La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Georges Bataille ( 1897 à Billon (Puy-de-Dôme)-1962 à Orléans) un des écrivains les plus importants de son siècle (Michel Foucault, O.C. I, p. 5). Auteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Georges Bataille ( 1897 à Billon (Puy-de-Dôme)-1962 à Orléans) un des écrivains les plus importants de son siècle (Michel Foucault, O.C. I, p. 5). Auteur."— Transcription de la présentation:

1 Georges Bataille ( 1897 à Billon (Puy-de-Dôme)-1962 à Orléans) un des écrivains les plus importants de son siècle (Michel Foucault, O.C. I, p. 5). Auteur de romans, de poèmes, d essais critiques relatifs à la littérature, la philosophie, la sociologie, la psychanalyse, lhistoire des religions, léconomie, la politique, lesthétique… Ami de nombre décrivains, dartistes et dintellectuels de notre siècle : Masson, Leiris, Blanchot, Masson, Queneau, Jean Wahl, Kojève, Klossowki, Caillois… Fondateur de Critique, il a eu une influence majeure sur le groupe Tel Quel. Sartre, Blanchot, Barthes et Derrida lui ont consacré des études.

2 Histoire de lœil, Madame Edwarda, Le bleu du ciel, Labbé C.(romans) ; La somme athéologique (Lexpérience intérieure, Sur Nietzsche…) (œuvres philosophiques) ; La part maudite (œuvre économico-philosophique) ; Lascaux ou la naissance de lart, La littérature et le mal (œuvres esthétiques), Lérotisme, Les larmes dÉros (œuvres anthropologiques). édition critique des œuvres complètes de Georges Bataille en douze tomes chez Gallimard (à peu près 7000 pages). Michel Surya, Georges Bataille, la mort à l œuvre, Gallimard, 1992.

3 Histoire de lœil (1928) sous le pseudonyme de Lord Auch Mais une fois arrivés à notre place auprès de Sir Edmond, là où devait sasseoir Simone, en plein soleil, on trouva une assiette blanche sur laquelle deux couilles épluchées, glandes de la grosseur et de la forme dun œuf et dune blancheur nacrée, à peine rose de sang, identique à celle du globe oculaire : elles venaient dêtre prélevées sur le premier taureau… (O. C. I, p. 54)

4 Illustrée par André Masson En peu dinstants je vis, premièrement, Simone mordre à mon effroi dans une des couilles crues, puis Granero savancer vers le taureau en lui présentant le drap écarlate enfin, à peu près en même temps, Simone, le sang à la tête, avec une impudeur suffocante, découvrir de longues cuisses blanches jusquà sa vulve humide où elle fit entrer lentement et sûrement le second globule pâle

5 Granero renversé par le taureau et coincé contre la balustrade ; sur cette balustrade les cornes frappèrent trois coups à toute volée, au troisième coup une corne défonça lœil droit et toute la tête. Un cri dhorreur immense coïncida avec un orgasme bref de Simone qui ne fut soulevée de la dalle de pierre que pour tomber à la renverse en saignant du nez et toujours sous un soleil aveuglant ; on se précipita pour transporter à bras dhomme le cadavre de Granero dont lœil droit pendait hors de la tête. (O.C. I, p. 56)

6

7 La part maudite (1949), O.C., VII lorganisme vivant, dans la situation que déterminent les jeux dénergie à la surface du monde, reçoit en principe plus dénergie quil nest nécessaire au maintien en vie : lénergie (la richesse) excédante peut être utilisée à la croissance dun système (par exemple dun organisme) ; si le système ne peut plus croître, ou si lexcédent ne peut en entier être absorbé dans sa croissance, il faut nécessairement le perdre sans profit, le dépenser, volontiers ou non, glorieusement ou sinon de façon catastrophique. (p. 29)

8 Essentiellement, lêtre humain a la charge ici de dépenser dans la gloire ce quaccumule la terre, que le soleil prodigue. Essentiellement, cest un rieur, un danseur, un donneur de fêtes. (p. 16) lénergie solaire est le principe de son développement [de la vie]. La source et lessence de notre richesse sont données dans le rayonnement du soleil, qui dispense de lénergie la richesse sans contrepartie. Le soleil donne sans jamais recevoir… (p. 35)

9 lhistoire de la vie sur terre est principalement leffet dune folle exubérance ( pp ) Cette folle exubérance sexerce sous trois modalités : la manducation, la mort et la reproduction sexuée. loccasion dune soudaine et frénétique dilapidation des ressources dénergie, dilapidation qui va bien au-delà de ce qui suffirait à la croissance de lespèce. (pp )

10 Lascaux ou la naissance de lart (1955) (O.C., IX). Autrefois, la véritable naissance de lart, lépoque à laquelle il avait pris le sens dune éclosion miraculeuse de lêtre humain, semblait beaucoup plus proche de nous. Lon parlait de miracle grec et cétait à partir de la Grèce que lhomme nous paraissait pleinement notre semblable. Jai voulu souligner le fait que le moment de lhistoire le plus exactement miraculeux, le moment décisif, devait être reculé bien plus haut. Ce qui différencia lhomme de la bête a pris en effet pour nous la forme dun miracle, mais ce nest pas tellement du miracle grec que nous devrions parler que du miracle de Lascaux. (O.C., IX, p. 9)

11 Tout commencement, suppose ce qui le précède, mais en un point le jour naît de la nuit, et ce dont la lumière, à Lascaux, nous parvient, est laurore de lespèce humaine (p. 11). … il apparaît que lart dimiter par la gravure ou la peinture laspect des animaux ne put être utilisé avant dêtre et que, pour être, il fallut que ceux qui sy exercèrent les premiers aient été conduits au hasard et par jeu. (p. 37)

12 Jean-Luc Nancy, Les Muses, Galilée, 1994, coll. La philosophie en effet, p Ainsi, les mains tracées, sans doute à laide dune technique de pochoir (dites mains négatives), qui sont aujourdhui la première peinture connue (grotte Cosquer, et ailleurs des centaines de mains un peu plus récentes), à côté danimaux et de signes divers, ces mains ne présentent rien dautre que la présentation elle-même, son geste ouvert, son étalement… Lascaux ou la naissance de lart, (O.C. IX, pp et pp Lérotisme, (O.C., X, p. 77) Les larmes dÉros, (O.C., X, p. 588 et p. 596)

13 Les larmes dÉros (1961) … il est vrai quavant tout, ces cavernes sombrent furent en fait consacrées à ce quest, dans sa profondeur, le jeu le jeu qui soppose au travail, et dont le sens est avant toute chose dobéir à la séduction, de répondre à la passion. Or la passion, introduite, en principe, là où des figures humaines apparaissent, peintes ou dessinées, sur les murs des cavernes préhistoriques, est lérotisme. Sans parler de lhomme mort du puits de Lascaux, beaucoup de ces figures, masculines, ont le sexe levé. Même une figure féminine exprime le désir avec évidence. (O. C., X, p. 595)

14

15 Lérotisme (1957) Il convient, je le crois, de réserver le nom de transgression au mouvement qui se produit, non faute dangoisse, et du fait dune insuffisante sensibilité, mais bien au contraire en dépit de langoisse éprouvée. Langoisse est profonde dans la transgression authentique mais, dans la fête, lexcitation la dépasse et la lève. (O.C.,X, p. 40) Les images des cavernes auraient eu pour fin de figurer le moment où, lanimal apparaissant, le meurtre nécessaire, en même temps que condamnable, révélait lambiguïté religieuse de la vie : de la vie que lhomme angoissé refuse, que cependant il accomplit dans le dépassement merveilleux de son refus. Cette hypothèse repose sur le fait que lexpiation consécutive au meurtre de lanimal est de règle chez les peuples dont la vie ressemble sans doute à celle des peintres des cavernes.

16 Elle a le mérite de proposer une interprétation cohérente de la peinture du puits de Lascaux, où un bison mourant affronte lhomme qui peut-être la tué, auquel le peintre a donné laspect dun mort. Le sujet de cette célèbre peinture, qui suscita des explications contradictoires, nombreuses et fragiles, serait le meurtre et lexpiation. (O.C., X, p. 77) Il sagit dune énigme désespérante, avec une risible cruauté, se posant à laurore des temps. Cette énigme, il ne sagit pas vraiment de la résoudre. Mais sil est vrai que nous manquent les moyens de la résoudre, nous ne pouvons nous dérober ; elle est inintelligible sans doute, elle nous propose du moins de vivre dans sa profondeur. (O.C., X, p. 596)

17


Télécharger ppt "Georges Bataille ( 1897 à Billon (Puy-de-Dôme)-1962 à Orléans) un des écrivains les plus importants de son siècle (Michel Foucault, O.C. I, p. 5). Auteur."

Présentations similaires


Annonces Google