La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. 2 Coopérative Mutuelle Association LESS se compose des activités économiques développées par les entreprises dont le statut juridique est une : DEFINITION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. 2 Coopérative Mutuelle Association LESS se compose des activités économiques développées par les entreprises dont le statut juridique est une : DEFINITION."— Transcription de la présentation:

1 1

2 2 Coopérative Mutuelle Association LESS se compose des activités économiques développées par les entreprises dont le statut juridique est une : DEFINITION La définition par les statuts juridiques permet de garantir un projet et des principes de fonctionnement

3 Gouvernance démocratique: dirigeants élus et instances de décisions collectives selon le principe « une personne = une voix » Lucrativité individuelle encadrée (ou lucrativité limitée) Impartageabilité des réserves Double qualité des personnes : une personne est à la fois bénéficiaire du bien ou des services produits (salariée/usager/cliente) et promotrice du projet (associée, sociétaire ou adhérente) Liberté dadhésion Gestion autonome et indépendante des pouvoirs publics LES PRINCIPES DAPPLICATION DE CES TROIS FORMES DENTREPRISES

4 Un projet de Loi en débat au parlement Evolution du périmètre

5 Et toute société commerciale respectant les exigences suivantes : la poursuite dun but autre que le seul partage des bénéfices ; une gouvernance démocratique ; une orientation des bénéfices majoritairement consacrée à lobjectif de maintien ou de développement de lactivité de lentreprise ; Deux règles dencadrement de la répartition de ses bénéfices (mise en réserves et pour les actionnaires) le principe dimpartageabilité de réserves obligatoires.

6 Quelques enseignes

7 7 Définition générale de lESS La banque Le logement et lhabitat Lassurance Linsertion Lindustrie Les services Le BTP La distribution Le tourisme La santé Lagriculture Léducation populaire Le social La communication et les médias Linformatique Les services à la personne Le sport La culture La solidarité internationale ….. Tous les secteurs dactivité peuvent être investis par léconomie sociale et solidaire LESS représente salariés et établissements employeurs en Rhône Alpes

8 8 Les structures de lESS agissant pour linclusion Les associations œuvrant dans les champs suivants : - Handicap (intégration, éducation, insertion professionnelle, formation, loisirs…) - Logement (urgence, foyers de jeunes travailleurs, familles à faibles revenus) - Insertion par lActivité Economique (Entreprises dinsertion, etc.) - Formation (langue, métiers, etc.) - Aide à la famille (conseils, accompagnement, etc.) - Santé (centre de soins, de rééducation, etc.) - Animation (vie avec les habitants de quartier) - Tourisme, sport et loisirs - Culture - … Les mutuelles oeuvrant dans les champs suivants : - La protection sociale (complémentaire santé et centre de soins) - Les fondations : Laide financière aux associations et

9 9 Le rôle des usagers et bénéficiaires dans les structures de lESS La démocratie économique (place des usagers, des salariés et des pouvoirs publics dans lentreprise et sur le territoire) Le principe de double qualité (être à la fois bénéficiaire du service et producteur de ce même service) Lengagement (bénévolat, coopérateurs, sociétaire) La cohésion sociale (accès aux droits fondamentaux, solidarité, projets collectifs) Tout cela ne peut fonctionner que si les parties prenantes prennent leur place dans la gouvernance et la gestion de ces projets.

10 Au quotidien et en chiffres 10 Des entreprises actrices du quotidien S'associer Coopérer Mutualiser

11 11 Intégration, insertion, participation... et inclusion Appréhender les complexités de ces notions - Lémergence de la notion (et du terme) inclusion annonce-t-elle un changement conceptuel laissant entrevoir de nouvelles perspectives, notamment dans le monde du handicap ? - Ces glissements sémantiques sont-ils accompagnés de changements... Théoriques ? Pratiques ? Sociaux ? Sociétaux ?

12 12 Avant linclusion...lintégration et linsertion Auparavant, les questions portaient plus sur « lintégration et linsertion ». Cependant, linsertion (latin in sere : introduire dans) reste moins ambitieuse que lintégration (latin integrare : renouveler, rendre entier). Linsertion est un concept normatif : il part des exigences de la société ordinaire et sappliquent à des personnes spécifiques et à des besoins spécifiques. Les personnes qui ne peuvent répondre à ses exigences sociales sont de fait condamnées à une institutionnalisation massive.

13 13 De linsertion à la participation sociale La participation sociale est un concept dynamique, qui a pour qualité de ne fixer aucun seuil, qui na de fait pas dexigence particulière. Elle ouvre des possibilités et sadapte également aux possibilités de la personne. Ainsi, les façons de participer sont multiples, non cloisonnées : sociales, relationnelles, culturelles, professionnelles, etc. Le passage de linsertion à la participation sociale nest pas que sémantique : il est rendu possible par un changement radical dattitude de nos sociétés à légard des personnes en situation de handicap. Cest censément la doctrine de linclusion

14 latin : inclure = includere soit enfermer « action d'inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action » Notion développée par le sociologue allemand Niklas Luhmann ( ) dans une optique systémique, cest-à-dire une compréhension macro-sociétale. Linclusion ne coule pas de source. Auparavant, les infirmes (catégories de lépoque) ne relevaient même pas de léthique, ce qui veut dire quils nétaient pas inclus dans lordre humain, et quils relevaient de phénomènes infra humains, comme des créatures (animalité/humanité mixée). Ils étaient de fait en situation dexclusion totale, soit linverse complet de linclusion. Un peu dhistoire !

15 15 La notion dinclusion « La société inclusive représente une société qui adapte ses fonctionnements et ses conditions de vie, pour inclure ses différentes composantes et leur permettre de vivre ensemble, en bénéficiant du même corpus de droits. » LOUBAT Jean-René, psychosociologue Pour penser cette doctrine de linclusion, il convient de repenser le concept dautonomie. Plus précisément den penser la nécessité. En effet, lautonomie est-elle vraiment fondamentale pour participer socialement ? Sommes-nous réellement autonome ? La complexité de la société est grandissante et nous pouvons clairement en douter. Les dépendances se développent : dépendants de linformatique, des NTIC, des transports en commun, des réparateurs, etc.

16 16 La notion dinclusion "L'inclusion sociale consiste à faire en sorte que tous les enfants et adultes aient les moyens de participer en tant que membres valorisés, respectés et contribuant à leur communauté et à la société... Cinq pierres angulaires ont été identifiées : la reconnaissance valorisée, les opportunités de développement humain, l'implication et l'engagement, la proximité, le bien-être matériel." Laidlaw Foundation (Toronto, Canada)

17 17 Quelques lectures pour penser linclusion… LUHMANN Niklas, Social system, Stanford University Press, KARTZ Saul, Lexclusion, définir pour en finir, Dunod, RAVAUD J.F & STIKER H.J, Les modèles de linclusion et de lexclusion à lépreuve du handicap, Revue Handicap, WEBER, NOREAU & FOUGEYROLLAS, Lévaluation de la participation sociale et de la situation de handicap en travail social, Revue Handicap, 2004.

18 18 Merci pour votre écoute… passons au travail !


Télécharger ppt "1. 2 Coopérative Mutuelle Association LESS se compose des activités économiques développées par les entreprises dont le statut juridique est une : DEFINITION."

Présentations similaires


Annonces Google