La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La médecine aux frontières de l addiction Séminaire COROMA 2009 Tous accros ? Exposé de Jean-Daniel Barman Directeur LVT.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La médecine aux frontières de l addiction Séminaire COROMA 2009 Tous accros ? Exposé de Jean-Daniel Barman Directeur LVT."— Transcription de la présentation:

1 La médecine aux frontières de l addiction Séminaire COROMA 2009 Tous accros ? Exposé de Jean-Daniel Barman Directeur LVT

2 Addictions au quotidien : mardi Tél. de la RSR ct les paris truqués dans le milieu du football. Peut-on être addict aux paris ? Tél. dune connaissance ct son fils, marié avec enfants, carrière brillante dans le domaine des finances, mais cocaïnomane Contrôle de cholestérol le matin, fondue le soir !

3 1.Tous accros vraiment ? Quelques rappels statistiques Les stades de consommation La consommation à risques Comment évaluer nos dépendances ?

4 Quelques rappels statistiques En Suisse, le 20 % des 15 ans et plus se caractérise par une consommation dalcool à risques; Environ 1 million dhabitants est directement concerné; A considérer aussi la consommation dalcool des plus jeunes (biture express, etc.)

5 Estimation du nombre de fumeurs de tabac En Suisse, les fumeurs de tabac représentent environ 30 % des 15 ans et plus (ESS 2002) La consommation des moins de 15 ans demeure élevée malgré une nette embellie entre 2001 et 2006 (HBSC 2006)

6 Drogues illégales

7 Tendances drogues illégales Un cinquième des 15 ans et plus a consommé au moins une fois du cannabis (prévalence à vie) ISPA 2007 Nombreux usages en milieu festif Recherche de performances consommateurs dhéroïne et/ou cocaïne (ISPA 2009) Tendances à la polyconsommation

8 Usage de médicaments Automédication et usage de médicaments à des fins non médicales La cote des benzodiazépines Recours aux béquilles chimiques dans une société en quête de confort et de performances

9 Les addictions « sans substance » Des achats compulsifs aux jeux dargent…de la cyberdépendance aux accros de la politique (addiction sociale et sublimatoire)… Parmi les 18 ans et plus, environ 3 % de joueurs à risque (joueurs problématiques et pathologiques), soit environ personnes (Osiek et al.1999)

10 Dépendance Expérimentation Usage occasionnel Abus Usage régulier Stades de consommation

11 La consommation à risque

12 Comment évaluer notre degré daddiction ? Se poser la question « Combien ? » Simposer un sevrage… Inventorier les symptômes de manque Recourir aux nombreux tests dautoévaluation (Cage, Sogs, Cast, etc.) Identifier et évaluer ses facteurs de risque et de protection Pas tous égaux face aux addictions !

13 Trop cest combien ? Tabac ? Fumer contrôlé ? Drogues illégales et tolérance zéro… Alcool : consommation journalière moyenne de 20 gr. dalcool pur pour une femme et de 40 gr. pour un homme Distinguer abus ponctuels et dépendance

14 Souvent à la frontière de laddiction… Sommes-nous indroguables ? Se poser des questions à la première personne pour mieux comprendre la personne dépendante Lalcoolique, cest celui qui boit plus que moi ! Tous à risque ? Le cas H1N1 !

15 Tous addicts, vraiment ? « Je pense que laddiction est une situation normale et quil y a de bonnes et de mauvaises addictions » « Nous sommes tous addicts, nous vivons dans laddiction » Bernard Stiegler, philosophe et directeur du Dpt développement culturel du centre Pompidou

16 Mais encore… « Nous sommes tous exposés aux risques, donc vulnérables. » Prof. Marc-Henri Soulet « Nous sommes fabriqués pour être dépendants. » Prof. Michel Reynaud

17 Hiérarchisation des addictions… Addictivité différentielle Distinguer selon type de substances ou de comportement, type dusage, fréquence de consommation, âge, etc. Nos peurs sont souvent sélectives

18 2. Piqûre de rappel ! La triade immortelle pour une meilleure compréhension de chaque situation Notre intervention ancrée dans la politique des 4 piliers La chaîne thérapeutique ou dispositif de soins Des questions pour demain…

19 Laddiction est une rencontre entre … Individu Produit Contexte Résistance et vulnérabilités: biologiques, sociales, psychologiques Capacité de Résilience Ressources personnelles Education, formation, projets Familial, relationnel Professionnel Social : normes, valeurs Culturel Effet psychotrope Dépresseur, Stimulant, Perturbateur Toxicité Addictivité Fonction Légal, illégal

20 Politique des 4 piliers

21 La politique des 4 piliers Ancrée dans la LStup révisée en novembre 2008 mais pas encore entrée en vigueur… Thérapie, Prévention, Réduction des risques et Répression Cette politique sapplique aussi aux problèmes liés aux drogues illégales…et aux nouvelles addictions

22 Adaptation des offres aux modèles successifs… Le référentiel de labstinence (modèle des 3 piliers) Le référentiel de la réduction des risques et des Tt de substitution (modèle des 4 piliers) Le référentiel de laddiction et le modèle du « cube »

23 Approche transdisciplinaire… « Lapproche des addictions est résolument transdisciplinaire. Dans sa méthode délaboration comme dans son objectif de globalité. Elle intègre les rapports de la médecine et des sciences dures (dont la neurobiologie) mais en mettant ces savoirs sous léclairage dautres données fournies par les sciences sociales et psychosociales, par la psychologie et la clinique. » Alain Morel

24 Proches Malévoz Médecin HDC ORP- IPT Tribunal SCN Institutions résidentielles Exécution des peines CMS Tutelle Écoles, Formation Employeur Pharmacie -> Une approche bio-psycho-sociale Police Lindispensable chaîne thérapeutique

25 Questions et ouvertures pour demain… Réfléchir aux conséquences du développement des neurosciences (opportunités et risques) Offrir de nouvelles alternatives à la seule abstinence Rétablir léquilibre entre santé publique, sécurité et ordre public…

26 3. Pour une approche globale des addictions… Lobservation des modes de consommation plaide en faveur dune approche globale des addictions La tendance à la polyconsommation,entre autres, ne justifie plus, une approche cloisonnée par substance ou/et comportement

27 1. La politique des 4 piliers

28 Faciliter laccès aux ressources… Les approches sectorielles ou cloisonnées rendent plus difficile laccès aux ressources Lexemple du médecin généraliste ou de premier recours Construire un projet thérapeutique en utilisant les ressources des uns et des autres, sans négliger celles de la personne confrontée à un problème daddiction

29 Politique Illustration

30 3. Laction du politique… leffet des politiques ! Lefficacité des mesures structurelles La crainte dune société liberticide ou hygiéniste Une société en quête de performances, du court terme et du « tout, tout de suite » Des messages contradictoires Services après-vente, et après ? Les priorités du politique : traitement dans lurgence

31 Limpact des mesures structurelles Limitation des âges daccès (alcool et tabac) Renforcement des contrôles Taux dalcoolémie Augmentation des taxes (tabac) Fumée passive et lieux publics etc.

32 Prévenir une société liberticide ou hygiéniste La peur du Big Brother… Jusquoù aller trop loin ? Les effets indésirables de certaines mesures La prévention, parent-pauvre et pourtant source de craintes (voir opposition au projet de loi sur la prévention)

33 La performance par tous les moyens ! A la recherche du sens De la modification des attentes par rapport aux produits… Etre IN ou OUT Du recours aux béquilles chimiques de lenfance au 4 ème âge…

34 Messages contradictoires… Quand promotion du risque et gestion des risques se confondent parfois Publicité (le mauvais exemple de lEurofoot) Prises de position du politique (le vote historique du Conseil National en juin 2004) Léconomie avant la santé ! Postulat en faveur de la prévention et disproportion des moyens engagés…

35 Un temps mort s.v.pl « Les drogues illicites nauraient-elles pas trop bien rempli leur fonction de bouc émissaire occultant tous les autres problèmes de dépendance ? » « La toxicomanie na-t-elle pas été le masque de problèmes plus vastes et plus répandus, méconnus du fait même de leur omniprésence dans notre société dhyperconsiommation ? » Bernard Stiegler

36 Prendre le temps de sinterroger… Et si les problèmes de psychopathologie étaient, en fait, souvent des problèmes de sociopathologie ? Certaines toxicités ne seraient-elles pas plus sociales que psychiques ? Notre société produit des addicts !

37 La politique de lurgence… Problèmes récurrents, causes connues…(etiologie) Repenser certaines priorités « Nos édiles sont formatés pour apporter des réponses, pas pour se poser des questions » Hypothèse du Dr F.Pilet

38 Appel aux sociothérapeutes ! Il faut recourir aux hommes politiques, aux leaders du marketing,aux banquiers, à tous ces acteurs qui cultivent le court terme ! Il faut créer des ponts entre les représentants du monde industriel, de la recherche universitaire, des philosophes…sans oublier que tout citoyen est un sociothérapeute ! Bernard Stiegler

39 Responsabilités partagées Prenons lexemple du « jeu responsable », il pose la question du partage des responsabilités entre les sujets consommateurs de jeu, les opérateurs de jeux et lEtat qui, à la fois, prohibe, accorde des dérogations aux interdits, réglemente et tente de réguler ce secteur économique particulièrement rentable. Marc Valleur

40 Alors, la médecine à la frontière de laddiction ? Sommes-nous à la frontière de laddiction ? A chacun sa réponse Toute discipline confondue, nous avons déjà dépassé la frontière ? Nous sommes au cœur ! Ensemble, nous pouvons être plus efficaces, à tous les niveaux et sur tous les piliers

41 Santé et économie(s) : une question déquilibre !

42 Merci pour votre contribution et bel apéritif!


Télécharger ppt "La médecine aux frontières de l addiction Séminaire COROMA 2009 Tous accros ? Exposé de Jean-Daniel Barman Directeur LVT."

Présentations similaires


Annonces Google