La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Capitalisme dEtat?. Pourquoi parle-t-on de capitalisme dEtat aujourdhui? Et dabord que faut-il entendre par là?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Capitalisme dEtat?. Pourquoi parle-t-on de capitalisme dEtat aujourdhui? Et dabord que faut-il entendre par là?"— Transcription de la présentation:

1 Capitalisme dEtat?

2 Pourquoi parle-t-on de capitalisme dEtat aujourdhui? Et dabord que faut-il entendre par là?

3 Aujourdhui, surtout « le modèle chinois » opposé au « capitalisme de marché ». Ian Bremmer (président de Eurasia Group): « Dans ce système, les gouvernements utilisent divers types dentreprises nationalisées pour gérer lexploitation des ressources quils considèrent comme étant les plus précieuses de lEtat, ainsi que pour créer et maintenir de nombreux emplois. Ils utilisent un petit groupe dentreprises privées pour dominer certains secteurs économiques. Ils utilisent des fonds soi-disant souverains pour investir lexcédent budgétaire afin doptimiser les profits de lEtat. » Dans ces trois cas, lEtat utilise les marchés pour générer de la richesse: les responsables politiques font alors usage de cette richesse comme bon leur semble. Et dans ces trois cas, la finalité de laction nest pas économique (optimiser la croissance) mais politique (optimiser le pouvoir de lEtat et les chances de survie du parti). Cest une forme de capitalisme, mais un capitalisme bien particulier: lEtat demeure lacteur politique le plus important, et il utilise les marchés à des fins principalement politiques. » (In The End of Free Market)

4 Pourquoi on en parle Parce que le « capitalisme de marché » (Consensus de Washington) est en crise. David Rubenstein, co-fondateur de Carlyle Group, au Forum économique mondial de Davos: « Nous devons surmonter ces problèmes. Si nous ny parvenons pas, dans trois ou quatre ans (…) le type de capitalisme auquel nombre dentre nous sommes habitués, et que nous considérons comme le meilleur modèle, aura rendu les armes. » Quest-ce que le Consensus de Washington, et quels sont ses problèmes?

5 Consensus de Washington Formule utilisée par léconomiste John Williamson dans un papier de 1989, « What Washington Means by Policy Reform ». Résume les prescriptions déconomie politique du FMI, de la Banque Mondiale et du Département du Trésor américain. Comprend dix commandements: -Une stricte discipline budgétaire -Réorientation des dépenses publiques vers des secteurs à fort retour économique sur investissement et contre les subventions dites « indiscriminées » afin de privilégier les services pro-croissance et pro-pauvre -Réforme fiscale (élargissement de lassiette fiscale et réduction des taux marginaux) -Libéralisation des taux dintérêt -Taux de change unique et compétitif -Libéralisation du commerce extérieur -Elimination des barrières aux IDE -Privatisation des monopoles ou participation aux entreprises par lEtat -Déréglementation des marchés par labolition des barrières à lentrée comme à la sortie -Protection de la propriété privée, dont la propriété intellectuelle

6 Les Cibles LIndustrialisation pour la Substitution aux Importations au Sud La politique industrielle au Nord (Europe en particulier) LEtat La « fermeture » des économies nationales

7 Application: dabord en Amérique latine CHILI sous Augusto Pinochet (ami de Margaret Thatcher et Ronald Reagan) Raison: la « décennie perdue » (Années 80). La dette coûtait à lAL 25 milliards de dollars en moyenne en flux vers le Nord Recettes: -De ISI à la promotion à tout prix des exportations (devises) -Coupes dans les secteurs dits « non productifs » (éducation, santé, logement, aide sociale). Dépenses transférées à la société civile -Privatisations et licenciements -Ouverture des frontières; corollaires: Importations massives (classes supérieures et moyennes), exportations de produits à faible valeur ajoutée (agricoles notamment, avec concentration des terres entre les mains dentreprises « performantes »); baisse des salaires pour booster les exportations manufacturières; baisse du pouvoir dachat et de la demande intérieure, aggravée par la chute des industries nationales consécutives à la diminution des tarifs douaniers; cycle de faillites et de licenciements et de baisse continue de la demande intérieure. -IDE dirigés essentiellement vers les entreprises privatisées (pas de création dentreprises); environ 40% des investissements sont dailleurs spéculatifs -LAmérique latine devient le continent des inégalités. La pauvreté passe de 41% en 1980 à 45% en Croissance des emplois à un taux de 84% dans le secteur informel entre 1990 et 1995 (OIT)

8 Mais au moins… « Jai toujours dit aux Boliviens, depuis le début, que vous avez là une économie pauvre et misérable avec de lhyperinflation. Si vous êtes courageux, si vous avez du cran et des nerfs et que vous faites tout comme il se doit, vous aurez une économie pauvre et misérable avec des prix stables. » Jeffrey Sachs, thérapie de choc néolibérale. Question: où vont les profits dégagés grâce à la stabilité des prix?

9 Analysons ceci La thérapie de choc a « réussi » en Pologne et en Tchécoslovaquie; elle a détruit léconomie de la Russie; elle na pas été appliquée par la Chine Le capitalisme dEtat prend forme

10 Afrique et autres pays sous ajustement Constat déchec dès la fin des années 90. Jeffrey Sachs qualifie le Consensus de « duperie » et appelle à un vrai « partage des responsabilités entre les riches et les pauvres ». Joseph Stiglitz, Prix Nobel déconomie et vice- président de la BM, démissionne en 2000 et dénonce des « solutions archaïques et inadaptées sans tenir compte des effets quelles auraient sur les habitants des pays ». (Concentre ses critiques dans La Grande désillusion, 2003). Recherches dalternatives (Consensus de Monterrey en 63 points, les altermondialistes) qui sont des voies mixtes entre « capitalisme de marché » et socialisme Changement de paradigme: les marchés apparaissent en même temps comme une force et comme un danger

11 Evolution 2007: le Rapport mondial annuel sur le développement de la Banque Mondiale reprend les conclusions de Stiglitz et prône lintervention de lEtat dans la mise en place dune politique agricole Retour de la question de la politique industrielle dans les débats: influence des résultats obtenus par les BRICS, en particulier la Chine et le Brésil Redéfinition du rôle de lEtat

12 On va vers un nouveau consensus Sera-t-il plus favorable à lAfrique?


Télécharger ppt "Capitalisme dEtat?. Pourquoi parle-t-on de capitalisme dEtat aujourdhui? Et dabord que faut-il entendre par là?"

Présentations similaires


Annonces Google