Neck=trajet initial du projectile

37 Lassociation des phénomènes de cavité permanente et temporaire, variable en fonction des propriétés balistiques de lagent vulnérant permet de définir pour chaque type de projectile : un profil lésionnel ou « wound profile », en milieu homogène mou

38 Selon lélasticité des tissus traversés, la cavitation temporaire sera complètement absorbée ou destructrice: un tissu peu élastique (riche en eau): foie, rate, reins, estomac et vessie en réplétion namorti pas et éclate, un tissu élastique: poumon, estomac et vessie vides riches en air, muscle amorti et est traversé los: peut dévier le projectile, transmettre lénergie ou se fracturer et constituer des projectiles secondaires

39 Ainsi la connaissance des éléments balistiques permet danticiper les lésions à rechercher en tenant compte: du projectile de lorifice dentrée e n incluant dans lexploration les régions adjacentes, Par exemple, en cas de plaie thoracique par balle il faudra rechercher des lésions: de la paroi thoracique de la plèvre du parenchyme pulmonaire et abdominales

40 Discussion Les radiographies standard sont incontournables, Mise en évidence et localisation des corps étrangers, Diagnostic et suivi des lésions osseuses, Diagnostic des épanchement pleuraux,

41 Discussion Le scanner – Localisation des fragments de métaux, – Permet localisations et nombre de trajets, – Identifie les structures touchées, – Identifie les lésions mortelles. La lecture est limitée par les artefacts métalliques

42 Le protocole dexploration TDM comprend plusieurs acquisitions: Scoout view: visualisation du projectile

43 Etage cérébral : Acquisition en fenêtres parenchymateuse et osseuse, Possibilité de reconstructions, Injection nécessaire si doute sur une lésion vasculaire, Les lésions sont souvent sévères et engagent le pronostic vital, Etages thoracique et abdominopelvien: 1.abdomen pelvis sans IV (sang, petits plombs) 2.Thorax abdomen pelvis après IV de PC : au temps artériel: saignement actif au temps portal: lésions des organes pleins au temps sécrétoire (10min): en cas de lésions des voies urinaires Angioscanner si on suspecte une lésion vasculaire,

44 Léchographie nest pas indiquée dans le contexte durgence balistique. LIRM est contre indiquée car les balles pourraient contenir du matériel ferromagnétique.

45 Conclusion Les lésions traumatiques balistiques varient en fonction du projectile utilisé et des tissus traversés. La connaissance des éléments balistiques permet danticiper les lésions à rechercher en tenant compte: du projectile, de lorifice dentrée et en incluant dans lexploration les régions adjacentes. Le bilan lésionnel repose essentiellement sur les données du scanner qui permet de réaliser un bilan précis, permet déviter des gestes chirurgicaux non thérapeutiques et aide à la surveillance du patient.


Télécharger ppt "Lésions élémentaires des blessés par balles durant la révolution tunisienne: Expérience du centre de traumatologie de Ben Arous A,Abidi, D.Alifa, MA,Chaabouni,"

Présentations similaires


Annonces Google